Survol des divinités de la tradition indienne

Tantrisme ...
Un mot usité de partout, mis à toutes les sauces. Venez nous parler de vos expériences et idées sur cette voie.

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Rama999
Messages : 15
Enregistré le : 21 mai 2015, 17:08
Contact :

Survol des divinités de la tradition indienne

Message par Rama999 » 22 mai 2015, 16:44

Bonjour,

Voici un petit texte extrait de mon blog qui je pense pourrais intéresser des membres :

------------------------------

Voici un rapide survol des divinités de la tradition indienne.

Commençons par Ganesha...

Ganesha ouvre les portes. Il est le gardien de la sagesse, et sans
elle, il n'est pas possible de pénétrer plus en avant dans le Mystère.
Il est aussi le gardien des vertus, du bien, père des multitudes, et
finalement le visage radiant de la graine de l'Univers, l'unité qui
s'exprime sous une multitude de formes. Il est d'une patience infinie,
d'une bienveillance paternelle, porte une conscience illimitée et est
le support de toute vie. Très protecteur, il régente les obstacles
qu'il dissous, mais aussi, dans certains cas, engendre, pour empêcher
par exemple des mauvaises choses d'arriver. Toujours, il est honoré en
premier. Sa sagesse peut faire gagner des années, des vies même. Il
apporte toutes les bonnes choses, il porte chance, il est profondément
bon et compréhensif.

Dans les Védas, on l’appelle ainsi : "Ganesha, viens nous habiter et
donne naissance au monde des dieux en nous".

Les Rishis ont profondément honoré le Sacrifice, qui est basé sur
l'Acte. l'acte évoque la naissance, la vie et la transformation.
Clairement, l'acte est autant l'action que finalement toute chose. Le
sacrifice est l'acte offert dans le feu de l'attention divine, qui est
une des formes d'Agni, le feu divin, prêtre des dieux qui leur porte
les offrandes offertes.

Un acte est sacrifice quand il est dédié à une divinité, au bien
collectif, est déposé dans le feu d'un idéal. L'inverse du sacrifice
est l'action égoïste.

L'Acte se compose d'un début, une création, une origine, qui est sous
la tutelle du Père de la création, appelé Brahma. Toujours devant le
feu sacrificel, il offre des oblations, et crée les mondes,
énergétisée par la radieuse Saraswati, sa compagne, qui chante à ses
côtés, le chant qui est le son d’où émerge tout ce qui existe. Brahma
permet de créer, et honorer Saraswati remplis de Lumière et apporte la
maîtrise des arts, sciences et de toutes les formes de connaissances
en théorie et pratique.

Le prolongement de l'Acte est sa vie, sous la régence du Père
protecteur et gardien de la cohésion, Vishnu, provenant de Vish,
l'Univers, car il est partout. Il est en union de cœur éternelle avec
sa Bien-Aimée, Lakshmi, de Laksh, le but, la déesse qui définie les
buts, nous aide à les atteindre, et gouverne tout ce qui est nous est
cher.

La transformation est régie par Shiva, qui a aussi d'autres noms,
Rudra, Bhairava, Shambo... il transforme tout, ce qui n'est pas une
fin, mais un changement. Chaque instant n'est pas figée, mais
mouvement, car ce qu'il était est détruit entraînant ce qu'il est.
Ainsi la vie telle une rivière s'écoule sans cesse, et la fixité
n'existe pas.
Sa parèdre, qui a aussi de multiples noms celons les formes qu'elle
prend : Durga, Parvati, Uma, Kali, Annapurna...

Shiva et Brahma sont les deux côtés d'une même pièce, car la création
est une transformation de l'ancien.

Le principe masculin agit, mais par l'action du principe féminin.
Aussi, l'énergie est de nature féminine, et l'orientation de l'énergie
est gérée par le principe masculin.
Le principe féminin est Shakti (traduction d'énergie en sanskrit) et
le principe masculin est Shaktiman (contrôleur de l'énergie).

Shakti conduit à Shiva, et Shiva honore Shakti. Ils ne sont qu'un en
réalité, et pourtant apparaissent dans ce monde duel comme séparé.

On notera que l'on parle plus de principes que de genre sexuels.

La divinité suprême, au delà de l'acte, s'apelle le Brahmane, qui
étant au delà de l'acte, est aussi non-manifesté. On l’appelle aussi
Brahma, a comprendre dans son sens suprême, ou Shiva, aussi dans son
sens suprême. On peut aussi appeler Vishnu, en tant que Père suprème,
qui se voit donner une forme, une naissance, par la Mère éternelle, la
Lakshmi primordiale.

Vishnu ordonne la cohérence du monde, et pour cela, il s'est incarné
10 fois, donnant 10 formes étant comme les 10 étapes perfectionnant le
cycle de la création. Trois sont très importantes : Narasimha,
l'homme-lion, le feu du Père qui anéantit la tyrannie spirituel, qui
est aussi canal de la colère divine, Rama, Dieu fait Roi, modèle de
pureté absolue, justice impeccable, incarnation de ce qui est Bon, et
Krishna, l'amour personnifié accompagnée de Radha, chantant dans nos
cœurs et nous arrachant à la fatalité pour nous établir dans le jardin
des délices.

Narasimha serait en rapport avec le feu, aussi en lien avec la
Kundalini et la destruction des tendances infernales, Rama plus un
rapport solaire, et Krishna une dimension lunaire.

Rama est accompagnée d'Hanuman, le dieu-singe, incarnation de Shiva,
un lion divin porteur d'une sagesse, amour et dévotion immense. Il est
l'incarnation du serviteur divin parfait, et tel Thot, porte des
mystères en grand nombre. Il est un guerrier inébranlable, enraciné
dans le bien et le renoncement au mal. Qui l’appelle et l'aime
trouvera un Ami incomparable.

La Mère, voie d'accès au Père, et unie au Père car étant son cœur et
sa bouche, mais aussi la cause de sa naissance et sa propre nature,
porte deux représentations très importantes : Kali, qui enlève les
ténèbres, et Durga, qui détruit la confusion et les difficultés.

La lune noire serait Kali, la pleine lune Durga. Kali dissous, mais
pas n'importe quoi : les ténèbres intérieures de toutes sortes pour
que la lumière brille. Durga détruits les difficultés, elle
personnifie l'énergie suprême et représente la forme de la Shakti
suprême qui donne naissance à tous les dieux.

Durga (parfois associée à Chandi, qui détruits les énergies impures et
ôte les pensées malveillantes) prend la forme de Navadurga, 9
divinités, les 9 durgas évoquants le cycle de la perfection. Méditer
sur les 9 Durgas amène à une illumination de l'acte et de l'être.

Kali qui a de nombreuses formes, sous son aspect de dakshina-kali,
préviens les calamités, guérit, protège. Elle a une compassion sans
fin. Néanmoins, elle n'est pas "gentille", mais plutôt sincère. Il ne
faut pas la craindre, elle est la Mère. Son aspect terrible n'est
dangereux que pour les négativités. Les bras tranchés sont les
capacités du mal qu'elle empêche d'agir, les têtes tranchés les
personnalités impures, la tête qu'elle tiens le grand égoïste qui nous
indique "si je porte ta tête, toi, qui est tu maintenant ? Qui est tu
au delà des apparences ?" Le sang qui coule est l'énergie de la
passion libérée, la vie libérée de ses entraves, prisons et tourments.

Elle est la tête de fil des Mahavidyas, ou 10 grandes sagesses,
accomplissant les karmas divers de la nature. Elles ont une grande
compassion, apportent des aides puissantes, et si elles ont parfois un
aspect terrifiant, pour qui positionne en enfant, elles ont la
compassion bienveillante d'une mère emplis d'amour.

Ganesha est le fils de Shiva et Parvati, mais ils ont aussi un autre
enfant, Kartikeya, qui est le chef de l'armée. Qui l'honore obtiens la
chance, la protection et une illumination du masculin à l'intérieur.

Santoshi Maa est une autre forme de la Mère, considéré comme enfant de
Ganesha, qui apporte la satisfaction. A mon sens, si bien des
enseignements arrivent qui combinent spiritualité et vie matérielle,
comment vivre une vie terrestre satisfaisante et qui a du sens sans se
couper de l'esprit, mais au contraire en l'honorant, elle n'y est pas
pour rien. Si elle a toujours existé, ce n'est que récemment qu'elle
s'est fait connaitre au plus grand nombre. Qui l'honore trouvera une
source d'amour et de joie substantielle. Il est bon de chanter ses
noms et de penser à elle particulièrement le vendredi (comme Lakshmi),
de lui offrir des parfums et des mets sucrés délicieux. Elle est
profondément belle et bienveillante, et porte la grâce de Vénus.

La Mère aussi se fait connaître sous les noms de Quan Yin en Chine, et
Tara au Tibet. C'est toujours la même énergie, mais appréhendée
différemment.

Le christianisme aussi avec la Vierge et le Christ offre un aspect
intéressant que certains auteurs ont exposé. La Vierge mène au Christ,
comme la Mère mène au Père.

Enfin, les divinités planétaires sont aussi honorés : leur influence
est énorme, et les honorer, voir le divin en elles, chanter leur
mantras, se concentrer sur elle, sentir qu'on les porte, les aimer est
très important, car elles ont une grande influence.

La Terre aussi est honorés : Bhumi-Devi. Il est bon de l'aimer, de
chanter ses mantras, de les écrire, de penser à elle, et de se mettre
à l'écoute des battements de son coeur dans le notre. Elle a une
patience incroyable, et elle est une autre forme de Lakshmi.

Les Rishis et grand Sadhus ont toujours exprimé que la divinité est
une, mais avec une multitude de visages. Aussi, la multitude de
divinité exprime une multitude de chemins et angle de vie pour honorer
le principe premier. C'est toujours la même divinité qui est honorée à
travers ses diverses formes.

Pour eux, toutes les religions ne sont que des chemins différents pour
atteindre le même sommet "tout ce qui s'élève converge".

Ce n'est qu'un survol extrêmement général de la tradition hindous.
Mais il donne quelques pistes.

---

Source : https://hikuri999.wordpress.com
Avatar du membre
Saje
Messages : 11
Enregistré le : 07 nov. 2014, 16:48

Re: Survol des divinités de la tradition indienne

Message par Saje » 22 mai 2015, 16:58

Merci Ram :)
Répondre