Hatha et Kundalini

Vous êtes engagé dans une pratique spirituelle, philosophie ou religion depuis quelques temps, et vous souhaitez partager vos expériences.

Modérateur : Modérateurs

Répondre
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Hatha et Kundalini

Message par rems » 19 mars 2012, 15:29

J’essaie de mettre à profit une période d’inactivité professionnelle pour approfondir ma pratique du yoga (kundalini et Hatha).
D’après les témoignages et malgré de nombreux stages je me rends compte que je suis resté en surface dans la pratique.
Depuis une bonne quinzaine d’années que je m’intéresse à cette discipline, je découvre seulement aujourd’hui la possibilité de tenir sans difficultés physique les postures inversées, toutefois je suis incapable de ressentir les effets énergétiques décrits dans plusieurs témoignages.
Il me semble m’être perdu de nombreuses années dans une pratique du Kundalini en espérant des effets miraculeux. Ce yoga est certes puissant mais dans l’école où je pratiquais planait une spiritualité un peu douteuse car les attitudes n’étaient pas franchement en accord avec une véritable ouverture vers les autres (selon ma perception…).
Depuis 2 ans je pratique seul, j’habite maintenant dans une région plutôt isolée, c’est certes l’occasion de travailler par soi-même mais les échanges me manquent.
Je trouve certains témoignages extraordinaires, cela devrait m’encourager à persévérer dans la pratique pour atteindre les couches un peu plus profondes.
Merci pour vos témoignages et les infos techniques.
Je vais continuer l’expérimentation.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 19 mars 2012, 16:06

Bonjour Rems et bienvenue dans ce forum, j'espère que tu y trouveras ce dont tu as besoin, mais sais-tu ce dont tu as besoin :wink:
rems a écrit :l me semble m’être perdu de nombreuses années dans une pratique du Kundalini en espérant des effets miraculeux. Ce yoga est certes puissant mais dans l’école où je pratiquais planait une spiritualité un peu douteuse car les attitudes n’étaient pas franchement en accord avec une véritable ouverture vers les autres (selon ma perception…).
Tu dis que cela fait quinze ans que tu pratiques, est ce dans cette école ?
Tu peux en décrire un peu les séances. Après, qu'on est une ouverture aux autres ou pas, si on travaille sur la technique, il y aura un "résultat" même si ce n'est pas cela qui est Yoga.

A te lire
:wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 19 mars 2012, 16:44

Bonjour Sami.

Pour être plus précis, 7 ans de pratique de hatha (1 à 2 cours par semaines) et idem avec le Kundalini avec une séries de séminaires thérapies, reebirts et tout le tintouin.
Un sacré business le kundalini, une belle expérience aussi, de fabuleux partages en thérapies, tantra…tous ces échanges me portent encore.
Le hic, ou les hics, c’est que je n’arrive pas à intégrer l’image du maître, de ses pouvoirs de purification, que je vis mal les changements d’attitudes de « collègues » qui auraient pénétrer les cercles initiatiques ce qui semblerait d’ailleurs faire gonfler inexorablement leur égo, sans parler du culte de la personne, des notions de vies antérieures mises à toutes les sauces…
Alors je suis reparti dans mes montagnes natales déçu par de trop belles paroles et je m’efforce de maintenir une pratique car au fond de moi je crois à cette discipline car elle est rigoureuse sérieuse mais si difficile.
J’ai repris le yoga grâce à un cours de Bodybalance, pour ceux qui connaissent, maintenant je m’en tient au Bodypump car cela muscle avec une certaine harmonie et toutes les postures d’étirements sont autant de micro séance de yoga pour moi.
Ma musculature me permet maintenant d’aborder certaines postures que je découvre seul ou avec des infos sur internet. Je cherche à faire partager ma pratique chez moi dans mon salon mais les aventuriers ne sont pas nombreux et ne s’y tiennent pas, cela semble trop difficile ou j’oublie de transmettre certaines facettes…
Ta question est pertinente !!!
Pour le moment j’ai surtout un besoin d’échanger un minimum et retrouver peut-être confiance en des personnes qui parlent peu mais visent juste.

Merci à bientôt.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 19 mars 2012, 17:13

rems a écrit :Le hic, ou les hics, c’est que je n’arrive pas à intégrer l’image du maître, de ses pouvoirs de purification
Mais il en avait ? N'utilisait t-il pas son majeur par hasard :roll:
rems a écrit :J’ai repris le yoga grâce à un cours de Bodybalance, pour ceux qui connaissent, maintenant je m’en tient au Bodypump car cela muscle avec une certaine harmonie et toutes les postures d’étirements sont autant de micro séance de yoga pour moi.
Je ne vois pas le rapport avec le yoga mais je vois un rapport avec ta vision et tes attentes qui ne font que t'éloigner du yoga, malheureusement, ce n'est que mon avis :)
rems a écrit :au fond de moi je crois à cette discipline car elle est rigoureuse sérieuse mais si difficile.
Et la réponse est là, "au fond de moi".
"Dans le Yoga-vâsishtha, il est dit que tout ce qui survient à une personne l'est par les désirs du mental, et que c'est lui qui les crée tous".
Pouvons-nous apparaître et disparaître comme Viswamitra et autres rishis ?

BHAGAVAN :

Ce ne sont là que des débats sur des sujets physiques (et duels).

Est-ce notre intérêt essentiel ?

N'êtes-vous pas l'âtman ?

Pourquoi penser à d'autres sujets ?

Chercher l'essence.

Ecartez toutes autres spéculations, elles sont vaines et inutiles.

Ceux qui croient que moksa consiste en la disparition (du corps), est une vue fausse.

Vous n'êtes pas le corps. Peu importe comment le corps
disparaît - d'une manière ou d'une autre.
Il n'y a aucun mérite à cela. Tout est l'Un.
Y'a-t-il supériorité ou infériorité dans l'Un ?

La disparition du "je" est le thème central, et non celui du corps.

C'est dehatma buddhi (la notion "je suis le corps")
qui est votre servitude.

Seul importe le rejet de cette notion et la perception du Réel.

Abandonneriez-vous quelque chose de doré avant
de vérifier si c'est bien de l'or ?

Qu'importe si c'est rond ou en poudre quand vous voyez la vérité comme étant de l'or pur.

Le mourant ne voit pas son corps. C'est l'ignorant qui pense de quelle manière meurt le corps. Le libéré ne meurt pas.

Même si le corps est actif ou usé, il demeure conscient et ne voit aucune différence.

Pour lui, rien n'est supérieur à quelque chose d'autre. La manière dont disparaît le corps d'un mukti (libéré) n'est pas importante.

Concentrez-vous sur votre propre réalisation, et après cela il sera toujours temps de voir quelle forme de mort est préférable !

Êtes-vous le corps ? La nuit, quand vous dormez, en avez-vous conscience ?
Ramana Maharshi
Tes montagnes se trouvent ou ?
:wink:
Avatar du membre
Odile
Messages : 2024
Enregistré le : 21 août 2009, 10:50

Re: Hatha et Kundalini

Message par Odile » 19 mars 2012, 20:53

Qu'est-ce que c'est Bodybalance et Bodypump ? :mefie:
Ce n'est pas en regardant la lumière qu'on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité...
Avatar du membre
ValerieB
Messages : 1627
Enregistré le : 07 août 2008, 21:37
Localisation : 94
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par ValerieB » 19 mars 2012, 21:37

Bodypump
c'est réservé aux shadoks bien sûr!!! voyons, Odile!!!

Image
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 20 mars 2012, 00:07

Je vous laisser regarder sur Wiki ce qu’est Bodybalance et Bodypump, l’intérêt pour moi de ces séances est de maintenir ma musculature et la souplesse pour le travail sur chantiers et indirectement d’avoir raviver ma pratique personnelle du yoga pour un travail en profondeur.
De temps en temps je propose des séances chez moi pour partager ma pratique, c’est une expérience enrichissante et qui m’aide à progresser (en tout cas il me semble).

J’habite en auvergne.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 20 mars 2012, 07:00

Bonjour,
Je n'arrive pas trop à saisir ton post "Re: Hatha et Kundalini"
Je te site
toutefois je suis incapable de ressentir les effets énergétiques décrits dans plusieurs témoignages.

Il me semble m’être perdu de nombreuses années dans une pratique du Kundalini en espérant des effets miraculeux
Ta pratique aujourd'hui, est elle celle que tu as apprises en Kundalini yoga et Hatha-yoga ?
Peux tu nous parler un peu de Kundalini ?
Merci :wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 20 mars 2012, 11:32

Bonjour Sami.

Quelques précisions : Ma sœur aînée a commencer à pratiquer vers l’âge de 20 ans, je me suis retrouvé avec des bouquins de yoga dans les mains et j’ai été naturellement très attiré par le coté mystique de la pratique, j’avais aussi un intérêt très concret pour la pratique, des problèmes de varices importants et un certain mal être bien entendu. Ma pratique du Hatha a été épisodique car effectivement les résultats n’étaient pas à la hauteur de mes rêves. J’ai bien accroché avec le Kundalini car il est sur certains points proche des arts martiaux et les mantras sont de véritables bains de douceur. Ma pratique était plus régulière, 2 fois par semaine et des stages captivants mais onéreux. Cette démarche dans cette école était associée à une thérapie individuelle et de groupe. Je pourrai en parler longuement mais pour faire court j’y ai sacrément pataugé par manque de discernement et de maturité.
Aujourd’hui je reprends presque à zéro avec une pratique quasiment quotidienne basée sur des postures de hatha et/ou des séances de K. issues de l’enseignement de Yogi Bhajan.
Je fais volontairement l’impasse (si l'on peut dire) sur l’aspect spirituel pour me concentrer sur les effets sur le corps et le psychisme (cela va faire bondir mais ça me rassure).
Je ne récents pas réellement l’énergie monter le long de colonne, par contre je peux dire que je deviens plus sensible à l’acte amoureux, ma sexualité est bien plus équilibrée et je capte des sensations nouvelles.
On peut changer l’intitulé du post, toutefois c’est mon expérience actuelle.
A+

Je développerai mon expérience en K. mais il me faut un peu de temps pour synthétiser.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 20 mars 2012, 16:19

Oui mais apparemment, cela t’a quand même aidé physiquement en plus de t’apporter un peu de légèreté.

De mon côté par exemple, lorsque j’avais commencé, je n’attendais rien, j’étais complètement innocent de tout et de toute cette pratique et dès que j’avais pris refuge en méditation, mon innocence a permis d’être le vase d’une nature autre, inconnue et impensable. C'est un état qui est bien de toujours rechercher dans son coeur parce qu'il n'est pas pour autant acquis.

Tu parles d’attirance de mysticisme et à la fois, ce côté là est vite rendu inerte par ce fort désir d’obtenir des résultats par un programme objectif, alors que ce côté là est subjectif.

Il y a un travail de fond, de conscience afin d’éclairer les cellules qui sont schématisées que sur le côté esthétique et psychologique – pour les mystiques, le corps n’existe pas.

Qu’est ce que t’on apporté les thérapies – comment cela se passait ?

Et puis en fin de compte, c’est bien, tu as pas mal pratiqué, cela t’a forcément apporté. De plus, maintenant, tu es rempli d’expériences mais attention, ces expériences peuvent être des obstacles.
On pense que cela nous apporte beaucoup, mais enfin de compte, cela sature, encombre l'instant présent du passé et du futur, éloignant la connaissance du Soi. Cela, on ne le croit pas, ce n’est pas possible – pourquoi – parce qu’à certains, cela apporte tant, cela fait même déborder leur corps, leur coeur de sensations, de sentiments… on se sent envahi et pourquoi croire que cela est un obstacle alors que je suis comblé, que cela m’ouvre à l’expression de ma sexualité… cela ne veut pas dire aussi qu’il faut tout refouler.

A un moment donné, l’orientation prend tout son sens. Il va permettre à ces expériences de ne pas encombrer, boucher, voir même inonder l’apaisement du mental, des sens, d’illusions, qui prendront les teintes de nos pensée, de nos sentiments non éclairés par la Conscience – la pensée ne dit pas tout à celui qui pense, elle lui revient simplement.

C’est quoi la différence entre le psychisme et le spirituel, parce que les deux sont invisibles ?
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 20 mars 2012, 17:17

Bonjour rems, bienvenu !

Si tu veux aller un peu plus loin dans le Yoga il va te falloir travailler autre chose que le corps et entrer dans le pranayama, clé incontournable du Yoga.
La posture est une belle chose, mais elle prépare à cette nouvelle étape qui est le pranayama, tu dois donc impérativement mettre du pranayama dans toutes tes postures et orienter tout cela vers quelque chose qui te dépasse et non pas tout garder pour toi... :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
Avatar du membre
philippe12
Messages : 1324
Enregistré le : 15 févr. 2009, 22:08
Localisation : isére france
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par philippe12 » 20 mars 2012, 18:05

Bonjour a toutes et a tous

@Bienvenu Rems

je suis intéressé par ton approche du Kundalini yoga et comment tu ressens la différence par rapport au hata yoga-

est ce qu tu as un prof de hata?( de quelle ecole d 'ailleurs il y en a .. plusieurs) :oops:

de mémoire en kundalini tous les asanas sont guidés par le souffle apres avoir placés les bandhas :mrgreen:
ma prof préférée de Kundaliini est en stage en inde :http://www.123yoga.net/ :coeur:


au plaisir de te lire
Namaste



:love2:
"Abhyâsa Vairâgyâbhyâm Tan-nirodhah"
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 20 mars 2012, 18:30

Sur le site que tu as mis en lien on trouve cette somptueuse idée :
Le kundalini yoga est un yoga des angles, en mouvement…
De quoi est composé un cours de kundalini yoga ?
Le cours est fait d’un échauffement, d’une série d’exercices dynamiques, d’une relaxation et d’une méditation pour une durée totale d’une heure et demie…

Waoouuu, le Yoga des angles :schock:
Exercices dynamiques et relaxation, super programme !!!! :lol:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 21 mars 2012, 07:01

je suis intéressé par ton approche du Kundalini yoga et comment tu ressens la différence par rapport au hata yoga-
Qu'est ce qui t'intéresse Philippe ?
Parce que là, il y a quelqu'un qui vient sur le forum en disant qu'elle s'est perdu avec cela, qu'il y a tout à reprendre ect...
Qu'est ce qui peut faire la différence entre deux pratiquants d'art-martiaux de 20 ans d'expériences - l'un n'aura quasiment pas évolué, sera très rigide et l'autre, aura une vision, une souplesse ect...
Je cherche la réponse :lol:
:wink:
Avatar du membre
philippe12
Messages : 1324
Enregistré le : 15 févr. 2009, 22:08
Localisation : isére france
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par philippe12 » 21 mars 2012, 08:15

Bonjour a toutes et a tous




@Sami
:oops: si Rems trouve ma question osée il n'est pas obligé d y repondre
je suis trés interesse par les pratiques basées sur le souffle et la dynamique - sans reelle performance physique - des chercheurs qui envisage le YOGA comme un mode de vie :boxe:

@Denis
tu peux aussi extraire cela
En devenant prof de yoga, j’ai la possibilité de transmettre une technique que l’on peut dire scientifique. Chaque aspect, mouvement a une raison précise qui a été éprouvée depuis des siècles. Pour donner un exemple, pendant un exercice, vous êtes allongé sur le dos et vous levez les jambes à 10° vous travaillez sur les organes génitaux, à 30° vous travaillez sur la région ombilicale, à 60°vous travaillez sur la région du foie et de la rate et à 90° vous travaillez sur la circulation dans le cerveau.

Mais cette connaissance n’est pas nécessaire pour pratiquer le kundalini yoga. Bien au contraire, il faut se laisser guider par le professeur et se concentrer sur la respiration....
...

je me suis laissé guider par sa voix et ce fut 1h30 de magie :coeur: tu vois meme un mauvais eleve peut apprecier un prof :boxe:

c'est un plaisir de vous lire

Lumier et Amour

Namaste

:love2:
"Abhyâsa Vairâgyâbhyâm Tan-nirodhah"
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 21 mars 2012, 10:58

Bonjour,

Je ne sais trop comment donner mon ressenti face à notre manque de conscience de ces ancestrales et sacrées pratique du yoga.
On va voir des profs, des gurus de toutes sortes et on s'en remet à eux à coeur et visage découvert - on leur ouvre notre intérieur sans prendre de précautions alors qu'ils ne connaissent pas grand chose, voir rien pour certains. On se laisse manipuler, voir transmettre et sans pour autant en saisir quelque chose, c'est inouïe !

J'ai retrouvé un texte d'une très grande profondeur que je gardais près de moi autrefois, car il cache beaucoup de choses. C'est tellement bien décrit, avec beaucoup de mystère et il permet de percevoir ce que nous sommes - le psychisme - le spirituel - le mysticisme qu'émane le vide aux secrets de l'âme.
C'est long mais cela en vaut vraiment la peine de tout dévorer :wink:
Une nuit dans la grande pyramide

"Egypte secrète" de Paul Brunton




Les chats du Caire, jusqu'alors assoupis, baillèrent prodigieusement, puis détendirent à l'extrême les souples ressorts de leurs pattes de velours. Le crépuscule arrivait, heure où commence la véritable existence de la gent féline: conciliabules amicaux, chasse aux souris, combats singuliers, tendresses conjugales. Et moi aussi, c’est au crépuscule que j'allais me livrer à l'une des activités les plus étranges de ma vie, étrange, dis-je, encore que silencieuse. J'avais formé le projet de passer une nuit entière à l'intérieur de la grande pyramide, de veiller, douze heures durant, assis dans la chambre du roi, cependant que les lentes ténèbres passeraient sur le monde africain. C'était fait. J'occupais l'abri le plus inimaginable qu'on ait jusqu'à ce jour édifié sur notre planète.

Certes, je n'y étais pas arrivé sans peine. Bien que chacun pût librement approcher la grande pyramide, elle n'était pas la propriété du public. Elle appartenait, je m'en aperçus, au gouvernement égyptien. Il n'est pas plus possible au premier venu de circuler à l'intérieur et de passer dans l'une des chambres une nuit non réglementaire, que de pénétrer dans la maison d'autrui et de dormir dans sa meilleure chambre à coucher.

Chaque fois qu'un visiteur veut pénétrer dans la pyramide, il lui faut, moyennant cinq piastres, acheter un ticket au département des antiquités. C'est donc là que je me rendis, et qu'avec optimisme je demandai la permission de passer une nuit à l'intérieur de la grande pyramide. Eussé-je sollicité l'autorisation de m’envoler à destination de la lune, le visage du fonctionnaire qui m'écoutait n'aurait pu exprimer plus intense stupéfaction.

Je formulai un bref exposé justifiant et appuyant ma requête. De la surprise, le préposé passa à l'amusement; il se mit à sourire. Il me tenait, je le compris, pour un candidat très qualifié à l'entrée dans certaine institution dont peu d'entre nous se soucieraient de devenir les habitants. Finalement, voici ce qu'il me dit: "Je n'ai jamais été saisi de semblable demande. Je ne crois pas avoir qualité pour l'accorder."


Il m'envoya à l'un de ses supérieurs hiérarchiques du même département. La scène comique de son bureau se reproduisit. Mon optimisme commençait à m'abandonner.

"Impossible!" déclara le second fonctionnaire, avec autant de fermeté que de bienveillance, convaincu qu'il était de se trouver en présence d'un doux lunatique. " C'est chose inouïe. Je regrette." La voix trainait, et il haussait les épaules.

Il se leva pour m'accompagner à la porte de son bureau. Ce fout alors que ma faculté de persévérance entra hardiment en scène: je sus résister.

Je me mis à discuter, persistant à renouveler ma requête par d'autres méthodes, et me refusant à quitter la place. Mon interlocuteur finit par se débarrasser de moi, en déclarant que le cas n'appartenait pas à la juridiction du département des antiquités. A laquelle donc? demandai-je. Il ne pouvait me le dire en toute certitude mais pensait que le mieux était de m'adresser à la police.

Je compris combien ma requête était excentrique et suffisait à me caractériser comme déséquilibré à l'extrême. Néanmoins, je ne pouvais l'abandonner. Ma décision de la faire aboutir était devenue une obsession.

Au quartier général de la police, je découvris une section des permis. Pour la troisième fois, je sollicitai humblement à passer une nuit dans la pyramide. Le policier, ne sachant que faire de moi m'envoya à son chef. Celui-ci demanda u petit délai pou examiner l'affaire. Quand je revins, le lendemain, il m'invita à me rendre au département des antiquités !

Je rentrai chez moi; à ce moment, je désespérais de parvenir à mes fins.

Mais "les difficultés sont souvent faites pour qu'on les surmonte". La banalité de ce proverbe anglais rebattu n'a d'égale que son impérissable vérité. A la réflexion, je m'avisai d'obtenir une entrevue avec le généreux commandant de la police municipale du Caire, El Lewa Russell Pacha. Je sortis de son cabinet muni d'un ordre écrit, qui prescrivait au chef de police du district comprenant la pyramide de me donner toute l'assistance nécessaire pour réaliser mon entreprise.

Je me rendis donc, à la tombée du soir, au bureau du major Mackersey, chef local de la police, station de Mena. J'eus à signer sur un registre qu'on me présenta; cela fait, la police répondait de ma sécurité jusqu'au lendemain. Un agent de la station fut détaché, pour m'accompagner jusqu'à la pyramide et donner des instructions au policeman armé qui monte la garde à l'extérieur du monument pendant la nuit.



Comme nous nous serions la main en nous quittant, le major Mackersey me dit plaisamment: "Nous assumons un risque en vous laissant là-dedans tout seul une nuit entière. vous ne voulez pas faire sauter la pyramide, je suppose ?

- Je ne vous promets pas seulement cela, mais aussi de ne pas prendre la fuite en l'emportant.

- Je crains ajouta-t-il, que nous n'ayons à vous y enfermer. Chaque soir, on cadenasse l'entrée avec une grille de fer. Vous serez donc prisonnier pour douze heures.

- C'est parfait! Aujourd'hui, nulle résidence ne me plairait mieux que ce genre de prison..."

On atteint la pyramide par une route ombragée bordée d'arbres appelés "labbek". Des maisons ne bordent cette route qu’à de rares intervalles. Finalement, elle gravit peu à êu le côté du plateau où s'élèvent les pyramides, et s'y achève en pente rapide. En parcourant l'avenue, je pensais que tous les voyageurs ayant suivi cette direction au cours des plusieurs siècles passés, rares avaient ceux qui venaient remplir une mission aussi curieuse que la mienne. Y en avait-il eu même un seul ?

Je gravis l'étroite colline de la rive occidentale du Nil où la grande pyramide et son bon compagnon, le sphinx, veillent en silence sur l'Afrique du nord.
Le gigantesque monument me faisait face, tandis que je m'avançais sur un sol de sable et de pierres confondus. Une fois de plus, je considérais l'inclinaison de ces faces triangulaires qui délimitent la plus ancienne architecture actuellement connue en ce monde; je suivais des yeux la perspective des énormes blocs sur leur largeur décroissante de la base à la pointe. La parfaite simplicité de l'ensemble, dépourvue de toute trace d'ornementation, l'absence de la moindre courbe parmi ces lignes droites, n'enlèvent absolument rien à l'imposante splendeur qui s'y exprime.


Je pénétrai dans le muette pyramide par la brèche que creusa jadis sur son côté le calife Al Mamoun, et je commençai mon exploration du gigantesque édifice. J'y étais déjà venu, il est vrai, mais c'était maintenant la première fois que m'y amenait une recherche aussi étrange que celle à laquelle était dû mon retour en Egypte. Après avoir parcouru une certaine distance, j'atteignis l'extrémité de cet accès horizontal, et mon chemin fut remplacé par le passage même qui ouvrait à l'origine l'entrée de la pyramide.

Alors, une torche à la main, courbant la tête presque jusqu'aux genoux, je descendis le prolongement du corridor. Longue pente, voie étroite, basse, abrupte, et glissante. Ma position était on ne peut plus gênante et inconfortable, à mesure que la déclivité du sol me contraignait à descendre plus vite que je ne l'eusse voulu.

Je désirais, avant mon séjour dans la chambre du roi, examiner la partie souterraine de la pyramide; on en a, aux temps modernes, barré l'accès par une herse de fer qui empêche le grand public d'entrer dans ce domaine lugubre et d'y être à demi-suffoqué. Inopinément, je me remémorai le vieux dicton latin: facilis descensus aAverni, mais ces mots prenaient alors une allure de sombre ironie. A la lueur jaunâtre de ma torche, je ne voyais rien que le roc équarri dans lequel avait été taillé le sol que foulaient mes pieds. Quand enfin je trouvai un petit réduit sur la droite, je saisis l'occasion de m'y glisser et de me redresser pendant quelques minutes.

Je reconnus que cet emplacement marquait l'extrémité de la cavité presque perpendiculaire dite "le puits", qui part en descendant depuis la jonction du passage montant et de la grande galerie. Ce nom, le puits, est toujours resté en usage parce que, il y a environ deux mille ans, on le destinait à amener de l'eau. Le sol ne fut trouvé absolument sec que lorsque Caviglia eut déblayé la masse de débris qui l'obstruait.

Plus étroite encore que le passage que je venais de quitter était cette ouverture, grossièrement creusée et rébarbative qui se présentait ainsi, béante, dans le dur rocher. J'y découvris de petites niches taillées dans les côtés, parallèles entre elles et qui, pour y poser les pieds et les mains, s'offraient à ceux qui tenteraient l'ascension non dépourvue de danger.

Cette voie conduisait en haut, irrégulière et parfois tortueuse, durant une distance considérable avant d'atteindre une grande chambre, taillée grossièrement, dont la forme rappelait celle d'un vase. C'est ce qu'on appelle maintenant la grotte.
Elle marquait le niveau du plateau rocheux sur lequel fut élevé la pyramide. On la construisit en partie dans une fissure naturelle du roc, qui fut agrandie. Au delà, le puits fut évidemment taillé dans la maçonnerie, et non pas édifié avec des blocs comme tous les autres passages situés au dessus du sol. Le diamètres de cette parité du puits s'élargissait, ce qui rendait l'ascension plus difficile que dans la section plus étroite située sous la grotte.
Je finis par émerger de la cavité en atteignant l'ouverture qui en formait la bouche, et je me trouvai à l'angle nord ouest de la grande galerie.



Comment et quand fut-elle taillée au sein de la pyramide? D'elle même, cette question s'imposa à moi. Comme j'y réfléchissais, la réponse même frappa soudain. Les anciens Egyptiens qui, marquant la fin d'une époque dans l'histoire de la pyramide, avaient bouché 'accès aux chambres supérieures et à la grande galerie, au moyen de trois monstrueux tampons de granit, avaient bien été obligés de se ménager eux-mêmes une issue; sinon, ils fussent restés ensevelis vivants dans la pyramide.

Je savais, d'après mes propres recherches, que le puits et la grotte avaient été construits à la même époque que la pyramide elle-même, mais qu'alors le puits ne descendait pas plus bas que la grotte. Durant des milliers d'années, il n'y eut aucune jonction entre le passage supérieur et le passage souterrain.

Lorsque la grande pyramide eut rempli le but mystérieux qui lui était assigné, les responsables la scellèrent. Scellement qu'avaient prévu les constructeurs à l'origine; ils avaient laisse en place le matériel nécessaire à cet effet, et même resserré l'extrémité inférieure du passage montant, pour qu'on y enserrât les trois tampons de granit.

Ceux qui accomplirent ce dernier travail taillèrent la partie inférieure du puits dans le roc massif, pour se procurer une issue. Quand ils eurent achevé et se furent retirés, il suffit de condamner hermétiquement l'orifice de ce nouveau passage, au point où il joignait le passage descendant, puis de remonter la pente longue de trois cent pieds jusqu'à l'entrée primitive. Voilà comment le puits, créé d'abord pour atteindre la grotte, servit en dernier lieu à quitter la pyramide murée.

Je rejoignis par la voie la plus aisée le long tunnel incliné qui fait communiquer l'intérieur avec le monde extérieur, afin de reprendre mon voyage descendant vers le plateau rocheux de Gizéh. Soudain, dans un tournant, une ombre agrandie se projeta au travers de mon chemin; je reculai, tout saisi, avant de comprendre que c'était mon ombre même. Dans une atmosphère aussi fantastique, on s'attend à tout; les choses les plus étranges pourraient survenir. Glissant, rampant, je vins à bout de la distance relativement petite qui restait à parcourir, et j'éprouvai un sensible soulagement quand j'eus ainsi fini de descendre, pour me trouver sur un sol horizontal; il est vrai que c'était dans un tunnel encore plus étroit. J'y parcourus environ dix mètres en rampant, puis j'arrivai à l'entrée ouverte de la chambre la plus bizarre que j'eusse jamais vue. On l'appelle la fosse. Dans sa plus grande dimension, elle avait un peu moins de cinquante pieds d'un mur à l'autre.



Ce caveau obscur, situé exactement au-dessous du centre de la pyramide, produisait l'impression d'un ouvrage ayant été précipitamment abandonné; il semblait qu'on en eût interrompu l'achèvement, en cessant brusquement de tailler cette chambre dans le roc massif. Le plafond, pour sa part, était achevé, mais le sol présentait autant d'inégalités qu'une tranchée bombardée. Les anciens maçons égyptiens avaient coutume de procéder de haut en bas pour établir des voûtes dans le roc; la base était donc façonnée la dernière.

Pourquoi celle d'ici n'aura-t-elle jamais été menée à bonne fin, tandis que, plus tard, il fallut au moins le travail de toute une vie pour construire la superstructure qui domine le niveau du roc ? Il y a là une énigme archéologique peut personne n'a jamais pu résoudre. Mais n'en doit-on pas dire autant de la pyramide entière ?

Je dirigeai la lueur de ma torche sur les épaisseurs obscures et j'en concentrai un faisceau sur le milieu du sol. Je me rapprochai de ce point et j'y examinai curieusement le bord béant d'un trou profond, témoin muet jadis laissé là par les chasseurs de trésor; c'est en vain qu'ils avaient peiné à creuser une fosse dans la fosse.

Les ailes d'une chauve-souris me frôlèrent désagréablement, comme elle parcourait cet espace pauvre en air. Dans le trou lui-même, je constatai que ma lumière troublait le sommeil de trois autres représentants de cette espèce, qui se tenaient accrochés sur les côtés rugueux de la pierres. En me déplaçant, j'en réveillai deux autres encore, suspendues au plafond. Alarmées, bouleversées, par la lumière que, sans pitié, je projetai sur elles, les chauve-souris voletaient en désordre et criaient; enfin, elles disparurent dans le noir du passage d'entrée.

J'escaladai les bosses du sol accidenté et parvins à l'autre extrémité du caveau, où un petit tunnel se montrait dans le mur. Il était juste assez large pour donner passage à un homme, mais en, hauteur, il ne permettait que d'y ramper difficilement sur le ventre, dans une poussière déposée là depuis des milliers d'années.

Excursion dépourvue d'agrément. Je m'y soumis, afin de pouvoir examiner l'extrémité du tunnel. Après avoir pénétré dans le roc sur une longueur d'environ vingt mètres, il s'achevait brusquement; apparemment, comme la fosse, ce tunnel était resté inachevé.

Presque suffoqué, je revins sur mes pas et regagnai la fosse sans air; j'en considérai une dernière fois l'ensemble, puis je pris la route du retour vers les régions supérieures de la pyramide. Quand j'atteignis le commencement du passage peu élevé de plafond qui montait suivant une ligne parfaitement droite de trois cent cinquante pieds de roc, avant de de continuer en un corridor traversant la maçonnerie, je m'étendis sur le sol et , par l'ouverture que je comparais à la lentille d'un immense télescope, je levai mes yeux vers le ciel enténébré.



Un point d'argent, scintillant, facile à apercevoir sur le vaste fond bleu indigo, m'y apparut; c'était l'étoile polaire. La boussole attachée à mon poignet me permit de repérer la direction: tout juste le nord. L'ouvrage des premiers constructeurs avait su joindre à la grandeur la précision.

Je repris ma marche rampante pour gravir le chemin escarpé et parvins enfin au corridor horizontal qui mène à la chambre de la reine. Une vingtaine de grands pas et j'y étais, considérant le plafond voûté et sa ligne droite médiane. Deux conduits de ventilation s'inclinaient vers le haut, partant des murs nord et sud.

Ceci démontrait clairement que la chambre n'avait jamais été une tombe, mais que les vivants entendaient s'en servir. Lorsqu'on découvrit ces conduits en 1872, ils posèrent à beaucoup d'esprits une énigme, car ils s'arrêtaient à cinq pouces au-dessous de la chambre. Dans cet état, ils n'auraient donc pas pu y amener de l'air. Avaient-ils eu quelque autre destination inconnue? La meilleure explication, la voici: le temps sera venu où ils eurent rempli l'objet qu'on leur avait assigné; alors, comme pour tout le reste des accès supérieurs dans la pyramide, on en scella complètement les orifices, par de nouveaux blocs de pierre.

C'est Waynman-Dixon, un ingénieur civil alors employé à certains travaux dans le voisinage de la pyramide, qui découvrit par hasard ces tubes d'air, un jour qu'en simple curieux il examinait les murs de la chambre de la reine. Il remarqua que l'un des murs, qui sonnait creux en un endroit déterminé, paraissait aussi légèrement lézardé. Il fit percer cette place et, à cinq pouces de la surface, il trouva un mince tube. Le même procédé lui en fit découvrir le pendant sur le mur opposé. Les deux conduits se dirigeaient tout droit à travers le gros oeuvre de la pyramide. Ceci fut démontré plus tard, au moyen de baguettes métalliques témoins qu'on y inséra sur une longueur d'environ 200 pieds.

Je repris le corridor horizontal et me dirigeai vers l'endroit où il rencontre la grande galerie. Ensuite je parcourus lentement 150 pieds jusqu'au sommet de cette pente raide. Chemin faisant, une petite impression de faiblesse, causée par trois jours de jeûne, commença à me troubler. Enfin, je m'arrêtai quelques secondes sur le degré terminal, haut de 3 pieds, qui coupe exactement l'axe vertical de la pyramide. Quelques pas encore à travers l'antichambre, je me baissai forcément sous le bloc de granit qui descend des murs latéraux à rainures, fermant l'issue du corridor horizontal, et j'avais atteint la chambre principale de la pyramide, la fameuse chambre du roi.



Ici également, la présence de 2 tubes à airs, chacun d'environ 9 pouces carrés, ruinait la théorie de la tombe. Si l'orifice des conduits de la chambre n'avait jamais été scellé comme dans le cas précédent, du moins les avait on complètement comblés de pierres détachées, que le colonel Vyse eut à extraire lorsqu'il voulut déterminer la nature de ces conduits. Il est extrêmement probable que cette obstruction fut réalisée à la même époque que toutes les autres mesures prises pour boucher les aménagements intérieurs, dans la partie du monument située au-dessus du niveau du sol.

Je projetai ma lumière sur les murs nus et le plafond uni, admirant une fois de plus l'ajustement parfait de ces énormes blocs de granit poli; puis je me mis à à tourner lentement tout autour, pour examiner chacune des pierres l'une après l'autre. Pour façonner ces blocs, l’on avait fendu en deux les rochers de nuance roc extraits de la lointaine Syène. Cà et là, sur le sol comme sur les murs restaient les cicatrices laissées par les vaines investigations des chercheurs de trésor. Les dalles, sur le côté est du pavage, avaient en partie disparu, remplacées par de la terre battue, tandis qu'au nord-ouest, un profond trou rectangulaire restait béant. Appuyé contre l'un de ces murs, se dressait un long bloc de pierre rugueuse, ayant jadis fait partie du pavage et abandonné là fortuitement par les mains de quelque vieil Arabe.

Quelques pouces à peine plus loin, parallèle à ce bloc, se trouvait le sarcophage aux côtés unis, bien comparable à un cercueil. Dépourvu de couvercle, isolé, c'était l’unique objet rompant le vide de la vaste chambre. Il occupait exactement la direction nord-sud.

Le bloc arraché au sol pouvait servir de siège. Je m'y installai donc, assis en tailleur, les jambes repliées, et je me disposai à passer là le reste de la nuit.
A ma droite, j'avais posé mon chapeau, ma jaquette et mes souliers; à ma gauche, la torche toujours allumée, une bouteille thermos contenant du thé chaud, deux flacons d'eau frappée, mon carnet de notes et mon stylographe. Un dernier regard autour de la chambre, puis sur le coffre vide, mon voisin, et alors j'éteignis mon flambeau.

Je gardais à côté de moi une puissante lampe électrique prête à être utilisée.



En tombant soudain dans la nuit noire, je ne pouvais que me demander intensément: que va-t-il l m'arriver jusqu'au matin? Une seule chose me restait possible en ces étranges conjonctures: attendre, attendre, attendre...

Les minutes s'écoulaient lentement, tandis que, tout aussi lentement, je "sentais" que cette chambre du roi était douée d'une puissante atmosphère pour laquelle je ne trouve qu'une épithète: "psychique".

Car, délibérément, j'avais rendu mon esprit réceptif, ma sensibilité passive, mon attitude négative, de manière à pouvoir enregistrer à la perfection toute éventualité dépassant le domaine de la réalité physique. J’en e voulais que nul préjugé personnel, nul parti pris ne m'empêchât d'accueilli ce qui pourrait m'arriver de quelque source fermée à nos cinq sens. De proche en proche j'amenuisai le cours de mes pensées jusqu'à ce qu'ne mon esprit le vide se fût à demi établi.

Le silence qui descendait ainsi sur mon cerveau m'apportait avec acuité la connaissance d'un autre silences, celui qui descendait sur ma vie. Le monde, avec son tumulte et son agitation, m'était devenu aussi lointain que s'il n'eût jamais existé. Pas un son, pas un souffle n e m'arrivait des ténèbres. En vérité, l'empire des pyramides a pour souverain le silence, un silence qui date de l'antiquité préhistorique et qu'aucun babil des touristes ne saurai à proprement parler interrompre, puisque chaque nuit le ramène, intégral, inspirant la crainte la plus respectueuse.

Je ma mis à observer l'imposante atmosphère de la chambre. Les personnes sensibles réalisent couramment cette expérience, parfaitement normale, dans les demeures anciennes. Ma propre expérience débuta par quelque chose d'analogue. Plus le temps passait, plus s'approfondissait, plus 'intensifiait en moi l'antiquité démesurée qui m'enveloppait, plus le je sentais que le 20ième siècle allait se dérobant, s'évanouissant sous mes pieds. Docile à la résolution que je m'étais imposée, je n'opposai à ce sentiment aucune résistance: loin de là, je la laissai redoubler de force.

En moi commença à s'insinuer le soupçon étrange d'une présence rompant ma solitude. Sous le voile de la totale obscurité, je sentais que quelque chose d'animé, de vivant, se mettait à palpiter, prenait naissance.
Sensation vague, mais réelle. Unie au sens croissant du retour du paddé, elle me donnait précisément conscience de ce que ne sais quoi que j'apelle "psychique".

Toutefois, rien de défini, de clairement délimité, ne se dégageait de ce sentiment vague et général d'un présence étrange, respirant à travers les ténèbres. Les heures glissaient l'un après l'autre, amenant, contrairement à mon attente, un refroidissement croissant.


L'effet du jeûne de 3 jours, auquel je m'étais soumis pour intensifier ma sensibilité, se manifestait maintenant par des frissons de plus en plus marqués. Par des étroits conduits de ventilation, l'air froid, pénétrant dans la chambre du roi, s'insinuait sous la mince protection de mes vêtements légers. Je me mis à grelotter. Me levant; je passai ma jaquette, déposée peu d'heures auparavant dans l'attente d'une chaleur des plus fortes Mais voilà ce que nous réserve l'Orient en certaines stations. Température torride pendant le jour, lourde chute du thermomètre pendant la nuit.

Jusqu'à ce jour, l'orifice des conduits d'aération n'a été découvert nulle part à la surface extérieure de la pyramide, bien qu'on en connaisse l'aire approximative. Certains égyptologues que la canalisation ait été poussée jusqu'au dehors. Mais le total refroidissement de l'air intérieur durant ma veille tranche cette question.
Je repris ma place sur mon siège de pierre et m'abandonnai derechef à l'accablant, au mortel silence, ainsi qu'à l'inexprimable obscurité. L'âme docile, je veillais. Sans aucun motif je vins à ma rappeler que là-bas, quelque part à l'est, le canal de Suez persistait à tracer sa ligne droite au milieu des sables et des marais, et puis je pensai au Nil, majestueuse épine dorsale du pays.

Le silence, sépulcral, le cercueil de pierre vide à mes côtés n'étaient pas faits pour tranquilliser mes nerfs, alors que l'interruption de ma veille semblait avoir rompu autre choix aussi; en effet, je m’aperçus très vite que le soupçon d'une vie invisible présente autour de moi passait à l'état de la pleine certitude. Oui, il y avait tout près de moi quelque chose de palpitant, de vivant, encore que je ne puisse voir quoi que ce soit. Je me sentis alors soudainement accablé en me représentant ma solitude et ses dangers.

Ainsi je me trouvais là, assis tout seul dans une chambre indéfinissable mais perchée à plus de 200 pieds au-dessus du sol, considérablement plus haut que le million d'habitants du Caire, au milieu d'impénétrables ténèbres, sous clef, incarcéré en cet étrange monument, au seuil d'un désert qui s'en va couvrir des centaines de miles, ce pendant qu'auprès de ma prison
- le plus vieil édifice du monde, probablement, s'étendaient, pêle-mêle, tant de tombes farouches, nécropole d'une ancienne capitale.

Sous mes yeux qui avaient scruté à fond le monde psychique, mystères occultes, sorcelleries et magies de l'Orient, la vaste chambre du roi se peupla d'êtres invisibles, d'esprits préposés à la garde du vénérable monument.



A chaque instant, il semblait qu'une voix spectrale allait s'élever du sein de l'immense silence. Maintenant je rendais grâce aux constructeurs des étroits conduits d'air, versant dans l'antique salle leur faible mais constante ventilation rafraichissante. Qu'importe que l'air ait à traverser près de trois cents pieds avant d'y parvenir, il était toujours le bienvenu. Je suis accoutumé à la solitude, elle me plaît, j'aime en jouir; mais celle de cette chambre avait quelque chose de périlleux, de terrifiant.

L'obscurité, où tout s'absorbait, commençait à peser sur ma tête comme une masse de fer. En moi tremblait l'ombre d'une crainte inutile. Je la balayait instantanément. Ce n'est pas le courage physique dont il est besoin pour séjourner au coeur de la déserte pyramide, c'est quelque fortitude morale. Selon toute vraisemblance, aucun serpent ne sortirait d'un trou ou d'une crevasse; nul trimardeur ne s'y réfugie à la tombée de la nuit. En fait, voici les seules manifestations de la vie animale qui s'offre à ma vue: une souris effarouchée, rencontrée au commencement de la soirée dans le passage horizontal, se précipita de tous les côtés entre les murs dépourvus de fente où disparaître; à toute force, il lui fallait échapper, hors de la portée de la terrible lueur de ma torche; ensuite, j'avais découvert deux lézards, dont la teinte jaunâtre trahissait leur âge incroyablement avancé; ils rampaient au plafond de l'étroite saillie qui sort de la niche dans la chambre de la reine;, en dernier lieu, ce furent les chauves-souris du caveau souterrain.

Je dois ajouter, il est vrai, que quelques criquets avaient émis leur chant non sans force lorsque j'entrai dans la grande galerie, mais ceci s'arrêta promptement. Et maintenant, le silence inviolé tenait la pyramide entière comme captive? Rien de ce qui ressortit du monde physique ne pouvait me causer aucun mal. Mais malgré tout, un vague sentiment de malaise, comme si des yeux invisibles me guettaient là, quelque part, m'envahit pour la seconde fois. Quel mystère de rêve, quelle irréalité fantomatique possédait donc ce séjour!...

Certaines vibrations de l'énergie, du son, de la lumière, échappent à l'ordre normal de nos capacités réceptives. Chansons amusantes et graves discours parviennent, à travers le monde, aux auditeurs de la T.S.F., mais ceux-ci n'en percevaient rien si leur appareil enregistreur n'était pas convenablement branché. De ma veille purement réceptive je m'étais libéré, pour y substituer toute la force d'une concentration d'esprit imposant à ma pleine attention un effort destiné à percer le noir silence qui m'entourait.



Si, de cette intense concentration intérieure, il résulta que ma faculté d'observation fut portée à une extension anormale, m'était-il dès lors impossible de surprendre la présence de forces invisibles? Qui le prétendrait?

Tout ce que je sais, c'est que lorsque je "me branchai", par une méthode d'attention intériorisée à laquelle je m'étais initié longtemps avant ce second voyage en Egypte, je me rendis compte que des forces hostiles avaient envahi la chambre. Il y avait, s'approchant, quelque chose que je ressentais comme néfaste, dangereux. Une peur sans nom s'agitait en mon coeur; chassée, elle revenait à de brefs intervalles. Je persistais à appliquer ma méthode de concentration intense, à direction unique et intérieure, la sensibilité suivant sa pente accoutumée et se transformant en vision. Des ombres se mirent à voltiger ça et là dans la salle où ne pouvait s'en tracer aucune. peu à peu, elles prirent une forme plus définie; il apparut soudain des figures malveillantes, tout près de mon propre visage. Devant les yeux de mon esprit s'élevaient directement des images sinistres. Puis ce fut une apparition noire qui s'avança, fixant sur moi un regard méchant et dressant les mains en geste de menace, comme pour m'inspirer un respect mêlé de terreur. Des esprits d'un âge incalculable semblaient s'être glissés jusque là depuis la nécropole voisine, une nécropole si vieille que des momies y tombent en poussière dans leurs sarcophages de pierre; c'étaient les ombres accrochées à ces antiques défunts qui faisaient leur fâcheuse apparition sur le théâtre de ma veille. Toutes les légendes des spectres néfastes qui hantent les parages des pyramides me revenaient à la mémoire, avec les mêmes trais déplaisants qui les caractérisent quand elles vous sont racontées par les Arabes d'un village peu éloigné. Quand j'avais dit à un jeune ami arabe que j'avais l'intention de passer une nuit dans la pyramide, il s'était efforcé de m'en dissuader.

"Chaque pouce est hanté, m'assura-t-il pour me mettre en garde. Ce territoire compte toute une armée de fantômes et de génies.
"
L'avertissement n'était pas superflu, je pouvais maintenant le constater. Des figures spectrales s'étaient mises à ramper dans mon noir séjour, elles y tournaient partout; l'indéfinissable sentiment de malaise qui m'avait précédemment saisis recevait pleine et entière justification. Sous une pareille tension, vers le milieu de cette chose inerte qu'était mon corps, je m'aperçus que mon coeur battait comme un marteau.


La crainte du surnaturel, qui nous guette tous tant que nous sommes, mordait sur moi une fois encore. Crainte, peur, horreur me présentaient tour à tour leur méchante face. Involontairement, mes mains se serraient avec l'étreinte d'un étau. Mais j'étais décidé à passer outre; quoique ces formes fantomatiques aient d'abord ébranlé en moi une sensation de frayeur, elles finirent par m'amener à mobiliser toutes les réserves de courage et de combativité que je pusse réunir.
Mes yeux restaient clos, cependant que toutes ces formes grises, glissantes, vaporeuses s'imposaient à ma vision. Et toujours leur implacable hostilité, leur atroce acharnement à m'empêcher de suivre ma résolution. Un cercle entier d'adversaires m'entourait. Il eût été facile d'en venir à bout en allumant la lumière, ou en me dressant debout pour sortir en hâte de la chambre et courir durant quelques centaines de pieds jusqu'à la grille d'entrée, où le gardien armé m'eût assuré un vivant réconfort. L'épreuve subie m'imposait une forme subtile de torture, elle harcelait mon âme, tandis que mon corps restait intact. Mais également implacable était en moi je ne sais quel commandement, m'imposant de traverser cette étape jusqu'au bout.

Le paroxysme arriva enfin. Des espèces monstrueuses, indéfinissables, de sinistres, d'infernales horreurs, des formes à l'aspect baroque, grotesque, fou, démoniaque fourmillaient autour de moi; la répulsion qu'elles m'inspiraient m'infligeait une inimaginable souffrance. En quelques minutes, j'ai vécu là des émotions dont le souvenir ne m'abandonnera en aucun temps. Cette scène incroyable demeure photographiée en haut relief dans ma mémoire Pour rien au monde je ne tenterais de renouveler pareille expérience; jamais plus je n'établirai ma demeure nocturne au sein de la grande pyramide.

La fin surgit avec une brusquerie saisissante. Les détestables envahisseurs fantomatiques disparurent dans l'obscurité d'où ils avaient émergé. Ils s'évanouirent dans le sombre royaume des trépassés, entraînant avec eux tout le cortège de leurs pernicieuses horreurs. Mes nerfs, à demi brisés, éprouvèrent un soulagement aussi immense que ceux d'un soldat quand s'arrête tout-à-coup un formidable bombardement.

Je ne sais combien de temps s'écoula alors, jusqu'à ce que je prisse conscience d'une présence nouvelle dans ma chambre. C'était quelqu'un de bienveillant, une figure amicale, qui se tenait à l'entrée et posait sur moi des regards plein de bonté. Son arrivée marqua un changement total de l'atmosphère. Changement en mieux.



Avec lui arrivait quelque chose de net et de sain. Un nouvel élément commença à influencer mon être sensible, qui restait accablé. Ce fut l'apaisement, le retour au calme. L'apparition s'approcha de mon siège de pierre; je vis qu'une autre la suivait. Toutes deux se tinrent à mes côtés et me considérèrent avec gravité; leurs regards étaient lourds de signification prophétique; je sentis qu'une heure importante de ma vie approchait.

Ces deux êtres revêtaient dans ma vision un aspect inoubliable. Leurs robes blanches, leurs sandales, la sagesse emprunte sur leurs traits, leur haute stature, tout cela me revint instantanément à l'esprit. En outre, ils portaient les insignes indiscutables de leur charge; on reconnaissait donc en eux des grands prêtres de l'ancien culte égyptien. Une clarté légère qui les entourait se répandait fort étrangement sur une partie de la salle. En vérité, ils semblaient être plus que des hommes; ils avaient la splendeur des demi-dieux; leur face respirait un calme sans égal, le calme du cloître.

Ils se tenaient immobiles comme des statues; ils me considéraient , les mains jointes sur la poitrine; ils gardaient un silence absolu. Etais-je en activité dans une quatrième dimension de l'espace, réveillé pour observer un passé immémorial? mon sens du temps avait-il reculé jusqu'aux jours de la primitive Egypte? Non, impossible, car je percevais nettement que ces deux êtres pouvaient me voir; ils étaient même sur le point de m'adresser la parole. Leurs hautes figures se penchèrent en avant, les lèvres de l'un d'eux parurent bouger, son visage tout près du mien; ses yeux brillaient d'un flamme immatérielle. Sa voix résonna à mon oreille. "Pourquoi es-tu venu en ce lieu, cherchant à évoquer les puissances secrètes? Les voies des mortels ne te suffisent-elles pas?" me demanda-t-il.



Ce n'est pas le sens physique de l'ouïe qui m'apporta ces paroles; il est certain qu'aucune vibration sonore n'avait troublé le silence ambiant. Mais il me semblait les entendre de la même manière qu'un sourd, muni d'un appareil électrique, peut percevoir les mots résonnant contre son tympan, toutefois avec cette différence qu'il les entend à l'intérieur de cet organe. La voix qui me parvenait, on pourrait vraiment l'appeler voix mentale, car, entendue évidemment dans mon oreille, elle n'était pas moins susceptible de produire l'impression d'une simple pensée. Or rien ne serait plus erroné. C'était une voix. Je répondis: "Non!"

Il me dit: "Le mouvement de maintes multitudes rassure, dans les villes, le coeur de l'homme qui tremble. Pars, retourne te mêler à tes amis, et tu auras vite oublié l'insignifiant caprice qui t'amena ici." "Je ne le puis", répétai-je. Il fit un nouvel effort. "Le sentier du rêve te dérobera au bercail de la raison. Certains s'y sont aventurés, qui revinrent insensés. Retourne, pendant qu'il est encore temps, retourne suivre le chemin assigné aux pas des mortels."
Mais je hochai la tête et murmurai:" Il me faut suivre ce chemin-ci; il n'en est pas d'autres pour moi." Le prêtre se rapprocha encore et pencha de nouveau sa face vers mon siège. Je vis son visage de vieillard se profilant sur l'entourage ténébreux. Il chuchota contre mon oreille: "Quiconque entre en contact avec nous perd toute parenté avec le monde. Es-tu capable de marcher seul ?" "Je ne sais", répondis-je. Il murmura de nouveau: "Viens avec moi; puis, quand tu auras vu, donne ta nouvelle réponse."

Alors je vis, comme dans une vision lointaine, le dédale des rues d'une grande ville. Ce spectacle se rapprocha avec rapidité, jusqu'à ce que j'aie remarqué, au tout premier plan, une vieille maison, proche d'une place fermée avec une grille. J’y vis une obscure cage d'escalier, qui menait à un galetas sous le toit. Mon interlocuteur spectral m'apparut soudainement en cet endroit, assis au chevet d'un vieillard dont la chevelure en désordre et l'inculte barbe grise cadraient bien avec la rudesse de ses traits.



Il avait certainement passé depuis longtemps le soir de sa vie, car sa peau toute cendrée pendait, flasque, sur ses os. Son visage décharné, où se lisait l'épuisement, m'émut de pitié, mais en le regardant je me mis à frissonner, car je voyais nettement comment son esprit luttait pour quitter son corps, combat sinistre dont l’issue m'était aucunement douteuse.

Mon guide considérait d'un regard compatissant le moribond couché. Il leva la main et dit: "Encore quelques minutes, mon frère, et tu auras la paix. Vois, je t'ai amené quelqu'un qui cherche les puissances secrètes Pour legs suprême, adresse-lui quelques mots." Je devenais soudain non plus seulement témoin mais acteur de cette étrange scène.

Avec un bruit haletant, terrible à entendre, le mourant tourna la tête et me regarda en face. Irais-je jusqu'aux extrémités du monde, jamais je n'oublierai la terreur couvant dans ses yeux.
"
Vous êtes plus jeune que moi, murmura-t-il. Mais j'ai parcouru l'univers une fois, deux fois, trois fois. Moi aussi je cherchais ce que vous cherchez. Oh! combien j'ai cherché!" Il s'arrêta une minute, sa tête retombant sur l'oreiller; il s'efforçait de feuilleter ses souvenirs. Puis il se redressa sur ses coudes et tendit un bras long et maigre. Sa main, aux doigts osseux et à l'étreinte toute raide, semblait celle d'un squelette. Il saisit la mienne et serra mon poignet comme dans un étau. Je sentis que son regard perçant fixé sur mes propres yeux cherchait mon âme.
"
insensé, insensé! grogna-t-il; les seules puissances que j'ai trouvées sont celles de la chair et du diable. il n'y en a pas d'autres. Elles demeurent. M'entendez-vous? (Il hurlait presque.) Elles demeurent!" L'effort était au-dessus de ses forces. Il retomba sur l'oreiller. Il était mort.

Mon guide n'ajouta pas un mot. Il demeura une minute entière, pensif, auprès du lit. Alors la vision s'effaça. Je me retrouvai, une fois encore, dans la pyramide. il me regardait en silence, et je lui rendais son muet regard. Il lut ma pensée. De l'obscurité me parvinrent ses dernières paroles: " Soit. Tu as choisi. Ton choix est désormais sans appel. Adieu." Il avait disparu.
Je demeurais seul avec l'autre esprit, qui jusqu'alors, n'avait joué d'autres rôles que celui d'un témoin silencieux.



Il se déplaça et vint en face du coffre de marbre. Son visage était celui d'un homme extrêmement âgé. Je n'osai me risquer à conjecturer le nombre de ses années.
"
Mon fils, déclara-t-il avec calme, les puissants seigneurs des pouvoirs secrets t'ont pris entre leurs mains. Tu dois être conduit cette nuit dans la salle d'instruction. Etends-toi sur cette pierre. Aux temps anciens, c'eût été dans cette autre, sur un lit de roseaux de papyrus." Il désignait le sarcophage.

Je n'avais d'autre chose à faire qu'obéir à mon mystérieux visiteur. Je me couchai, allongé sur mon dos.

Ce qui arriva immédiatement après n'est pas encore très clair pour moi. Ce fut comme s'il m'avait inopinément donné une dose de quelque anesthésique spécial, lent à produire son effet. Car tous mes muscles se raidirent, après quoi une léthargie paralysante commença à envahir mes membres. Mon corps entier s'alourdit et s'engourdit. En premier lieu, mes pieds subirent un refroidissement progressif. Par degrés imperceptibles, je sentis mes jambes se glacer, et cette impression gagnait toujours du terrain, de bas en haut. C'était comme si je fusse tombé, enseveli jusqu'à la ceinture, dans une masse de neige sur la pente d'une montagne. Mes membres inférieurs s'étaient maintenant entièrement insensibilisés.

Il m'apparaissait que j'allais subir un état de demi-somnolence; en moi se faisait jour un mystérieux pressentiment de l'approche de la mort. Toutefois, cela ne me troublait pas, car depuis longtemps je m'étais affranchi de l'antique peur de mourir et j'acceptais philosophiquement l'inévitable.

Comme l'étrange sensation continuait à m'étreindre, à gravir mon épine dorsale, à subjuguer mon corps entier, je me sentis enfonçant consciemment vers je ne sais quel point central de mon cerveau, tandis que ma respiration ne cessait de s'affaiblir.

Lorsque le froid atteignit ma poitrine, le reste de mon corps était entièrement paralysé. Alors survint quelque chose comme une attaque au coeur, mais cela passa aussitôt et je compris que la crise suprême n'était pas très éloignée.

Eussé-je été capable de desserrer mes mâchoires raidies, j'aurais pu rire de la première pensée qui me vint alors. La voici: "Demain, on trouvera mon cadavre dans la grande pyramide, et tout sera fini pour moi."

J'étais assuré que toutes mes sensations avaient pour cause le passage qu'effectuait mon esprit entre la vie physique et les régions d'outre-tombe.



Quoique sachant parfaitement que je traversais toutes les impressions d'un mourant, aucune trace d'opposition ne subsistait en moi. A la fin, toute conscience de moi-même se trouva concentrée en ma tête; un dernier tourbillon insensé se déchaîna à l'intérieur de mon cerveau. Il me semblait être emporté dans un cyclone des tropiques, et que je passais à travers un trou étroit. Puis, un instant, étreignit la peur d'être lancé dans l'espace infini; je sautais dans l'inconnu...et j'étais libre !

Aucune parole ne saurait rendre les délices de cette libération qui fut alors mon sort. J’étais transformé en un être spirituel, créature de pensée et de sentiment, débarrassée de toutes les entraves du lourd corps de chair qui jadis m'emprisonnait. Nettoyé de ce fardeau terrestre, j'étais devenu semblable à un esprit, tel un mort qui sortirait de sa tombe, mais certainement sans avoir perdu toute espèce de conscience. En fait, mon sentiment de l'existence était autrement plus intense qu'auparavant. Par dessus tout, cette sortie vers une sphère plus haute me procurait le sentiment d'être libre; bienheureuse, exquise libérée, dans la quatrième dimension qui me recevait.

D'abord je me trouvai couché sur le dos, horizontal, à l'image du corps que je venais de quitter, flottant au-dessus du sol de pierre. Puis j'éprouvai comme le contact d'une main qui me dressait debout sur mes talons après m'avoir poussé un peu en avant. En dernier lieu, il me sembla curieusement être à la fois debout et flottant.

Je considérai, le corps de chair et d'os abandonné, gisant, immobile sur le bloc pierreux. La face, sans expression, était tournée vers le plafond; les yeux, à peine ouverts; pourtant, les pupilles brillaient assez pour indiquer que les paupières n'étaient pas vraiment closes. Les bras se croisaient sur la poitrine, attitude que je ne pouvais me rappeler avoir prise. Quelqu'un me les aurait-il ainsi croisés sans que je m'en fusse aperçu? Les jambes et les pieds, étendus, se touchaient tout du long. Ainsi s'étalait ma propre forme, apparemment morte, celle dont je m'étais retiré.

Je remarqué qu'un faible trait de lumière argentée se projetait de moi, mon nouveau moi, vers la créature en sommeil cataleptique couchée sur le bloc. Il y a là de quoi s'étonner, mais, découverte plus étonnante encore, je constatai que ce mystérieux cordon ombilical psychique participait à éclairer l'angle de la chambre du roi où je voltigeais; cela faisait revêtir aux pierres des murs l'aspect que produit un suave clair de lune.



Je n'étais plus qu'un fantôme, créature sans corps séjournant dans l'espace. Je compris enfin, pourquoi les sages Egyptiens d'autrefois avaient choisi l'oiseau comme symbole hiéroglyphique de l'âme humaine. Le sentiment que j'éprouvais d'un accroissement en hauteur et en largeur, d'une étendue aérienne, était le même que si j'avais possédé deux ailes. Ne m'étais-je pas élevé dans l'air, n'étais-je pas resté flottant au-dessus de mon corps congédié?

Tel un oiseau s'envole dans le ciel et plane en tournant autour d'un certain point. N'avais-je pas la sensation d'être entouré d'un grand vide? Oui, décidément, le symbole ailé avait été bien choisi.

J'étais donc dans l'espace, j'avais dégagé mon âme de son écheveau mortel, je m'étais divisé en deux parties jumelles, j'avais quitté le monde si longtemps connu; j'avais le sentiment d'être devenu un être éthérisé, d'une légèreté extrême, dans le corps nouveau, le double, que j'occupais désormais. En regardant vers le bloc de pierre froide où gisait mon corps primitif, une simple idée s'empara de mon esprit. Elle s'exprimait, tout bas, en ces mots concis: "C'est l'état de la mort. Je sais maintenant que je suis une âme, que je puis vivre séparé du corps. Je le croirai toujours, puisque j'en ai fait l'expérience."

Cette pensée m'étreignit, impérieuse, comme avec un crampon de fer, tandis que j'étais légèrement balancé au-dessus de mon habitacle charnel resté vide. De la survivance j'avais fait l'expérience par la méthode à mon avis la plus satisfaisante: en mourant réellement, puis en revivant! Je continuais à regarder mes restes abandonnés. Ils me fascinaient en quelque sorte. Etait-ce là ce que, durant tant d'années, j'avais appelé mon moi? Un amas de matière charnelle, inconsciente, sans intelligence; rien de plus, voilà ce que j'y découvrais maintenant, de toute évidence.

A considérer ces yeux aveugles,, incapables de répondre, l'ironie de toute la situation me frappa irrésistiblement. Mon corps terrestre m'avait réellement tenu en prison, moi, mon "moi" réel, mais maintenant j'avais acquis la liberté. Auparavant, j'étais porté ça et là sur cette planète, par un organisme que j'avais longtemps confondu avec mon être réel, central. Il semblait que le sens de gravitation eût disparu; littéralement, je flottais dans l'air, me sentant étrangement demi-suspendu, demi-droit.



Soudain parut à côté de moi le vieux prêtre, grave, imperturbable. Les yeux levés, le visage encore anobli, l'air recueilli, il priait: "O amen, ô amen, qui es aux cieux, tourne ta face vers le cadavre de ton fils, et fais-lui du bien dans le monde de l'esprit. C'est fini." Puis il s'adressa à moi: "Tu as maintenant appris la grande leçon. L'homme, dont l'âme naquit de l'Immortel, ne peut jamais réellement mourir. note cette vérité en paroles connues des hommes.
Voilà!"
Là-dessus, apparurent successivement : le visage, que je ne me rappelais qu'à demi, dune femme aux obsèques de qui j'avais assisté plus de vingt ans auparavant, puis les traits familiers d'un homme qui fut pour moi plus qu'un ami et que j'avais vu reposer dans son cercueil il y avait de cela douze années, enfin le doux sourire d'un enfant que je savais être mort d'une chute accidentelle. Tous trois me regardaient, l'air paisible; leurs voix amicales se remettaient à se faire entendre autour de moi. J'eux l'entretien le plus bref possible avec ces êtres réputés morts; rapidement ils s'effacèrent et disparurent.
"
Ils vivent, eux aussi, dit le grand prêtre, comme toi, comme cette pyramide elle-même, qui vit mourir la moitié d'un monde et qui survit. Sache-le, mon fils, dans cet antique sanctuaire repose le témoignage perdu des premières races humaines et de l'alliance qu'elles conclurent avec leur créateur, par l'entremise du premier de ses grands prophètes. " Sache aussi que des hommes choisis furent anciennement animés ici, pour que cette alliance leur fût présentée et qu'ils pussent retourner auprès des leurs et maintenir vivant le grand secret. Emporte avec toi cet avertissement: lorsque les hommes abandonnent leur créateur et regardent leurs semblables avec de la haine, il en est d'eux comme des princes de l'Atlantide au temps desquels fut bâtie cette pyramide; ils sont détruits, écrasés par leur propre iniquité, comme fut détruit le peuple de l'Atlantide.
"
Ce n'est pas le créateur qui engloutit l'Atlantide; c'est l'égoïsme, la cruauté, l'aveuglement spirituel du peuple qui habitait ces îles condamnées. Le créateur aime tous les hommes, mais leur existence est soumise aux lois qu'il leur assigna. Emporte donc cet avertissement. "

Alors m'envahit un ardent désir de connaître la mystérieuse alliance.



Il faut que l'esprit ait lu dans ma pensée, car il dit vivement: " A chaque chose est réservée son heure. Pas encore, mon fils, pas encore. " J'éprouvai une vive déception. Il me regarda durant quelques secondes.
"
Il n'a pas encore été permis à un seul homme de ton peuple d'apercevoir pareille chose. Mais, puisque tu es versé en ces matières, puisque tu es venu parmi nous ayant au coeur bonne volonté et compréhension, tu peux obtenir quelque contentement.
Viens avec moi. "
Alors se produisit une chose étrange. Il me sembla choir dans une sorte de coma partiel; je perdis momentanément conscience, puis ce que je compris en premier lieu c'est que j'avais été transporté ailleurs. Je me trouvai dans un long corridor où régnait une douce lumière, encore qu'on n'y vit ni lampe ni fenêtre.
Je m'imaginai que la source lumineuse n'était autre que l'émanation, semblable à un halo, qui se répandait autour de mon compagnon, combinée au rayonnement d'une corde vibrante brillant dans l'éther derrière moi. Mais je dus reconnaître que l'explication était insuffisante. Les murs étaient de pierre colorée en chaudes teintes de terre cuite, et entre les dalles régnaient des joints d'une extrême finesse. Le sont s'incllinait, descendant, suivant un angle tout juste égal à celui de l'entrée même de la pyramide. La maçonnerie était parfaitement achevée. L'emplacement était carré et franchement bas, mais sans que cela me gênât. Je restai impuissant à découvrir d'où provenait le mystérieux éclairage: l'intérieur ne brillait pas moins, comme si une lampe y déversait sa pleine clarté.



Le grand prêtre m'invita à le suivre un peu en descendant le passage. " Ne regarde pas en arrière, ne détourne pas la tête, " me prescrivit-il. Nous parcourûmes ainsi une certaine distance toujours en pente, puis je vis une grande chambre, semblable à un temple, ouverte à l'extrémité du passage. Je savais parfaitement que j'étais dans ou sous la pyramide, mais jamais auparavant je n'avais vu ce passage ni cette chambre.

Evidemment, ils étaient secrets et avaient jusqu'à ce jour défié toute découverte. Je ne pus me soustraire à un sentiment de terreur, excité par cette soudaine révélation, tandis qu'une curiosité également violente me portait à me demander où donc était l'entrée et en quoi elle consistait. A la fin il me fallut tourner la tête et jeter un rapide coup d'oeil en arrière, où j'espérais découvrir la porte secrète.

J'étais entré sans que rien laissât voir un accès quelconque, mais à l'extrémité, j'aperçus que ce qui aurait été une ouverture était fermé par des blocs carrés et apparemment cimenté. Je me pris à considérer un mur blanc, puis je fus comme précipité vertigineusement par quelque irrésistible force, jusqu'à ce que toute la scène s'évanouît, et que je me fusse remis à flotter dans l'espace.
"
J'entendis les mots: " pas encore, pas encore ", répétés comme un écho, et quelques instants après je revis mon corps inerte et sans vie qui gisait sur la pierre.

Un murmure m'arriva du grand prêtre: " Mon fils, il m'importe que tu découvris ou non l'ouverture. Trouve seulement dans ton esprit le passage secret qui t'amènera à la chambre cachée au sein de ton âme, et tu auras trouvé chose précieuse. Le mystère de la grande pyramide, c'est le mystère de ton être même. Les chambres secrètes, les anciens témoignages, c'est en toi qu'ils se trouvent tous contenus. L'enseignement de la pyramide, le voici: l'homme doit se tourner vers l'intérieur, se risquer vers le centre inconnu de son être, pour y trouver son âme, tout comme il faut s'aventurer jusqu'aux profondeurs inconnues de ce temple pour découvrir son suprême secret. Adieu! "

Mon esprit tournoya dans je ne sais quel tourbillon qui m'emportait; je glissais plus bas, toujours plus bas; une lourde torpeur m'envahit; il me semblait que j'allais retourner me dissoudre dans mon corps physique. Je tendais mon énergie, essayant d'en mouvoir les muscles raides, mais ce fut en vain; finalement, je m'évanouis...

J'ouvris les yeux en sursaut, dans d'épaisses ténèbres. Quand mon engourdissement se fut dissipé, je cherchais à tâtons ma torche et je l'allumai. Je me retrouvais dans la chambre du roi, encore en proie à une violente excitation, au point de sauter et de crier; l'écho de ma voix me revenait assourdi.



Mais au lieu de sentir le sol sous mes pieds, je crus que je tombais dans le vide. Ce ne fut qu'en lançant mes mains sur le bord du bloc de pierre et en m'accrochant aux côtés, que j'évitai cette chute. Je compris alors ce qui s'était passé. En me levant, je m'étais à mon insu déplacé jusqu'à l'extrémité du bloc et mes pieds se trouvaient suspendus au-dessus du trou creusé à l'angle nord-ouest du sol de la chambre.

Je me ressaisis et me tirai d'affaire, sain et sauf. Je mis la lampe à l'abri; j'en fis porter la lumière sur ma montre-bracelet. Le verre de celle-ci s'était cassé" en deux endroits, résultat de mon saut, quand ma main et mon poignet avaient heurté le mur. Mais le tic-tac des aiguilles persistait allègrement. Quand je regardai l'heure, je me mis presque à éclater de rire, quelle que fut la solennité du lieu.

Car il était exactement minuit, l'heure classique des mélodrames. Les deux aiguilles superposées marquaient le chiffre douze, pas une minute de plus ou de moins!



Lorsque le policier de service ouvrit la grille de fer, peu après le lever du soleil, un individu poussiéreux, visiblement fatigué, aux yeux tirés, franchit en trébuchant la sombre issue de la grande pyramide. Il s'achemina, descendant à travers les grands cubes de pierre, aux premières clartés du matin. Tout clignotants, ses regards se portaient sur le paysage familier, sur la plaine. Avant tout, il aspira profondément, à plusieurs reprises, le grand air libre. Puis, instinctivement, il se tourna vers Ra, l'astre du jour; en silence, il lui rendait grâces d'avoir accordé au genre humain, bénédiction inestimable, la lumière!
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 21 mars 2012, 12:44

Stop stop !!!!
Je suis un peu noyé dans les messages, les débats et les réponses à apporter.
Je vais préciser comment on pratiquait une scéance de Kundalini dans cette école.
Je donnerai aussi des précisions sur la démarche thérapeutique et sur les questions posées mais je n’ai pas votre facilité à transmettre tout cela noir sur blanc.
J’y travaille et je viens aussi de retrouver un livre que j’ai depuis 25 ans sur le pranayama (André Van Lisbeth).
A plus tard.
Avatar du membre
amandine
Messages : 916
Enregistré le : 05 nov. 2011, 12:13
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par amandine » 21 mars 2012, 13:49

sami a écrit :Bonjour,

Je ne sais trop comment donner mon ressenti face à notre manque de conscience de ces ancestrales et sacrées pratique du yoga.
On va voir des profs, des gurus de toutes sortes et on s'en remet à eux à coeur et visage découvert - on leur ouvre notre intérieur sans prendre de précautions alors qu'ils ne connaissent pas grand chose, voir rien pour certains. On se laisse manipuler, voir transmettre et sans pour autant en saisir quelque chose, c'est inouïe !
c'est la le probleme , non?
on ne S EN REMET pas a un enseignant,
on est toujours responsable de soi
on vient pour un enseignement, un partage pas pour s'offrir, non?

Rems je ne dis pas ça par rapport a ton témoignage, mais c'est un peu un theme qui flotte sur le forum , avec la" ravissante " photo de Patabbhi Jois... :)

je vais lire ton texte Sami :)
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 21 mars 2012, 14:00

Bonjour à tous (es).

Vous connaissez certainement la théorie du kundalini-yoga, alors je ne parlerai que de la pratique telle que j’ai pu la capter.
Le prof annonce le thème de la séance, ou le chakra ‘visé’.
Rituel d’harmonisation par le mantra ONG NAMO GURU DEV NAMO chanté 3 fois.
Postures statiques ou dynamiques avec respiration adaptée.
Respiration longue et profonde, respiration du feu (kâpalabhati avec intention également à l’inspir), rétention de souffle poumons pleins ou vides, respiration tonique pour les mouvements rapides, bandhas bien sûr avec montée d’énergie le long de la CV, mantras en silence ou non…
En fin de séance SAT KRYA pas systématique, méditations statique ou dynamique, silencieuse ou chantée et 10 à 15 minutes de relaxation profonde guidée.
Rituel de fin, SAT NAM chanté ensemble 3 fois.

J’ai été séduit par le coté dynamique de ce yoga, les mantras m’ont d’abord gêné (idée de secte) et j’ai ensuite senti tout ce que cela pouvait dégager émettre en soi et partager au sein d’un groupe.
Malgré les années de pratiques je ne récents toujours pas l’énergie le long de la CV, la concentration au 3ieme oeil reste une corvée et la méditation un mystère…
Les mantras sont une vraie merveille, mais je n’ose pas encore les réintégrer dans les pratiques que je partage de temps à autres.

J’essai peu à peu de pratiquer ces séances sans supports enregistrés, sans chercher à retrouver un ressenti de ma pratique antérieure, bref de faire mienne cette démarche et sans pour autant me focaliser sur le Kundalini.

C'est bon d'échanger un peu...
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 21 mars 2012, 15:49

Est ce que tu sais Rems, vu que vous échangiez beaucoup, où en étaient les autres pratiquants par rapport à toi ?
Pourquoi la méditation reste un mystère avec tant de pratique, et puis comment sais-tu qu’il y a un mystère derrière ce mot ?
Comment t’a t-on instruit sur la concentration… 3ème œil puisque tu le cites ?
T’as t-on aussi donné des explications sur leur but ?
C'est quoi les méditations statique ou dynamique ?
Ça en fait des questions.
:wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 21 mars 2012, 19:27

Pour répondre à Philippe, je dirai que je me sens plus confiant dans une démarche scientifique, je potasse depuis presque 3 mois un pavé d’anatomie pour mieux visualiser les mouvements, les organes, comprendre les effets des postures, prendre conscience du travail qui se fait sur le physique, le système nerveux, le métabolisme…
Yoga, anatomie et mouvement de Leslie Kaminoff m’a beaucoup éclairé sur les postures la respiration et je viens juste d’acheter Anatomie pour le mouvement de B. Calais-Germain.
Comme le précise Denis, il me faudra bien approfondir les techniques de pranayama et ce n’est pas me gavant d’ouvrages que je progresserai.
Je viens de discuter avec une amie cette am, nous avons évoqué le fait que de progresser sur ces sentiers battus par nos tornades intérieures, en dehors des autoroutes confortables à tendance à nous isoler, en tous cas dans les petites villes de province, on ne recherche plus les mêmes échanges et cela me donne parfois l’impression de faire fausse route, plus de conscience, plus d’ouverture le yoga ??? et finalement on se retrouve à pratiquer seul….et complètement en décalage...

je vais te répondre Sami mais pas avant demain.
Bonne soirée à vous.
Un peu de pratique après Bodypump…
Avatar du membre
lorkan739
Messages : 4142
Enregistré le : 07 nov. 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: Hatha et Kundalini

Message par lorkan739 » 22 mars 2012, 03:07

Amandine a écrit :on vient pour un enseignement, un partage pas pour s'offrir, non?
J'ai l'impression que beaucoup d'enseignants et de pratiquants envisagent le Yoga comme un "shoot".
On fait du Yoga pour se sentir bien l'espace d'un moment.
On fait du Yoga pour prendre sa dose d'énergie, pour prendre sa petite dose d'extase. Comme ça on peut rester des années en surface. Au final on finira par croire que c'est cela le Yoga. Comme si faire un pranayama était quelque chose de banal. Le Yoga devient un bien de consommation dans lequel on peut puiser à l'infini.
Au fond le Yoga ce n'est rien d'autre que des gens qui se retrouvent pour fumer un joint...
Sami a écrit : Qu'est ce qui t'intéresse Philippe ?
Parce que là, il y a quelqu'un qui vient sur le forum en disant qu'elle s'est perdu avec cela, qu'il y a tout à reprendre ect...
Qu'est ce qui peut faire la différence entre deux pratiquants d'art-martiaux de 20 ans d'expériences - l'un n'aura quasiment pas évolué, sera très rigide et l'autre, aura une vision, une souplesse ect...
Celui qui se sent vraiment Rasta dans son cœur. Là où les autres ne verront dans la Ganja que l'aspect festif(mondain). Le vrai Rasta essayera de trouver dans le feu de la Ganja un moyen d'offrir sa vie vers quelque chose qui dépasse ses ambitions personnels.
Dans ce partage soi-disant plein de bienveillance, les uns cherche a réaliser la radiance de la connaissance suprême tandis que les autres dépourvus de sensibilité ajoutent par centaine des nœuds à l'immense filet qui enserre le monde.

Il faut du courage pour offrir son personnage au "feu" du Yoga.
Rems a fait le tour je crois. Il vient là pour vider sa coupe et l'offrir au Yoga. Cela gênera sans doute ceux qui au fond ne le veulent pas. C'est tellement plus confortable et sécurisant pour soi-même de niveler par le bas.
Ce que je peux te dire Rems c'est que les véritables Maîtres se font de plus en plus rare. Je ne peux que te conseiller de prendre contact avec Denis ou Sami.
Je trouve ça cool qu'après des années à errer dans le Yoga new age, tu sois toujours animé pour le désir d'aller vers la profondeur.
Tellement de pratiquants dorment sur leurs acquis que ta souplesse fait réellement plaisir à voir.

Merci Sami pour tes deux textes. Particulièrement le second qui me touche beaucoup. J'aimerais discuter de chaque détails de ce textes mais... L'apparition des deux gardiens me fait penser à Castaneda qui utilise deux lézards pour se guider lors de ses transes.
En Yoga-Nidra, j'ai senti parfois la présence de deux esprits se disant l'un à l'autre : "c'est Lui."
Je me souviens également que j'avais deux rats qui m'observaient durant la nuit. J'ose même pas imaginer ce qu'il du penser les pauvres. :)
Abhinavagupta a écrit :A force de regarder son visage dans le miroir que l'on a devant les yeux, on acquiert la conviction que c'est bien là son propre visage. De même dans le miroir des (purs) vikalpa que sont le recueillement , le culte, l'adoration, on contemple son propre moi comme étant Bhairava pour bientôt s'identifier à lui.

Une telle identification, en vérité, c'est l'obtention de ce qui pour nature l'incomparable. C'est là l’extrême limite de la plénitude et il n'y a pas d'autre fruit qu'elle. Tout autre fruit (particulier) ne pourrait être façonné que par l'imagination que dans l’absence de plénitude. Mais dans la plénitude vide de toute fabrication, quel autre fruit désirable pourrait-on nommer ?
-Le Tantraloka- P.248
Om mani padmé houng
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 22 mars 2012, 11:00

« Il vient là pour vider sa coupe et l'offrir au Yoga »,
J’apprécie à sa juste valeur cette sensibilité, tu es la deuxième femme à évoquer le symbole de la coupe en l’espace de quelques jours. Sauf que la première fois c’était dans des circonstances particulières, on me voyait être baigné entièrement dans une coupe. (Je verrai avec la personne concernée si je peux développer).
J’ai peut-être fait effectivement le tour en superficie et il me reste maintenant à aller un peu plus en profondeur, mais ce n’est pas cool, c’est un besoin vital qui me fait errer souvent dans la solitude et c’est un puissant réconfort de pouvoir exprimer, partager et vivre par de cours instants cette recherche avec un autre être.
Comme par hasard je travaille énormément ma souplesse physique, par plaisir, par besoin sans trop comprendre les motivations profondes.
Je vais tenter de répondre aux questions précédentes.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 22 mars 2012, 11:33

lorkan739 a écrit :Celui qui se sent vraiment Rasta dans son cœur. Là où les autres ne verront dans la Ganja que l'aspect festif(mondain). Le vrai Rasta essayera de trouver dans le feu de la Ganja un moyen d'offrir sa vie vers quelque chose qui dépasse ses ambitions personnels
C’est-à-dire que je suis très ambitieux spirituellement parlant, mais cette ambition qu’il est bien d’entretenir, de développer, doit être sous la direction de la conscience. C’est elle qui va permettre de sortir des illusions, de permettre de donner une autre orientation aux énergies, de jeter au feu toutes ses faiblesses, son ego… et là, les intérêts personnels dépensés juste pour soi, seront utilisés avec intelligence, lumière, sagesse pour le Soi qui est désintéressé - en tout les cas, c'est un travail de longue haleine et pas une réussite dès qu'on arrive à...
Si par exemple, je ne suis pas dans ce travail, le feu qui est alimenté par cet infatigable mental, toute notre nature inférieur, le feu commencera à diminuer, puis dans cette auto-alimentation, il ne restera plus qu’une flamme de bougie, insuffisante pour éclairer notre espace intérieur qui n’est pas rien, l’univers, et nous errerons dans le froid et l’obscurité. Cela est symbolique pour celui qui reste en surface, mais si un jour, on plonge brusquement dans cet espace, comme ça m’est arrivé plusieurs fois, on sait ensuite ce que c’est d’avoir peur, de l’intérieur.

C’est bien d’essayer d’offrir à quelque chose qui nous dépasse, même si on le fait parce que le professeur l’a dit ! Un jour, c’est tout notre être que l’on offrira en sacrifice, c’est soi-même. Avant d’en arriver là, il n’y a pas d’autres alternatives que d’entrer sérieusement, rigoureusement dans une pratique – cette rigueur doit séjourner dans le cœur pour que l’ego ne se gonfle pas, ainsi, on garde la fraicheur, le rire d’un enfant qui a toujours le désir d’apprendre aussi bien de ses ainés que de son petit frère qui fait tout de travers et qui pleure ensuite.

C’est flatteur Lorkan ce que tu as conseillé, mais je n’y crois pas. Le yoga n’est pas un remède, tu l’as bien vu par toi-même.
Deux personnes qui pratique avec moi, m’ont demandé personnellement de les aider. Je ne vois toujours pas comment puisque’elles ne sont même pas capable de faire en sorte de venir une fois par semaine à un cours. Comment vont-elles arriver à se lever le matin à 5h et pratiquer le soir à 00h00 (aucun lien avec toi Rems :wink: )
On ne peut s’aider que soi-même, même si c'est un « vrai Maître » que l'on a en face. Surtout avec un Maître, car il n’ira pas de main morte.
Le Maître choisit son disciple par sa force de caractère, son désir ardent de continuer, et jusqu’en enfer car c’est là, et seulement là que le disciple sera éprouvé dans l’initiation. Ce ne sera pas dans la lumière et la douceur de la rosée du matin avec de belles paroles enivrantes et une Kundalini qui lui chatouille humm, vous m’avez compris - puis il rétorquera « vous l’avez senti ce matin » et tout le monde dans sa conviction imaginaire « oui maître »... auriez vous un mouchoir tellement c’est émouvant :cryhappy:

Il faut déjà commencer par le commencement. C’est-à-dire redescendre sur terre pour pouvoir reprendre une montée maitrisée pour pouvoir redescendre jusqu’au centre de la terre. La réflexion se fait là, en bas, sur comment me préparer à cette prodigieuse montée, et pas là-haut, avec des mots d’anges que je ne connais pas, que je n’ai jamais vu qui me berce d’illusions dont les paroles me rende beau et noble dans mon ego.
On peut déjà voir l’avenir de quelqu’un comme ça… des pleurs, des cris et des lamentations tant on a été vulnérable en se croyant fort.
lorkan739 a écrit :Merci Sami pour tes deux textes. Particulièrement le second qui me touche beaucoup. J'aimerais discuter de chaque détails de ce textes mais...
J’aime beaucoup ce texte « Une nuit dans la grande pyramide », je suis bien content d’avoir retrouvé une partie sur le net. Je l’avais recopié il y a longtemps, dans la librairie où je me rendais très souvent – je n’achetais rien car je ne pouvais pas, mais je recopiais sans cesse des passages qui me transportaient – le libraire ne m’avait jamais fait la moindre réflexion et moi, je ne me rendais pas compte de ce que je faisais tellement mes sens étaient tournés à l’intérieur.
Puis plus tard, j’achetais, je recopiais chez moi puis je revendais pour en acheter un autre. Il y en a qu’un seul que je n’ai pas ramené, il a valsé par la fenêtre une nuit et le matin, je ne l’ai pas retrouvé – il a pris la fuite car je l’aurai brûlé.
Ce texte cache pas mal de choses – par exemple, j’aime beaucoup la ténacité de Paul Brunton pour pouvoir passer la nuit dans la pyramide, il ne baisse pas les bras pour pouvoir s’envoler à destination de la lune. Qui vraiment lui a autorisé à passer la nuit ?
:wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 22 mars 2012, 12:36

La méditation en K. Yoga :
J’ai repris la lecture du livre de pratique sans trouver réellement d’explications claires, je ne ferai donc part de ce que j’ai uniquement retenu des pratiques.
La plupart du temps les méditations en fin de sadana étaient accompagnées de mantras murmurés intérieurement en silence ou sur support musical.
Position AJC colonne bien droite, mains en Gyan mudra, menton légèrement rentré, concentré entre les 2 yeux au niveau du troisième œil.
Ne pas se focaliser sur les pensées, les images, écouter sa respiration…sur ce plan là les mantras sont très utiles pour ‘occuper’ le mental et ralentir le flot de l’intellect.
Méditations chantées : avec un mantra et/ou avec fond musical, guitare…, le mantra canalise le souffle l’amplifie, harmonise le groupe, permet grâce aux différents tons de focaliser la respirations sur différents niveaux agissant normalement sur les chakras.
Certains mantras sont accompagnés également d’une gestuelle qui exprime l’intention du mantra ou de ce l’on veut bien exprimer.
En séminaire les méditations n’excédaient pas une vingtaine de minutes, parfois des Vénus kriyas (pratique en couple) accompagnaient les séances du matin et une initiation au Tantra blanc couronnait la fin du séminaire.

La démarche thérapeutique :
Thérapie émotionnelle - histoire personnelle - trans-générationnelle et transpersonnelle…
Reebiths, gestalt, psychodrame.
Travail de groupe lors des séminaires et suivi individuel.
Tous les sujets étaient abordés, naissance bien sûr plus ou moins mouvementée, les liens familiaux, les névroses, psychoses, la sexualité dans tous ses états, les vies antérieures (ouh là là, je ne m’étendrai pas…)
Personnellement sans rentrer trop dans les détail : naissance, sentiment d’abandon, difficulté d’identification, fusion, deuils, liens toxiques, autosabordage et j’en passe.
J’aurai pu y passer ma vie si à un moment donné je n’avais pas senti les limites de la démarche, des thérapeutes et que mon salut était plutôt dans l’intégration de tous ces bobos ce qui n’est d’ailleurs jamais acquis.

Voilà mon parcours dans ces sphères brumeuses…
Je vais essayer de lire les textes transmis mais j’ai du mal à saisir le sens parfois.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 23 mars 2012, 06:32

Eh bien Rems, c’est un film d’horreur la démarche thérapeutique :beurk:
Je comprends pourquoi tu en as vu le bout à un moment donné. Comme je te l’avais demandé, est ce que beaucoup se rendent compte du cercle vicieux, de plus, marketing d’après ce que j’ai vu sur internet, de ce mouvement ?
J’ai écouté un peu la musique « méditative », c’est énorme mais alors, pas besoin de drogues pour t’envoler en vénus kriyas si tu te laisses prendre au jeu de la naïveté, des feux de l'amour rose !!!

Ce qui est étonnant, c’est que lorsqu’une personne atteint un état élevé de perception et non pas comme on pourrait le croire, le Samadhi Suprême, il nous sort pleins de théories, de pratiques, de nouveaux mouvements qu’il ne faisait même pas lui-même avant et surtout, ce ne sont pas ces nouvelles pratiques qui nous permettra de vivre et d’atteindre le même degré d’état qu’il avait atteint – ça aussi c’est vraiment inouïe !

Dans ce que tu te souviens, tu n’as même pas parlé de prânâyâma, de conscience, juste d’un programme mécanique.

Ma perception, si on veut sortir d’un état imprégné d’une pratique « brumeuse », elle paraît ne pas être très difficile en théorie, mais en pratique… c’est de ne plus nourrir sa personnalité avec les même schémas, les mêmes habitudes afin de ne plus être prisonnier – tout laisser, abandonner, renoncer pour enfin, toucher une liberté intérieur et prendre cette liberté comme un renouveau. L’ego va se rebeller, crier, mordre… mais il ne faut pas lui céder et pour cela, il faut entrer dans une autre pratique... mais laquelle ?

Parce qu’il y a forcément quelque chose de supérieur lorsque l’on renonce à sa personnalité, le Très-Haut a tout prévu pour celui qui prend la direction du Centre – Il le recevra mais voilà, a t-on confiance en Lui ?

La musique, la poésie, c’est le Ciel qui nous l’offre par Sa lumière, Son rayonnement saisit dans l’effervescence de son intense pratique – ce n’est pas sa personnalité qui l’à crée et qui l’offre car elle n’est ni lumineuse, ni rayonnante.

On le comprend lorsqu’on voit sa personnalité dans son propre reflet, c’est effrayamment noir et terne - elle peut être aussi dissimulé parfois dans une beauté, capable d’embrasser et de caresser - pour que l’on succombe à ses charmes intéressés - elle nous attire et nous pompe toute l’énergie puis un jour, on est épuisé de tout cela.
:wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 23 mars 2012, 10:50

Bonjour Sami !

J’ai relu 2, 3 fois ton message, il est dense compact, comme un coup de bâton derrière la tête.
Je tournais autour du pot depuis quelques jours pour livrer mon expérience et j’espérai encore au fond de moi un message du type : Bravo Rems, continue c’est super le K. tu vas allez loin comme ça…raté !
J’ai passé mon enfance dans la campagne profonde, plus habitué aux contacts des animaux qu’à ceux des humains, une bonne couche d’idéalisme là-dessus et on se transforme en pigeon idéal pour ce type de mouvement.
Bien sûr que certains un peu plus perspicaces ou moins névrosés s’en vont rapidement mais tu es baigné imprégné comme une éponge par de belles théories, de douces sensations, pas besoin de fumer des champignons et ceux qui partent…c’est parce qu’ils ont peur de se confronter à eux-mêmes. (Le K.yoga faisait partie intégrante de la thérapie).
Je ne comprenais pas pourquoi il m’étais impossible de me lier d’une franche amitié avec mes compagnons d’(in)fortune, car régulièrement des signaux d’alarme s’allumaient dans mon petit crâne et c’était très déstabilisant, voire impossible de remettre en question la démarche de « transformation ».
Oui, tout laisser, abandonner, renoncer, alors que dans les passages à vide j’en reprendrai bien une petite dose à 600€ le stage…
Le programme n’était pas mécanique, on pouvait recevoir une initiation, être dans la relation maître-disciple, faire des délires mystiques ou avoir de véritables révélations…je ne me moque pas simplement tout cela je ne l’ai pas capté par chance ou mal-chance, c’est sacrément difficile de passer à autre chose.
Avatar du membre
philippe12
Messages : 1324
Enregistré le : 15 févr. 2009, 22:08
Localisation : isére france
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par philippe12 » 23 mars 2012, 12:58

Bonjour a toutes et a tous

@Rems
merci pour ta franchise et ton partage
pas mal le coup du lacher prise à 600€ :boxe: c'est comme la psychanalyse.. si c'est important pour toi il faut y mettre le prix :boxe:
:reveur: Euh non.. je ne savais pas que le kundalini yoga était une thérapie ,

il peut t'aider à evoluer et consolider une guerison, avec le SAT NAM RASAYAN est ce de cela dont tu parles?
nous avions deja evoque sur le forum ici
ici - http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... .php?t=462
http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... w=previous


et maintenant quelle est ta pratique?

:cryhappy: et bein sur que c'est bien de pratiquer et d'avoir une ethique qui prone la non violence et l'amour de son prochain :coeur: :coeur: :coeur:
La joie est dans vos valeurs...
Contenez-vous, soyez contents et conscients...c'est cela la joie.

:D je te dedis ma pratique de ce jour :D



@Sami
:oops: si ce type de yoga t'interesses
pres de chez toi il ya un prof .
christiane.gauthier
Lieux du cours : Rue Paul Doumer - 38000 Grenoble
Horaires du cours : 18 h - 19 h 15
Commentaires : Un premier cours d'essai est offert. .

le site officiel
http://www.kundalini.fr/spip/spip.php?article121


en 88 je l'ai connu au pakistan, c'est le yoga pratiqué par les Sikhs. :mrgreen: j'ai pas adheré, mais j'ai gardé des copains comme chez les sivananda :coeur:
a croire que mes errances, ne servent qu' a me faire des potes :oops:


Amour et lumiére

c'est un plaisir de vous lire

Namaste

:love2:
"Abhyâsa Vairâgyâbhyâm Tan-nirodhah"
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 23 mars 2012, 13:21

@Sami
si ce type de yoga t'interesses
pres de chez toi il ya un prof .
christiane.gauthier
Lieux du cours : Rue Paul Doumer - 38000 Grenoble
Horaires du cours : 18 h - 19 h 15
Commentaires : Un premier cours d'essai est offert. .

le site officiel
http://www.kundalini.fr/spip/spip.php?article121
Si je t'avais en face Philippe, je garderai simplement le silence. Je me rends de plus en plus compte que je suis dans un songe lorsque je lis certains et certaines choses sur le net - un songe dans un songe... et maintenant je suis triste face à ta joie.
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 23 mars 2012, 15:35

Salut Philippe !
Ben tu sais, finalement c’est peut-être bien cette thérapie fumeuse qui m’apprend peu à peu la franchise.
J’ai sacrément jouer la comédie, me faire aimer, me faire détester, attendrir l’assemblée sur les malheurs, provoquer, faire ressurgir chez ceux qui n’étaient que amour et sagesse de violentes irruptions de colère voir de haine…je me suis presque plus occupé des autres que de mes propres blocages…
Je ne connais pas SAT NAM RASAYAN, mais j’ai en mémoire d’autres mantra comme RA MA DA SA, si tu le souhaites je pourrais te transmettre un pdf, mais globalement on les trouvent sur le Net.
Ma pratique depuis quelques semaines est la suivante :
À mon réveil un peu tardif je fais 2 salutations au soleil et sirsasana pendant 5 à 8 min.
2x par semaine, une série de K. (Champs magnétique, Elimination, …bref sur les 3 premiers chakras)
A mon retour de Bodypump, généralement 1 à 2 postures que je garde 10 min.
J’affectionne particulièrement Virasana en ce moment.
En pranayama, respiration du feu et peu à peu j’essaie d’intégrer les techniques de Van Lysebeth.
Franchement je travaille au feeling tout en demandant conseil à ma sœur qui est prof et mon amie qui est maître de Reiki.
Tant que je ne bosse pas je vais en profiter pour expérimenter vos conseils, trouver en fait la démarche et la technique qui vont me bousculer un peu…
Merci pour ta « dédicace » !

Sat Nam (comme on disait !)

C’est sympa vos petites flèches ça met un peu d’ambiance !.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 23 mars 2012, 20:27

rems a écrit :J’ai sacrément jouer la comédie, me faire aimer, me faire détester, attendrir l’assemblée sur les malheurs, provoquer, faire ressurgir chez ceux qui n’étaient que amour et sagesse de violentes irruptions de colère voir de haine…je me suis presque plus occupé des autres que de mes propres blocages…

philippe12 a écrit : :cryhappy: et bein sur que c'est bien de pratiquer et d'avoir une ethique qui prone la non violence et l'amour de son prochain :coeur: :coeur: :coeur:
La joie est dans vos valeurs...
Contenez-vous, soyez contents et conscients...c'est cela la joie.
J'ai mis un espace vide entre ces deux témoignage - et je trouve qu'il y a un lien fort qui les uni.
En haut, Rems a perdu confiance en autrui et c'est compréhensible mais bien dommage "Pour le moment j’ai surtout un besoin d’échanger un minimum et retrouver peut-être confiance en des personnes qui parlent peu mais visent juste."
Et en bas, Philippe baigne dans l'amour, la joie et la conscience de la joie et c'est plutôt chouette jusqu'au jour où... quand sera t-il de cette carapace lumineuse lorsqu'elle se fera dévaliser, salie et ravagée par des entités qui sont tout le contraire ?

"La vacuité sert à échapper à tous les points de vue, par contre celui qui a pour point de vue cette vacuité, je le déclare inguérissable".
5. La Nescience repose sur la confusion entre le transitoire et l’éternel, le pur et l’impur, le tourment et le bonheur, l’impermanence et la stabilité du Soi.

6. Le sentiment de l’individualité se dévoile quand on s’identifie aux moyens de perception.

7. L’attachement a sa racine dans l’attrait du plaisir,

8. La haine dans celui du déplaisir.

9. Enfin, on sait très bien que, même chez les plus avertis, l’amour de la vie n’est qu’un flot de complaisance envers soi-même.

10. Toutes les souffrances doivent être résolues en remontant jusqu’en leur source, et détruites

11. Et la méditation éliminera les tourbillons mentaux qu’elles occasionnent.

12, Ces misères laissent une foule d’empreintes qui conditionnent cette vie et les suivantes;

13. Il s’ensuit une inévitable série de conséquences hérédité, longévité, expérience du plaisir et de la douleur,

14. Apportant leurs fruits de joies ou de peines, nées des vertus ou des vices.

15. Tout est vraiment souffrance pour celui qui sait. Tout évolue vers elle. Toutes nos tendances innées s’y acheminent. Toutes les forces contradictoires de la nature y aboutissent.
http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... f=15&t=283
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 23 mars 2012, 22:18

Sami,
Les liens qui se créent entre nos messages, écris, non écris, pensés, oubliés, compris ou incompris… sont effectivement surprenants.
Cela me rappelle les cercles de paroles pratiqués en thérapie, c’étaient de profonds échanges et j’apprécie vraiment ce qui se partage sur ce forum, chaque témoignage a sa place.

Faites de beaux rêves.
A bientôt.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 24 mars 2012, 05:42

rems a écrit :Sami,
Les liens qui se créent entre nos messages, écris, non écris, pensés, oubliés, compris ou incompris… sont effectivement surprenants.
Cela me rappelle les cercles de paroles pratiqués en thérapie, c’étaient de profonds échanges et j’apprécie vraiment ce qui se partage sur ce forum, chaque témoignage a sa place.

Faites de beaux rêves.
A bientôt.
Oui j'en suis ravi également.
Aujourd'hui, avec les déloyautés que j'ai subi dans le passé et même il n'y a pas bien longtemps, je ne devrais faire confiance à personnes. Mais la vie ne nous enseigne pas de se clôturer - si c'est cela que l'on a compris des "épreuves", et bien c'est soi-même qui en subissons les conséquences.
L'amour dont Philippe essaie tant bien que mal de nous parler, il est la Force qui seul, peut vaincre tous les ennemis intérieurs.
Il y a une technique a vivre par la méditation/dévotion, c'est de choisir un idéal. Cet idéal doit être à l'image de la Source des sources. Le soleil en est - il est le centre de notre système solaire tout comme le plexus solaire - le prendre comme sujet de méditation, il en deviendra un frère puis un ami complice - puis encore, il sera un maitre que l'on contemplera tant il nous émerveille et dans un cheminement de feu et de lumière, de chaleur, l'identification surgira au degré de son ardeur et l'on formera un couple uni, intérieur - nous serons Soleil - les rayons qui émane dans l'invisible sont une aura, une protection, ce rayonnement permet de déjouer les mauvaises ou bonnes intentions, il est notre gardiens de notre demeure - et comme on est plus ou moins éclairé de l'intérieur, on comprend tout doucement les jeux qui se passent dans le monde invisible - et souvent, on peut aussi déceler comme cela si on peut dire oui ou non plutôt que de dire oui à tout, nourrir et entretenir ce qui mauvais pour enfin de compte, en conclure que c'est mieux de ne plus faire confiance, de ne plus aimer ect... de plus, en s'unissant ne serait ce même que par la seule pensée à lui, on s'uni à Lui - ce lien permet aussi de délier pas mal de choses de sa personnalité. Il y a tellement à faire et défaire mais ce ne sera pas notre personnalité qui s'en chargera puisqu'elle est ignorante.
Bonne journée
:wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 26 mars 2012, 11:41

Bonjour à tous.

Questions techniques :

Quels sont les effets physiologiques des rétentions (poumons vide ou pleins).
Idem pour les fermetures (contraction périnée, abdomen) vers le haut ??

Belle journée, le soleil brille.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 27 mars 2012, 09:03

rems a écrit :Quels sont les effets physiologiques des rétentions (poumons vide ou pleins).
Idem pour les fermetures (contraction périnée, abdomen) vers le haut ??
Aucune importance car là n'est pas l'important...
Les rétentions visent l'arrêt du souffle, la capacité à entrer très longtemps dans un non souffle.
Dans cette état, la conscience se déploie, pas avant.
Le nom de cet état est Kevala ou encore uccara.
C'est l'une des plus grandes clé du Hatha Yoga, l'étape ultime où la volonté s'applique encore avant de basculer dans des états particuliers comme Prathiahara ou après la concentration et la méditation.
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 27 mars 2012, 23:14

D’après mes lectures, l’oxygénation agit sur la chimie du sang qui influence le système nerveux, ce qui peut provoquer suivant l’excès d’azote des hallucinations ou des shoots (ivresse des profondeur en plongée par exemple).
Les rétentions de souffle influencent les échanges gazeux en modifiant les pressions partielles aux niveaux des alvéoles pulmonaires.
Ces effets physiologiques sont loin à mon avis d’être négligeables dans les rétentions de souffle, il y a forcément un lien avec la méditation et la concentration ...et les ondes émises par le cerveau dans ces moments là.
Bien sût tout n’est pas que chimie, mais l'élargissement de la conscience, c’est aussi des prises de consciences…
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 28 mars 2012, 10:32

Tout dépend de ce qu'on valorise et de ce qu'on regarde. Je crois que notre monde ne voit que le corps et le corps et rien d'autre.
Alors on parle chimie, oxygénation, poumons, mais il manque tout le reste...
Le reste c'est par exemple que les pensées, la mémoire, ne sont pas dans le cerveau, comme la musique n'est pas dans le poste de radio, ou la vidéo dans la TV.
Quand je fais du pranayama, je respire de moins en moins, il y a un souffle d'une profondeur abyssale et une lenteur totale, croire que le pranayama est une sur oxygénation du sang c'est juste ne pas savoir ce qu'est pranayama.
La méditation est un état où la conscience se manifeste totalement. Pas qu'elle soit par moment absente et d'autre plus forte, mais simplement que rien ne la voile.
Là aussi trouver des liens avec le corps, j'en doute fort... certes il faut que le corps entre dans des états particuliers, mais une seule évidence rien ne mène en ligne droite à la méditation, donc tout peut y mener. Et tout c'est tout, qu'on soit gros, petit, fort, jeune, vieux, alcoolique ou végétalien, rien n'y mène et tout peut y mener !
C'est donc une transcendance et non une chimie. Dans ce domaine 1 + 1 ne donneront jamais 2 et déjà on ne sait pas ce qu'est 1 ! :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
Avatar du membre
philippe12
Messages : 1324
Enregistré le : 15 févr. 2009, 22:08
Localisation : isére france
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par philippe12 » 28 mars 2012, 12:31

Bonjour a toutes et a tous

@rems
bien que pas mal de medecin pratiquent le yoga,( Sivananda etait médecin), peu se sont risqués a TOUT expliquer scientifiquement
Coudron a essayé , mais n' avait pas les moyens

Auriol a fait quelques recherches intéressantes
http://auriol.free.fr/yogathera/transpe ... oga_PE.htm

l'universite de lille semble y mettre les moyens
http://staps.univ-lille2.fr/fr/nos-dipl ... -yoga.html


Pour revenir sur la respiration.. c'est pas un scoop qu'elle est a la base de la vie humaine.. et que nou sn utilisons que 10% de l'oxygene que nous respirons ..pas terrible comme rendement ,

certains yogis semblent mieux reussir la synthese de la lumiere et de l'oxygene de l'air.. voir le film "lumiere "
http://www.pratique-du-yoga.com/forum/v ... php?t=1857
http://blog.psychotherapie-integrative. ... m-lumiere/


pour ma part je cherche a vivre :coeur: d'amour,d'air, de lumiére et d'eau fraiche :D et le yoga est le joug que j'ai choisi :mrgreen:
mais il y en a d'autres assurement pourquoi serait ce une exclusivité??? :boxe: le velo me semble pas mal non plus, une belle ecole d'esprit d’équipe, d’équilibre et d’abnégation

au plaisr de vous lire

namaste
:love:
"Abhyâsa Vairâgyâbhyâm Tan-nirodhah"
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 30 mars 2012, 12:18

Bonjour Philippe !

Merci pour les liens !
J’ai mis un peu de coté la partie technique pour profiter du printemps.
Quelle plaisir de pratiquer dehors dans l’herbe au soleil…
Effectivement tout cela ne se met pas en équations.
J’en profite aussi pour reprendre les longues marches dans la nature seul ou en groupe, le plaisir de se réveiller tôt, finalement c’est peut être bien les effets de ma pratique « intensive » depuis quelques semaines.

Amicalement.
A bientôt
Avatar du membre
lorkan739
Messages : 4142
Enregistré le : 07 nov. 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: Hatha et Kundalini

Message par lorkan739 » 31 mars 2012, 07:10

Sami a écrit :Ce qui est étonnant, c’est que lorsqu’une personne atteint un état élevé de perception et non pas comme on pourrait le croire, le Samadhi Suprême, il nous sort pleins de théories, de pratiques, de nouveaux mouvements qu’il ne faisait même pas lui-même avant et surtout, ce ne sont pas ces nouvelles pratiques qui nous permettra de vivre et d’atteindre le même degré d’état qu’il avait atteint – ça aussi c’est vraiment inouïe !
A qui le dis-tu ?
Om mani padmé houng
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 02 avr. 2012, 09:55

Bonjour à tous(tes).

Progressivement un petit groupe se forme avec lequel je partage ma pratique et mes recherches, allez je dirai 70% de Kundalini et le reste de Hatha mais qu’importe, l’essentiel c’est la pratique.
Personnellement j’y trouve une certaine reconnaissante, c’est important pour moi en ce moment et j’espère apporter une certaine ouverture, une certaine découverte aux autres membres.
Je vais mettre en veille ma participation au forum, je ne tiens pas à me focaliser sur de trop complexes sujets mais j’ai vraiment apprécié ces quelques échanges.
Merci à tous (tes)
A bientôt.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 02 avr. 2012, 10:09

Progressivement un petit groupe se forme avec lequel je partage ma pratique et mes recherches,
C'est une grande responsabilité et je crois que beaucoup ne se rendent pas compte de cette responsabilité...
C'est bien plus responsable qu'un moniteur de haute montagne qui partirait avec un groupe de personnes pour faire un mont 8000 sans jamais avoir dépassé 800m de haut... :!:
Quand je lis que tu vas mettre en application les conseils de Van Lysebeth sur le pranayama je me dis que, tu avoues là ne quasiment rien connaitre au pranayama et prendre VL comme conseiller, en plus a travers ses livres c'est bien dommage et surtout bien dommageable pour tes futurs élèves, le pranayama c'est encore bien autre chose que les monts 8000 !
Que feras tu si une personne à une réelle montée d'énergie, comment pourras tu l'aider, qu'as tu réellement à transmettre ?
Je me pose aussi des questions sur ta pratique :
À mon réveil un peu tardif je fais 2 salutations au soleil et sirsasana pendant 5 à 8 min.
2 salutations au soleil :schock: C'est trop non ? :lol:
En général, dans la tradition on en fait 12, c'est à dire 24 enchainements puisque 1 salutation est faite de 2 enchainement (droite et gauche)
De plus, elle se fait rapidement pour devenir un pranayama, ce que plus personne ne fait dans notre monde...
A mon retour de Bodypump, généralement 1 à 2 postures que je garde 10 min.
:schock:
Bon, je crois que je vais arrêter là...

Bonne pratique et surtout bonne chance !
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
Kasara
Messages : 14
Enregistré le : 03 avr. 2012, 22:21

Re: Hatha et Kundalini

Message par Kasara » 05 avr. 2012, 00:27

De plus, elle se fait rapidement pour devenir un pranayama, ce que plus personne ne fait dans notre monde...
n'oublie pas la fixation d'un point^^
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 05 avr. 2012, 10:43

Bonjour Denis.

Sur le fond je suis entièrement d’accord avec toi, les gens me font confiance, il est de ma responsabilité d’être clair avec moi-même et eux-mêmes.
Toutefois il ne faut pas pousser le bouchon trop loin, en presque 10 ans de pratique de Kundalini, dont des stages intensifs, je n’ai jamais assisté à des montées d’énergie sauvage, ce qui d’ailleurs finalement, prouve à mes yeux le sérieux des enseignants sur ce point.
Je fais pratiquer la respiration du feu au maxi par périodes de 2 min et sans forcer, les risques sont bien moindres que de prendre l’orage en randonnée…
Je pense avoir comme tout le monde quelque chose à transmettre, en tous cas les gens me transmettent aux cours des pratiques... A mes yeux le yoga doit tendre vers l’ouverture envers les autres, il n’est pas réservé à une élite ou pour faire du prosélytisme.
Je n’y connais peut être pas grand chose en pranayama, raison de plus pour ne pas en parler mais je vais m’efforcer de démystifier les pratiques énergétiques.
Enfin je ne suis pas totalement seul dans mon coin, ma sœur enseigne depuis de nombreuses années, sans parler d’enseignants dans des disciplines proches.
Bonne journée à tous.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 05 avr. 2012, 12:29

Bonjour,

Quand tu dis qu’il est de ta responsabilité d’être clair avec toi-même, es tu bien conscient de ce que tu avances.

Ce que je n’arrive toujours pas à comprendre, c’est avec tout ce que tu nous as dis et que malgré cela, tu nous informes de ton souhait de transmettre. Pourquoi ?
Tu en as le droit puisque ce n’est pas interdit.
Tu te fais quand même une fausse idée de ce que tu dis de ce qu’est le yoga…, qu’il doit tendre vers l’ouverture, de ne pas parler du pranayama, de te fier à quelqu’une personnes extérieures. Mais tu en as le droit.

C’est juste mon avis car je ne comprends pas.
:wink:
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 05 avr. 2012, 17:43

Tu te fais quand même une fausse idée de ce que tu dis de ce qu’est le yoga…, qu’il doit tendre vers l’ouverture, de ne pas parler du pranayama, de te fier à quelqu’une personnes extérieures. Mais tu en as le droit.
Oui Sami, tu vois juste !

Loin de nous l'envie de t'empécher de faire quoi que ce soit, mais juste te faire toucher du doigt cette responsabilité.

Sans vouloir, non plus, être méchant avec toi, ne pas connaitre le pranayama, qui est juste la 4ème étape sur 8 de Yoga, c'est un peu léger pour vouloir l'enseigner.
De plus, personnellement et je sais que beaucoup pense cela aussi, le pranayama est LA grande clé du Yoga, sans lui on ne fait pas du Yoga, au mieux de la gym ou je ne sais quoi...

Mais libre à toi de faire et certainement d'évoluer rapidement vers un "vrai Yoga" :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
parducci
Messages : 41
Enregistré le : 29 oct. 2010, 20:59

Re: Hatha et Kundalini

Message par parducci » 05 avr. 2012, 18:33

rems, j'ai pas à porter de jugement, je ne connais pas ton cheminement, ni ta pratique, la seule chose que je connais, c'est ma propre expérience, à moins de pratiquer 6 h par jour, ce qui n'est pas encore mon cas, ou d'être béni des dieux, on ne peut enseigner ce que l'on n'a pas touché du doigt, si tu ne vis pas le pranayama sur 8-32-16, tu ne peux pas comprendre le yoga dans la pure tradition, ce que je veux dire c'est que l'humilité n'étant pas notre fort, on brule les étapes, et on oublie que même après 10 ANS de pratique, on est pas encore capable d'être un a vec son enseignement, d'être un avec le soi, donc d' enseigner avec un certain filing, moi aussi, j'aimerai enseigné, mais pour le moment je n'en ai pas la capacité, j' ai pas encore cette intime conviction, je préfère pratiquer et apprendre, je suis sure que ce jour viendra. toutefois réalises ton projet, il faut vivre ses expériences !
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 07 avr. 2012, 10:34

Bonjour à tous(tes).

Je suis attentif à vos remarques et je suis surpris par votre insistance sur les techniques de pranayama.
Dans mon parcours je n’ai pas côtoyé d’enseignants avec une démarche aussi pointue.
D’une certaine manière, ce que je pratique ressemblerait plutôt à du stretching postural avec des variantes dynamiques et enrichi de certaines techniques propre au Kundalini yoga.
Honnêtement pour le moment cela me convient, tout comme partager cette pratique.
Je reste attentif aux réactions, aux réflexions des participants, nous verrons comment tout cela évolue dans le temps.

Bonne chasse aux œufs et bon WE à vous.
Amicalement.
Avatar du membre
amandine
Messages : 916
Enregistré le : 05 nov. 2011, 12:13
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par amandine » 07 avr. 2012, 11:09

c'est vrai on peut pratiquer longtemps sans rencontrer le pranayama
un enseignant m'avait même dit en roulant des yeux "c'est tres dangereux , on ne peut pas le pratiquer en cours"
franchement quel dommage , le Pranayama c'est ce qui fait rentrer pleinement dans une autre dimension
la pratique des asanas déplie les ailes , le pranayama fait voler :)

c'est quoi les pratiques particulieres au Kundalini Yoga dont tu parles? des visualisations ?
Avatar du membre
ValerieB
Messages : 1627
Enregistré le : 07 août 2008, 21:37
Localisation : 94
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par ValerieB » 07 avr. 2012, 12:27

la pratique des asanas déplie les ailes, le pranayama fait voler :)
J'adore!! :) et je confirme!!!
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 07 avr. 2012, 14:04

shana a écrit :
la pratique des asanas déplie les ailes, le pranayama fait voler :)
J'adore!! :) et je confirme!!!
Oui - une très belle phrase Amandine.
On devrait créer un sujet où l'on archiverait les "citations" de chacune, chacun :wink:
amandine a écrit :un enseignant m'avait même dit en roulant des yeux "c'est tres dangereux , on ne peut pas le pratiquer en cours"
franchement quel dommage , le Pranayama c'est ce qui fait rentrer pleinement dans une autre dimension
Oui dangereux mais à la fois, 1h30 ne suffirait pas, mais ça dépend toujours de la personne, où est ce qu'elle en est dans son chemin, et qui sait vraiment ?

Faut pas confondre non plus respiration et pranayama. J'ai voulu sur mon futur site donner ma propre vision, parler du pranayama et je n'y arrive pas. C'est trop complexe car c'est lui qui permet la transcendance de soi - c'est-à-dire de l'énergie par le soi, par l'esprit. Je sors tout juste de méditation par le non-souffle, avec pour départ, sans rétention, que 3 respirations et 3 autres à un moment car mon coeur est sorti de son silence, pour en garder une maitrise.
La fixation me permet de concentrer l'énergie mais je ne suis ni la fixation, ni l'énergie et je m'en témoigne consciemment dès lors que je suis en Pratyhara, car je ne suis ni à l'intérieur, ni à l'extérieur.
La conscience éclaire "tout" les petits souffles qu'ils se manifestent et la fixation les aspire par cette convergence que je désir profondément, m'absorber en Lui.
Et l'énergie brûlante coule à flot dans le sens de bas en haut, vient intensifier la conscience pour que Lui seul soit - et apparait la stabilité ressenti comme un repos, c'est difficile à expliquer...
Le mental est un outil pour accéder à l'esprit et méditer en esprit, dans son essence, au fur et à mesure de mon ouverture dans les diverses régions spirituelles.
A différentes et nombreuses reprises, ils s'unifient dans la fixation de la pensée par le regard, absorbé par l'esprit, on concentre la pensée perçante dans la région présente et cela ouvre un autre plan sublimé et enlève une autre limitation. Le corps lui est très réchauffé par les petits feux d'énergies présente et du coup, c'est très relaxant et à la fois, le front, la tête sont pleinement dimensionné, tendant à s'élargir infiniment - ne se laissant pas perturbé par cela, consciemment, on concentre et on immobilise cette énergie par une claire vision du point à fixer, le bindu - et à chaque fois, cela permet de s'élever avec légèreté, la conscience se dévoile toujours plus clairement.
On peut ensuite, continuer afin de s'absorber dans le vide ou bien fixer kundalini en Ajna - mais c'est très très difficile d'y rester et il vaut même mieux pas si on a pas une perception clair, car on sort de Sa volonté, sans protection et le danger est là, cette puissante énergie des profondeurs doit être très précisément fixé en Ajna, concentré, percé sans effort son centre avant que la tête n'explose d'énergie :urgence:
Rems ::
"Dans mon parcours je n’ai pas côtoyé d’enseignants avec une démarche aussi pointue."
Mais je n'en suis pas un
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 07 avr. 2012, 20:02

D’une certaine manière, ce que je pratique ressemblerait plutôt à du stretching postural avec des variantes dynamiques et enrichi de certaines techniques propre au Kundalini yoga.
Que cela est amusant...
La kundalini est une énergie, elle se manifeste grâce au pranayama, car il faut que le feu soit amené à la base du corps (dans muladhara), le véritable kundalini Yoga utilise donc beaucoup de techniques de pranayama, mais là aussi la tradition se perd et il en reste que de vastes étendues vides où se mellent surtout l'idée de la sexualité et de la sensualité... :marteau:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 08 avr. 2012, 11:10

Bonjours à tous ;
Voici quelques explications sur des respirations. (texte d'origine)

Les éléments de base dans la pratique du Kundalini-Yoga sont les exercices respiratoires (Pranayamas), les postures (Asanas), la position des mains et des doigts (Mudras), les courants sonores (Mantras) et les fermetures dans le corps (Bhandas). Dans ce chapitre vous pourrez vous familiariser avec ces techniques de base. Si vous êtes débutants essayez de bien les assimiler en vous entraînant à les pratiquer avant de commencer les séries d'exercices (Kriyas) plus complexes.

TECHNIQUES RESPIRATOIRES
Dans le Kundalini- Yoga les techniques respiratoires sont plus sophistiquées que dans la plupart des autres formes de Yoga.
La respiration, son rythme, sa profondeur sont en corrélation avec différents états physiologiques, émotionnels ou mentaux. Le Kundalini yoga utilise scientifiquement la respiration pour modifier le flux de l’énergie en l'individu et agit sur ses différents états. Les techniques qui suivent sont celles que tout débutant doit maîtriser avant de commencer sa pratique.
a) - Respiration longue et profonde.
La plus simple de toutes les respirations yoguiques est la respiration longue et profonde ; mais malheureusement, cette manière de respirer qui devrait être naturelle en chacun de nous doit être ré-apprise. Notre tendance habituelle est de respirer superficiellement et irrégulièrement. Ceci favorise les réactions émotionnelles incontrôlées aux vicissitudes de la vie, les tensions et le mauvais fonctionnement du système nerveux. Les poumons de l'homme peuvent se développer jusqu'à une capacité moyenne de 6000 cm3. Le système respiratoire permet à organisme de s'approvisionner en oxygène et d'éliminer le gaz carbonique, il permet également de régulariser le P.H. du corps (équilibre acidité-alcalinité), et permet le rejet de vapeur d'eau, d'hydrogène et de petites quantités de méthane. Habituellement nous n'utilisons pas plus de 600 à 700 cm3 sur la capacité totale. Si le volume d'air absorbé n'est pas augmenté cela rend de plus en plus difficile le nettoyage des muqueuses par les alvéoles (petits sacs d'air dans les poumons). L'oxygène est donc moins bien assimilé ce qui peut conduire à la longue à des infections et tous cas permettre à la maladie de s'installer plus facilement en vous.
Pour pratiquer la respiration profonde, respirez toujours par le n en commençant par faire descendre l'air le plus bas possible da l'abdomen (pour cela décontractez l'abdomen et sentez-le gonfler), pl remplissez les poumons au maximum en dégageant le diaphragme vers bas de manière à ne pas gêner l'expansion des poumons. Puis expirez rentrant l'abdomen vers le haut de manière à ce qu'il pousse le diaphragme, lequel aide à comprimer les poumons pour que l'expiration soit complète. Respirez lentement et régulièrement toujours bien à fond.
La respiration longue et profonde permet au mental de rester stable, vous gagnez en endurance et en patience. Les yogis disent que si rythme respiratoire descend en dessous de 4 fois par minutes la glande pinéale est stimulée et l'état de méditation profonde est automatiquement atteint.
b) - Respiration du feu (Agni pranayam) :
C'est une des respirations qu'on utilise le plus souvent Kundalini - Yoga. Il est donc particulièrement important de maîtriser ce technique dès le début de la pratique. Dans la respiration du feu, l’énergie est concentrée sur la zone du nombril. Le rythme respiratoire est très rapide (2 à 3 respirations par seconde), continu et l'on respire puissamment. Il n'y a pas de pause entre l'inspir et l'expir. Quand vous expirez, l'air est projeté à l'extérieur par un puissant mouvement l'abdomen vers l'intérieur (on rentre l'abdomen vers la colon vertébrale), celui-ci appuie sur le diaphragme. Dans ce mouvement zone de la poitrine doit rester relaxée. Quand vous inspirez rejet l'abdomen vers l'avant. Ayez l'impression de respirer seulement avec l'abdomen. L'inspir et l'expir doivent être équilibrés et d'une égale puissance.
La respiration du feu est particulièrement efficace pour nettoyer sang et contribue à l'élimination des toxines dans les poumons, les vaisseaux sanguins et les cellules. Vous travaillez l'énergie au niveau 3ème Chakra, ce qui contribue à débloquer ce centre qui est le centre l'équilibre physique et mental de la personne. Vous faites travailler 1es muscles qui aident au processus respiratoire de manière à leur redonner habitudes justes qui favorisent leur efficacité. (Expansion du diaphragme sur l'inspir, rétraction sur l'expir).
c) - Sitali Pranayam
On utilise cette respiration pour réduire la fièvre et régulariser la pression sanguine, ainsi que pour stimuler les processus de la digestion. Il faut rouler la langue (former un rouleau) ouvrir légèrement la bouche de façon à ce que la langue roulée en sorte légèrement, puis aspirer l'air par les deux extrémités du rouleau ainsi formé, avec les mêmes mouvements abdominaux, diaphragmatiques et pulmonaires que dans la respiration lonngue et profonde.
d) - Respiration coupée
Ici on fragmente la respiration en respirant par petites bouffées. un rapport spécifique est maintenu entre le temps et le nombre inspirations et la rétention interne ou externe de l'air dans les poumons, chaque rapport produit un effet spécifique.
Voici quelques rapports classiques entre (dans l'ordre) : Inspir - tension interne - expir - rétention externe (1-4-2-0) - (4-16-2-0) - (4-0• o et (1-8-1-8)
Comme exemple, nous allons prendre le rapport (4-0-1-0). Cette respiration est utilisée pour favoriser le processus guérissant (développer énergie auto-guérissante) et pour lutter contre la dépression: Inspirez en augmentant l'inspiration en 4 sections de 1/2 seconde (sentez les narines gonfler à chaque inspir). Expirez en une seule expiration, toujours par le nez. Concentrez-vous bien sur le flux de la respiration et essayez de garder les segments de l'inspir égaux entre eux.
e) - Respiration sifflée
Il s'agit ici de respirer par un petit trou qu'on forme au milieu de bouche en avançant les lèvres (comme si on aspirait par une paille). En inspirant émettez un sifflement aigu et régulier puis expirez par le nez. Il existe une variation dans laquelle on inverse le processus : inspir par le nez, expir par la bouche en sifflant.
Se concentrer sur le son. Ce pranayama agit sur la circulation et stimule les glandes thyroïde et parathyroïde.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 08 avr. 2012, 14:16

Voila une petite liste de pranayama mais finalement mal définie et mal expliquée...

Respiration du feu (Agni pranayam) est en fait un Bastrika...
Le reste me semble assez pauvre aussi...
Mais une chose en ressort !
C'est qu'on est loin du pranayama dans ton explication Rems...
Car le pranayama vise une chose essentielle, l'arrêt du souffle !
De ce fait toutes techniques de pranayama visent à un moment l'arrêt du souffle soit par rétention (à vide ou plein) soit par suspension.
Et c'est là toute la différence entre respirer et faire du pranayama !
Car prana apparait uniquement dans l'arrêt des mouvements d'inspire et d'expire et se diffuse alors dans le corps...
Donc dans chaque technique on doit trouver des rétentions ou des suspensions, ainsi un rythme 4-0-1-0 comme tu le montres ne sert à rien, si ce n'est respirer simplement, ce qui est certes déjà quelque chose mais tellement loin de la puissance réelle de cette sublime étape du Yoga qui est pranayama...
Aussi pour favoriser un processus de guérison, si on devait utiliser le pranayama pour cela, ce qui est bien triste et réducteur finalement, je conseillerais de faire des rétentions à plein.
Un rythme comme :
1 tps d'inspire
3 ou 4 temps en rétention plein
2 tps d'expire
me semble bien plus efficient pour "se guérir"...
Se rythme se nomme "visamavritti Pranayama"

Mais bon, il serait bien dommage de rester uniquement au niveau physique et de ne pas entrevoir que pranayama permet bien autre chose... :(
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 08 avr. 2012, 14:57

rems a écrit :Voici quelques explications sur des respirations. (texte d'origine)
C'est bien ce qui est inquiétant et offre une belle illusion comme juste en bas "texte d'origine" :shock:
rems a écrit :Dans le Kundalini- Yoga les techniques respiratoires sont plus sophistiquées que dans la plupart des autres formes de Yoga.
Parler de cette façon est encore une fois très vendeur, bref !!! C'est bien dommage et à la fois, c'est mieux, au moins, vous ne savez pas comment subtilement éveiller Kundalini endormi car il est particulièrement sensible à un état, il le sent et ça l'attire comme la senteur de l'encens sacré.
amandine a écrit :c'est quoi les pratiques particulieres au Kundalini Yoga dont tu parles? des visualisations ?
C'est dommage aussi de répondre avec un copié collé à une question d'Amandine.
Avatar du membre
ValerieB
Messages : 1627
Enregistré le : 07 août 2008, 21:37
Localisation : 94
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par ValerieB » 08 avr. 2012, 20:37

Denis, j'aime la clarté avec laquelle tu réponds toujours! :)
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 09 avr. 2012, 17:06

Merci :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 10 avr. 2012, 19:16

Bonjour à tous(tes).

Je dois reconnaître que dans ma pratique du Kundalini aucun enseignant n’a autant insisté sur le pranayama, heureusement d’ailleurs car je n’aurai pas persévéré dans cette voie, ce qui m’attirait dans leur école c’était effectivement cette approche forte par le physique, la dynamique et des respirations simples et toniques. Un yoga un peu guerrier sans trop de prises de tête.
C’est aussi une façon de rentrer par une petite porte dans le monde du yoga, la porte du physique qui est certainement limitée mais qui a l’intérêt pour moi de maintenir un lien, une oreille attentive pour d’autres pratiques dans cette discipline.
Cette pratique sur un plan très terre à terre m’a permis de développer d’entretenir une bonne tonicité musculaire, un renforcement musculaire très ciblé sur la colonne vertébrale, ce sont des atouts important pour moi qui ai un travail physique souvent pénible et j’entretiens ainsi une bonne souplesse pour accéder à des postures un peu plus délicates.
Bon d’accord selon vous ce n’est pas du yoga dans la vraie tradition et je veux bien le croire, mais c’est l’histoire de ma pratique et en fin de compte je suis plutôt rassuré d’avoir encore de nombreuses choses à découvrir dans le yoga.
Je compte bien me former dans cette discipline mais pour le moment je continue mon expérimentation individuelle et en groupe sous l’œil vigilant de mes aînées.
.... et j'en profite pour faire quelques copier/coller de vos explications.
Merci à bientôt.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 10 avr. 2012, 21:01

rems a écrit :mais c’est l’histoire de ma pratique et en fin de compte je suis plutôt rassuré d’avoir encore de nombreuses choses à découvrir dans le yoga.
Jje ne vois pas cela comme ça. Détrompe toi Rems, ce n'est pas "l'histoire de ma pratique", c'est plutôt l'histoire d'une supercherie, on vient consommer l'étiquette, on paye l'étiquette, on pratique l'étiquette et puis un jour, on le transmet, c'est génial.

Je me permets d'intervenir le plus simplement possible, je ne me place pas en un connaisseur, juste en tant que pratiquant.
Je suis aussi allé voir dans des cours, et c'est lamentable, je m'ennuie, il n'y a rien (je parle juste des cours où j'y suis allé exprès), et c'est quand même écrit école de yoga, ça me donne quand même un aperçu sur ses petits centres.

On parle quand même de Kundalini, ce n'est pas rien comme Voie.

Je trouve que l'on ne fait que du tord au yoga. Après on l'appelle yoga occidental, machin bidule chouette - mais la vérité "si je mens", c'est que l'on doit tendre vers lui, c'est comme le sanskrit, on doit le comprendre comme il est, pas le mettre en français, changer les mots... d'où une traduction ne doit pas être fait par n'importe qui.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13978
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Hatha et Kundalini

Message par Denis » 10 avr. 2012, 21:12

cette approche forte par le physique, la dynamique et des respirations simples et toniques. Un yoga un peu guerrier sans trop de prises de tête.
Huuummm, très réducteur quand même ce que tu dis là...
Le physique est le physique, faire des postures c'est bien et j'en fais beaucoup en les tenant longtemps, parfois très longtemps, je ne vois rien de guerrier là dedans et pour ton idée de "prise de tête" là aussi j'ai du mal a comprendre...
Pourquoi le pranayama serait une "prise de tête" :?
Non, c'est tout l'inverse, pour moi faire un Yoga du corps n'a rien de très "héroïque" ou "guerrier", tout au contraire je dirai que cela reste assez au raz des pâquerettes.
Ce qui devient efficient et là où on sent qu'on commence à jouer avec le tigre c'est quand le feu du pranayama s'installe et où tu sens que pour aller plus loin il va te falloir prendre vraiment sur toi et te battre, car l'énergie est bien plus "violente", "forte" ou surtout effervescente qu'un muscle et une "respiration pulmonaire"...
Je te souhaite un jour de découvrir cela, tu verras c'est simplement sublime et très loin d'être une prise de tête :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Cours de Yoga en live et étude de textes en live avec zoom
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 12 avr. 2012, 16:22

Bonjour,

Sur le fond je suis bien d’accord avec vous… je m’ennuie aussi dans les cours de yoga ….et il va me falloir me battre pour lutter contre mes réticences ou mes blocages face aux techniques du pranayama.
Pour le moment je suis complètement absorbé par la pratique corporelle, par rapport à mon tempérament ce n’est pas surprenant et lorsque j’aurai touché les limites (sans me faire mal j’espère) alors je commencerai à m’ouvrir à autre chose.
Je parle de prise de tête car je ne ressens pas directement les effets de la pratique du pranayama, ce qui n’est pas le cas dans la démarche posturale et la respiration du feu qui est très présente dans les postures.
Bon je garde une certaine motivation, mes compagnons d’aventure me stimulent en pratiquant avec moi et je ne cache pas mes limites dans ma pratique, cet effet de groupe va me permettre d’aller plus loin.

A bientôt.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 12 avr. 2012, 22:15

rems a écrit :cet effet de groupe va me permettre d’aller plus loin.
Je te le souhaite Rems :wink:
Mais, ah toujours des mais :p si je prends juste ta dernière phrase..., je peux déjà te dire non, car le groupe suivra celui qui donne, celui qui est au centre (force centripète et centrifuge), donc pour aller plus loin, c'est à celui qui a ce rôle d'emmener les autres non pas vers lui, mais juste leur permettre intérieurement de suivre leur trajectoire héliocentrique.
Il te faut des points de repères, des bases et ceux-ci, on ne les trouve pas ici, ils sont à un autre plan d'existence que rien ne peut faire effondrer.
:wink:
rems
Messages : 28
Enregistré le : 19 mars 2012, 11:23

Re: Hatha et Kundalini

Message par rems » 13 avr. 2012, 10:11

Humm humm ! Intéressant comme remarque.
Je vais en débattre avec ma soeur.

Bj.
Avatar du membre
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 août 2008, 14:45
Localisation : Isère

Re: Hatha et Kundalini

Message par sami » 13 avr. 2012, 11:00

rems a écrit :Humm humm ! Intéressant comme remarque.
Je vais en débattre avec ma soeur.

Bj.
T'as mal à la gorge !!! Je sens que je vais me faire engueuler par ta soeur :lol:
lionworld
Messages : 6
Enregistré le : 09 févr. 2012, 08:09

Re: Hatha et Kundalini

Message par lionworld » 23 août 2012, 11:57

Quand j' ai commencé à pratiquer le yoga au départ c' étais pour apprendre à me calmer,soigner mes nerfs et ma timidité, bref je le considérais comme une thérapie, ça l' est bien sur mais par la pratique je me suis aperçu par la suite que c' est beaucoup plus que cela.
Le yoga est une voie de sagesse, il ne faut pas l' oublier !
Si les effets miraculeux cité font référence aux sidis ou (pouvoirs obtenus après certaines pratiques) ne doivent pas être recherché car ils constituent les plus grand ennemis sur la voie du yoga.Ces pouvoir sont obtenus comme des cadeaux (résultats d' un travail spirituel) mais utilisés pour soi-même sans détachement de l' ego constituent une entrave.
Le yoga que je pratiquais enseignais le hata yoga mais diverses facettes étaient abordées lors de stages, la kundalini, techniques taoiste, tibetaines,etc...
J' ai pratiqué le kundalini dans un club de kundalini yoga, ça marchais mais parfois je trouvais que certains mantras et techniques me semblaient légèrement douteuses ou alors ne me convenaient pas.
Répondre