Les 4 voies du Tantrisme : 1ere Voie de l’individu

Tantrisme ...
Un mot usité de partout, mis à toutes les sauces. Venez nous parler de vos expériences et idées sur cette voie.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Les 4 voies du Tantrisme : 1ere Voie de l’individu

Messagepar Denis » 01 Juin 2007, 12:16

Je vous propose de découvrir la vision du tantrisme selon les 4 voies définies dans le Vijnana Bhairava tantra (Traduction de Lilian Silburn) et le Le Paramarthasara.

Introduction au Vijnânabhairava tantra
Les trois voies de la libération


Voie de l’individu (Anavopâya) et absorption dans l’objet

Nous avons dit comment l’énergie de la Conscience (citi) assume l’apparence d’une pensée bornée et instable (citta) qui, sous la poussée des désirs, vise un but en utilisant la pure conscience à ses fins personnelles (arthakriyâ). Elle engendre ainsi par ses remous une zone mouvante et dispersée où règne un conflit perpétuel ; Alourdie de structures adventices, de raisonnements, de relations et d’expressions verbales conventionnelles la pensée se trouve, en outre, encombrée d’expériences accumulées durant les vies antérieures, ces tendances inconscientes qui s’agglutinent autour de l’attachement au moi. Il s’ensuit que le processus psychique normal s’ancre dans le passé et, en réponse au passé, crée l’avenir; le présent n’est plus qu’un pont de désir jeté entre le passé et l’avenir. Obéissant de la sorte à une nécessité inexorable, l’homme perd sa liberté native; enchaîné par ses expériences antérieures et se projetant aussi sans arrêt vers l’avenir immédiat, il ne peut vivre le moment présent, le seul où pourrait jaillir la connaissance vraiment désintéressée, l’Illumination.
Afin de porter remède à cet état déplorable, la voie de l’individu s’efforce d’abord de libérer la pensée de son agitation et de ses structures en la fixant sur un objet pris dans son individualité concrète, puis de s’absorber en lui. Parce qu’elle comporte un effort puissant de la pensée (manas) et de l’attention, on la nomme ‘voie de l’activité’ (kriyopâya).
Elle commence par mettre en oeuvre une concentration de l’être tout entier exercice des organes des sens, articulation sonore, vision, audition, mouvement et attitudes du corps, discipline des souffles, récitation des formules, etc. Les actes les plus simples deviennent l’objet d une pratique Ininterrompue et offrent l’occasion d’acquérir l’attitude spécifiquement mystique, à la fois oubli de l’égo et conquête de la véritable condition humaine grâce à la disparition de l’intentionnalité ou centralisation sur soi-même.
Sous l’effet d’une vigilance constante, tout ce qui est rigide et automatique s’imprègne à nouveau de conscience; n’importe quel objet peut ainsi devenir le thème d’un exercice de concentration. Que cette concentration atteigne une certaine intensité et l’objet demeurera seul au centre de la conscience; celui-ci n’étant plus relié aux autres objets, les structures de la réalité phénoménale s’abolissent et on le saisit dans son être sans limite. Parallèlement, à mesure que la personnalité entière du sujet converge sur un point unique, l’excitation qui accompagne l’effort ainsi que l’agitation du corps, du souffle et de la pensée se calment. Si le sujet arrive à se confondre avec l’objet de méditation, il réalise l’absorption ardemment recherchée ; mais celle-ci ne dure qu’un moment.
Le plus haut stade atteint en parcourant cette voie est donc l’apaisement de la pensée (cittavisrânti) tout en accomplissant ses devoirs et ses tâches journalières dans un monde objectif qu’il perçoit en sa dualité, l’homme y vaque en grande tranquillité d’esprit. Mais déjà il s’agit, notons-le, d’une paix substantielle qui est bien autre chose que l’absence de bruit ou d’excitation, autre chose qu’un simple équilibre physique et mental; et pourtant ce n’est pas encore la quiétude indescriptible de la voie de l’énergie dont on jouit jusque dans le plus vif tumulte et au paroxysme de l’émotion, car cette quiétude provient, en ce cas, de l’apaisement du conflit qui oppose sujet et objet.
Mais si la voie de l’activité embrasse des initiatives orientées vers un idéal et substitue un effort unique aux efforts dispersés et aux tiraillements de la volonté et de la pensée, elle n’est pas exempte des inconvénients d’une progression qui, mettant en oeuvre l’effort, le vouloir ou la méditation, implique toujours choix, ténacité, toutes opérations de la volonté tendue vers une fin à réaliser. Elle n’échappe donc pas à la dualité de penseur et pensé, de Siva et de son énergie. Néanmoins elle n’est pas dépourvue d’utilité parce qu’elle conduit à la voie de l’énergie et même aussi directement à la voie de Siva lorsque la faveur divine (saktipâta) intervient avec intensité en cours de route.
Notre tantra décrit en effet maintes pratiques qui, après un bref exercice de concentration, s'orientent vers la vacuité de la voie supérieure. On notera la fascination de l’attention parmi elles s il arrive qu’un détail insignifiant ou un objet qui n’éveille par lui-même aucun intérêt, le fond d’un vase, d’un puits, des tâches de lumière, etc., accaparent sans motif décelable toute l’attention; rien n’existe plus que cette unique sensation: le regard devient fixe, le corps immobile; perdant son point d’appui sur le monde ambiant, le yogin s’en isole et cesse en même temps de savoir qui il est; puis la chose qui le fascinait s’évanouit à son tour. C’est alors que, sa pensée étant bien apaisée, il sombre dans le vide de dualité (nirvikalpa) propre à la pure Conscience. A la voie de l’individu succède ainsi sans intermédiaire la voie de Siva, l’absorption de la pensée ayant conduit à sa disparition.


Liens vers les autres voies :
Non voie
Voie de Siva
Voie de l'énergie
Voie de l'individu
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 28 Juin 2007, 22:42

ETUDE DU TEXTE *

Pour vous aider à entrevoir quelque chose, voici une étude offerte et ouverte, à vous de suivre et poser les questions que vous voulez ou témoigner...

Nous avons dit comment l’énergie de la Conscience (citi) assume l’apparence d’une pensée bornée et instable (citta) qui, sous la poussée des désirs, vise un but en utilisant la pure conscience à ses fins personnelles


Cela est toute la vision du Yoga et de l'inde.
L'idée est que nous nous identifions à notre personnage et l'énergie, notre énergie sous la poussée de nos désirs nous pousse à nous identifier à notre personne, notre histoire, notre personnage et nous coupe de notre réalité qui est Divine, lumineuse, stable, paisaible, omniprésente, omnisciente.

Elle engendre ainsi par ses remous une zone mouvante et dispersée où règne un conflit perpétuel ; Alourdie de structures adventices, de raisonnements, de relations et d’expressions verbales conventionnelles la pensée se trouve, en outre, encombrée d’expériences accumulées durant les vies antérieures, ces tendances inconscientes qui s’agglutinent autour de l’attachement au moi. Il s’ensuit que le processus psychique normal s’ancre dans le passé et, en réponse au passé, crée l’avenir; le présent n’est plus qu’un pont de désir jeté entre le passé et l’avenir.

Voici les effets de l'identification à notre personnage.
Nous nous trouvons soit dans une recherche du passé (psychologie) qui serait (soit disant) la cause de nos troubles et nous nous projetons dans le futur avec comme limites nos expériences passées.
Le fait de tenter d'être (SatChitAnanda) nous oblige à oublier ce passé douteux et vivre dans l'instant du présent, dans le ici et maintenant en ne faisant pas de projection dans le futur...

Obéissant de la sorte à une nécessité inexorable, l’homme perd sa liberté native; enchaîné par ses expériences antérieures et se projetant aussi sans arrêt vers l’avenir immédiat, il ne peut vivre le moment présent, le seul où pourrait jaillir la connaissance vraiment désintéressée, l’Illumination.


La solution, le moment présent pour sortir du conditionnement mental et trouver la lumière qui est omniprésente, dans tout, tout le temps.

Afin de porter remède à cet état déplorable, la voie de l’individu s’efforce d’abord de libérer la pensée de son agitation et de ses structures en la fixant sur un objet pris dans son individualité concrète, puis de s’absorber en lui


Premier remède, à la portée de tout le monde !
On part de la trinité, observateur, observation, objet observé et on tente d'intégrer l'objet pour que 3 donne 1, c'est retour à l'unité...

Elle commence par mettre en oeuvre une concentration de l’être tout entier exercice des organes des sens, articulation sonore, vision, audition, mouvement et attitudes du corps, discipline des souffles, récitation des formules, etc. Les actes les plus simples deviennent l’objet d une pratique Ininterrompue et offrent l’occasion d’acquérir l’attitude spécifiquement mystique, à la fois oubli de l’égo et conquête de la véritable condition humaine grâce à la disparition de l’intentionnalité ou centralisation sur soi-même.

Voila comment procéder, la grande vision de tout cela, c'est que TOUT devient un objet de concentration, tout ce qui nous attache devient donc source de libération... :roll:
Son paraxysme est la concentration sur l'objet qui permet à l'ideé que nous avons de nous même de disparaitre, c'est la fin de la centralisation sur soi-même, le dépacement dans l'instant de l'ego.

Sous l’effet d’une vigilance constante, tout ce qui est rigide et automatique s’imprègne à nouveau de conscience; n’importe quel objet peut ainsi devenir le thème d’un exercice de concentration. Que cette concentration atteigne une certaine intensité et l’objet demeurera seul au centre de la conscience; celui-ci n’étant plus relié aux autres objets, les structures de la réalité phénoménale s’abolissent et on le saisit dans son être sans limite. Parallèlement, à mesure que la personnalité entière du sujet converge sur un point unique, l’excitation qui accompagne l’effort ainsi que l’agitation du corps, du souffle et de la pensée se calment. Si le sujet arrive à se confondre avec l’objet de méditation, il réalise l’absorption ardemment recherchée ; mais celle-ci ne dure qu’un moment.

L'ingrédient de base de tout cela est la concentration et une très forte vigilance !
Avec la vigilance le mental se calme, le souffle, les idées, on atteind la paix et nos sens se taisent, alors le tout apparait unifié sans qu'il y est un jugement, une limite de notre fait, de notre spectre mental.

Le plus haut stade atteint en parcourant cette voie est donc l’apaisement de la pensée (cittavisrânti) tout en accomplissant ses devoirs et ses tâches journalières dans un monde objectif qu’il perçoit en sa dualité, l’homme y vaque en grande tranquillité d’esprit. Mais déjà il s’agit, notons-le, d’une paix substantielle qui est bien autre chose que l’absence de bruit ou d’excitation, autre chose qu’un simple équilibre physique et mental; et pourtant ce n’est pas encore la quiétude indescriptible de la voie de l’énergie dont on jouit jusque dans le plus vif tumulte et au paroxysme de l’émotion, car cette quiétude provient, en ce cas, de l’apaisement du conflit qui oppose sujet et objet.

Le résultat est là...
Bien autre chose qu'un simple calme acquis en faisant une partie de tennis ou un footing ou l'amour...
Une réelle paix est là, durable, forte...

Mais si la voie de l’activité embrasse des initiatives orientées vers un idéal et substitue un effort unique aux efforts dispersés et aux tiraillements de la volonté et de la pensée, elle n’est pas exempte des inconvénients d’une progression qui, mettant en oeuvre l’effort, le vouloir ou la méditation, implique toujours choix, ténacité, toutes opérations de la volonté tendue vers une fin à réaliser. Elle n’échappe donc pas à la dualité de penseur et pensé, de Siva et de son énergie. Néanmoins elle n’est pas dépourvue d’utilité parce qu’elle conduit à la voie de l’énergie et même aussi directement à la voie de Siva lorsque la faveur divine (saktipâta) intervient avec intensité en cours de route.

Replacement.
Tout en étant une belle chose, elle ne conduit pas forcément à la libération, à l'éveille directement, elle passe par le temps et l'espace, la volonté, la progression et est bien apre et difficile.
Cependant elle convient parfaitement à notre monde et surtout elle permet d'accéder, d'une manière fulgurante et non résultante à la marche la plus haute, la voie de Siva elle même.
Elle reste donc une superbe voie, parcourue par beaucoup d'entre nous, moi le premier !!!

Notre tantra décrit en effet maintes pratiques qui, après un bref exercice de concentration, s'orientent vers la vacuité de la voie supérieure. On notera la fascination de l’attention parmi elles s il arrive qu’un détail insignifiant ou un objet qui n’éveille par lui-même aucun intérêt, le fond d’un vase, d’un puits, des tâches de lumière, etc., accaparent sans motif décelable toute l’attention; rien n’existe plus que cette unique sensation: le regard devient fixe, le corps immobile; perdant son point d’appui sur le monde ambiant, le yogin s’en isole et cesse en même temps de savoir qui il est; puis la chose qui le fascinait s’évanouit à son tour. C’est alors que, sa pensée étant bien apaisée, il sombre dans le vide de dualité (nirvikalpa) propre à la pure Conscience. A la voie de l’individu succède ainsi sans intermédiaire la voie de Siva, l’absorption de la pensée ayant conduit à sa disparition.

L'espoir final !!
Avec au passage, une suite d'exemples concrets et merveilleux que nous pouvons mettre en place, quand vous voulez !!!

En espérant que cela vous serve !

Denis
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 08:04

Qui fait la conclusion ou la synthèse ? :roll: :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Yog

Messagepar Yog » 29 Juin 2007, 08:07

Tu nous donnes des devoirs maintenant ? :D
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 08:38

On a tous des devoirs ... :D

Alors tu te lances ... 8)
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Yog

Messagepar Yog » 29 Juin 2007, 08:52

Bon pour le moment je me concentre sur le ménage que j'ai à faire. Mais comme tu as dit qu'on pouvait se concentrer sur tout, je me concentre intensément à mettre de l'ordre dans le salon. Ainsi, je limite les fluctuations du mental et je reste focalisé sur un seul objet et je fais attention de garder le corps sans tension ainsi que le souffle. Je perds donc mon identification mentale. :D
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 09:20

Oui !!! :D :lol: :lol: :lol:
Qu'un élément fortuit, tout juste vu, accapare totalement ton énergie, ton attention, devienne Ekagrata, et tu resteras là, debout avec ton balais dans les mains, entre 2 particules d'instant, comme figé et divinement immobile.
Alors avec une forte vigilance à ne pas revenir à un processus mental normal, les choses iront loin...
Alors le souffle cessera avec les idées, et le dernier élément vu disparaitra à son tour pour ne laisser place qu'a la méditation profonde.

Tu seras alors parti d'un objet concret, physique pour atteindre le plus haut de la conscience.
Partant de la voie de l'individu (incarné) tu accéderas au Divin !!
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Yog

Messagepar Yog » 29 Juin 2007, 09:56

Cela dit, je connais quelques personnes ayant eu des expériences mystiques en passant simplement l'aspirateur. Naturellement, ça fait un peu bête comme ça et pas très sensationnel (c'est plus joli n'est-ce pas quand c'est quelqu'un sous un arbre en lotus :D ), mais le fait est là qu'on peut en toute situation parvenir à une attention soutenue nous amenant à une dimension de notre être.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 09:59

Dommage que tu minimises ce que tu as écris dans ton avant dernier post...
Passer le balai où l'aspirateur sont des actes pouvant réellement mener à Dieu.
Ce que j'ai écris dans le post juste au dessus n'est pas un délire...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Yog

Messagepar Yog » 29 Juin 2007, 10:36

Mais j'étais sérieux lorsque je disais que certaines personnes ont eu des expériences très fortes en passant l'aspirateur. Des expériences très fortes d'ailleurs, avec sensation d'unité avec l'univers, etc.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 10:37

Yog a écrit :Mais j'étais sérieux lorsque je disais que certaines personnes ont eu des expériences très fortes en passant l'aspirateur. Des expériences très fortes d'ailleurs, avec sensation d'unité avec l'univers, etc.


Oui, on est bien d'accord.
Tout ce qui nous attache nous permet de nous libérer.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Cinderie
Messages : 968
Enregistré le : 22 Mai 2007, 11:03

Messagepar Cinderie » 29 Juin 2007, 14:19

Denis a écrit :
Yog a écrit :Mais j'étais sérieux lorsque je disais que certaines personnes ont eu des expériences très fortes en passant l'aspirateur. Des expériences très fortes d'ailleurs, avec sensation d'unité avec l'univers, etc.


Oui, on est bien d'accord.
Tout ce qui nous attache nous permet de nous libérer.

si je comprends bien plus facilement avec un objet banal qu'avec un objet susceptible de déclencher une émotion.Un peu comme l'auto hypnose fixation d'une tache de couleur une lumière un pendule n'est ce pas?
Pour mon compte personnel il se trouve que l'expérience de la prière apporte moins d'appaisement ce que vous appelez dualité ou même trinité je veux dire dans le quotidien par contre j'essayais hier de traduire que le travail des fascias donne une réelle différence d'appréciation par rapport à cette dualité-trinité et voila voila quoi
Denis : en attente des devoirs de vacances et j' ai déjà d'autres questions en cours de formulation.
Amicalement
pascal

Messagepar pascal » 29 Juin 2007, 15:27

A vrai dire, je trouve qu'on peut souvent expérimenter cela dans des moments où on n'a pas vu le temps passer.
Ca peut donc être quand on passe l'aspirateur, qu'on fait un travail quelconque, on regarde sa montre et, plus qu'une concentration volontaire (bien que celle-ci puisse probablement y mener à certains égards) on se rend compte alors que le mental était en phase avec le moment présent et à mené à cet état.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 18:47

pascal a écrit :A vrai dire, je trouve qu'on peut souvent expérimenter cela dans des moments où on n'a pas vu le temps passer.
Ca peut donc être quand on passe l'aspirateur, qu'on fait un travail quelconque, on regarde sa montre et, plus qu'une concentration volontaire (bien que celle-ci puisse probablement y mener à certains égards) on se rend compte alors que le mental était en phase avec le moment présent et à mené à cet état.


Désolé de te contredire mais je crois que tu ne parle pas du tout de la même chose. Toi tu parles de l'oublie, de l'endormissement du mental et de la conscience que nous connaissons tous fort bien dans nos taches quotidiennes, mais cela n'a rien à voir avec la vigilance, la méditation...

Vigilance dans l'instant par la prise de conscience que quelque chose vient de se fixer fermement, souffle arrêté, mental arrêté, conscience de l'instant dans une acuité totale et très forte (et non endormissement), la vigilance poussée à son extrême à son paroxysme permet alors de dépasser la chose qui nous a figé et d'entrer en union avec le tout.
C'est plus de l'ordre de l'attention du chat prêt à bondir et figé dans l'arrêt avant l'action que l'endormissement et l'oublie de soi et du temps.

Mais merci bien pour ta réponse constructive, elle nous permet de voir cet aspect de l'inconscience en opposition avec l'hyper conscience ! :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
pascal

Messagepar pascal » 29 Juin 2007, 19:30

Je me pose souvent cette question: il y a en fait deux "sortes" de moment présent.
Celui de la vigilance, de l'observation de soi, celui qui permet au mental de ne pas se laisser emporter par ses pensées compulsives, donc par l'ego.

L'autre, ce n'est pas celui de l'endormissement, mais finalement celui d'une autre forme de vigilance, centrée non pas sur la vigilance elle même comme dans le premier cas mais tout naturellement sur la tâche que l'on est en train de faire.

Personnellement je la ressens comme plus "authentique" car la première est encore liée à l'ego, et surtout la deuxième n'a rien à voir avec le vouloir.
Et il est impossible de chercher à atteindre ce second état.

Ramesh Balsekar, dont les témoignages me touchent profondément, décrit ceux-là en effet comme un oubli de soi ,comme un état d'unité complète, qui se caractérise par exemple en effet par le fait qu'on ne voit pas le temps passer.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Juin 2007, 19:39

Oui je comprends très bien de quoi tu veux parler, mais personnellement je ne vois pas là un état bien intéressant, je vois plus un état apathique, sans conscience ni énergie.

Tu vois il existe des états dans lesquels nous entrons au fur et à mesure de nos pratique, l'un des états est la vacuité, un état de paix où le temps et l'espace ne sont plus et qui s'apparente un peu à cet état que nous analysons maintenant, bien que la conscience soit présente.
Pour la plus part des chercheurs et des textes que nous pouvons lire d'eux nous mettent systématiquement en garde et conseil au pratiquant de ne pas s'arrêter dans cet état car il est une voie sans issue, le simple repos du mental...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 30 Juin 2007, 12:14

philoneta a écrit :si je comprends bien plus facilement avec un objet banal qu'avec un objet susceptible de déclencher une émotion.Un peu comme l'auto hypnose fixation d'une tache de couleur une lumière un pendule n'est ce pas?


Oui absolument philoneta !
Un objet banal n'éveille aucune idée et cela est une belle chance.
Imagine que tu es faim et que tu vois un bon plat, il te sera difficile d'aller contre la nature qui te mettra l'eau à la bouche et te plongera dans le désir de manger ce plat.

J'e n'aime pas trop l'idée de l'auto-hypnose qui ne veut pas dire quelque chose de précis, pour moi, mais l'idée est un peu là.
Focaliser son attention sur un objet banal et tenter de s'enfoncer là, avec une vigilance et surtout une conscience de l'instant bien réelle et très forte, ce qui est l'nverse d'un endormissement...

La chose à vivre peut aussi prendre une teinte que j'aime encore plus...
Quand tu pratiques des postures des pranayama, ton corps, tes énergies s'en trouvent sublimées dans la vie de tous les jours, de chaque instant. Il est possible alors de faire de longue période de concentration sur un mantra, ou un concept tout au long de la journée, de la vie quotidienne, sans que personne ne s'en rende compte.
Alors, mu par ces énergies et états intérieurs, d'un seul coup, avec la grâce de Dieu, tout ce fige, le regard est tombé sur un objet banal, mais je crois plus que c'est la réunion des éléments qui convergent (je ne sais pas pourquoi ni comment) qu'une démarche particulière. Alors là la concentration devient forte, l'unité arrive très vite et l'instant présent se déploie à l'infini... :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Jugulé
Messages : 2340
Enregistré le : 10 Oct 2006, 09:54
Contact :

Messagepar Jugulé » 13 Juil 2007, 00:16

Denis a écrit :Avec au passage, une suite d'exemples concrets et merveilleux que nous pouvons mettre en place, quand vous voulez !!!

En espérant que cela vous serve !


Quand tu veux! :wink:
djamine
Messages : 46
Enregistré le : 21 Oct 2007, 22:45
Localisation : est

Messagepar djamine » 29 Nov 2007, 15:39

Il existe en tout soixante-quatre tantras, c'est-à-dire un corpus de textes traitant de sciences variées, par exemple comment contrôler son mental ainsi que le mental d'une autre personne, comment atteindre l'immortalité, comment parvenir à la virilité et à la prouesse sexuelle, etc. Le commentateur célèbre, Bhaskaraya, a ajouté huit textes à cette liste, ce qui porte le total à soixante-douze tantras. La science tantrique est si variée qu'il existe pour chacun une voie adaptée. Même la personne qui n'est en rien "spirituelle", peut y trouver un moyen d'élargir sa conscience.

Est-ce que quelqu'un pourrait encore plus mais simplement décrire la pratique du Vijnana Bhairava tantra et est-ce que quelqu'un peut me dire s'il connaît le Srimad Devi Bhagavatam et le Mahanirvana Tantra dont est extrait la pratique de tattwa shuddi, le livre que je cite par Swami Satyasangananda des éditions Satyanandashram France. S'il y a deux questions en même temps on pourrait comparer les deux pratiques par exemple. MErci
La meilleure école c'est la vie
Le meilleur maître c'est l'expérience
Le meilleur livre c'est la nature
Le meilleur temple c'est le coeur
Le meilleur ami c'est la vérité
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13413
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Messagepar Denis » 29 Nov 2007, 22:15

Le texte du Vijnana Bhairava tantra propose 112 techniques de méditations, toutes se passe dans l'instant et tente de l'utiliser directement en ne laissant pas l'énergie partir dans "la grande pente" prévue par la vie...
Exemples :
L'acte sexuel ne cherche pas la sensualité,
la peur éprouvée ne laisse pas l'individu dans un comportement de peur,
le fait de trop manger apporte de belles qualités qu'on peut utiliser,...

Les commentaires de la traduction de Lilan Silburn sont eux aussi superbes et notamment l'approche des voies (individus, énergies, Shiva), définition de bhavana, l'invocation...

Par contre je ne connais pas les textes que tu cites... :oops:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Jugulé
Messages : 2340
Enregistré le : 10 Oct 2006, 09:54
Contact :

Messagepar Jugulé » 30 Nov 2007, 14:54

"Srimad Devi Bhagavatam" ou "Devi Purana", comprends 12 chapitres de 18000 versets du grand "Veda Vyasa".

Avec par exemple: Livre 1 Chapitre I:

Sur les questions par S’aunaka et autres Risis

1. Je médite sur le sans-début Brahmâvidyâ qui est Sarvachaitanyarûpâ; Puisse-t-elle stimuler notre buddhi pour la réalisation de Cela ( ou qui stimule notre buddhi en différentes directions).

IV – Sur l'excellence de Devî

V – Sur la narration de Hayagrîva
djamine
Messages : 46
Enregistré le : 21 Oct 2007, 22:45
Localisation : est

Messagepar djamine » 30 Nov 2007, 16:31

Oui,oui, c'est intéressant je suis mon intuition.
Merci Jugulé et Denis.
La meilleure école c'est la vie

Le meilleur maître c'est l'expérience

Le meilleur livre c'est la nature

Le meilleur temple c'est le coeur

Le meilleur ami c'est la vérité
Avatar de l’utilisateur
Nadir
Messages : 454
Enregistré le : 13 Juin 2008, 09:55
Localisation : Paimpol

Re: Les 4 voies du Tantrisme : 1ere Voie de l’individu

Messagepar Nadir » 06 Aoû 2010, 14:56

" On peut se demander pour quelle raison l'adepte suit telle voie plutôt qu'une autre. Les partisans du Trika sont unanimes à répondre que la Grâce Divine fournit la seul explication possible : une grâce (shaktipâta) intense correspond à la voie de Shiva ; une grâce moyenne à la voie de l'énergie et une grâce plus faible à la voie de l'individu."
- Lilian Silburn -
Page 25 " Le Vijnâna Bhairava "
Fascicule 15


" L'effort de yoga consistera à réintégrer les deux aspects de Shiva et Shakti dans l'unité indivise de Paramashiva, en réabsorbant l'univers en Shiva avec l'aide de l'énergie - celle de la grâce (shaktipata) - à travers laquelle Paramashiva se révèle en sa pleinitude (pûrnâhantâ)."

Page 15




:coeur: :coeur: :coeur:
Celui qui pratique connait. Il devient respecté de moi. Cette connaissance impénétrable à la parole et à la pensée est à obtenir seulement par la pratique.
~ Shiva Samhita ~

Retourner vers « Tantrisme »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités