Cours à différents niveaux...

Vous pratiquez le Yoga, vous voulez soit poser une question relative à votre pratique soit expliquer une technique.

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Cours à différents niveaux...

Message par Denis » 28 mai 2006, 21:47

Bonsoir,

Depuis que j'use mes pantalons sur un tapis de Yoga j'ai souvent entendu des gens dirent qu'ils étaient dans un cours avec des profs qui ont coupés les cours en différents niveaux avec cette idée, qu'il faudrait d'abord débloquer ceci ou cela avant d'aller plus loin....

Revient souvent l'idée qui faut faire quelques années de postures, pour "débloquer" le corps, avant de faire des techniques de Pranayama ou de méditation....

Qu'en pensez vous ???
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Yog

Message par Yog » 28 mai 2006, 23:34

J'en pense que mon prof ne fait de cours multiples niveaux, et qu'il n'a pas posé problème pour m'enseigner la pratique du pranayama tout de suite au début. :D

Pour répondre plus directement à la question, je vais parler de la pratique du piano. Beaucoup de profs pensent qu'il est important de suivre une certaine "logique" dans l'enseignement du piano. Or, à mon sens, rigidifier l'enseignement, c'est ne pas tenir compte de la spécificité de chacun. Je crois qu'il est important, pour n'importe quelle discipline, de faire de la pédagogie différenciée, dans le sens, où il faut répondre en tant qu'enseignant aux capacités et disposition de l'élève. Alors, peut-être que pour certains élèves il est nécessaire de procéder comme tu l'exposais dans ta question Denis, mais je doute qu'on puisse en faire autant pour tout le monde. :)

Mais je crois qu'il est important au pratiquant d'être à l'écoute de soi, de son corps, de son mental, afin de savoir dans quelle direction et pratique, il doit aller.
Hez
Messages : 116
Enregistré le : 14 nov. 2005, 22:41

Message par Hez » 29 mai 2006, 00:44

Hmmmm, je ne suis pas d'accord avec cette idée, pour moi il s'agit d'un seul et même processus. Personelement quand j'ai abordé la pratique du raja yoga, j'ai comencé par l'asana, la concentration sur le corps et donc la respiration, petit à petit des choses se libèrent mais je pense que le processus corporel, mental, energetique, spirituel est simultané, qu'en fait il s'agit d'un même processus, d'ou l'importance de yama et niyama. Pour moi il s'agit d'être unifié.

Ceci dit j' ai lu récement dans un petit bouquin sur le yoga cachemirien que la pratique du pranayama ne devait être abordé qu'une fois le souffle entièrement spacialisé, délocalisé, la pratique des mudra et bandhas pouvant selon l'auteur provoquer des tensions ensuite très difficilles à eliminer. Qu'en pensez vous
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Résonance

Message par kavi » 29 mai 2006, 16:44

Hez a écrit :Ceci dit j' ai lu récement dans un petit bouquin sur le yoga cachemirien que la pratique du pranayama ne devait être abordé qu'une fois le souffle entièrement spacialisé, délocalisé, la pratique des mudra et bandhas pouvant selon l'auteur provoquer des tensions ensuite très difficilles à eliminer. Qu'en pensez vous
Spatialisé, délocalisé...Si ce n'est pas Eric Baret, c'est donc son ombre :D

Dans son optique, utiliser des mudrâs, bandhas sur un corps qui n'a pas été suffisamment exploré auparavant (par les poses, le souffle) revient à plaquer une structure sur un matériau qui n'est pas prêt à l'assimiler. Ou pour reprendre une métaphore qui conviendrait à Yog, ce serait comme de faire travailler des gestes pianistiques très "techniques" (déplacements, octaves) sans avoir laissé l'instrumentiste jouer assez longtemps avec son corps pour qu'il trouve le point d'équilibre où le heste est juste. Pour en revenir au yoga, si la perception n'est pas très affinée, le travail de bandha etc. risque de n'être qu'une contraction supplémentaire infligée au corps qui, durci, n'aura que plus de difficultés à saisir le bruissement subtil du souffle intérieur. C'est du moins - si je ne m'abuse - la vision de Baret (que quelqu'un me corrige si je dis des bêtises). Encore une image musicale qui me vient à l'esprit : un instrument à besoin d'une certaine liberté pour pouvoir résonner sous le geste du musicien. Il s'agit de tout un apprentissage. L'image vaut ce qu'elle vaut, et comme on dit, "comparaison n'est pas raison", mais il me semble que cela vaut le coup d'y réfléchir deux minutes.

Kavi
ODS
Messages : 13
Enregistré le : 01 mai 2006, 21:46
Localisation : ouest

Message par ODS » 03 juin 2006, 19:02

Bonjour,
Sais tu quel genre de Yoga pratique Eric Baret ?Yoga postural, pranayama autre ?
Cordialement
Ods
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 02:01

ODS a écrit :Bonjour,
Sais tu quel genre de Yoga pratique Eric Baret ?Yoga postural, pranayama autre ?
Cordialement
Ods
Hello, je fais une réponse rapide, vu l'heure tardive !

Je n'ai assisté qu'à deux ou trois journées de cours avec Eric Baret, et ai lu deux de ces livres ; d'ailleurs à vrai dire, au bout d'un moment, les livres sur les modèles questions/réponses ont tendance à se répéter, d'après ce que j'ai pu juger en en feuilletant d'autres (peut-être le dernier que j'avais mis en lien dans un topic de ce forum échappe à cette règle, mais je n'ai pas encore été voir :-)).

Préliminaire pour dire que ma réponse sera certainement différente de celle que te ferait un élève le qui suit depuis des années et a plus de recul.

Donc, pour ce que j'en sais, Eric Baret propose un travail postural et sur le souffle, mais d'une manière plus "subtile" que d'ordinaire. J'entends par-là qu'il fait très souvent référence aux prolongations du corps ainsi qu'au ressenti de la prise de posture. Bien sûr, tu me diras que tous les enseignants affirment l'importance du ressenti, mais dans ce cas, l'accent est vraiment mis en priorité sur ce qu'on pourrait appeler l'intentionalité du mouvement avant que celui-ci se déploie. Ou pour dire autrement, il ne s'agit pas temps de "réaliser" une posture que de sentir d'où "cela" part et où "cela" retourne. Chaque prise de posture est vue comme quelque chose qui part de la tranquillité et y ramène. Durant les séminaires auxquels j'ai assisté, Baret n'insistait pas pour que les élèves aillent loin dans la posture, mais loin dans le ressenti, et de fait, la sensation "d'espace" est là au bout du compte.
Je me rappelle qu'il était assez précis sur le pranâyama et que là aussi, il tâchait de cerner l'essentiel de la pratique, the very core comme disent nos amis anglo-saxons, sans pousser à la performance. Plutôt une vraie expiration de kapâlabhati que 400 mal conduites.
Mais ce qu'il faut peut-être retenir avant tout, c'est l'insistance d'Eric Baret à mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose : être en meilleur santé, acquérir du pouvoir, se libérer (de quoi ?), et pire que tout, être quelqu'un d'autre :D . Bien entendu, il affirme que c'est très bien si le sommeil est meilleur grâce au yoga, si l'esprit est plus clair etc. mais ce n'est pas le sens véritable qui est, pour le paraphraser, "la célébration de l'être".
Je ne voudrais pas laisser croire par ces quelques lignes que j'adhère à toutes ses propositions, je trouve parfois une certaine facilité dans ses réponses lors des parlotes qui suivent les séances. Quand je dis facilité, disons qu'il me semble que cela fait parfois un peu philosophie de bazar et que la machine tourne certes bien mais rend au bout d'un moment toujours le même son (enfin, j'exagère un peu, encore une fois vu mon peu d'expérience). Un côté positif : lorsqu'on l'amène devant une contradiction de son discours (cela peut toujours arriver que l'on s'embrouille) il n'élude pas la question, dit simplement ce qu'il pense sans chercher à avoir à tout prix raison. Ce n'est pas si mal dans un milieu où l'omniscience est portée en sautoir :)
Question subsidiaire : lui aussi se réclame - via Jean Klein - du shivaïsme cachemirien (tout en écrivant que finalement il ne se réclame de rien du tout et n'a rien a enseigner - mais là, je ne peux m'empêcher de penser que c'est un argument un peu formel !) et comme bien souvent, on peut légitimement se poser des questions sur ce qu'il faut entendre par là. Mais passons là-dessus pour ce soir, de toutes façons, les réfutations sont parfois aussi difficile à apporter que les preuves, et mettons que ce ne soit pas forcément du plus grand intérêt (en tout cas, pas ce soir !)

Bon, pour une réponse rapide, c'est encore bien long. Je tâcherai de m'amender la prochaine fois en n'employant que des phrases courtes et des monosyllabes.

Salut à tous,

Kavi
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 08:38

mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose
si chacun pratiquait le yoga en en attendant rien il est clair que le yoga aurait disparu depuis longtemps!!!! Je trouve ce type de discours sans grand intérêt et loin de toute vérité; et puis je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de mal à pratiquer le yoga pour celui qui par cette discipline souhaite acquérir une meilleure santé ou guérir une maladie!!! Allez tiens je vais de ce pas me faire une petite séance dans le seul et unique but de me sentir bien après!!!!
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 07 juin 2006, 09:26

Merci Kavi pour ton post !!
Mais ce qu'il faut peut-être retenir avant tout, c'est l'insistance d'Eric Baret à mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose : être en meilleur santé, acquérir du pouvoir, se libérer (de quoi ?), et pire que tout, être quelqu'un d'autre . Bien entendu, il affirme que c'est très bien si le sommeil est meilleur grâce au yoga, si l'esprit est plus clair etc. mais ce n'est pas le sens véritable qui est, pour le paraphraser, "la célébration de l'être".
Cela est bien normal, c'est la différence entre la chimie et l'alchimie.
La chimie nous fait aller du connu au connu en utilisant des moyens connus. 1 + 1 = 2
L'alchimie nous fait aller du connu à l'inconnu en utilisant l'inconnu.
1 + ? = ?

Si on pratique le yoga pou se faire du bien, on se ferra du bien....
Bien !, une fois le bien fait ben on est heureux... Certe, cela est déjà une bonne chose, mais faire l'amour, du sport, boire un coup avec les pots, regarder un bon film, manger un bon plat,...... peuvent nous apporter les mêmes sensations pour "se faire du bien", voir quelques une de différentes et alors là c'est superbe, nous disposons de millards de possibilités pour se faire du bien et s'éclater..... Bonjour, la vallée des larmes :cry:

"La célébration de l'être ", c'est une très belle phrase, que je réutiliserai.
Encore faut il sortir du plan physique, du mental et de la psychologie de l'individu pour trouver l'être...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 11:35

Là où je peux être d'accord avec l'assertion de E Barret c'est qu'il ne faut pas chercher à atteindre des hautes sphères avec le yoga, chercher par exemple à atteindre le samadhi lequel a toute les chances de ne jamais se manifester au cours de la vie du yogi. "L'illumination" peut venir comme elle peut ne pas venir et il est parfaitement inutile de la rechercher. Il est meme vain de l'espérer sauf pour qui veut perdre son temps; en revanche le yogi peut en toute tranquillité s'attendre à être en bonne santé et bien dans son corps et dans sa tête grace à sa pratique (sous réserve bien sur d'une pratique correcte et assidue)...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 11:54

rico a écrit :
mettre ne garde contre la propension en chacun de nous à se "servir" du yoga pour obtenir quelque chose
si chacun pratiquait le yoga en en attendant rien il est clair que le yoga aurait disparu depuis longtemps!!!! Je trouve ce type de discours sans grand intérêt et loin de toute vérité; et puis je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de mal à pratiquer le yoga pour celui qui par cette discipline souhaite acquérir une meilleure santé ou guérir une maladie!!! Allez tiens je vais de ce pas me faire une petite séance dans le seul et unique but de me sentir bien après!!!!
Doucement, Rico, tu vas user la touche "!" :D
Sérieusement, je trouve que tu réagis assez vigoureusement pour un post qui ne cherchait qu'à répondre à ODS au sujet du travail d'Eric Baret. Tu donnes - peut-être me trompé-je - l'impression d'être toi-même agressé par ce message qui ne t'était pas directement destiné.

Pour en revenir au sujet, je ne dis pas non plus que Baret dénie toute possibilité de se faire du bien grâce au yoga (d'ailleurs si tu lis ce qui suis la citation que tu as extrait, tu t'en rendras compte aussitôt) ni même qu'il trouve cela "mal", simplement, ce n'en est pas le but réel, ce n'est pas dans cette optique que les yogîs, tantrikâs se sont impliqués dans ces recherches ;et là il faut immédiatemment faire la distinction entre yoga patañjalien qui ne recherche que la libération, mukti, sans l'usufruit - bhoga - et les tantrikas qui recherchent la conjonction des deux. Je n'ai pas trop le temps de développer mais je voulais juste préciser quelque chose : pratiquer dans une attitude non-orientée (sans objectif matériel précis), dans l'esprit d'une offrande à la Shakti n'empêche pas par surcropit de bénéficier des fruits matériels de la pratique. A l'inverse, il n'est pas toujours évident qu'une recherche utilitariste du yoga aboutisse au-delà de cette recherche (mais je ne nie pas que cela soit possible).
En tout cas, je ne faisais que rapporter ce que j'ai pu voir chez Baret, personnellement, je n'ai rien contre l'idée de se faire du bien avec le yoga, mais je trouve dommage qu'au fil du temps, on perde de vue certaines choses essentielles.
Je file...

Kavi
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 13:27

je trouve dommage qu'au fil du temps, on perde de vue certaines choses essentielles.
la santé n'est elle pas une chose essentielle pour soi et pour la société (rien de pire que d'être impotent et d'être une charge pour les autres)??...
A vouloir chercher trop haut on en oublie justement les choses primordiales...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 13:30

Dernier petit passage de la journée, Vfbf (sinon je vais être à la bourre);
J'avais oublié de relever un point :
si chacun pratiquait le yoga en en attendant rien il est clair que le yoga aurait disparu depuis longtemps!!!!
dixit Rico.

D'abord pour dire qu'il y a une sorte de jeu à déjouer l'attente. Kâma, le désir est toujours ce qui nous incite à entreprendre quelque chose de nouveau, c'est une dynamique merveilleuse mais qui ne pointe pas uniquement des acquis matériels mais dirige également vers des désirs plus subtils (comme le désir de "libération" ou même le désir de se libérer du désir de libération :D )
Puis, d'une certaine manière le yoga a effectivement disparu, je veux dire celui des yoga sutra de Patañjali, et le hatha yoga des nâtha n'est tout de même pas si populaire. Il se passe la même chose avec l'ayurveda (c'est ce que m'a rapporté un disciple d'un maître en ayurveda du Kerala) qui est victime de son succès. Les cliniques ayurvédiques poussent comme champigons sur la côte keralaise (et aux Etats-unis :) ) mais le coeur de l'enseignement se perd, sans parler du problème de la pharmacopée qui est loin d'être totalement recensée (mais est connue des vaishya). Est-ce bien, est-ce mal ? Je ne porterai pas de jugement, il s'agit d'une évolution qui s'accélère avec la mondialisation et qu'il paraît difficile de contrer. Mais je pense que ceux qui sont conscients de la valeur réelle de ce patrimoine ont le devoir d'essayer d'en préserver le sens véritable, mahârtha :-), sans pour autant verser dans un traditionnalisme stérile. L'équilibre est à trouver...

Kavi
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 13:36

rico a écrit : la santé n'est elle pas une chose essentielle pour soi et pour la société (rien de pire que d'être impotent et d'être une charge pour les autres)??...
A vouloir chercher trop haut on en oublie justement les choses primordiales...
Tant que j'y suis, je réponds également à celui-ci.
Tu as raison, il est important d'être en bonne santé, et même certains chemins en font un préliminaire à la quête spirituelle. Difficile en effet d'y consacrer de l'énergie si l'on est par ailleurs souffrant.
Mais cela n'empêche que la "bonne santé" n'est pas le but du yoga. Pour rester en Inde, c'est l'Ayurveda qui s'occupe de cet aspect de la vie.
En occident, la médecine existe également et personne ne viendrait dire que maître Eckhart a ecrit ses Traités pour que ses lecteurs soient en bonne santé (même si je ne doute pas qu'il s'en souciait par ailleurs).
Il y a aussi certains membres du yoga, influencés par la doctrine ayurvédique, qui se proposent d'aider à trouver l'équilibre corporel, mais cela ne signifie pas que ce soit là le but de l'exercice.

Kavi
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 13:37

d'une certaine manière le yoga a effectivement disparu, je veux dire celui des yoga sutra de Patañjali
Il n'en reste pas moins au coeur de l'enseignement de BKS Iyengar; c'est donc qu'il n'a pas si disparu que ça...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 07 juin 2006, 13:57

Bonjour Rico,

Ne trouves tu pas qu'une phrase comme :
Rico a écrit :la santé n'est elle pas une chose essentielle pour soi et pour la société (rien de pire que d'être impotent et d'être une charge pour les autres)??...
A vouloir chercher trop haut on en oublie justement les choses primordiales...
est un peu légère et surtout d'une dualité totale. Peut-être qu'entre impotent (être une charge pour les autres) est être en bonne santé il y a quelques nuances.
1/ Oserez tu tenir ce dicours devant un impotent, ou est ton humanité et ton coeur ?
2/ Penses tu réellement que seul ceux qui ont un corps d'athlète auront droit au paradis, ou à faire du Yoga ?
3/ Que réponds tu as ce post http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... .php?t=275
4/ Même si effectivement avoir un corps en bonne santé est une chance et une bénédiction, est-ce vraiment essentiel ?
Peut-être dans un monde matérialiste qui aime se regarder dans une glace, mais qui y a t il d'essentiel dans une démarche spirituelle ?
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 14:12

Même si effectivement avoir un corps en bonne santé est une chance et une bénédiction, est-ce vraiment essentiel ?
oui c'est essentiel; le corps est la demeure de l'esprit, de l'âme tant que nous sommes sur terre; il mérite tous les égards.
Que réponds tu as ce post
Qu'il faut bien une motivation quelconque pour commencer le yoga et pas forcément une motivation ultra spirituelle.
Peut-être qu'entre impotent (être une charge pour les autres) est être en bonne santé il y a quelques nuances.
Autant mettre toutes les chances de son coté si on peut le faire. Je n'ai rien contre les impotents et les gens séniles!!! En revanche leur condition n'est qu'un signe selon moi que la condition humaine doit et est faite pour être dépassée; la nature est faite pour être transcendée, c'est la Grande mission de l'homme sur terre; l'homme est perfectible et c'est probablement ce pourquoi il est sur terre : pour se perfectionnner.
La sénilité (ou la maladie) n'est pas à coup sûr une fatalité mais assurément une entrave pour celui qui arrive dans un age avancé. Le yoga est une réponse à cette entrave à condition biensur de ne pas s'y prendre trop tard....
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
ODS
Messages : 13
Enregistré le : 01 mai 2006, 21:46
Localisation : ouest

Message par ODS » 07 juin 2006, 19:54

Merci Kavi pour tes réponses !! Je te posais la question car j'ai deux potes qui apprécient bien les livres d'Eric Baret et qui ont été déçu lorsqu'ils ont assisté à une de ses conférences. Quand je leur ai demandé ce qu'ils avaient fait comme yoga ils savaient pas trop me répondre. Je comprends mieux avec tes explications.Merci
:P
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 07 juin 2006, 20:05

Même si effectivement avoir un corps en bonne santé est une chance et une bénédiction, est-ce vraiment essentiel ?
oui c'est essentiel; le corps est la demeure de l'esprit, de l'âme tant que nous sommes sur terre; il mérite tous les égards.
Que réponds tu as ce post
Bonjour,

Le corps est la demeure de l'esprit et l'âme, son véhicule. Oui, je prends soin de mon corps, il mérite tous les égards.
Au moins autant que mon esprit, au moins autant que mon âme.
Et si nous pouvions prendre soin avec la même énergie, du corps, de l'âme et de l'esprit, l'être unifié serait dans une santé partiulièrement éblouissante.

Qu'il faut bien une motivation quelconque pour commencer le yoga et pas forcément une motivation ultra spirituelle.
C'est la motivation purement spirituelle qui me guida vers le yoga.
Je vois bien au cours les élèves dans le corps et uniquement, les élèves à la recherche de l'unité.
Les premiers semblent de passage et ne sont guère fidèles et réguliers, dans la pratique.
Les seconds sont totalement intériorisés, c'est magnifique.


Autant mettre toutes les chances de son coté si on peut le faire. Je n'ai rien contre les impotents et les gens séniles!!! En revanche leur condition n'est qu'un signe selon moi que la condition humaine doit et est faite pour être dépassée; la nature est faite pour être transcendée, c'est la Grande mission de l'homme sur terre; l'homme est perfectible et c'est probablement ce pourquoi il est sur terre : pour se perfectionnner.
La sénilité (ou la maladie) n'est pas à coup sûr une fatalité mais assurément une entrave pour celui qui arrive dans un age avancé. Le yoga est une réponse à cette entrave à condition biensur de ne pas s'y prendre trop tard
Essayons d'observer "les choses" sous un autre angle, tu veux bien ?

La condition humaine doit...
La nature est faite pour..
C'est la grande mission pour..
Ce pourquoi il est sur terre.. (beaucoup d'injonctions)

Il est des choix simples, évident pour certains et oui, le yoga répond à mes attentes.
Il est des hommes et des femmes qui souffrent dans leurs corps, car ignorants ou paresseux, ou malades car la vie en a décidé ainsi.

Qui suis-je pour déclarer :

- Eh, toi, l'impotent ! mais bouge donc ton popotin et prends toi en charge.
Vas faire du yoga car là se trouvent toutes les réponses à ton équilibre et à ta santé !
Le respect des choix, le respect de l'autre, le respect de la souffrance et l'amour de notre prochain, devraient guider nos pas.

Pas les jugements à l'emporte pièce ou la didactique de nos choix.

Ce qui me convient, ne sied pas nécessairement à mon voisin et la diversité est la beauté du monde, sa richesse et sa force aussi.

Qu'en penses-tu Rico ?
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 20:39

Qui suis-je pour déclarer :

- Eh, toi, l'impotent ! mais bouge donc ton popotin et prends toi en charge.
il ne faut pas me faire écrire ce que je n'ai pas écrit!!!
Il est des hommes et des femmes qui souffrent dans leurs corps, car ignorants ou paresseux, ou malades car la vie en a décidé ainsi.
oui tout à fait!!!
Vas faire du yoga car là se trouvent toutes les réponses à ton équilibre et à ta santé !
sans aucun doute oui!!!
Ce qui me convient, ne sied pas nécessairement à mon voisin
oui tout à fait!!!
C'est la motivation purement spirituelle qui me guida vers le yoga.
"Ce qui me convient, ne sied pas nécessairement à mon voisin "
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 21:10

Le "mal" nait du "bien". Les individus malades, les bossus, les pochetrons, tous ceux qui d'une manière ou d'une autre maltraitent leur corps ou tout simplement n'en prennent pas soin ont été et sont toujours pour moi des moteurs dans ma pratique; ils sont comme des contre-modèles, des modèles à ne pas suivre et finalement des modèles à part entière; en cela j'ai beaucoup de reconnaissance envers eux; combien de fois n'ai je pas eu sous les yeux un tel contre-modèle un jour où je me sentais las, sujet au laisser aller et au tamas. Puis la vision du contre-modèle distribue dans mon esprit les vitamines de la volonté qui me permettront de dérouler le tapis, comme un rappel de la nécéssité divine de se diriger vers une condition non pas tamasique mais sattvique.
Le yogi est un insatisfait; insatisfait de la condition humaine dont 'il a héritée à sa naissance. Le yoga est pour lui la voie d'accès à une condition humaine "supérieure" (notez la présence des guillements). Il se rapproche sans aucun doute de la notion de "surhumain" développée par Nietzsche notion par ailleurs mal comprise du grand public.
(j'ai un peu l'impression de faire du hors sujet; merci aux modérateurs de le signaler afin peut etre de créer un topic approprié)
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 07 juin 2006, 21:32

Ce message me peine, je dois mal le lire.


Le "mal" nait du "bien".
Qu'est ce que cela veut dire ?

Les individus malades, les bossus, les pochetrons, tous ceux qui d'une manière ou d'une autre maltraitent leur corps ou tout simplement n'en prennent pas soin ont été et sont toujours pour moi des moteurs dans ma pratique
Je lis ici que la souffrance de l'autre est ta force, ton moteur (!?)
Ne peux-tu pratiquer librement et non inspiré par l'observation du monde et des hommes ?
Le yogi est un insatisfait; insatisfait de la condition humaine dont 'il a héritée à sa naissance. Le yoga est pour lui la voie d'accès à une condition humaine "supérieure" (notez la présence des guillements). Il se rapproche sans aucun doute de la notion de "surhumain" développée par Nietzsche notion par ailleurs mal comprise du grand public.
L'univers spirituels est emplie de surhumains...
je crois n'en avoir jamais entendu et vu autant et tu sais mon sentiment Rico ?
Ils me gonflent prodieusement, ces surhommes !


Désolée, mais je crois que nous n'allons pas pouvoir échanger plus longtemps.
Ce n'est pas un jugement mais un constat, nous ne sommes pas sur le même chemin.
Très amicalement, n'en doute pas :wink:
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 07 juin 2006, 21:45

C'est dingue quand meme; je constate et pas seulement sur ce forum (comme quoi être yogi n'est pas forcément synonyme d'ouverture d'esprit) à quel point les gens sont allergiques aux idées et aux opinions qui ne sont pas les leurs. Les gens se ferment, s'interdisent toute discussion (carrément censurent quand ils s'agit de modérateurs trop soucieux de trouver des forumeurs aux memes idées qu'eux; si si ça existe je vous assure!!) quand on leur oppose des idées différentes des leurs. Que nenni!!! Il ne s'agit que d'un forum pas d'un examen!!! Ne prenez pas la mouche pour un oui ou pour un non!! De plus les idées c'est comme les chemises!!!! Ca se change hein!!! :wink:
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 07 juin 2006, 22:25

Je vois que tu as retrouvé ton usage plein et entier de la touche "!", Rico :wink:
Je voulais t'envoyer une réponse tout à l'heure mais mon ordinateur a sauvagement décidé de se déconnecter, alors je la poste avec un peu de retard, et j'y adjoindrai une petit épilogue.
Mais avant cela, je trouve que tu exagères un peu à vitupérer contre le manque d'ouverture de certains, car je te rappelle que c'est bien toi qui m'est tombé dessus avec force points d'exclamations pour me signifier que mon post concernant l'enseignement d'Eric Baret et sa conception du yoga était en quelque sorte stupide. Je ne sais pas si cela rentre dans l'idée que tu te fais de la discussion avec les autres et de l'ouverture d'esprit, je t'en laisse juge.
Voici le message que je voulais t'expédier :

rico a écrit :
d'une certaine manière le yoga a effectivement disparu, je veux dire celui des yoga sutra de Patañjali


Il n'en reste pas moins au coeur de l'enseignement de BKS Iyengar; c'est donc qu'il n'a pas si disparu que ça...


Il n'est pas le seul, quasiment tous les enseigants de yoga parlent des yoga sutra. Mais entre s'appuyer sur un texte et l'appliquer dans toute sa rigueur... le yoga de Patañjali est pensé pour des renonçants que ne sont même pas les professeurs qui prétendent l'enseigner.
Alors, oui on peut extraire quelques principes et essayer de les comprendre, à la lumière des commentaires de Bhoja, Vacaspati etc., mais de là à dire que c'est une tradition vivante, ben...
Au fait je ne me souviens avoir lu que Patañjali insiste tellement sur la santé des adeptes, ni sur son bonheur matériel simple et immédiat (les vibhuti sont des obstacles, non ?). Kaivalya et rien que kaivalya ! :D



Maintenant, et sans prendre le temps de relever ce qui a été dit dans les autres messages, notamment sur le concept de "surhomme" dans sa perspective nietzschéenne et pourquoi pas aurobidienne, je voulais préciser un point : tu me sembles avoir à coeur dans tes réponses de défendre au-delà d'un point de vue, l'enseignement que tu suis et le maître qui en est la source, Iyengar. Je voulais te dire que je n'ai rien de spécial contre lui, je n'ai jamais ressenti d'élan particulier pour cet enseignant mais ça ne veut pas dire que je considère que tout ce qui est issu est sans intérêt. Je me souviens très bien d'une rencontre avec une apprentie-yoginî qui maintenant enseigne en Hollande ; elle avait travaillé sous la direction d'élèves d'Iyengar et témoignait d'un réel amour pour la voie, et d'une grande ouverture qui l'avait conduite d'ailleurs à suivre les pas de Daniel Odier (au moins un moment). Je suis persuadé que cette jeune femme a les qualités pour transmettre de belles choses à ceux qu'elle approchera, et ce quelque soit l'école qu'elle a suivi.
Voilà pour l'essentiel, a bientôt,

Kavi
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 07 juin 2006, 22:40

Rico a écrit :De plus les idées c'est comme les chemises!!!! Ca se change hein!!!
Oui, c'est quand tu veux....

Kavi, Faby, moi... essayent juste de te faire comprendre que le Yoga ne peux pas être une voie élitiste.

Même si je trouve que tu as raison sur certaines thèmes, je crois que ton identification au corps devra un jour être dépassée pour toi, peut-être avec un peu plus de sagesse et de viellesse tu te te rendras compte que faire du Yoga est spirituel avant tout et qu'il n'y a pas besoin d'avoir un corps d'apolon. Juste ça....

Je te souhaite un jour de comprendre qu'une phrase comme "Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible." sent un peu mauvais....

Il existe beacoup de mystiques qui sont arrivés bien loin sans jamais avoir fait de Hatha Yoga....
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 08 juin 2006, 00:22

rico a écrit :C'est dingue quand meme; je constate et pas seulement sur ce forum (comme quoi être yogi n'est pas forcément synonyme d'ouverture d'esprit) à quel point les gens sont allergiques aux idées et aux opinions qui ne sont pas les leurs. Les gens se ferment, s'interdisent toute discussion (carrément censurent quand ils s'agit de modérateurs trop soucieux de trouver des forumeurs aux memes idées qu'eux; si si ça existe je vous assure!!) quand on leur oppose des idées différentes des leurs. Que nenni!!! Il ne s'agit que d'un forum pas d'un examen!!! Ne prenez pas la mouche pour un oui ou pour un non!! De plus les idées c'est comme les chemises!!!! Ca se change hein!!! :wink:

Rico...

Je ne dénigre pas ton propos, l'être sincère a toujours raison.

Je te propose un autre regard, je suis allée vers ta réalité.

Nous ne sommes pas d'accords ?

Ce n'est pas un problème, bien au contraire.

Les idées nouvelles prennent souvent naissance, dans la divergence.

Tu te retranches, accuses et mais n'argumentes pas, et là, je t'avoue que cela limite considérablement le partage.

Au lieu de parler d'esprit fermé, je t'invite à élaborer ce qui nous oppose.

Bien à toi.
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 08 juin 2006, 09:15

je crois que ton identification au corps devra un jour être dépassée
on est bien d'accord!!! Laisser moi préciser et bien remettre les choses à leur place : ce n'est pas parce que je considère le corps comme un moyen d'accéder à la connaissance spirituelle (n'est ce pas d'ailleurs l'essence meme du yoga?) que je m'identifie à ce corps!!! M'exprime-je si mal que ça???
Je te souhaite un jour de comprendre qu'une phrase comme "Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible." sent un peu mauvais....
Cette citation n'est biensur pas de moi mais de Iyengar lui meme. L'as tu vraiment comprise toi meme???
Il existe beacoup de mystiques qui sont arrivés bien loin sans jamais avoir fait de Hatha Yoga....
Assurément oui. Toute fois il faut bien se rendre à l'évidence : les individus comme vous et moi ne sont pas suffisament évolués spirituellement pour pouvoir se dispenser du hatha yoga. Rares sont les individus qui peuvent accéder plus directement à un statut spirituel supérieur bien loin des contingences matérielles du corps...
Je ne dénigre pas ton propos, l'être sincère a toujours raison.

Je te propose un autre regard, je suis allée vers ta réalité.

Nous ne sommes pas d'accords ?

Ce n'est pas un problème, bien au contraire.

Les idées nouvelles prennent souvent naissance, dans la divergence.

Tu te retranches, accuses et mais n'argumentes pas
Il me semble que lorsque je défends une idée ou que je m'y oppose je précise bien pourquoi!!! Alors quoi que veux tu de plus???

J'ai écris :
Le "mal" nait du "bien". Les individus malades, les bossus, les pochetrons, tous ceux qui d'une manière ou d'une autre maltraitent leur corps ou tout simplement n'en prennent pas soin ont été et sont toujours pour moi des moteurs dans ma pratique; ils sont comme des contre-modèles, des modèles à ne pas suivre et finalement des modèles à part entière; en cela j'ai beaucoup de reconnaissance envers eux; combien de fois n'ai je pas eu sous les yeux un tel contre-modèle un jour où je me sentais las, sujet au laisser aller et au tamas. Puis la vision du contre-modèle distribue dans mon esprit les vitamines de la volonté qui me permettront de dérouler le tapis, comme un rappel de la nécéssité divine de se diriger vers une condition non pas tamasique mais sattvique.
Le yogi est un insatisfait; insatisfait de la condition humaine dont 'il a héritée à sa naissance. Le yoga est pour lui la voie d'accès à une condition humaine "supérieure" (notez la présence des guillements). Il se rapproche sans aucun doute de la notion de "surhumain" développée par Nietzsche notion par ailleurs mal comprise du grand public.
Ces propos sont issus d'une réflexion personnelle agrémentée de lectures personnelles d'ordre philosophique, religieux, cinématographique etc.
D'où me vient cette affirmation : "le bien nait du mal"?
Depuis toujours je vois les gens se plaindrent d'un Dieu qui les abandonnent lorsque le malheur les frappe ou bien lorsqu'ils se disent que si Dieu existait il ne laisserait pas le malheur s'abattre sans pitié sur l'humanité. J'ai toujours détesté cette attitude qui ressemble à "si tu me donnes ceci je te donne cela" : du chantage bien bas ni plus ni moins(certes compréhensible lorsqu'on est dans la douleur néanmoins bien éloigné d'une authentique dévotion). Parallèlement à cette constatation, il est finalement aisé de voir que les grands progrès de l'humanité, de l'individu lui meme naissent de la douleur et du malheur; exemples pris au hasard :
-un tel qui suite à un viol dans son enfance devient une fois adulte psychologue en vue d'aider les enfants qui ont vécu la meme chose que lui.
-L'oeuvre de V.Hugo "les misérables" qui conte l'histoire d'un homme qui devint un grand humaniste dévoué à l'humanité toute entière après avoir rencontré un homme d'église qu'il dépouilla alors que ce dernier l'avait pris sous son toit.
Le mal peut engendrer son contraire alors que l'inverse n'est jamais vrai. Apprendre à voir dans le malheur, dans la douleur le germe d'une vie meilleure au lieu de se morfondre, au lieu de ne cesser de se plaindre et d'accuser la fatalité c'est ainsi que je vois la vie; vous le voyez je suis bien loin de me gargariser du malheur des autres!!!
Le "mal" est le point de repère pour le "bien"; tout comme le bonheur ne peut exister sans le malheur ni le blanc sans le noir ou encore la vie sans la mort; une chose ne peut exister sans son contraire; et là je n'invente rien, c'est une notion philosophique assez largement répandue à laquelle j'adère profondément.
Il n'est pas le seul, quasiment tous les enseigants de yoga parlent des yoga sutra. Mais entre s'appuyer sur un texte et l'appliquer dans toute sa rigueur... le yoga de Patañjali est pensé pour des renonçants que ne sont même pas les professeurs qui prétendent l'enseigner.
Alors, oui on peut extraire quelques principes et essayer de les comprendre, à la lumière des commentaires de Bhoja, Vacaspati etc., mais de là à dire que c'est une tradition vivante, ben...
Connais tu suffisament l'enseignement Iyengar pour affirmer cela???
Rien est moins sûr....
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 08 juin 2006, 09:37

Rico a écrit :Citation:
Je te souhaite un jour de comprendre qu'une phrase comme "Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible." sent un peu mauvais....

Cette citation n'est biensur pas de moi mais de Iyengar lui meme. L'as tu vraiment comprise toi meme???
Venant d'un malade qui a retrouvé une santé par le Yoga je comprends bien cette phrase, qui me semble bien sortie de son contexte du Yoga...

Remise dans le contexte du Yoga je trouve qu'elle est complétement déplacée, même si c'est Iyengar qui l'a écrite.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 08 juin 2006, 09:47

C'est ton point de vue Denis je le respecte; mais ça n'est qu'un point de vue rien de plus.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 08 juin 2006, 10:44

Toute fois il faut bien se rendre à l'évidence : les individus comme vous et moi ne sont pas suffisament évolués spirituellement pour pouvoir se dispenser du hatha yoga. Rares sont les individus qui peuvent accéder plus directement à un statut spirituel supérieur bien loin des contingences matérielles du corps...
Tu mets des limites là ou il n'y en a pas.
L'éveil (les éveils) est une réalité ordinaire, encore faut-il s'en donner "les moyens".
Dire que cela n'est pas accessible à tous, me semble réducteur car il est bien des fantasmes sur des phénomènes intrinsèques à l'homme.
Oui, beaucoup de fantasmes autour des illuminations, il suffit de se taire et rien que cela.

Se taire et accueuillir,
Accueuillir et receuillir,
recueuillir sans jamais se l'approprier et ainsi,
laisser librement advenir et grandir.

Dans le silence, "je" est absent.

Il me semble que lorsque je défends une idée ou que je m'y oppose je précise bien pourquoi!!! Alors quoi que veux tu de plus???
Le rythme et les ponctuations, les injonctions.. ce n'est pas vraiment confortable.


Ces propos sont issus d'une réflexion personnelle agrémentée de lectures personnelles d'ordre philosophique, religieux, cinématographique etc.
D'où me vient cette affirmation : "le bien nait du mal"?
Depuis toujours je vois les gens se plaindrent d'un Dieu qui les abandonnent lorsque le malheur les frappe ou bien lorsqu'ils se disent que si Dieu existait il ne laisserait pas le malheur s'abattre sans pitié sur l'humanité. J'ai toujours détesté cette attitude qui ressemble à "si tu me donnes ceci je te donne cela" : du chantage bien bas ni plus ni moins(certes compréhensible lorsqu'on est dans la douleur néanmoins bien éloigné d'une authentique dévotion). Parallèlement à cette constatation, il est finalement aisé de voir que les grands progrès de l'humanité, de l'individu lui meme naissent de la douleur et du malheur; exemples pris au hasard :
-un tel qui suite à un viol dans son enfance devient une fois adulte psychologue en vue d'aider les enfants qui ont vécu la meme chose que lui.
-L'oeuvre de V.Hugo "les misérables" qui conte l'histoire d'un homme qui devint un grand humaniste dévoué à l'humanité toute entière après avoir rencontré un homme d'église qu'il dépouilla alors que ce dernier l'avait pris sous son toit.
Le mal peut engendrer son contraire alors que l'inverse n'est jamais vrai. Apprendre à voir dans le malheur, dans la douleur le germe d'une vie meilleure au lieu de se morfondre, au lieu de ne cesser de se plaindre et d'accuser la fatalité c'est ainsi que je vois la vie; vous le voyez je suis bien loin de me gargariser du malheur des autres!!!
Le "mal" est le point de repère pour le "bien"; tout comme le bonheur ne peut exister sans le malheur ni le blanc sans le noir ou encore la vie sans la mort; une chose ne peut exister sans son contraire; et là je n'invente rien, c'est une notion philosophique assez largement répandue à laquelle j'adère profondément.
Oui, je comprends mieux mais permets moi un bémol, lorsque tu choisis l'exemple de l'enfant violé.

Il choisit rarement la profession de psychologue mais devient souvent violeur et/ou pédophile.
Je partage cependant ta démonstration du mal vers le bien.
"Ne nous écartons-nous pas du débat inatial ?"

Je te remercie pour ce partage, Rico.

Faby
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 08 juin 2006, 12:16

Tu mets des limites là ou il n'y en a pas.
L'éveil (les éveils) est une réalité ordinaire, encore faut-il s'en donner "les moyens".
Alors tu es beaucoup plus évolué que moi spirituellement : je m'incline.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Yog

Message par Yog » 08 juin 2006, 13:57

wow eh ben, c'est animé par ici. :shock:

Bon, je vais pas reprendre chaque point qui a été évoqué, car je trouve que déjà beaucoup a été dit et je vais donc juste donné mon avis sur certains points.

Au sujet du corps et de la spiritualité. Si c'est vrai que le Yoga utilise le corps physique pour atteindre une plus grande conscience, je ne suis pas sûr que ça a toujours été le cas. Si on regarde le Yoga de Patanjali, il exprime surtout les différents stades des états de conscience et comment atteindre une plus grande intériorité en vue d'une expansion de la conscience. Les asanas en tant que tels n'étaient pas très présents. Il n'est pas dit qu'ils étaient inexistant, je ne le pense pas, mais en tout cas, l'accent n'était pas mis sur les postures à la base. L'attention était plutôt portée sur l'état méditatif, sur l'état intérieur de l'être. Certains auteurs disent qu'à la suite de l'éveil de la conscience, lorsque le mental est apaisé, la circulation pranique est libre et que dans cet état, la personne se sent poussée à prendre des postures, en réponse au flux pranique libéré. Donc, c'est bien d'un état intériorisé que les asanas sont apparus. C'est apparemment par ce constat qu'a été défini un ensemble de postures afin de faire le chemin inverse. Tout ça pour dire, qu'il est possible d'atteindre une grande spiritualité et un éveil, sans pour autant pratiquer des postures yogiques. Je crois qu'il faut faire attention de ne pas trop avoir une vision réductrice de la spiritualité et à généraliser un chemin personnel à tout le monde. Si ma voie me convient parfaitement pour moi, dans le sens où elle répond à une aspiration de mon être profond en fonction de mes sensibilités et de mon passé, elle ne conviendra pas forcément à tout le monde.

Dans la mystique chrétienne, le corps est nié. Pourtant, certains mystiques parvenaient à atteindre des états d'éveil. La bhakti yoga ne met pas non plus l'accent sur le corps, mais sur la dévotion. Donc il existe bien des voies qui ne mettent pas le corps au centre de leur doctrine.

Naturellement, un corps malade peut être une entrave à l'éveil spirituel, mais ça dépend de chacun. Il est possible d'aller au-delà et de transcender sa condition, quelle qu'elle soit. Mais l'idée d'un corps parfait existe naturellement, et pas uniquement chez Iyengar, mais elle n'est pas partagée par tous, et je crois que c'est bien ça qu'il faut comprendre.
Mon prof enseigne la méthode Iyengar d'un point de vue postural. C'est-à-dire qu'il insiste sur la précision des postures, ce que je trouve très intéressant et qui me convient parfaitement étant donné que mon métier de pianiste m'incite à aller dans le même sens. Par contre, d'un autre point de vue, mon prof suit l'enseignement du shivaisme du Cachemire. Je ne saurais pas trop en parler plus, car pour le moment je ne l'ai pas encore interrogé plus en avant sur ce sujet. Mais, ce que je veux dire, c'est qu'il est possible de pratiquer les postures à la méthode Iyengar tout en ayant un esprit curieux qui s'inspire d'autres tendances.
Bref, c'est comme toujours la même chose, il faut faire le tri en ce qui est bon à prendre et ce qui ne l'est pas, mais en prenant bien conscience que ça reste des choix personnels et intimes.

Pour ce qui est de l'éveil, je crois que c'est comme la kundalini, on sacralise trop et on l'idéalise tellement qu'on est plus capable de le reconnaitre, car nos lunettes seront encrassées par notre idéalisation mentale. Je crois qu'il faut arrêter de se faire une idée préconçue de l'illumination car elle empêche l'atteinte de l'éveil. Sinon, je pense aussi que l'éveil est sûrement plus anodin qu'on veut bien le croire. Mais il existe différents stades, à mon avis.
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 08 juin 2006, 23:11

rico a écrit :
Tu mets des limites là ou il n'y en a pas.
L'éveil (les éveils) est une réalité ordinaire, encore faut-il s'en donner "les moyens".
Alors tu es beaucoup plus évolué que moi spirituellement : je m'incline.
Personne ne mérite que l'on s'incline, surtout devant une réalité ordinaire.
Tu es déjà spirituel, tu le dis partout.
oui c'est essentiel; le corps est la demeure de l'esprit, de l'âme tant que nous sommes sur terre; il mérite tous les égards.
Oui, sans l'incarnation, la vie dans un corps, comment expérimenter l'esprit, l'âme ?

Le corps est un fabuleux tremplin et nous sommes bien plus que la musculature ou la grâce d'un mouvement.

La grâce apparente à la recherche de la grâce intérieure...

Extraordinaire aventure :roll:
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Message par kavi » 10 juin 2006, 03:12

Et bien, je ne prévoyais pas qu'en témoignant de ce que j'ai pu saisir de la démarche d'Eric Baret, de telles réactions seraient engendrées. :oops:
C'est à mon avis dommage que cela prenne des allures assez peu en adéquation avec l'ahimsa que tout le monde ici doit avoir comme référence constante :roll: mais à tout prendre, je préfère cent fois cela à de l'hypocrisie.
Je suppose que je suis en partie responsable du ton parfois belliqueux que je trouve à ces messages, et je m'en excuse auprès de Rico que j'ai apparemment agacé avec mes considérations.

Néanmoins pour répondre à ton dernier message, je tiens à préciser que je ne jugeais pas de l'enseignement d'Iyengar, qu'en effet je ne connais que par deux livres et ce que m'en ont rapporté certains élèves (c'est donc insuffisant), mais que je rappelais le fait que l'enseignement de Patañjali tel qu'il apparaît dans les yoga sutra, bien que revendiqué par moult enseignants, appartient à l'histoire et est en tant que tel un témoignage précieux de ce que fut le yoga. Il reste de plus en dépit de son caractère aphoristique, un texte plein de vie et qui mérite certes d'être lu et interrogé.
Mais je m'insurge devant cette habitude maintenant bien établie qui consiste à vouloir faire de ce texte un vadamecum qui garderait toute son actualité, en l'état, quitte à faire quelques aménagements dans la traduction. Prenons un ou deux exemples :

II.30 ahimsâ satyâsteya brahmacaryâparigrahâ yamâh ||

Il s'agit du shloka où se trouve énumérés les différents yamas.
Pour aparigraha, voici deux traductions proposées : "refus des possessions inutiles" ; "retenue". L'un des traducteurs, Jean Bouchart d'Orval, ajoute les précisions suivantes : "sans femme", "sans serviteur", privations, pour donner une idée plus précise du sens original.
Mais il apparaît clairement une forme d'édulcoration afin de le faire coïncider avec nos catégories. L'absence de convoitise, le refus des possessions inutiles, peuvent sembler tout à fait acceptables en tant que standarts de l'éthique du yogi dans le monde qui tâche de ne pas gaspiller son énergie à acquérir ce qui est superflu. Bien. Mais le sens d'aparigraha, littéralement "ce qui n'est pas à saisir", dans le contexte d'une communauté de pratiquants de l'époque de Patañjali se rapproche certainement de la définition que l'on peut trouver dans le dico Monnier-Williams : refus de toute possession, excepté les ustensiles utiles à l'ascèse. Assurément pas un frigo ou un téléviseur couleur, ni même une bicyclette :D
Il est intéressant de noter au shloka suivant que Patañjali insiste en affirmant que les yamas n'ont pas à être adaptés, ils sont valables partout, en tout lieu et toute circonstance. Cela ne pose pas problème puisqu'il s'agit là de vie érémitique.
Encore plus loin, II.39, il approfondit la notion d'aparigraha en indiquant que le fait de s'appliquer à cette discipline permet de comprendre le pourquoi des naissances. Le désir de posséder, la pulsion libidinale qui y est associée, enchaîne à la roue de la transmigration. Dans l'optique yoguique qui vise à l'arrêt des renaissances, il incombe donc de se départir radicalement de ce conditionnement en s'opposant à cette pulsion (et je ne suis pas d'accord avec Denis qui écrit ailleurs que l'objectif des tantrikas est de sortir de la roue de la transmigration, en tout cas en ce qui concerne les non-bouddhistes).

Autre exemple : Shauca, niyama qui est rendu soit par propreté, pureté ou clarté (je suis désolé de me limiter aux deux traductions que j'ai sous la main qui ne sont pas forcément les meilleures !) Shauca, dérivé de Shuci "pur", recouvre bien ces diverses significations mais Patañjali précise ce qu'il entend par là en II.40 :

Shauchât svângajugupsâ parairasamsargah ||

Avec ce shloka, on frôle l'hypocrisie chez nos amis traducteurs, F. Mazet et Bouchart d'Orval que je me premets de citer :

"La pureté nous amène à être détaché de notre corps et de celui des autres."
"La pureté nous aide à nous détacher de notre propre corps et à cesser la recherche de la matière."
Le plus fort est que l'un comme l'autre précisent le sens de chacun des mots juste après en mettant comme il se doit pour "jugupsâ" : aversion !
Et pour asamsarga "absence de contact" qui devient mystérieusement chez d'Orval "cesser la recherche de la matière" (?)
Asamsarga qui dérive de SamSrj (unir, mélanger) implique l'absence d'association, de mélange, de contact (sexuel notamment), le refus d'une vie sociale en quelque sorte.
Donc si l'on veut traduire au plus près, on arrive peu ou prou à ceci :
"L'absence de contact avec les autres et le dégoût envers notre propre corps découle de la pureté."
De toute évidence, si l'on traduit tout Patañjali comme cela, les clients risquent de se fairent rares ! :)

Il est évident que l'on pourrait continuer à soumettre le texte à ce regard critique mais je ne voudrais pas laisser croire que je me livre à cet exercice afin de rejeter en bloc les yoga sutra. Je le redis, voici un texte fondateur, qui en peu de mots dit beaucoup et qui est riche d'enseignements. je ne critique pas le moins du monde l'habitude que les professeurs de yoga ont pris de se servir de ce texte pour expliquer des notions cardinales, voire en adaptant les propos, à en faire une sorte de guide spirituel. Mais ce serait je crois erroné de dire que l'on pratique le yoga de Patañjali tel qu'il l'entendait. On transpose - avec parfois de la difficulté - des notions qui sont nées dans le contexte paticulier de l'ascèse du renonçant dans le cadre du pratiquant qui mène une vie sociale. Bien entendu, ce n'est pas le seul texte du yoga qui est ainsi adapté, la Hathayogaprâdipikâ n'est pas mieux logée, mais il existe des voies traditionnelles qui sont elles prévues dès l'origine pour être pratiquées par les grhatiyogî, les yogî-au-foyers :D .

Dernière précision concernant le corps. J'ai eu l'impression, Rico, que tu pensais que j'adhérais à une certaine conception très "éthérée" du yoga, où le corps ne serait pas une base de pratique. Outre que je ne faisais - je le redis - que présenter l'enseignement de Baret, je peux te dire que le coprs, les pensées, les émotions etc. sont au contraire au coeur de mes préoccupations (d'ailleurs Baret fait également grand cas du corps, c'est l'intentionnalité qu'il "critique"). Le corps est le temple auquel sont offerts émotions, sensations, pensées en même temps qu'il est l'offrande sacrificielle. Il est le témoin au niveau microcosmique de l'activité infatigable de la shakti, jeu libre de la consience.
Et pour terminer, une stance tirée de Saundrayalaharî (hymne à la déesse), la 27e :

"A travers l'apparition de mon propre abandon, laisse ma conversation devenir la récitation de Ton nom, mes mouvements, gestes d'adoration,
ma marche la circumambulation autour de Toi, ma nourriture, l'offrande sacrificielle, mon sommeil [le fait de se coucher] prosternation devant Toi ; tout ce que je fais pour mon plaisir, qu'il devienne un acte d'adoration envers Toi."

Kavi
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 10 juin 2006, 15:43

Merci pour cette formidable étude et ton long post.

Je crois que tu as bien raison de faire cette distinction très importante que la vision de Patanjali s'adresse à des renonçant épris d'amour pour Dieu et vivant en retrait du monde.

Je crois que ne rien posséder dans notre monde n'est plus possible, à moins d'entrer dans un monastère. De ce fait entre le 100% du suivi des Yamas et Niyamas et notre "ascèse nous sommes tous bien loin du compte.

C'est un peut pour cette raison que je disais dans un de mes posts que les Yamas et Niyama ne sont plus vraiment observables dans notre vie et dans notre monde.

De plus, la voie montrée par Patanjali est bien belle, mais il en existe d'autres tout aussi belles et aussi chevaleresques, celle des Bhakti Shivaïte par exemple qui se moquent même du Hatha Yoga… (lire La Bhakti : Le Stavacintamani de Bhattanarayana)…

Pou ce qui est du tantrisme, je suis étonné de ta réponse sur les tantrikas...
Les védentins disent "Puisse-je atteindre l'eveil dans une vie future", les tantrikas souhaitent 'Puisse-je ne jamais renaitre" c'est un point fondamental entre les 2...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 10 juin 2006, 18:02

les tantrikas souhaitent 'Puisse-je ne jamais renaitre"
ce qui voudrait dire que la vie est moche, qu'il ne faut pas l'aimer, qu'on est sur terre nécéssairement pour souffrir l'enfer bref une assertion qui ressemble davantage à "vive la mort" que vive la vie??????
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 10 juin 2006, 19:38

Mort et vie ne sont que la même dualité inexistante.
La vie n'est pas moche elle est simplement dramatique car notre fin est ineluctable, tôt ou tard on mourra !
Généralement on ne meurt pas en bonne santé :?
On sait qu'un personne sur deux meurt d'un cancer, par exemple...

A la vue de cela notre vie est bien futile, nos constructions bien ephemères, nos croyances bien légères, notre corps avec bien peu de temps à vivre.

Maintenant voir la vie d'une manière dramatique ne doit pas nous pousser à être dramatique, si la vie humaine est courte et futile, notre réalité est eternelle et notre vrai corps est omniprésent, il est vaste comme l'infini, soyons donc joyeux de quitter un jour cette prison.

Notre réalité est bien plus grande, belle que notre identification à ce coprs, cette vie, cette petite histoire...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 10 juin 2006, 19:54

Mort et vie ne sont que la même dualité inexistante.
Mmm.. la vie est une opportunité que la mort n'offre pas.
Généralement on ne meurt pas en bonne santé :?
:D
On sait qu'un personne sur deux meurt d'un cancer, par exemple...
Je ne savais pas.
Je sais qu'il y a aussi la vieillesse, l'épuisement de l'énergie vitale,
Les accidents,
Le sida qui reste une rencontre facheuse et accidentelle.
Savez-vous que l'espérance de vie en Afrique, est de 35 ans ?


A la vue de cela notre vie est bien futile, nos constructions bien ephemères, nos croyances bien légères, notre corps avec bien peu de temps à vivre.
Oh oui !
Maintenant voir la vie d'une manière dramatique ne doit pas nous pousser à être dramatique, si la vie humaine est courte et futile, notre réalité est eternelle et notre vrai corps est omniprésent, il est vaste comme l'infini, soyons donc joyeux de quitter un jour cette prison.
Nous pouvons remplacer dramatique par lucide.
Voir la vie d'une manière lucide.
Je vois le corps comme un véhicule temporel, non une prison.

Faby
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 10 juin 2006, 19:59

Généralement on ne meurt pas en bonne santé
d'où l'intéret du yoga!!!
Je vois le corps comme un véhicule temporel, non une prison.
mieux : il est l'instrument de la libération, l'instrument permettant d'approcher (à défaut de l'atteindre) le divin!!
Denis : es tu heureux de vivre????
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 10 juin 2006, 20:19

Rico a écrit :Denis : es tu heureux de vivre????
Wooarffff , qu'elle blague !!!

Je suis un individu joyeux et plein d'entrain, j'aime faire beaucoup de conneries, moto sur la route à 300 kmh, moto dans les bois, bateau, peintures, dessins, travaux manuel en tout genre, je suis aussi à mon compte dans l'informatique, papa... bref ma vie en bien remplie, certainement un peu trop :D

Mais heureux de vivre alors là j'en sais rien...
Peut-on être heureux de vivre dans une prison, avec une épée d'amoclesse sur la tête...
Et que cela signifie t il, personnellement je n'en sais rien. :?

Je suis peut-être heureux de vivre et de mourir à chaque instant, heureux de vivre la lumière, la paix (après les tempetes)...

J'ai quand même l'mpression que le fait d'être heureux de vivre est une grand complaisance et n'est pas pour celui qui emprunte le chemin spirituel.

Si il faut voir le fait d'être heureux de vivre par le fait de se masturber devant la glace parcequ'on a un beau corps, une intelligence, une femme, un ou une .... boffff !!!! je suis et reste lucide (!!!) de l'impermanence de la vie.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 10 juin 2006, 20:30

Heureux de vivre tout simplement, indépendement de toute action, de toute possession. Heureux d'"être" est bien différent d'être heureux d'"avoir", de "faire". A mon sens pas d'évolution spirituelle possible sans cette capacité d'être heureux d'"être".
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 10 juin 2006, 20:51

Denis a écrit : J'ai quand même l'mpression que le fait d'être heureux de vivre est une grand complaisance et n'est pas pour celui qui emprunte le chemin spirituel..
Le chemin spirituel n'est pas celui du bonheur, c'est celui de la solitude avant tout et le regard sans complaisance sur ses limites.
Vivre et mourir chaque instant est une souffrance, cela ne m'a jamais rendue heureuse.

Peut-être n'ai-je rien compris.
Peut-être est-il encore trop tôt..

Essayer de vivre lucide, voir le monde et les Hommes..

Le bonheur est un petit interlude, je lui préfère la paix.
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 10 juin 2006, 20:54

Faby a écrit :
Vivre et mourir chaque instant est une souffrance, cela ne m'a jamais rendue heureuse.
.
C'est cependant le chemin que je choisis en consience d'emprunter, c'est celui de la paix.

L'éveil est un paradoxe !
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 10 juin 2006, 20:57

Vivre et mourir chaque instant est une souffrance
A moins d'être "détaché" : un des autres but du yoga : cultiver le détachement!!!
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Yog

Message par Yog » 10 juin 2006, 22:14

Je crois que tu as bien raison de faire cette distinction très importante que la vision de Patanjali s'adresse à des renonçant épris d'amour pour Dieu et vivant en retrait du monde.
Il me semble que dans la tradition védique, la vie était répartie en différents stades et ce n'est qu'en fin de vie, que la personne devenait renonçante. Alors il est possible que dans cette optique, les textes spirituels étaient dédiés pour cette catégorie, mais je crois que c'est une spécificité et que la spiritualité ne se résume pas à être renonçant.

Maintenant il me semble aussi que le Sâmkhya prend comme point de départ la souffrance et le dégoût du monde. En étant dégouté des attraits du monde et donc des distractions que la matière apporte pour endormir l'être, la personne est alors prête à chercher son salut au-delà. Patanjali puise beaucoup dans le Sâmkhya.

Le corps est-il une prison ? Non, je ne le pense pas. Le considérer ainsi est par quelque part rester attaché à la matière et lui donner une trop grande importance. Elle enchaine déjà aux illusions, la renier n'arrangera pas les choses à mon avis.
Mort et vie ne sont que la même dualité inexistante.
La vie n'est pas moche elle est simplement dramatique car notre fin est ineluctable, tôt ou tard on mourra !
Généralement on ne meurt pas en bonne santé
La maladie fait partie de la vie. La souffrance aussi, le bonheur aussi. Peut-on accepter l'un et renier l'autre ? N'est-ce pas alors nier une part de nous-même ?
Cultiver son corps pour le garder en bonne santé est louable et raisonnable, mais attention à ce que cette attention ne se transforme pas en une peur irréprésible de la maladie. Car, si la peur peut être une bonne motivation pour le cheminement spirituel, elle ne doit nullement baliser le chemin.
Je crois qu'accepter la vie comme elle nous vient est important. Ca ne veut pas dire rester passif et subir sans broncher, mais attention à ne pas continuellement entrer dans l'insatisfaction et être constamment dans la projection mentale. Vouloir toujours être différent de ce qu'on est, c'est vivre dans un état illusoire, se couper de l'écoute de soi et nier les aspirations profondes de notre être intérieur.
J'ai quand même l'mpression que le fait d'être heureux de vivre est une grand complaisance et n'est pas pour celui qui emprunte le chemin spirituel.
Je ne suis pas du tout d'accord avec cette affirmation. On peut être heureux face à la Vie, être émerveillé par Elle. La Vie nous offre l'occasion de replacer les choses vers l'essentiel, montrer ce qui est réellement important. Le chemin spirituel va vers un épanouissement de l'être et non vers une mortification. S'enfermer dans l'idée que la spiritualité doit être d'une façon préétablie, définie souvent par la frustration, me semble être tout aussi endormissant que de baigner dans une quête matérialiste du bonheur.
A mon sens, et selon la façon dont je la vis, la spiritualité permet d'être en "paix" avec soi-même, en détruisant progressivement les mouvements égotiques inutiles et permet de découvrir son être authentique. Naturellement, à un moment on se sent en déphasage par rapport à la société, mais ce n'est pas grave, car il faut être capable de ne pas se laisser déstabiliser par les absurdités et les horreurs du monde. N'est-ce pas faire Dharana, rester concentré malgré les distractions de la matière ?
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 11 juin 2006, 09:05

Je partage l'opinion de yog.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 11 juin 2006, 10:40

Yog a écrit :
La maladie fait partie de la vie. La souffrance aussi, le bonheur aussi. Peut-on accepter l'un et renier l'autre ? N'est-ce pas alors nier une part de nous-même ?
J'apprécie particulièrement ce passage. (notez que je ne dis pas : Je suis d'accord)

Je suis d'accord, pas d'accord ou encore je partage l'opision (Rico).
L'opinion est un principe, une conviction et de l'ordre de l'intellect.

Je vis les évènements de ma vie, selon mon parcours et je vous prie de croire qu'il n'est pas simple.
De plus, je suis femme et je n'ai pas 3O ans mais 47 ans..
Bien des éléments diffèrent et lorsque je témoigne, j'essaye de le faire avec ma sensibilité, elle reste mienne et donc arbitraire.

La philosophie est suggestive et ouverte à toutes les réalités humaines.

On peut être heureux face à la Vie, être émerveillé par Elle.
Nous vivons tous ces émerveillements, est-ce pour autant le bonheur ?
Tu es un jeune papa et vis un évènement qui te place pour un temps, dans une énergie particulière.
Le chemin spirituel va vers un épanouissement de l'être et non vers une mortification.
Je suis engagée dans cette voie et la mort est une réalité de beaucoup de spirituels. Elle est attendue et cela passe par la souffrance.
Naturellement, à un moment on se sent en déphasage par rapport à la société, mais ce n'est pas grave, car il faut être capable de ne pas se laisser déstabiliser par les absurdités et les horreurs du monde. N'est-ce pas faire Dharana, rester concentré malgré les distractions de la matière ?
Le déphasage est incontournable, ce n'est pas un problème.

Tu parles de déphasage et plus loin de la peur de la maladie. Je n'ai rien lu qui ai pu suggérer ces deux approches.


Ce site est donc dédié à cette poignée de femmes et d'hommes qui reste éveillée, qui refuse de se prosterner, de ramper, et se moque du sexe des anges. A ces femmes et à ces hommes qui veulent dépasser les notions de religion, de nationalité et de race et sont prêts à secouer le poids des conditionnements séculaires pour être libres, non dans les pensées ( les pensées ne sont jamais libres ) mais dans leur être, dans leur peau ; qui refusent l’abrutisation ( ne cherchez pas dans le dictionnaire ! ) imposée par une société moutonnière et prétendent, contre vents et marées, demeurer les seuls compositeurs-interprètes du chant bref et unique qu'est leur vie.

Gilbert Anken
http://www.rivages-interieurs.net/index.html
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 11 juin 2006, 12:56

La souffrance aussi, le bonheur aussi. Peut-on accepter l'un et renier l'autre ?
Le bonheur se conquiert et la souffrance peut être évitée; rien à voir avec le fait de la renier. On peut mourir en bonne santé et ne jamais souffrir d'aucune maladie sérieuse grâce à sa bonne étoile ou mieux : grace au yoga bien entendu!!! :)
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Yog

Message par Yog » 11 juin 2006, 13:42

J'apprécie particulièrement ce passage. (notez que je ne dis pas : Je suis d'accord)

Je suis d'accord, pas d'accord ou encore je partage l'opision (Rico).
L'opinion est un principe, une conviction et de l'ordre de l'intellect.

Je vis les évènements de ma vie, selon mon parcours et je vous prie de croire qu'il n'est pas simple.
De plus, je suis femme et je n'ai pas 3O ans mais 47 ans..
Bien des éléments diffèrent et lorsque je témoigne, j'essaye de le faire avec ma sensibilité, elle reste mienne et donc arbitraire.

La philosophie est suggestive et ouverte à toutes les réalités humaines.
Pourrais-tu développer stp ? Car je n'ai pas saisi le rapport avec mon passage que tu as cité.
Nous vivons tous ces émerveillements, est-ce pour autant le bonheur ?
Tu es un jeune papa et vis un évènement qui te place pour un temps, dans une énergie particulière.
Qu'est-ce que le bonheur ? Est-ce un état d'émerveillement continuel ? Un état de plaisir continuel ? Bonheur et malheur font partie d'une même dualité. Je ne fonctionne ni dans l'un ni dans l'autre. Je ne parlais pas du bonheur en fait, mais bien être en harmonie avec la Vie. Cette harmonie n'est pas un état béatifique, mais vivre pleinement chaque instant qui nous est donné et ça passe par les moments de souffrance. La souffrance doit être prise à bras le corps, avec autant d'énergie que le bonheur.
Ne crois pas que c'est parce que je vis en ce moment la naissance de ma fille que je vois la vie en rose, car ce n'est pas du tout le cas. J'ai vécu, il y a 7 mois la mort de ma mère. Sa mort est venue suite à une longue maladie, un cancer qui s'est progressivement généralisé à tout le corps. Je l'ai vu souffrir, mais avec toujours le courage qui la caractérisait. Elle était le pilier de notre famille et son décès a provoqué une absence pesante. Lorsqu'elle est morte, j'ai vécu les choses pleinement, en suivant le mouvement de la vie, en faisant mon deuil en étant entier, avec ma souffrance. J'ai revécu, après sa mort, chaque nuit, chaque étape de sa maladie, en ressentant les choses dans mon être, dans ma chair. Cet événement fut très propice à tirer des enseignements profonds, à comprendre la valeur des choses et se tourner vers l'essentiel. Il est important de prendre la Vie comme elle est, avec ses plaisirs, ses souffrances.
Je suis engagée dans cette voie et la mort est une réalité de beaucoup de spirituels. Elle est attendue et cela passe par la souffrance.
A chaque moment que je vis, je sais qu'un jour je vais mourir. Je ne sais pas quand, mais je sais qu'un jour je vivrais ce moment. Personne ne peut y échapper. C'est ainsi, et je crois qu'il est important d'accepter sa propre mortalité. Maintenant je ne vois pas ça comme une souffrance, ni comme une libération d'ailleurs, mais comme quelque chose de naturel. La dévotion à la mort me parait être tout aussi illusoire que la dévotion à la vie.
Je ne pense pas qu'il faille fuir la souffrance, qu'il faille aller vers le bonheur. Je pense qu'il est important d'être présent à chaque instant.
Tu parles de déphasage et plus loin de la peur de la maladie. Je n'ai rien lu qui ai pu suggérer ces deux approches.
Il n'y a pas de rapport entre le déphasahe et la peur de la maladie. Je parle de la peur de la maladie, car les propos de Rico peuvent faire penser que certains pratiquants font le yoga par peur de la déchéance provoquée par la maladie et le temps. Je ne dis pas que c'est ce qui motive la démarche de Rico, car seul lui peut savoir son approche intérieure, mais c'est une dérive possible. Pratiquer le yoga par peur de la maladie peut être un bon début, mais si on en reste à ça, alors je crois qu'on rate un sens beaucoup plus profond du yoga.
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 11 juin 2006, 14:58

les propos de Rico peuvent faire penser que certains pratiquants font le yoga par peur de la déchéance provoquée par la maladie et le temps.
La peur de la maladie existe en chaque être humain à un degré plus ou moins important; il se trouve que cette peur en moi a totalement disparu le jour où j'ai commencé à pratiquer le yoga voilà maintenant presque 7 ans; disparition des peurs : n'est ce pas l'un des nombreux fruits du yoga et la voie vers la liberation de l'être??
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 11 juin 2006, 22:50

Pourrais-tu développer stp ? Car je n'ai pas saisi le rapport avec mon passage que tu as cité.
La communication écrite a ses limites, je le crains.
Je ne pensais pas être aussi obscure...
Je laisse la place à Denis, j'espère qu'il saura éclaircir quelques zones d'ombre et relier nos propos.
Une question cependant, ni vois pas d'offense Yog, elle est sincère et sans second degré.
Prends-tu le temps de lire attentivement les messages ?
Je ne suis pas dans une démarche discursive et solitaire mais tente, bien maladroitement, je te l'accorde, de dialoguer avec chacun d'entre vous.
J'essaye de vous entendre, au-delà du mot et dans vos identités respectives.
Je suis une femme intuitive et c'est la raison de mon intérêt pour le trantra conscience.
C'est la démarche de l'expérience, non de l'intellectualisation à outrance et elle ne repose sur aucune écriture philosophique.
Elle s'en inspire et rien de plus.

Ce que tu me demandes de développer était une réponse directement inspirée de ta manière de t'exprimer et d'intervenir dans l'échange.
Il n'y a pas de rapport entre le déphasahe et la peur de la maladie.



Je n'ai pas fait mention d'un rapport mais de deux réalités.
Je te demande implicitement à quel moment, le message de Denis t'inspire ces deux concepts.
Si tu en parles, cela provient d'une interprêtation d'un message à moins qu'il ne s'agisse d'une projection.

Pourquoi parles-tu de déphasage et pourquoi parles-tu de peur, en réponse à Denis ?
A chaque moment que je vis, je sais qu'un jour je vais mourir
Lorsque le spirituel parle de mort, il pense aux conditionnements, à la mort d'un fonctionnement.
Il est aussi question de l'égo, son identification, son observation sans complaisance..vaste programme.
Il n'est pas question de la mort cellulaire, c'est autre chose.

On peut s'arrêter là, si tu le souhaites.
Bonne soirée,
Yog

Message par Yog » 11 juin 2006, 23:57

Prends-tu le temps de lire attentivement les messages ?
Oui. Je prends souvent beaucoup de temps pour lire les messages et par moment je les lis même plusieurs fois. :D
Je te demande implicitement à quel moment, le message de Denis t'inspire ces deux concepts.
Si tu en parles, cela provient d'une interprêtation d'un message à moins qu'il ne s'agisse d'une projection.

Pourquoi parles-tu de déphasage et pourquoi parles-tu de peur, en réponse à Denis ?
Bon. Dans un sujet d'un forum, on ne répond pas forcément au dernier message posté, mais souvent à des choses dites plus haut par d'autres membres.
Lorsque je parle de déphasage, c'est en rapport au raisonnement que j'ai amené. Le fait de mettre à mal les mouvements égotiques, nous met en décalage par rapport à une société qui elle suit les mouvements égotiques.
Pour la peur, je réagissais au message de Rico. ( c'est vrai que j'ai pris comme point de départ une citation de Denis, mais il répondait déjà à Rico aussi) Je trouvais juste que Rico mettait un peu trop l'accent sur l'aspect santé du yoga, d'où mon raisonnement sur la peur.
En fait, je ne fais que suivre l'inspiration qui me vient lorsque j'écris et ce n'est pas toujours aussi clair que ça devrait. A l'avenir, je vais essayer d'être plus précis par rapport à mes réactions des posts. :wink:
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 08:47

Yog a écrit :Le corps est-il une prison ? Non, je ne le pense pas. Le considérer ainsi est par quelque part rester attaché à la matière et lui donner une trop grande importance. Elle enchaine déjà aux illusions, la renier n'arrangera pas les choses à mon avis.
Prendre le corps pour une prison n'est pas le renier, c'est simplement le mettre à sa place. Plusieurs expériences personnelles de réincorporation m'ont fait toucher du doigt cette réalité. Le corps qui est une merveilleurse machine n'en reste pas moins quelque chose de lourd, qui opacifie la conscience, de chaud et humide avec une sensation équerrante....

Yog a écrit :
Denis a écrit :Citation:
Mort et vie ne sont que la même dualité inexistante.
La vie n'est pas moche elle est simplement dramatique car notre fin est ineluctable, tôt ou tard on mourra !
Généralement on ne meurt pas en bonne santé



La maladie fait partie de la vie. La souffrance aussi, le bonheur aussi. Peut-on accepter l'un et renier l'autre ? N'est-ce pas alors nier une part de nous-même ?
Je crois ne pas attacher d'importance ni au bonheur ni à la souffrance, je n'accepte ni un ni l'autre.
Pour moi le bonheur est une illusion, c'est sur qu'en pleine forme, avec un beau sourire et toutes ses dents on peut trouver du bonheur, mais cela me semble être une illusion. Rico va certainement venir nous revendre un petit peu du Yoga, genre "Avec le yoga plus de maladie, plus de souffrance, plus d'attachement QUE DU BONHEUR !!!", si tout cela était vrai le monde entier ferait du Yoga... A 42 ans et avec plus de 20 ans de pratique du Hatha Yoga je sens déjà le fait de perdre des énergies, je sens déjà les transformations du corps vers la vieillesse, la transformation de la peau, des muscles, des articulations.....

Non, le Yoga ne rend pas le corps immortel !, il peut libérer l'esprit de l'emprisonnement de la matière, mais certainement pas libérer l'ego des doutes et des peurs, tout cela est illusion.... Si tu n'as plus de peur Rico, viens faire un tour de moto avec moi, et tu verras que tes peurs sont bien là, juste masquées par un optimisme enjoué du Yoga sauveur de la maladie...

Yog, je crois que dans ta dernière strophe de ce post il y a une chose à entrevoir pour toi : peut on etre heureux de vivre quand on cherche la paix avec soi même....

Qu'elle belle dualité, c'est comme si on chercher a faire la paix avec le tigre. Quand le tigre devient méchant et casse tout, emporte tout et apporte malheurs, souffrances, on tente alors de faire la paix avec lui, mais peut-il y a avoir une paix réel avec le tigre....

Ou alors la paix est faite d'un endormissement du tigre... Mais alors là peut-on parler de joie de vivre ???

Ou alors chez toi le tigre n'existe pas, alors tout va bien pour toi, tu n'as jamais commencé le combat et ne le commencera certainement jamais. :wink: (tout cela n'est que discussion et pas forcèment tourné vers toi !)

Le tigre c'est l'irréversibilité des choses de la vie, des événements terribles, tant que nous n'entrons pas dans cela le combat n'existe pas vraiment. C'est Don Juan qui dit à Castaneda : "Toi tu n'as jamais perdu une fois dans ta vie, tu ne connais pas le non sens de la vie, le lieu sans pitié, moi, un jour des soldats sont entrés dans ma maison et ont tué mes parents devant mes yeux quand j'étais petit. Puis on m'a emmené dans un camp..."

Le tigre c'est aussi nos pulsions, nos désirs, nos passions, nos destructions, nos joies et nos peines, toutes ces choses que tout le monde fait et vit mais que nous nous faisons en toutes lucidités. Cette danse de la vie reste pour nous froide, fascinante comme une image sur un écran de cinéma et en même temps equerrante bien que nous soyons immobile.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 09:00

Faby a écrit : La communication écrite a ses limites, je le crains. ....
...
Je suis une femme intuitive et c'est la raison de mon intérêt pour le trantra conscience.
C'est la démarche de l'expérience, non de l'intellectualisation à outrance et elle ne repose sur aucune écriture philosophique.
Elle s'en inspire et rien de plus.
C'est une belle chose d'avoir comme démarche l'expérience et donc tenter tout ce qui est possible pour trouver la lumière.
C'est vrai que les écrits ont une limite, mais il ne faut pas non plus les renier, ils permettent d'avancer rapidement et précisement, pour peu qu'on lise différents auteurs et différentes visions.
Sans oublier cette chose extraordinaire des textes traditionnels Indiens écrits en mode intentionnel qui ne parle pas à l'intellect mais donne des indications pour celui qui est en chemin.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 09:34

Rico a écrit :Heureux de vivre tout simplement, indépendement de toute action, de toute possession. Heureux d'"être" est bien différent d'être heureux d'"avoir", de "faire". A mon sens pas d'évolution spirituelle possible sans cette capacité d'être heureux d'"être".
Je crois que tu aimes les raccourcis, cette phrase me fait penser à toutes tes autres :
Rico a écrit :On peut mourir en bonne santé et ne jamais souffrir d'aucune maladie sérieuse grâce à sa bonne étoile ou mieux : grace au yoga bien entendu!!!

disparition des peurs : n'est ce pas l'un des nombreux fruits du yoga et la voie vers la liberation de l'être??

Allez tiens je vais de ce pas me faire une petite séance dans le seul et unique but de me sentir bien après!!!!

en revanche le yogi peut en toute tranquillité s'attendre à être en bonne santé et bien dans son corps et dans sa tête grace à sa pratique (sous réserve bien sur d'une pratique correcte et assidue)...

Le yoga est une réponse à cette entrave à condition biensur de ne pas s'y prendre trop tard....

Il n'en reste pas moins au coeur de l'enseignement de BKS Iyengar;
Je te demande ne pas réagir à ce post, simplement de lire tout ce qui écrits au dessus comme si c'était Pierre qui avait écrit tout cela et que toi tu ne comprendrais rien au Yoga, qu'en penserais-tu ???

Malheureusement pour tes grandes certitudes les choses ne sont pas binaires dans notre monde... La Maladie comme la mort ne seront jamais annulées ou même évitées par du Yoga, tout au plus tu auras un corps qui fonctionnera assez bien, comme n'importe qui qui pratique du sport...

Autour de moi, mes amis Yogi ont tous des problèmes articulaires, en premier c'est les genoux qui coincent et c'est des opérations des menisques, puis arrivent les mals de dos, lombaires....

"Heureux de vivre tout simplement"..... Heureux les simples d'esprit....
Je ne crois pas que tu en fasses partie...

"indépendement de toute action" ..... Le crois tu ???

"de toute possession" n'as tu rien à toi que tu possèdes, ne te mets tu jamais en colère, n'as tu jamais envie d'avoir à toi un objet, ou une femme ou des enfants.... Ne connais tu jamais la jalousie, le désir....

Vis tu sur la terre ou ailleurs ? :D
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Yog

Message par Yog » 12 juin 2006, 10:13

Prendre le corps pour une prison n'est pas le renier, c'est simplement le mettre à sa place.
Je suis d'accord pour le remettre à sa place, ça je ne le nie, c'est juste que j'évite de lui donner un nouvel attribut (prison).
Qu'elle belle dualité, c'est comme si on chercher a faire la paix avec le tigre. Quand le tigre devient méchant et casse tout, emporte tout et apporte malheurs, souffrances, on tente alors de faire la paix avec lui, mais peut-il y a avoir une paix réel avec le tigre....

Ou alors la paix est faite d'un endormissement du tigre... Mais alors là peut-on parler de joie de vivre ???


Il ne s'agit pas de dominer le tigre, ni de faire la paix avec lui, mais bien d'être à son écoute et de se mettre en accord avec lui. Il faut aussi le remettre à sa place, comme tu le dis si bien avec le corps.
Je ne suis pas du genre à prendre ce qui m'arrange et laisser le reste de côté. Nos pulsions sont bien présentes et à mon sens, chacun compose avec elles. Mais il y a un choix à faire, entre se laisser dominer par elles ou alors chercher à les comprendre profondément afin de tarir la source. Ca ne veut pas dire entrer dans un refoulement, mais bien prendre les différentes émotions à bras le corps afin d'en saisir l'essence.
Il ne s'agit pas ici d'aller dans une position ferme et rigide, mais bien d'être souple, prendre les choses au cas par cas. On ne peut pas dire que la vie est belle ou moche, car tenir un tel point de vue est loin de la réalité. On a cette tendance à aller vers ce qui nous procure du plaisir et de laisser de côté le déplaisir. C'est logique, mais lorsqu'on veut chercher en profondeur, il faut comprendre nos tendances profondes, comprendre notre conditionnement, afin de pouvoir peut-être un jour découvrir notre vraie nature et par là la nature de toutes choses. N'est-ce pas le Yoga que d'aller au-delà des apparences afin de percevoir ce qu'il y a derrière, en finir avec les illusions qui masquent notre perception ?
Donner tel ou tel attribut à la vie, c'est à nouveau entrer dans un conditionnement et s'enfermer. A mon sens, le corps n'est pas la pire des prisons, mais bien nos conditionnements, nos croyances.
Ou alors chez toi le tigre n'existe pas, alors tout va bien pour toi, tu n'as jamais commencé le combat et ne le commencera certainement jamais. (tout cela n'est que discussion et pas forcèment tourné vers toi !)

Le tigre c'est l'irréversibilité des choses de la vie, des événements terribles, tant que nous n'entrons pas dans cela le combat n'existe pas vraiment
C'est justement à travers les échecs et les souffrances que j'ai le plus appris. Mais je ne considère pas ça comme un combat, ni comme une passivité. Je le repète, je pense qu'il est important d'accompagner pleinement les différents stades de notre vie, vivre pleinement, dans la souffrance comme dans la joie. Ne pas fuir les choses et rester présent, quoiqu'il arrive. Lorsque la dualité est laissée de côté, alors vient un état où la sérénité commence à poindre à l'horizon. Ce n'est pas un état amorphe, mais un état dynamique capable de réagir selon les circonstances. C'est atteindre l'état de Témoin, dont il est question dans la littérature yogique.

Cela dit, je trouve que le problème au fil de cette discussion, c'est que chacun essaie de valider sa voie, de la justifier et de comparer avec les voies des autres. Ceci se fait dans l'idée de se conforter dans sa position, au lieu d'aller vers l'autre et d'en tirer des choses constructives. On peut comprendre un point de vue sans y adhérer.
J'ai vraiment l'impression que chacun cherche plus ou moins à descendre l'autre, de façon plus ou moins consciente et plus ou moins masqué. On juge l'autre à partir du prisme de nos croyances, de notre conditionnement et de notre culture spirituelle.
Je trouve que Rico apporte des éléments intéressants à travers la méthode Iyengar. C'est un point de vue qu'on peut partager ou pas, mais il y a des choses à tirer de tout ça.
Je trouve aussi que Denis apporte des éléments intéressants. L'idée de se mettre à mal afin d'amener l'ego dans ses derniers retranchements pour laisser la place à l'émergence d'une nouvelle conscience, est intéressante, mais elle ne convient pas à tout le monde. Certains ne peuvent pas supporter un tel traitement. Ca ne veut pas dire qu'ils ne vivront jamais la spiritualité, mais ils prendront un autre chemin qui sera tout aussi honorable.

En tout cas, je trouve que tout ça est un bel échange, même s'il y a par moment des crispations. :D
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 10:36

Yog a écrit :Cela dit, je trouve que le problème au fil de cette discussion, c'est que chacun essaie de valider sa voie, de la justifier et de comparer avec les voies des autres. Ceci se fait dans l'idée de se conforter dans sa position, au lieu d'aller vers l'autre et d'en tirer des choses constructives. On peut comprendre un point de vue sans y adhérer.
J'ai vraiment l'impression que chacun cherche plus ou moins à descendre l'autre, de façon plus ou moins consciente et plus ou moins masqué. On juge l'autre à partir du prisme de nos croyances, de notre conditionnement et de notre culture spirituelle.
Je trouve que Rico apporte des éléments intéressants à travers la méthode Iyengar. C'est un point de vue qu'on peut partager ou pas, mais il y a des choses à tirer de tout ça.
Hop là :D , je crois que tu colles un état d'ame qui n'existe pas pour moi.
Je ne cherche pas à descendre qui que se soit, peut-être susciter des idées et des questions chez les autres, tout comme ils le font aussi.
Tout ce que j'ai écris au-dessus n'était qu'une réponse à cette question : "d'être heureux de vivre" et le départ de mon poste était :
Denis a écrit :Yog, je crois que dans ta dernière strophe de ce post il y a une chose à entrevoir pour toi : peut on etre heureux de vivre quand on cherche la paix avec soi même....
Il n'y a pas d'attaque vers toi, juste une question d'ordre philosophique et même pas vraiment personnelle...

"Comment peut on être heureux de vivre quand on cherche la paix", c'est amusant non ? :D
Si on cherche la paix c'est qu'il ya quelque chose en guerre ou du moins dans un état particulier qui me semble loin du bonheur, sinon pourquoi chercher la paix si on a le bonheur ? :)
Yog a écrit :Donner tel ou tel attribut à la vie, c'est à nouveau entrer dans un conditionnement et s'enfermer. A mon sens, le corps n'est pas la pire des prisons, mais bien nos conditionnements, nos croyances
Oui, bien d'accord avec toi, avec l'atatchement au corps, ou bonheur et à la joie de vivre arrive aussi tous les conditionnements des plans sociaux, affectifs, ...
Yog a écrit :Lorsque la dualité est laissée de côté, alors vient un état où la sérénité commence à poindre à l'horizon. Ce n'est pas un état amorphe, mais un état dynamique capable de réagir selon les circonstances. C'est atteindre l'état de Témoin, dont il est question dans la littérature yogique.
Oui, c'est possible, après Rajas voila Tamas....
Il existe d'autres possibilités comme celles de devenir dragon quand le feu est là tout en restant immobile.... Le non faire du faire tout en le faisant...
Yog a écrit :En tout cas, je trouve que tout ça est un bel échange, même s'il y a par moment des crispations.
Je ne ressent pas de crispation mais effectivement bel échange :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 12 juin 2006, 10:55

Le corps qui est une merveilleurse machine n'en reste pas moins quelque chose de lourd, qui opacifie la conscience, de chaud et humide avec une sensation équerrante....
Oui mon corps m'apparait souvent comme décrit si dessus; mais ces sensations disparaissent et se transforment en leur opposé après une séance de yoga :)

Malheureusement pour tes grandes certitudes les choses ne sont pas binaires dans notre monde... La Maladie comme la mort ne seront jamais annulées ou même évitées par du Yoga,
C'est vrai on peut pratiquer le yoga et être quand meme malade mais quand on peut mettre toutes les chances de son coté pourquoi s'en priver?
"Heureux de vivre tout simplement"..... Heureux les simples d'esprit....
Je ne crois pas que tu en fasses partie...
Les simples d'esprit nous enseignent souvent les choses essentielles de la vie qui sont notamment.... la simplicité!!! (cf "rain man" et "le huitième jour")
"indépendement de toute action" ..... Le crois tu ???
biensur!! Je m'efforce de ne pas être ce que je fais ni ce que je possède mais tout simplement d'être ce que je suis.
de toute possession" n'as tu rien à toi que tu possèdes, ne te mets tu jamais en colère, n'as tu jamais envie d'avoir à toi un objet, ou une femme ou des enfants.... Ne connais tu jamais la jalousie, le désir....
Bien heureusement je ne possède pas ma femme!!! J'essaie de fonctionner non pas sur le mode "avoir" mais sur le mode "être". Pour ce qui est des objets biensur que ça me fait plaisir de posséder le vélo dernier cri (je n'ai pas de voiture :D ); mais je ne perd pas de vue l'essentiel qui est de ne pas m'attacher outre mesure aux objets; si l'on venait à me voler mon vélo j'en ressentirais certainement de la colère, de la déception et peut être comme une amputation de moi meme si par malheur je me suis trop identifié à ce vélo; peu importe : il s'agira dès lors pour moi d'une épreuve à surmonter dont je ne pourrai sortir que renforcé, meilleur.
Bref on peut posséder dans le détachement et non dans l'identification.
Cela n'est pas chose facile bien entendu et ça peut etre le combat de toute une vie mais après tout : n'est ce pas aussi pour cela que le vie mérite d'être vécue???
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 12 juin 2006, 11:14

Je trouve que Rico apporte des éléments intéressants à travers la méthode Iyengar. C'est un point de vue qu'on peut partager ou pas, mais il y a des choses à tirer de tout ça.
Je trouve aussi que Denis apporte des éléments intéressants.
Vous échangez vivement et entre hommes, la présence féminine n'a guère de place.

Je vis autrement le yoga, la spiritualité mais ne vais pas alourdir l'échange, il se nourrit déjà de vos diversités.

La différence est d'une extraordinaire richesse et si nous nous donnons la peine d'être un peu attentifs, qu'observons-nous ?
Nous disons souvent la même chose mais l'exprimons de bien des manières, avec nos couleurs iindividuelles.

Il existe un lien, une force commune entre toi, moi, lui, elle...nous.

Très bonne journée à vous tous !

Faby
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 12 juin 2006, 11:19

La différence est d'une extraordinaire richesse et si nous nous donnons la peine d'être un peu attentifs, qu'observons-nous ?
Nous disons souvent la même chose mais l'exprimons de bien des manières, avec nos couleurs iindividuelles.
Tout à fait.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Yog

Message par Yog » 12 juin 2006, 13:05

Vous échangez vivement et entre hommes, la présence féminine n'a guère de place.
Il ne faut pas voir du sexisme là où il y en a pas. J'ai oublié de citer aussi d'autres intervenants dans ce sujet, qu'ils me pardonnent. Mais je mettais juste en lumière le fil directeur du topic qui semble être une opposition majeure entre Denis et Rico. :)
Il n'y a pas d'attaque vers toi, juste une question d'ordre philosophique et même pas vraiment personnelle...
Mais je te rassure Denis, je ne l'ai pas pris comme une attaque, juste une nouvelle ouverture de réflexion. Je commence à te connaitre un peu au fil de nos échanges. ;)
Je ne cherche pas à descendre qui que se soit, peut-être susciter des idées et des questions chez les autres, tout comme ils le font aussi.
Oui tout à fait, mais certains de tes messages mettent par moment à mal ton interlocuteur, mais ceci c'est juste en vue de pousser plus loin l'échange et la réflexion, et en ça, c'est intéressant. :)
Maintenant c'est comme ça que je le perçois et ce n'est pas dit que ce soit réellement ainsi.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 14:05

Rico a écrit :Oui mon corps m'apparait souvent comme décrit si dessus; mais ces sensations disparaissent et se transforment en leur opposé après une séance de yoga
Certe une scéance de Hatha Yoga peut rendre la sensation du corps plus légère, mais si tu relis mon post je crois que tu fais un hors sujet.
Le Hatha Yoga permet des expériences mystiques très forte et ce que j'ai décris dans mon post est l'une d'elle. La réalité du corps, qu'on pratique ou non du Hatha Yoga est d'alourdir l'esprit, sa perception est d'être chaud humide et engluant...
Rico a écrit :C'est vrai on peut pratiquer le yoga et être quand meme malade mais quand on peut mettre toutes les chances de son coté pourquoi s'en priver?
Yipeee !!!
Voila enfin une phrase emplie de certitude et je suis complétement d'accord avec toi. Le Hatha Yoga permet de vivre mieux dans notre corps et parfois de limiter les maladies et autres dures réalités de la vie, mais...
Les simples d'esprit nous enseignent souvent les choses essentielles de la vie qui sont notamment.... la simplicité!!!
Les simples d'esprits enseignent la simplicité, ben c'est normal non .... :wink:
Rico a écrit :Bien heureusement je ne possède pas ma femme!!! J'essaie de fonctionner non pas sur le mode "avoir" mais sur le mode "être". ...

Bref on peut posséder dans le détachement et non dans l'identification.
Superbe !! Je suis bien d'accord avec cette très belle vision entre être et avoir, bien sur qu'on ne possède pas une femme... :)

Je te remercie pour ce post, je sens que si tu fais juste un effort d'ecriture et laissant passer les certitudes un peut trop faciles tu as de belles choses à nous raconter, comme je l'ai déjà écris je te sens entier et honnete dans ta démarche, Merci !!
Faby a écrit :Vous échangez vivement et entre hommes, la présence féminine n'a guère de place.
Pourqoui écris tu une chose pareille, je lis tous tes posts et t'es répondu un peu audessus, je crois que tout le monde fais cela.
Tu sais dans le tantrisme la femme à un rôle dominant, vu que le mode tantrique est matriarcale...
Faby a écrit :Nous disons souvent la même chose mais l'exprimons de bien des manières, avec nos couleurs iindividuelles.

Il existe un lien, une force commune entre toi, moi, lui, elle...nous.
Oui, bien sur, je crois que c'est Yog qui réponde parfaitement à ça :
Yog a écrit :Oui tout à fait, mais certains de tes messages mettent par moment à mal ton interlocuteur, mais ceci c'est juste en vue de pousser plus loin l'échange et la réflexion, et en ça, c'est intéressant.
Maintenant c'est comme ça que je le perçois et ce n'est pas dit que ce soit réellement ainsi.
C'est pour moi un peu :roll: le sens de la discussion, j'aime qu'on me bouscule et j'aime bousculer, tout cela avec respect ! :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 12 juin 2006, 14:32

j'aime qu'on me bouscule et j'aime bousculer
moi aussi! mais sur les forums c'est pas toujours bien pris...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 15:00

Oui, Rico je crois que tu as raison, la seule chose c'est de rester courtois et je crois que c'est ce que beaucoup ici font ... :wink:

A te lire ! :D
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 12 juin 2006, 20:23

Denis a écrit :.
Tu sais dans le tantrisme la femme à un rôle dominant, vu que le mode tantrique est matriarcale...
Non, je ne sais pas.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 12 juin 2006, 21:31

Dans le tantrisme la femme détient l'energie et c'est elle qui initie...

L'homme est conscience, la femme énergie, voici le couple Divin, Shiva Shakti.

La femme manifeste le materiel pour permettre à la conscience de retrouver sa nature, encore faut il être en présence de vrais femmes et de vrais hommes...

Sur le plan esotérique, la shakti est dans muladhara chakra et Shiva dans Ajna. Sahktu tente par sa danse, sa beauté, son énergie d'éveiller Shiva représenté, traditionnellement allongé et relativement immobile. Par son comportement Shakti éveille le coté héroïque de Shiva et met en place le vira...

L'union qui peut avoir lieu alors, est une union des énergies et de la conscience pour que tout deux se transcendent et s'unissent.

En plus d'être une belle histoire, comme toutes les représentations Indiennes, elle est surtout intentionnelle et devient efficiente dans une pratique....

Voir l'excellent site de Michel Chauvet :
http://www.tantra.fr/divinit%E9/Shakti.htm
et
http://www.tantra.fr/divinit%E9/Shiva.htm
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 13 juin 2006, 07:09

Bonjour...
Dans le tantrisme la femme détient l'energie et c'est elle qui initie...
J'avais déjà lu cet aspect du tantra et cela m'apparait évident.
Est-ce cela que tu nommes le matriarcat ?
Le matriarcat est rattaché à la mère, non ?
La femme manifeste le materiel pour permettre à la conscience de retrouver sa nature, encore faut il être en présence de vrais femmes et de vrais hommes...
Qu'est-ce qu'une vraie femme, qu'est-ce qu'un vrai homme ?
Question embarrassante, je suppose :oops:
Sur le plan esotérique, la shakti est dans muladhara chakra et Shiva dans Ajna. Sahktu tente par sa danse, sa beauté, son énergie d'éveiller Shiva représenté, traditionnellement allongé et relativement immobile. Par son comportement Shakti éveille le coté héroïque de Shiva et met en place le vira...
C'est joli et poétique, cela se passe souvent ainsi dans la vie.
La femme révèle l'homme (désolée Messieurs mais c'est même très banale :wink: )
L'union qui peut avoir lieu alors, est une union des énergies et de la conscience pour que tout deux se transcendent et s'unissent.
En plus d'être une belle histoire, comme toutes les représentations Indiennes, elle est surtout intentionnelle et devient efficiente dans une pratique....
Toutes les réponses ne se trouvent pas en Inde et dans les beaux textes.
Je crois que l'on surestime les spiritualité Indienne, c'est dans l'air du temps...
J'ai parcouru, c'est encore très hermétique.
J'ai placé ces liens dans mes favoris et vais prendre le temps car c'est vraiment nouveau et j'ai du mal à faire le tri.
La conscience, l'énergie...Le rôle des uns et des autres.


Merci !
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 13 juin 2006, 09:05

Faby a écrit :Est-ce cela que tu nommes le matriarcat ?
Le matriarcat est rattaché à la mère, non ?
Le mode de vie du tantrisme est matriarcal, c'est à dire basée sur l'autorité de la mère, effectivement, sauf qu'il faut voir ici, non pas une mère (façon maman) mais une femme ayant une très grande connaissance de ses énergies et capable d'initier.
Faby a écrit :Qu'est-ce qu'une vraie femme, qu'est-ce qu'un vrai homme ?
Question embarrassante, je suppose


Non, voila une image. :
"Un couple cote à cote qui regarde dans le même sens.
La femme, assise sur un fauteuil comme un trone, très forte, très belle, un peut comme une sorcière.
L'homme, un genou au sol, tient son épée pointe plantée vers le bas, il est chevalresque.
La main droite de la femme repose sur l'épaule gauche de l'homme.

Il se dégage du couple une vibration très forte, une puissance et une ferveur hors du commun"
Sur le plan esotérique, la shakti est dans muladhara chakra et Shiva dans Ajna. Sahktu tente par sa danse, sa beauté, son énergie d'éveiller Shiva représenté, traditionnellement allongé et relativement immobile. Par son comportement Shakti éveille le coté héroïque de Shiva et met en place le vira...
C'est joli et poétique, cela se passe souvent ainsi dans la vie.
La femme révèle l'homme (désolée Messieurs mais c'est même très banale )
Je crois pas que nous parlons de la même chose, non cela se passe que très rarement chez les humains, la montée de l'energie en même temps que la conscience va à l'encontre de toute la vie, de toutes les démarches "normales" de la création.
Normalement quaund l'un monte, l'autre descend.
Si c'est l'énergie qui monte, la conscience disparait.
C'est vrai pour tout, amour, violence, passion, désirs, humilité, compassion, emotions.....
Faire monter la conscience en même temps que l'énergie demande une capacité à se centrer hors norme, une réelle démarche héroïque...

Mais peut-être as tu vécu cela, peux tu nous en parler ??? :wink:
Faby a écrit :Toutes les réponses ne se trouvent pas en Inde et dans les beaux textes.
Je crois que l'on surestime les spiritualité Indienne, c'est dans l'air du temps...
Les réponses se trouvent en nous si on les cherches.
Maintenant il est important de lire des textes par lesquels des millions d'individus sont passés. La tradition Indienne propose cela. Des textes extraordinaires qu'il nous fera plus d'une vie pour comprendre et intégrer.
Si tu lis le vijnana bairava tantra, tu verras qu'il peut devenir ton recueil de pratiques, qu'il peut t'accompagner pendant des années.

Pour avoir lu pas mal de textes dans ma vie, je n'ai jamais trouvé plus précis et lumineux les textes indiens. Sans parler qu'il ne sont pas fait pour l'intellect mais son sur le mode intentionnel et donc permettent vraiment un réel travail !
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 13 juin 2006, 11:02

Hello !

Le mode de vie du tantrisme est matriarcal, c'est à dire basée sur l'autorité de la mère, effectivement, sauf qu'il faut voir ici, non pas une mère (façon maman) mais une femme ayant une très grande connaissance de ses énergies et capable d'initier
.

Oui, je comprends.

Non, voila une image. :
"Un couple cote à cote qui regarde dans le même sens.
La femme, assise sur un fauteuil comme un trone, très forte, très belle, un peut comme une sorcière.
L'homme, un genou au sol, tient son épée pointe plantée vers le bas, il est chevalresque.
La main droite de la femme repose sur l'épaule gauche de l'homme.
l se dégage du couple une vibration très forte, une puissance et une ferveur hors du commun"
C'est une belle image, sauf... "un peu comme une sorcière".
A moins qu'il ne s'agisse d'une beauté ensorceleuse :roll:

Sur le plan esotérique, la shakti est dans muladhara chakra et Shiva dans Ajna. Sahktu tente par sa danse, sa beauté, son énergie d'éveiller Shiva représenté, traditionnellement allongé et relativement immobile. Par son comportement Shakti éveille le coté héroïque de Shiva et met en place le vira...
Je crois pas que nous parlons de la même chose, non cela se passe que très rarement chez les humains, la montée de l'energie en même temps que la conscience va à l'encontre de toute la vie, de toutes les démarches "normales" de la création.
Normalement quaund l'un monte, l'autre descend.
Si c'est l'énergie qui monte, la conscience disparait
Là, je n'ai rien compris, mais alors rien du tout.
Pourquoi ce déplacement, ces mouvements de l'énergie et de la conscience ?
Je vois ces deux phénomènes en mouvements certes mais ils peuvent être fusionnels.

Grosse confusion à ce niveau car j'essaye de comprendre non avec la pensée mais avec l'intégration.
C'est vrai pour tout, amour, violence, passion, désirs, humilité, compassion, emotions.....
Faire monter la conscience en même temps que l'énergie demande une capacité à se centrer hors norme, une réelle démarche héroïque...
Ne vois là rien d'héroique, cette capacité est ce que nous enseigne la méditation.
Juste méditer Denis, juste méditer.
Mais peut-être as tu vécu cela, peux tu nous en parler ??? :wink:
Une part oui mais ne compte pas sur moi pour en faire étalage car comme l'astral de Rico, cela reste des expériences trop intimes.
Je n'en parle jamais, trop tôt et mal ou peu compris.
Désolée :cry:

Pour avoir lu pas mal de textes dans ma vie, je n'ai jamais trouvé plus précis et lumineux les textes indiens. Sans parler qu'il ne sont pas fait pour l'intellect mais son sur le mode intentionnel et donc permettent vraiment un réel travail
Penses-tu que l'éveil se trouve dans les textes ?
Et je vais te faire une confidence mais "shutt!! ne le dis à personne!"
Je lis de moins en moins et même plus du tout depuis quelques mois.
Le net par ci, quelques liens par là et rien de plus.
Et tu sais quoi ?
Humm.. je grandis toujours ou devrais-je plutôt dire, l'Etre grandit.
Le processus est désormais indépendant et m'instruit c'est une expérience qui ne connait aucune limite.

C'est une science qui transcende toute science.

Merci Denis..

Faby
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 14 juin 2006, 10:42

Bonjour...

Mon prof passe à un autre rythme et nous propose de nouveaux mouvements.
Dur, dur !
Il en est un que je vais tenter de vous expliquer.

La position :

Les jambes sont pliées, talons joints sous le pubis.
Nous avons un traversin et le plaçons dans le sens de la longueur et nous allongeons.
La nuque est à l'extérieure et rejoint le sol.

Une épreuve ce mouvement car les lombaires sont sollicitées, le corps est cambré.

Ce qu'il propoque :

Je vais au cours avec deux amis.
Nous avons fait le point des mouvements et celui que j'évoque, nous pose à chacun un problème.
J'ai mal aux lombaires depuis une semaine.
Mon ami a du mal à cause de sa nuque trop raide, mon autre ami appréhende ce mouvement, à cause de l'absence de souplesse de ses jambes.

Remarque
:

Lorsque une sensation douloureuse apparait au yoga, elle est différente, d'un individu à l'autre et finalement révèle les faiblesses de notre corps.
J'ai progressé considérablement en deux mois et mon corps a considérablement changé (fonte de la masse pondérale, aspect général et je continue de maigrir. Je suis enfin arrivée au poids idéal, il me faut être attentive à ne plus perdre de poids).

Question :

Si le yoga est un révélateur, pensez-vous qu'avec le temps et de la détermination, nous pouvons amoindrir nos infirmités (manque de souplesse, synchronicité des mouvements, aptitude à conserver la "pose" d'un mouvement ...)

Bon, c'est du pain béni pour Rico mais je crois avoir envie d'entendre :

Oui

Vous enseignez ...
Continuez-vous à progresser ?
Tu parles de problèmes articulaires de certains yogi, Denis.

Les hommes du cours souffrent beaucoup, ils semblent avoir plus de difficultés que les femmes.

L'avez-vous observé et en connaissez-vous la raison ?

A vous !

Faby :wink:
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 14 juin 2006, 13:49

Vous enseignez ...
Continuez-vous à progresser ?
J'aurais plutot formulé ainsi : vous pratiquez : continuez vous à progresser?
Les hommes du cours souffrent beaucoup, ils semblent avoir plus de difficultés que les femmes.
Les femmes sont par nature plus souples que les hommes elle souffrent donc moins; en revanche les hommes réussissent mieux
dans les postures exigeant de la force comme bakasana, eka pada koundinyasana image
eka pada bakasana image
Tu parles de problèmes articulaires de certains yogi, Denis.
Attention à ne pas conclure qu'ils sont provoqués par le yoga! Un yoga bien exécuté ne crée pas de problèmes dans le corps mais au contraire les corrige.
Avec la pratique le corps s'assouplit, se renforce; les postures deviennent de plus en plus faciles à exécuter et de plus en plus confortables (Patanjali écrit que la posture doit être maintenue dans le confort); le vieillissement du corps n'est pas un obstacle meme s'il est vrai que la progression sera plus rapide chez un jeune de 20 ans que chez un vieillard de 80 ans. Il n'est pas rare de trouver des maîtres d'un age avancé beaucoup plus souples et forts que des très jeunes. En cela j'ai toujours eu la sensation que mon corps au lieu de vieillir progressivement se rajeunit progressivement. André Van Lysebeth écrivait dans "j'apprends le yoga" : souplesse = jeunesse". Et à propos de souplesse : on peut la travailler à tout age et l'instaurer dans son coprs meme en étant très raide au départ.
pensez-vous qu'avec le temps et de la détermination, nous pouvons amoindrir nos infirmités (manque de souplesse, synchronicité des mouvements, aptitude à conserver la "pose" d'un mouvement ...)
oui et surtout beaucoup de travail...
Lorsque une sensation douloureuse apparait au yoga, elle est différente, d'un individu à l'autre et finalement révèle les faiblesses de notre corps.
... ou/et du mental.
je continue de maigrir. Je suis enfin arrivée au poids idéal, il me faut être attentive à ne plus perdre de poids
Avec une pratique régulière et suffisante, cette préoccupation disparait d'elle meme. Par ailleurs, la pratique amène l'individu à se diriger spontanément vers les aliments les plus appropriés; il se met à préférer les aliments sattviques en qualité et devient frugal; quoique son appétit peut aussi augmenter sensiblement car la pratique peut engendrer une perte de calories assez conséquente.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Faby
Messages : 57
Enregistré le : 23 mai 2006, 07:40

Message par Faby » 14 juin 2006, 19:33

Bonjour Rico..
Vous enseignez ...
Continuez-vous à progresser ?
J'aurais plutot formulé ainsi : vous pratiquez : continuez vous à progresser?
Joli Rico, très joli

eka pada koundinyasana image
eka pada bakasana image
Même pas en rève....
Ces postures sont magnifiques...
Notre prof nous dit qu'il est nécessaire de développer une conscience du corps et le vivre, le connaître,
Etre dans son corps, l'habiter.
Il a remarqué mon problème d'équilibre et a su me proposer différentes approches.
Je commence à me tenir debout et c'est une victoire que je n'espérais guère.
Debout sur une jambe !

Attention à ne pas conclure qu'ils sont provoqués par le yoga! Un yoga bien exécuté ne crée pas de problèmes dans le corps mais au contraire les corrige.
Non, juste révélateur.
Avec la pratique le corps s'assouplit, se renforce; les postures deviennent de plus en plus faciles à exécuter et de plus en plus confortables (Patanjali écrit que la posture doit être maintenue dans le confort); le vieillissement du corps n'est pas un obstacle meme s'il est vrai que la progression sera plus rapide chez un jeune de 20 ans que chez un vieillard de 80 ans. Il n'est pas rare de trouver des maîtres d'un age avancé beaucoup plus souples et forts que des très jeunes. En cela j'ai toujours eu la sensation que mon corps au lieu de vieillir progressivement se rajeunit progressivement. André Van Lysebeth écrivait dans "j'apprends le yoga" : souplesse = jeunesse". Et à propos de souplesse : on peut la travailler à tout age et l'instaurer dans son coprs meme en étant très raide au départ.
Les pratiquants assidus sont beaux et vigoureux.
L'un de mes amis a rajeuni, le visages est plus lisse.
Il avait de lourdes cernes, les traits tirés, des plis soucieux sur le front.
Les cernes ont disparu, il semble avoir rajeuni de dix anx.


Avec une pratique régulière et suffisante, cette préoccupation disparait d'elle meme. Par ailleurs, la pratique amène l'individu à se diriger spontanément vers les aliments les plus appropriés; il se met à préférer les aliments sattviques en qualité et devient frugal; quoique son appétit peut aussi augmenter sensiblement car la pratique peut engendrer une perte de calories assez conséquente
Oui, c'est étrange car la relation avec la nourriture a changé, pratiquement du jour au lendemain.

Merci Rico !
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 15 juin 2006, 08:19

Les pratiquants assidus sont beaux et vigoureux.
L'un de mes amis a rajeuni, le visages est plus lisse.
Il avait de lourdes cernes, les traits tirés, des plis soucieux sur le front.
Les cernes ont disparu, il semble avoir rajeuni de dix anx.
c'est tout moi !!! :D
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 20 juin 2006, 09:38

Faby a écrit :Vous enseignez ...
Continuez-vous à progresser ?
Tu parles de problèmes articulaires de certains yogi, Denis.

Les hommes du cours souffrent beaucoup, ils semblent avoir plus de difficultés que les femmes.

L'avez-vous observé et en connaissez-vous la raison ?
Le Yoga comme tout le reste use le corps, et cela est la réalité inneluctable. C'est sur que faire du sport entretient le coprs et nous permettra de, peut-être, vivre mieux nos vieux jours, c'est sur aussi que la pratique du Yoga a un bel effet sur le visage, qui plus détendu parrait plus jeune de 10 ans...

Comme je l'ai dis plus haut j'ai un grand nombre d'amis qui ont maintenant des problèmes de genoux, de lombaires et autres cervicales, les chevilles sont aussi très solicités ...

J'ai aussi un ami qui vient de mourrir d'une tumeure au fois et au 2 poumons et c'était un très grand pratiquant de Yoga... Mais Rico va nous dire qu'il pratiquait mal et que si il pratiquait bien il ne serait jamais mort, bien au contraire il aurait rajeuni pendant 8000 ans, c'est connu ... :)

Pour continuer avec toi, Rico, et les belles photos que tu nous a montré, je dois dire que je suis cidérer par le regard et le sourire du pratiquant, qui comme un jeune adolescent dit "Regardez comme je suis fort, beau, souple mais on cherche l'intériorisation...." je te renvoi sur cette image https://www.yoga-darshan.com/yoga/postures_yoga.html...

Il me semble que la pratique du Yoga, si elle doit faire évoluer quelque chose ce n'est pas la souplesse, mais l'arret des dualités, l'éveil de la Conscience. Le corps tôt ou tard deviendra vieux et ne nous permettra plus de faire des prouesses gesticulaires, il aura simplement permis d'atteindre quelque chose qui le dépasse, bien au dessus de lui.

La notion de progression est particulière dans la recherche spirituelle, on fait elle n'existe pas, c'est plus une idée de régression que de progression.
En effet, nous recherchons à réintégrer la source d'où on est sortit, donc revenir à la source n'est pas une progression...
Cette idée de retour est merveilleuse elle nous montre combien notre vie est futile et combien s'accrocher aux objets de notre monde est pernitieux.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 20 juin 2006, 13:29

Le Yoga comme tout le reste use le corps, et cela est la réalité inneluctable.
Première nouvelle; je te renvois à ce type qui a 90 ans : http://perso.orange.fr/afyi/Postures.html#b%E2ton
je suis cidérer par le regard et le sourire du pratiquant, qui comme un jeune adolescent dit "Regardez comme je suis fort, beau, souple
tu y vois ce que tu veux bien y voir : moi j'y vois quelqu'un qui ne se prend pas au sérieux et qui s'amuse à faire le guignol; la simplicité Denis la simplicité!!!
A mon avis tu n'es pas fait pour pratiquer le hatha yoga : oriente toi vers un autre type de yoga :wink:
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 20 juin 2006, 13:37

Rico a écrit :A mon avis tu n'es pas fait pour pratiquer le hatha yoga : oriente toi vers un autre type de yoga
J'aime toujours tes belles certitudes ...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 20 juin 2006, 13:45

J'ai aussi un ami qui vient de mourrir d'une tumeure au fois et au 2 poumons et c'était un très grand pratiquant de Yoga...
il y a pratique et pratique Denis : je ne sais pas ce que tu appelles une "grande pratique"....
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 20 juin 2006, 13:46

Dernirs entretiens avec mon ami Rock qui vivait au Canada et qui est parti voila 2 ans...

Il était un fin pratiquant de Hatha Yoga et proche de la vision de Sri Aurobindo.
Rock a écrit :*** À part d'avoir reçu en cadeau, de la part de la résistance physique, une tumeur au foie avec deux mois à deux ans d'échéance de survie (bien attendu il ne faut pas prendre au pied de la lettre tout ce que les médecins nous rencontre), et dernièrement, une anomalie aux poumons droits et le commencement de l'asthme au poumon gauche avec une toux chronique, je conserve mes énergies pour maintenir son équilibre. Alors je reste la plupart du temps en méditation profonde pour garder cet équilibre physique et tout redevient calme et serein. Mais aussitôt que je dois refaire un peu surface pour faire du travail extérieur, comme laver la vaisselle et aller chercher mon épicerie, le désordre prend le dessus et ma conscience physique retombe dans sa veille habitude de mort. Quand ça devient trop aigu, comme la toux par exemple, qui m'a presque arraché le bas du dos par la force de sa violence, je dois retourner dans ma méditation profonde pour rétablir l'ordre. La descende de la lumière divine n'est possible qu'en fonction de la résistance physique. On ne peut pas lui en donner plus qu'elle ne peut absorber, autrement on risque un sérieux déséquilibre mortel.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 20 juin 2006, 17:11

Alors je reste la plupart du temps en méditation profonde pour garder cet équilibre physique
la méditation n'est pas du hatha yoga ou tout au moins qu'une partie; en cas de trouble physique l'efficacité des postures est bien plus grande qu'une méditation assise.
une anomalie aux poumons droits et le commencement de l'asthme au poumon gauche avec une toux chronique
une pratique régulière et correcte des postures aurait à coup sûr eu raison de ces troubles "anodins" au regard de l'efficacité des postures.

Par ailleurs Denis :
Pourquoi décidément cracher sur le beau? Est ce de la jalousie déguisée? Si tu ne parviens pas à réaliser une posture pourquoi ne cherches tu pas à la maîtriser et à l'éprouver dans ton corps au lieu de la dénigrer? Je m'interroge sur cette attitude négative et suspicieuse récurrente..
La descende de la lumière divine n'est possible qu'en fonction de la résistance physique. On ne peut pas lui en donner plus qu'elle ne peut absorber, autrement on risque un sérieux déséquilibre mortel.
Ce qui revient à ça : "Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Toujours est il que le témoignage de ton ami est un bel exemple qui montre bien que sans la santé, la poursuite de la quête spirituelle est bien compromise....
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 20 juin 2006, 18:59

Rico a écrit : Je m'interroge sur cette attitude négative et suspicieuse récurrente..
Si au moins tu le faisais une fois peut-être tes certitudes te sembleraient equerantes...
Rico a écrit :Voyez vous : quand deux croyances ou deux possibilités co-existent, je ne m'embarrasse pas de celle qui me dérange et qui ne m'apporte rien; non je m'oriente spontanément vers celle qui m'aide à vivre ...
Croire que le Yoga te rendra immortel et que jamais tu ne seras malade est un peu faire l'autruche, mais cest vrai que cela aide à mieux vivre de se sentir fort et immortel grâce au Yoga. C'est souvent la même illusion pour tous les être humains qui font quelque chose ils pensent que cela sera la voie de l'immortalité, puis quand la réalité les rattrapent il se sentent tout triste, trahis, et perdre pieds.

Continue à croire que seuls les bon chrétiens auront droit au paradis, seuls les bons Yogi ne conaitront jamais la maladie, continue tes affirmations et ton ignorance, un jour tu repenseras à tout cela et tu n'en seras pas si fier que ça...

Ne souhaitant pas poluer le forum avec ce point de vue, qui reste le mien je ne répondrai plus à ce type de message...

Juste pour faire une synthèse, je pense que tu es sincères dans ta démarche et en cela je te trouve beau et lumineux, je pense que le Yoga postural, comme n'importe quel sport peut apporter une vie meilleur, mais ne nous couperas pas de nos latences et devenir, que le Yoga ne rend pas immortel et qu'on ne meurt pas en bonne santé car sinon on continue à vivre...
Je n'ai jamais porté un jugement sur ta valeur mais simplement sur tes idées, je ne permettrait jamais de dire que le Yoga n'est pas bon pour celui là ou celle ci, mais je crois que mes certitudes on volées en éclats un certain jour...

Pour ce qui est de ma pratique, la porte de ma salle et de mes stages est ouverte dans les 2 sens, vous pouvez venir essayer...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 20 juin 2006, 19:22

qu'on ne meurt pas en bonne santé car sinon on continue à vivre...
on peut mourir dans son sommeil tout simplement on ne se réveillant pas.

Sinon c'est vrai que la maladie a toutes les chances de nous rattraper un jour meme en pratiquant les postures; mais quitte à ce qu'elle le fasse autant que ce soit le plus tard possible : 90 ans c'est toujours mieux que 40 ou 50 voilà c'est tout.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Yog

Message par Yog » 20 juin 2006, 21:04

Le Yoga ne prévient pas contre les accidents de la vie. La Vie est ce qu'elle est, avec ses joies et ses souffrances. Le Yoga n'est pas là pour se rassurer.
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 20 juin 2006, 21:45

Citation de BKS Iyengar (eh oui décidément encore lui!) :

"La souffrance qui n'est pas encore arrivée peut et doit être évitée".
Le Yoga ne prévient pas contre les accidents de la vie. La Vie est ce qu'elle est, avec ses joies et ses souffrances.
Nul n'a dit le contraire; cependant on peut aussi avoir une longue vie sans accident aucun!!
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Yog

Message par Yog » 20 juin 2006, 23:39

Se projeter dans une vie parfaite, sans heurts, en ayant l'illusoire certitude qu'on sera toujours en bonne santé, c'est prendre le risque de ne pas avoir d'armes pour lutter lorsque l'adversité frappe à sa porte.
Iyengar apporte beaucoup de choses, mais il n'est pas le seul à faire du yoga. :D
Il ne faut pas oublier que lorsqu'on entre dans une démarche spirituelle, celle-ci va amener à libérer des blocages aux différents niveaux de notre être et ceci ne se fait pas sans souffrance, quelle soit psychique ou physique.

Eviter la souffrance, ne veut pas dire avoir une santé parfaite. Par définition dans le yoga, l'être ne peut pas souffrir, puisqu'il est au-delà du corps physique. La souffrance est donc illusoire, car elle n'atteint pas le Soi. Le Yoga insiste sur le fait que le corps est un véhicule et en tant que tel, on se doit de le ménager, c'est évident, par contre, il ne doit pas être l'objet d'une attention obsessionnelle.
Le yoga n'est pas une fuite, mais prendre la vie à bras le corps. Il permet de donner des outils pour vivre, pour réussir à surmonter les obstacles, mais pas pour les anihiler.

J'ai lu dans un forum dédié à André Van Lysbeth, un pratiquant qui a été profondément déçu par lui. AVL est mort aux alentours de 80 ans je crois, et dans un état de santé assez terrible d'après ce que j'ai compris. Le pratiquant se sentait trahi, car il pensait que le yoga pouvait permettre de vivre vieux et en bonne santé. Il avait en tête une idée de yoga un peu similaire à Iyengar, càd, l'obsession de la santé et l'angoisse de la déchéance venant par la vieillesse. AVL n'avait pas tenu ses promesses.
On pourra toujours dire que Iyengar est meilleur, mais là on entre dans quelque chose qui me parait être en-dehors de l'esprit du Yoga.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 21 juin 2006, 09:21

Oui AVL est très mal parti d'après des gens proche de lui il avait des angoisses énormes.
Je crois qu'on ne peut plus se mentir à l'approche de la mort.
Quand on a cru que notre discipline nous rendrais "immortel" et que la réalité inéluctable nous rattrape tout s'écroule.

Kientsé Rimpotché, l'un des plus grands éveillés Bouddhiste Tibétain, d'une beauté et d'une lumière extraordinaire est mort par un œil qui est tombé malade....

On ne meurt pas en bonne santé, JAMAIS .... Sinon on continue à vivre...

Faire du Yoga est apprendre à mourir, c'est regarder sa mort en face et tenter d'y entrer consciemment, pour s'y préparer on tente déjà d'entrer dans le sommeil consciemment et là déjà il y a de quoi vivre de belles choses...

Il y a aussi une histoire sur Shri Aurobindo qui juste avant sa mort, malade, aveugle et très faible, je crois qu'il avait une jambe cassée ou un problème suite à une jambe cassée qui se réparée mal (trop vieux...), avait dit : " Ne m'enterrait pas, mon corps se momifiera tout seul par la puissance de mon énergie ", mais l'odeur trop forte à poussée ses disciples à le mettre en terre...
Iyengar par Rico a écrit :"La souffrance qui n'est pas encore arrivée peut et doit être évitée".
Est-ce une peur, une angoisse ?

Cela peut être une démarche de conscience, pourquoi ferais-je une chose qui pourrait être dangereuse pour mon corps, ma vie dans un futur plus ou moins proche. Mais cela me semble pas très juste et surtout inhibant.

Si je ne dois rien faire qui pourrait m'apporter des souffrances dans le futur je ne peux plus rien faire....
Cette idée peut éventuellement nous pousser à devenir moine et à s'isoler dans une cellule, mais...

Exemple : Je pratique le pilotage de la moto, en plus de m'apporter un réel plaisir, cela me donne la possibilité de maitriser un objet puissant et particulier ou la conscience de l'instant est intense. Cela est une posture de Yoga merveilleuse où tomber de l'équlibre occasionnera bien plus de dégat que de tomber de la posture de l'arbre....
Je compare souvent ma moto à un sabre de Samouraï, aussi affutée aussi dangereuse, à manier avec précision mais au combien sublime...

Dois-je, de ce fait arreter, la moto de peur d'avoir des souffrances futurs ?

Si une seule seconde ce type d'idées entre dans ma vie, je vais devoir trouver un juste compromis entre cela est bon pour moi, mais pas cela, ou mais cela est bon à 51%, c'est bon ou pas bon...... ???
Que de dualités, que de discriminations...

Alors une dernière question me vient.... 8)
Si on nous propose une posture parfaite, où plus que cela, une expérience parfaite, celle du sarcophage Egyptien des grandes pyramides par exemple, où soit tu sort éveillé soit tu sort mort ou fou, qui tenterait la chose, qui prendrai des risques ???

Don Juan propose à Castaneda de sauter du haut d'une falaise dans la même idée... ce type d'expérience n'est pas totalement débile...

Les Tantrikas réveillent des morts en se mettant dessus et en faisant sortir de l'énergie de leur coprs, l'expérience est hautement dangereuse comme l'initiation sexuelle Kaula dans laquelle l'homme peut devenir fou ou mourir tellement l'énergie est forte....

Jouer avec l'énergie est hautement dangereux, combien se sont brûlé, devenu fou, pas revenus, si on suit se principe on ne peut plus rien faire....
DB a écrit :Tentez et prenez des risques mes amis, une fois la vieillesse venue on ne pourra plus tenter et la vie sera passée la sagesse pourra alors avoir lieu.
Le Yogi est celui qui ne tient pas compte des conséquences sinon il ne peut avancer car il sera bloqué par l'idée que cela pourrait engendrer telles est telles conséquences, si il y a des conséquences il les assumera. Maintenant me faite pas dire ce que je n'ai pas dit, étant amoral je ne suis pas immoral... :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 21 juin 2006, 09:50

Dois-je, de ce fait arreter, la moto de peur d'avoir des souffrances futurs ?
Assurément oui! Cela ne s'appelle t-il pas de la "sagesse"? La sagesse pousse l'individu à être prudent dans sa vie. Par ailleurs (ni voit surtout pas une attaque personnelle juste un point de vue rien d'autre) excepté une excitation des sens, je ne vois pas bien ce que la moto peut apporter à l'être humain ni au monde en général si ce n'est un peu plus de CO2 dans l'atmosphère...
Le Yogi est celui qui ne tient pas compte des conséquences
Absolument pas d'accord; si c'était le cas les mises en garde concernant la pratique du yoga et plus particulièrement du pranayama seraient absentes.
Agir sans se préoccuper des conséquences n'ouvre pas la voie à l'action juste pour soi et pour les autres....
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 21 juin 2006, 10:11

C'est ton point de vu pour la moto, un jour essaye quand même de monter sur une super sport et peut-être que l'idée préconçue que tu en as changera... Qu'en au CO2 d'une moto... je pense qu'il est bien moins important que celui de ma voiture...
Rico a écrit :si c'était le cas les mises en garde concernant la pratique du yoga et plus particulièrement du pranayama seraient absentes.
Et pourtant nous essayons tous d'en faire.... :)

Si tu suis tous ce que tu as écrits sur ce forum tu ne ferais plus rien du tout Rico. L'observance des Yamas et NiYamas oblige à être moine, le fait de ne rien faire qui pourrait apporter de la souffrance devrait même pas nous permettre de manger, car manger engendre une énorme souffrance au niveau du ventre, rendu indolore par la secrétion de substances chimiques qui endorment la douleur....
Finalement vivre engendre des souffrances terribles, celles de savoir qu'on va mourir, celles d'avoir peur du vide et de tomber.... Vivre n'est ce pas souffrir... et la souffrance n'est elle pas un guide vers la lumière...
Bref te voila mort vivant toi qui aime tant ton coprs....

Juste une question es tu moine ?

Que certains disent : "ou la la c'est dangereux ça", c'est une chose, est ce pour autant qu'on ne doit pas le faire...
Celui qui dist cela : "ou la la c'est dangereux ça", connait il rellement la chose ou n'y est il jamais allé.

Tous les vrais pratiquants que je connais ne diront jamais, c'est dangereux ça...

Il accecptent les risques et les conséquences et entre dans l'arène...
Bien entendu, ils se sont préparés à cela et ne sont pas inconscient des dangers mais avec bravour, ferveur, courage, force, Amour, confiance ils tentent...
Puis si ils doivent guider des gens, ils prennent énormément de risques pour eux, et surtout en lâchant la main de l'élève en lui disant : "Vas-y maintenant", est ce pour autant que tous les risques sont enlevés et les souffrances éliminées....

Non ils ne tiennent pas compte des conséquences et tentent.... Merci de ne pas prendre cette phrase au premier degré et de ne pas la sortir de son contexte.... :!:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 21 juin 2006, 11:20

Par moment il est bon de revenir à des sources fiables.

Ainsi je vous propose un extrait de texte du Yoga Sutra de Patanjali sur :
Yoga sutra a écrit : 15. Tout est vraiment souffrance pour celui qui sait. Tout évolue vers elle. Toutes nos tendances innées s’y acheminent. Toutes les forces contradictoires de la nature y aboutissent.

16. C’est pourquoi il faut rejeter, par anticipation, les tourments à venir.

17. les afflictions germent dès que le voyant, le Soi, et le manifesté se conjuguent. On doit donc éliminer cette cause.

18. Ce qui appartient au conditionné est un mélange des modalités de clairvoyance, d’activité volontaire et d’inertie, un composé des objets des sens et de l’entendement. Son but est la jouissance, mais aussi la délivrance.
Je crois qu'une étude précise de cela peut montrer bien des subtilités qu'en aux actions qu'il faudrait avoir pour éviter les tourments à venir.

3 moyens nous permettent d'influencer sur eux :

Le Voyant
Le Soi
et le Manifesté...

Il serait donc un peu simpliste de s'arreter de pratiquer quoi que ce soi car on ne farait que arréter le manifesté. En cela on pourrait trouver peut-être la possibilité de s'éviter du mal, des tourments à venir, mais ce n'est pas sur, car tout ce qui attache délivre et inverssement :D

Alors le fait de faire devient libre de nous plonger dans les tourments ou pas. ce n'est plus le fait de faire qui est important pour aller vers la lumière ou vers l'ombre, c'est comment on le fait, comment on le regarde, et comment ça se manifeste.... Bien complexe tout cela ...

(humour :!: ) Je crois que Iyengar aurait du lire un peu mieux les Yoga Sutra :lol:

Le Voyant, comme le Soi, comme le manifesté peuvent apporter des tourments ou contribuer à la liberation...

Le texte entier est là :
http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... =2578#2578
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 21 juin 2006, 11:29

Si tu suis tous ce que tu as écrits sur ce forum tu ne ferais plus rien du tout Rico.
Ai je jamais prétendu que mes actions étaient conformes à mes écrits???
En revanche : pour la moto là en effet c'est conforme : trop dangereux, je préfère laisser ça à d'autres...
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 21 juin 2006, 11:35

Rico a écrit :En revanche : pour la moto là en effet c'est conforme : trop dangereux, je préfère laisser ça à d'autres...
C'est beau d'affirmer ses faiblesses, peurs et angoisses :wink:

J'espere qu'au moins tu ne fais pas parti de ces gens là qui, s'il ne peuvent pas maitriser une chose, en souhaite sa disparition...
Rico a écrit :Ai je jamais prétendu que mes actions étaient conformes à mes écrits???
Je crois aussi que je me souviendrai de cette phrase te concernant... :sceptique:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 21 juin 2006, 11:43

J'espere qu'au moins tu ne fais pas parti de ces gens là qui, s'il ne peuvent pas maitriser une chose, en souhaite sa disparition...
Je souhaite sa disparition (ainsi que celle de la voiture) mais pour une autre raison : la moto fait trop de victimes sur la route (dont mon beau frère qui s'est tué à moto) et puis parce que d'une manière général les véhicules à moteur polluent et dégradent notre belle planète; moi j'm'en fou je roule exclusivement à vélo. (Cela dit ce n'est qu'une affaire de patience car avec la disparition lente mais certaine du pétrole (sujet d'actualité) on est fort heureusement sur le chemin de cette disparition; fin du hors sujet)
C'est beau d'affirmer ses faiblesses, peurs et angoisses
Et j'ai meme pas honte!
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
rico
Messages : 923
Enregistré le : 23 janv. 2006, 13:04

Message par rico » 21 juin 2006, 13:14

A propos d' André Van Lysbeth : une de mes connaissance professeur de yoga qui connaissait personnellement AVL m'a dit un jour qu'il était alcoolique.
"Le yoga spirituel n'existe pas, le yoga c'est l'unité et on ne peut rien faire avec un corps faible."
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 28 juin 2006, 09:35

Tu as de la chance que Psyphilo n'est plus sur le forum, sinon vous vous seriez entretué... :D
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Seule
Messages : 321
Enregistré le : 16 mars 2005, 19:53
Localisation : Universelle

Message par Seule » 28 juin 2006, 12:40

Denis a écrit :Alors le fait de faire devient libre de nous plonger dans les tourments ou pas. ce n'est plus le fait de faire qui est important pour aller vers la lumière ou vers l'ombre, c'est comment on le fait, comment on le regarde, et comment ça se manifeste.... Bien complexe tout cela ...
Très clair,très facile à piger. Surtout une fois que comment est éliminé, ne reste que le non faire, qui est action. :D
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13604
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Message par Denis » 28 juin 2006, 13:24

Seule a écrit :Très clair,très facile à piger. Surtout une fois que comment est éliminé, ne reste que le non faire, qui est action
Tu sais Seule, beaucoup de gens ont tenter d'expliquer le "non faire", ou "le non faire du faire" ou encore "le faire tout en ne le faisant pas".

Une chose en ressort, c'est que la chose est loin d'être simple, loin d'être à la portée de tout le monde...
Même si dans une phrase comme dans la tienne, si elle n'interpele pas l'intellect elle en reste pas moins obscure, un peu comme comme un kouan, difficile à y entrer...

Même si effectivement il suffit de faire comme en ne le faisant pas pour toucher le non faire du faire, l'expliquer reste une folle tentative qui passe irrémediablement par comment le faire "le non faire du faire"...

Donc "comment" est essentiel dans un enseignement, et pour un forum, on se doit d'en parler et d'expliquer le comment faire. Sinon on reste dans son monde, dans sa réalité et on n'arrive pas à la transmettre, ou pire on se sent supérieur...

Regardes, je fini mon post avec "Bien complexe tout cela ... " et tu commences le tien avec "Très clair,très facile à piger", pour un observateur extèrieur il y aurait là une grande prétention... :o
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Répondre