Cours à différents niveaux...

Vous pratiquez le Yoga, vous voulez soit poser une question relative à votre pratique soit expliquer une technique.

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13672
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Cours à différents niveaux...

Message par Denis » 28 mai 2006, 21:47

Bonsoir,

Depuis que j'use mes pantalons sur un tapis de Yoga j'ai souvent entendu des gens dirent qu'ils étaient dans un cours avec des profs qui ont coupés les cours en différents niveaux avec cette idée, qu'il faudrait d'abord débloquer ceci ou cela avant d'aller plus loin....

Revient souvent l'idée qui faut faire quelques années de postures, pour "débloquer" le corps, avant de faire des techniques de Pranayama ou de méditation....

Qu'en pensez vous ???
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Yog

Message par Yog » 28 mai 2006, 23:34

J'en pense que mon prof ne fait de cours multiples niveaux, et qu'il n'a pas posé problème pour m'enseigner la pratique du pranayama tout de suite au début. :D

Pour répondre plus directement à la question, je vais parler de la pratique du piano. Beaucoup de profs pensent qu'il est important de suivre une certaine "logique" dans l'enseignement du piano. Or, à mon sens, rigidifier l'enseignement, c'est ne pas tenir compte de la spécificité de chacun. Je crois qu'il est important, pour n'importe quelle discipline, de faire de la pédagogie différenciée, dans le sens, où il faut répondre en tant qu'enseignant aux capacités et disposition de l'élève. Alors, peut-être que pour certains élèves il est nécessaire de procéder comme tu l'exposais dans ta question Denis, mais je doute qu'on puisse en faire autant pour tout le monde. :)

Mais je crois qu'il est important au pratiquant d'être à l'écoute de soi, de son corps, de son mental, afin de savoir dans quelle direction et pratique, il doit aller.
Hez
Messages : 116
Enregistré le : 14 nov. 2005, 22:41

Message par Hez » 29 mai 2006, 00:44

Hmmmm, je ne suis pas d'accord avec cette idée, pour moi il s'agit d'un seul et même processus. Personelement quand j'ai abordé la pratique du raja yoga, j'ai comencé par l'asana, la concentration sur le corps et donc la respiration, petit à petit des choses se libèrent mais je pense que le processus corporel, mental, energetique, spirituel est simultané, qu'en fait il s'agit d'un même processus, d'ou l'importance de yama et niyama. Pour moi il s'agit d'être unifié.

Ceci dit j' ai lu récement dans un petit bouquin sur le yoga cachemirien que la pratique du pranayama ne devait être abordé qu'une fois le souffle entièrement spacialisé, délocalisé, la pratique des mudra et bandhas pouvant selon l'auteur provoquer des tensions ensuite très difficilles à eliminer. Qu'en pensez vous
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Résonance

Message par kavi » 29 mai 2006, 16:44

Hez a écrit :Ceci dit j' ai lu récement dans un petit bouquin sur le yoga cachemirien que la pratique du pranayama ne devait être abordé qu'une fois le souffle entièrement spacialisé, délocalisé, la pratique des mudra et bandhas pouvant selon l'auteur provoquer des tensions ensuite très difficilles à eliminer. Qu'en pensez vous
Spatialisé, délocalisé...Si ce n'est pas Eric Baret, c'est donc son ombre :D

Dans son optique, utiliser des mudrâs, bandhas sur un corps qui n'a pas été suffisamment exploré auparavant (par les poses, le souffle) revient à plaquer une structure sur un matériau qui n'est pas prêt à l'assimiler. Ou pour reprendre une métaphore qui conviendrait à Yog, ce serait comme de faire travailler des gestes pianistiques très "techniques" (déplacements, octaves) sans avoir laissé l'instrumentiste jouer assez longtemps avec son corps pour qu'il trouve le point d'équilibre où le heste est juste. Pour en revenir au yoga, si la perception n'est pas très affinée, le travail de bandha etc. risque de n'être qu'une contraction supplémentaire infligée au corps qui, durci, n'aura que plus de difficultés à saisir le bruissement subtil du souffle intérieur. C'est du moins - si je ne m'abuse - la vision de Baret (que quelqu'un me corrige si je dis des bêtises). Encore une image musicale qui me vient à l'esprit : un instrument à besoin d'une certaine liberté pour pouvoir résonner sous le geste du musicien. Il s'agit de tout un apprentissage. L'image vaut ce qu'elle vaut, et comme on dit, "comparaison n'est pas raison", mais il me semble que cela vaut le coup d'y réfléchir deux minutes.

Kavi
ODS
Messages : 13
Enregistré le : 01 mai 2006, 21:46
Localisation : ouest

Message par ODS » 03 juin 2006, 19:02

Bonjour,
Sais tu quel genre de Yoga pratique Eric Baret ?Yoga postural, pranayama autre ?
Cordialement
Ods
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 02:01

ODS a écrit :Bonjour,
Sais tu quel genre de Yoga pratique Eric Baret ?Yoga postural, pranayama autre ?
Cordialement
Ods
Hello, je fais une réponse rapide, vu l'heure tardive !

Je n'ai assisté qu'à deux ou trois journées de cours avec Eric Baret, et ai lu deux de ces livres ; d'ailleurs à vrai dire, au bout d'un moment, les livres sur les modèles questions/réponses ont tendance à se répéter, d'après ce que j'ai pu juger en en feuilletant d'autres (peut-être le dernier que j'avais mis en lien dans un topic de ce forum échappe à cette règle, mais je n'ai pas encore été voir :-)).

Préliminaire pour dire que ma réponse sera certainement différente de celle que te ferait un élève le qui suit depuis des années et a plus de recul.

Donc, pour ce que j'en sais, Eric Baret propose un travail postural et sur le souffle, mais d'une manière plus "subtile" que d'ordinaire. J'entends par-là qu'il fait très souvent référence aux prolongations du corps ainsi qu'au ressenti de la prise de posture. Bien sûr, tu me diras que tous les enseignants affirment l'importance du ressenti, mais dans ce cas, l'accent est vraiment mis en priorité sur ce qu'on pourrait appeler l'intentionalité du mouvement avant que celui-ci se déploie. Ou pour dire autrement, il ne s'agit pas temps de "réaliser" une posture que de sentir d'où "cela" part et où "cela" retourne. Chaque prise de posture est vue comme quelque chose qui part de la tranquillité et y ramène. Durant les séminaires auxquels j'ai assisté, Baret n'insistait pas pour que les élèves aillent loin dans la posture, mais loin dans le ressenti, et de fait, la sensation "d'espace" est là au bout du compte.
Je me rappelle qu'il était assez précis sur le pranâyama et que là aussi, il tâchait de cerner l'essentiel de la pratique, the very core comme disent nos amis anglo-saxons, sans pousser à la performance. Plutôt une vraie expiration de kapâlabhati que 400 mal conduites.
Mais ce qu'il faut peut-être retenir avant tout, c'est l'insistance d'Eric Baret à mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose : être en meilleur santé, acquérir du pouvoir, se libérer (de quoi ?), et pire que tout, être quelqu'un d'autre :D . Bien entendu, il affirme que c'est très bien si le sommeil est meilleur grâce au yoga, si l'esprit est plus clair etc. mais ce n'est pas le sens véritable qui est, pour le paraphraser, "la célébration de l'être".
Je ne voudrais pas laisser croire par ces quelques lignes que j'adhère à toutes ses propositions, je trouve parfois une certaine facilité dans ses réponses lors des parlotes qui suivent les séances. Quand je dis facilité, disons qu'il me semble que cela fait parfois un peu philosophie de bazar et que la machine tourne certes bien mais rend au bout d'un moment toujours le même son (enfin, j'exagère un peu, encore une fois vu mon peu d'expérience). Un côté positif : lorsqu'on l'amène devant une contradiction de son discours (cela peut toujours arriver que l'on s'embrouille) il n'élude pas la question, dit simplement ce qu'il pense sans chercher à avoir à tout prix raison. Ce n'est pas si mal dans un milieu où l'omniscience est portée en sautoir :)
Question subsidiaire : lui aussi se réclame - via Jean Klein - du shivaïsme cachemirien (tout en écrivant que finalement il ne se réclame de rien du tout et n'a rien a enseigner - mais là, je ne peux m'empêcher de penser que c'est un argument un peu formel !) et comme bien souvent, on peut légitimement se poser des questions sur ce qu'il faut entendre par là. Mais passons là-dessus pour ce soir, de toutes façons, les réfutations sont parfois aussi difficile à apporter que les preuves, et mettons que ce ne soit pas forcément du plus grand intérêt (en tout cas, pas ce soir !)

Bon, pour une réponse rapide, c'est encore bien long. Je tâcherai de m'amender la prochaine fois en n'employant que des phrases courtes et des monosyllabes.

Salut à tous,

Kavi
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 08:38

mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose
si chacun pratiquait le yoga en en attendant rien il est clair que le yoga aurait disparu depuis longtemps!!!! Je trouve ce type de discours sans grand intérêt et loin de toute vérité; et puis je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de mal à pratiquer le yoga pour celui qui par cette discipline souhaite acquérir une meilleure santé ou guérir une maladie!!! Allez tiens je vais de ce pas me faire une petite séance dans le seul et unique but de me sentir bien après!!!!
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13672
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 07 juin 2006, 09:26

Merci Kavi pour ton post !!
Mais ce qu'il faut peut-être retenir avant tout, c'est l'insistance d'Eric Baret à mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose : être en meilleur santé, acquérir du pouvoir, se libérer (de quoi ?), et pire que tout, être quelqu'un d'autre . Bien entendu, il affirme que c'est très bien si le sommeil est meilleur grâce au yoga, si l'esprit est plus clair etc. mais ce n'est pas le sens véritable qui est, pour le paraphraser, "la célébration de l'être".
Cela est bien normal, c'est la différence entre la chimie et l'alchimie.
La chimie nous fait aller du connu au connu en utilisant des moyens connus. 1 + 1 = 2
L'alchimie nous fait aller du connu à l'inconnu en utilisant l'inconnu.
1 + ? = ?

Si on pratique le yoga pou se faire du bien, on se ferra du bien....
Bien !, une fois le bien fait ben on est heureux... Certe, cela est déjà une bonne chose, mais faire l'amour, du sport, boire un coup avec les pots, regarder un bon film, manger un bon plat,...... peuvent nous apporter les mêmes sensations pour "se faire du bien", voir quelques une de différentes et alors là c'est superbe, nous disposons de millards de possibilités pour se faire du bien et s'éclater..... Bonjour, la vallée des larmes :cry:

"La célébration de l'être ", c'est une très belle phrase, que je réutiliserai.
Encore faut il sortir du plan physique, du mental et de la psychologie de l'individu pour trouver l'être...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 11:35

Là où je peux être d'accord avec l'assertion de E Barret c'est qu'il ne faut pas chercher à atteindre des hautes sphères avec le yoga, chercher par exemple à atteindre le samadhi lequel a toute les chances de ne jamais se manifester au cours de la vie du yogi. "L'illumination" peut venir comme elle peut ne pas venir et il est parfaitement inutile de la rechercher. Il est meme vain de l'espérer sauf pour qui veut perdre son temps; en revanche le yogi peut en toute tranquillité s'attendre à être en bonne santé et bien dans son corps et dans sa tête grace à sa pratique (sous réserve bien sur d'une pratique correcte et assidue)...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 11:54

rico a écrit :
mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose
si chacun pratiquait le yoga en en attendant rien il est clair que le yoga aurait disparu depuis longtemps!!!! Je trouve ce type de discours sans grand intérêt et loin de toute vérité; et puis je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de mal à pratiquer le yoga pour celui qui par cette discipline souhaite acquérir une meilleure santé ou guérir une maladie!!! Allez tiens je vais de ce pas me faire une petite séance dans le seul et unique but de me sentir bien après!!!!
Doucement, Rico, tu vas user la touche "!" :D
Sérieusement, je trouve que tu réagis assez vigoureusement pour un post qui ne cherchait qu'à répondre à ODS au sujet du travail d'Eric Baret. Tu donnes - peut-être me trompé-je - l'impression d'être toi-même agressé par ce message qui ne t'était pas directement destiné.

Pour en revenir au sujet, je ne dis pas non plus que Baret dénie toute possibilité de se faire du bien grâce au yoga (d'ailleurs si tu lis ce qui suis la citation que tu as extrait, tu t'en rendras compte aussitôt) ni même qu'il trouve cela "mal", simplement, ce n'en est pas le but réel, ce n'est pas dans cette optique que les yogîs, tantrikâs se sont impliqués dans ces recherches ;et là il faut immédiatemment faire la distinction entre yoga patañjalien qui ne recherche que la libération, mukti, sans l'usufruit - bhoga - et les tantrikas qui recherchent la conjonction des deux. Je n'ai pas trop le temps de développer mais je voulais juste préciser quelque chose : pratiquer dans une attitude non-orientée (sans objectif matériel précis), dans l'esprit d'une offrande à la Shakti n'empêche pas par surcropit de bénéficier des fruits matériels de la pratique. A l'inverse, il n'est pas toujours évident qu'une recherche utilitariste du yoga aboutisse au-delà de cette recherche (mais je ne nie pas que cela soit possible).
En tout cas, je ne faisais que rapporter ce que j'ai pu voir chez Baret, personnellement, je n'ai rien contre l'idée de se faire du bien avec le yoga, mais je trouve dommage qu'au fil du temps, on perde de vue certaines choses essentielles.
Je file...

Kavi
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 13:27

je trouve dommage qu'au fil du temps, on perde de vue certaines choses essentielles.
la santé n'est elle pas une chose essentielle pour soi et pour la société (rien de pire que d'être impotent et d'être une charge pour les autres)??...
A vouloir chercher trop haut on en oublie justement les choses primordiales...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 13:30

Dernier petit passage de la journée, Vfbf (sinon je vais être à la bourre);
J'avais oublié de relever un point :
si chacun pratiquait le yoga en en attendant rien il est clair que le yoga aurait disparu depuis longtemps!!!!
dixit Rico.

D'abord pour dire qu'il y a une sorte de jeu à déjouer l'attente. Kâma, le désir est toujours ce qui nous incite à entreprendre quelque chose de nouveau, c'est une dynamique merveilleuse mais qui ne pointe pas uniquement des acquis matériels mais dirige également vers des désirs plus subtils (comme le désir de "libération" ou même le désir de se libérer du désir de libération :D )
Puis, d'une certaine manière le yoga a effectivement disparu, je veux dire celui des yoga sutra de Patañjali, et le hatha yoga des nâtha n'est tout de même pas si populaire. Il se passe la même chose avec l'ayurveda (c'est ce que m'a rapporté un disciple d'un maître en ayurveda du Kerala) qui est victime de son succès. Les cliniques ayurvédiques poussent comme champigons sur la côte keralaise (et aux Etats-unis :) ) mais le coeur de l'enseignement se perd, sans parler du problème de la pharmacopée qui est loin d'être totalement recensée (mais est connue des vaishya). Est-ce bien, est-ce mal ? Je ne porterai pas de jugement, il s'agit d'une évolution qui s'accélère avec la mondialisation et qu'il paraît difficile de contrer. Mais je pense que ceux qui sont conscients de la valeur réelle de ce patrimoine ont le devoir d'essayer d'en préserver le sens véritable, mahârtha :-), sans pour autant verser dans un traditionnalisme stérile. L'équilibre est à trouver...

Kavi
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 13:36

rico a écrit : la santé n'est elle pas une chose essentielle pour soi et pour la société (rien de pire que d'être impotent et d'être une charge pour les autres)??...
A vouloir chercher trop haut on en oublie justement les choses primordiales...
Tant que j'y suis, je réponds également à celui-ci.
Tu as raison, il est important d'être en bonne santé, et même certains chemins en font un préliminaire à la quête spirituelle. Difficile en effet d'y consacrer de l'énergie si l'on est par ailleurs souffrant.
Mais cela n'empêche que la "bonne santé" n'est pas le but du yoga. Pour rester en Inde, c'est l'Ayurveda qui s'occupe de cet aspect de la vie.
En occident, la médecine existe également et personne ne viendrait dire que maître Eckhart a ecrit ses Traités pour que ses lecteurs soient en bonne santé (même si je ne doute pas qu'il s'en souciait par ailleurs).
Il y a aussi certains membres du yoga, influencés par la doctrine ayurvédique, qui se proposent d'aider à trouver l'équilibre corporel, mais cela ne signifie pas que ce soit là le but de l'exercice.

Kavi
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 13:37

d'une certaine manière le yoga a effectivement disparu, je veux dire celui des yoga sutra de Patañjali
Il n'en reste pas moins au coeur de l'enseignement de BKS Iyengar; c'est donc qu'il n'a pas si disparu que ça...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13672
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 07 juin 2006, 13:57

Bonjour Rico,

Ne trouves tu pas qu'une phrase comme :
Rico a écrit :la santé n'est elle pas une chose essentielle pour soi et pour la société (rien de pire que d'être impotent et d'être une charge pour les autres)??...
A vouloir chercher trop haut on en oublie justement les choses primordiales...
est un peu légère et surtout d'une dualité totale. Peut-être qu'entre impotent (être une charge pour les autres) est être en bonne santé il y a quelques nuances.
1/ Oserez tu tenir ce dicours devant un impotent, ou est ton humanité et ton coeur ?
2/ Penses tu réellement que seul ceux qui ont un corps d'athlète auront droit au paradis, ou à faire du Yoga ?
3/ Que réponds tu as ce post http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... .php?t=275
4/ Même si effectivement avoir un corps en bonne santé est une chance et une bénédiction, est-ce vraiment essentiel ?
Peut-être dans un monde matérialiste qui aime se regarder