Maṇikarṇikāṣṭakam

Tantrisme ...
Un mot usité de partout, mis à toutes les sauces. Venez nous parler de vos expériences et idées sur cette voie.

Modérateur : Modérateurs

Répondre
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 06 avr. 2013, 01:33

N'ayant pas trouvé de traduction autre qu'en langue indienne (tamil, telugu...) de cet hymne attribué à Shankârâchârya dont kinaram parlait ici, je me suis attelé à la tâche afin de secouer mes méninges sanskritistes quelque peu engourdies. Je vous demande par avance de l'indulgence car bien que la langue de ces stances me paraisse assez simple (comparée à d'autres textes que je ne m'aventurerai pas à aborder pour le moment), j'achoppe encore sur plus d'un point et c'est donc avec les réserves dues à mon amateurisme que je vous en propose la lecture... par petit bout. J'ai pour l'instant fait un débroussaillage du texte mais je sais qu'en laissant reposer et en le reprenant au fur et à mesure, des éclaircissements apparaissent.
Donc, je vais livrer les stances au gré de mes disponibilités et de l'inspiration, précédées à chaque fois de la translittération de l'original.

Let's go ! (asmabhirgantavyam !)

Maṇikarṇikāṣṭakam
Tvattīre maṇikarṇike hariharau sāyujyamuktipradau
vādaṃ tau kurutaḥ parasparamubhau jantoḥ prayāṇotsave ǀ
madrūpo manujo’yamastu hariṇa proktaḥ śivastatkṣaṇāt
tanmadhyādbhṛgulāñchano garuḍagaḥ pītāmbaro nirgataḥ ǁ


L'octade à Maṇikarṇikā

Sur ta rive, ô Maṇikarṇikā, Hari et Hara (Viṣṇu et Śiva) accordent la libération par l'union (sāyujya*)
Ils discourent tous deux sur la célébration de la mort des créatures vivantes.
"Que cet homme soit identique à moi" proclama Hari. Aussitôt, Śiva [dit :]
"à cause de cela, il sera connu par le nom de Bhṛgu"**. Viṣṇu (celui qui est vêtu de jaune) disparaît sur Garuḍa.


*Cinq types de libérations sont décrites dans la tradition tantrique. Voici ce qu'en dit Bhāskararāya, l'érudit śakta du XVIIIe siècle, dans son commentaire à la Tripurā upaniṣad : il y a cinq types de libération: [1] être dans le même monde (sālokya) en est une ; [2-4] la proximité (sāmīpya), la similarité formelle (sārūpya) et l'union (sāyujya) [bien que] ces trois[soient comprises en une seule unité] et [5] l'identité (kaivalya)...Parmi ces [cinq],la première et la dernière sont une voie (mārga) et les trois du milieu, un autre chemin...(p.105, The secret of the Three Cities, D.R. Brooks)
**Cet hymne fait bien entendu allusion aux récits mythologiques : Bhṛgu est le nom, entre autres, d'une race mythique ayant apporté le feu aux hommes (je ne sais pas jusqu'où va la comparaison avec Prométhée ; à creuser...), ou d'un Ṛṣi etc. C'est aussi l'un des noms de Kṛṣṇa, d'où la remarque de Śiva (c'est du moins ce que je comprends). De plus, l'épithète employée juste après pour qualifier Hari est justement "celui qui est vêtu de jaune", ce qui peut être une allusion à la couleur du feu. Quant à la racine √BHṚG, il s'agit d'une onomatopée exprimant le crépitement du feu.
kinaram

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kinaram » 06 avr. 2013, 01:40

Merci beaucoup Kavi! C'est vraiment adorable de ta part!

Alors de mon coté, çà me motive pour traduire le passage sur Manikarnika à Bénarès du livre de référence (sur Bénarès) de Diana L. Eck. : Banaras, City of Light.

Enfin, on va vraiment pouvoir parler de boucles d'oreille sur le forum les filles!

PS/ J'ai proposé à Denis que l'on crée un syndicat des travailleurs bénévoles sur le forum...Quand même! C'est le minimum...lol
pītāmbaro
Le jaune... Y vois tu un rapport avec la déesse Bagalamukhi qui est appelée aussi pitâmbara? Je sais que dans le Tantra, le jaune est lié au pouvoir de paralysie (stambhana?) mais quel rapport avec Hari? Peut être paralyse-t-il avec sa beauté... :coeur: Hare Krishna.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13540
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Denis » 06 avr. 2013, 09:52

Ha les amis cela fait chaud au coeur !
Quand j'ai ouvert ce lieu en 2005, je souhaitais qu'il devienne un lieu d'échanges sur le Yoga et ses traditions avec des gens qui témoignent d'une pratique et offre tout cela à tout ceux qui passent par là !
Merci à vous.
Peut-être serait-il bien de créer un onglet spécifique pour ces textes et votre travail, sorte de maison du syndicat :lol:
Ou alors de mettre tout cela dans Textes Traditionnels
Qu'en pensez vous ?

Pour aller dans votre sens, il y a quelques temps je suis tombé sur "The Kula Ritual" de ce bon vieux Abhinavagupta, qui serait le chapitre 29 du Tantraloka...
Il est en anglais, ecrit par John R. Dupuche, je me dis qu'il serait bien de faire un petit groupe de travail et de le traduire en français. Certe ce n'est pas un texte en sanskrit et je t'envie Kavi de pouvoir traduire un texte, même si je connais pas mal de mot et de terme je ne me sens pas capable...

Merci !!!
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
Avatar du membre
Nadir
Messages : 454
Enregistré le : 13 juin 2008, 09:55
Localisation : Paimpol

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Nadir » 06 avr. 2013, 10:28

" On dit qu'en Inde , il existe un livre sacré racontant l'histoire de tous les étres humains, depuis les origines jusqu'à la fin des temps. La vie de chacun d'entre nous y serait écrite en détail, de la naissance à la mort"
Les derniers détenteurs ( lecteurs) de cette connaissance sacrée, sont appélés les "Bhrigu shastri" .
Les Bhrigu shastri détiendraient une sorte de registre ou de fichier monumental, relatant l'histoire de chaque individu sur Terre ...
Ce sont des Devins, et se réfèrent à un Livre, Une prophétie ...
Le grand registre des Bhrigu Shastri .

Shastri -> lecteur
Bhrigu -> un des sept Rishi selon les textes - "craquement du feu rituel" ( bruit insaisissable et innomable)
Bhrigu Shastri -> grands initiés, devins

Bhrigu, selon certains textes, a un fils nommé Shukra, lequel savait ressusciter les morts; C'est pourquoi Shukra était très jalousé dans l'Olympe hindoue.
Shukra transmettait volontier se science de la resurrection à d'autres divinités. Pas tous , bien entendu; seulement ceux qu'il aimait. D'où certaines inimitié; d'où le sort que lui jeta vhisnu et qui le rendit borgne ...
Shukra veut également dire "sperme". Mais pour les hindous, la forme visible de Shukra est la planète Vénus. On attribue a Shukra un traité de morale qui en fait un Dieu fertile et pédagogue.
Selon une autre légende, Bhrigu compte parmi les divinités les moins notoires. c'est un un tout petit Dieu sans prétention, assez paresseux, un peu blageur. Bien que fils de Brahma, ou à cause de cette écrasante parenté, les Hindous le connaissent mal. On y fait allusion dans le Vishsnu Purana ... La légende de Bhrigu veut aussi qu'il ait disséminé son oeuvre aux quatre coin dun pays ...
Fichiers joints
bhrigu3.jpg
bhrigu3.jpg (138.19 Kio) Vu 3991 fois
Celui qui pratique connait. Il devient respecté de moi. Cette connaissance impénétrable à la parole et à la pensée est à obtenir seulement par la pratique.
~ Shiva Samhita ~
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 06 avr. 2013, 11:10

kinaram a écrit :Merci beaucoup Kavi! C'est vraiment adorable de ta part!

Alors de mon coté, çà me motive pour traduire le passage sur Manikarnika à Bénarès du livre de référence (sur Bénarès) de Diana L. Eck. : Banaras, City of Light.

Enfin, on va vraiment pouvoir parler de boucles d'oreille sur le forum les filles!

PS/ J'ai proposé à Denis que l'on crée un syndicat des travailleurs bénévoles sur le forum...Quand même! C'est le minimum...lol
C'est un plaisir pour moi que de me frotter à cet exercice. C'est bien souvent le temps qui manque, car sans pratique assidue, là aussi, les résultats sont maigres. Enfin, à défaut d'avoir plusieurs vies, tâchons de remplir correctement celle-ci.

Je ne connais pas le livre dont tu parles mais nous aurons certainement plaisir à lire le passage en question. Au fait, j'étais tombé un jour là-dessus : tu connais cet ouvrage ?
pītāmbaro
Le jaune... Y vois tu un rapport avec la déesse Bagalamukhi qui est appelée aussi pitâmbara? Je sais que dans le Tantra, le jaune est lié au pouvoir de paralysie (stambhana?) mais quel rapport avec Hari? Peut être paralyse-t-il avec sa beauté... :coeur: Hare Krishna.
Le jaune est en effet lié à stambhana ; il faut se rappeler qu'il s'agit également de la couleur associée à la terre, d'où la fixité. Je me demande d'ailleurs s'il s'agit vraiment de jaune ou plutôt d'ocre. La question des couleurs est très riche et nous manquons d'un équivalent d'un Michel Pastoureau pour le terrain asiatique. Dans le livre de David Kinsley consacré aux mahāvidyās, il fait état de plusieurs récits mythologiques concernant l'apparition de Bagalāmukhī. L'un d'entre eux nous dit que durant le kṛta yuga un tempête cosmique menaçait de détruire l'univers, allant jusqu'à troubler Viṣṇu qui reposait sur le serpent Śeṣa. Il alla alors à un étang nommé Haridrā (curcuma ; on voit ici le jaune soutenu apparaître !) et entrepris des austérités en priant Tripurā Sundarī qui répondit à sa requête et fit apparaître Bagalāmukhī. Cette dernière par ces pouvoirs (fixatif ; peut-être cela mériterait-il aussi une lecture alchimique, qu'en penses-tu ?) apaise la tempête. Elle est alors également connue sous le nom Pītāmbarā Devī du fait de sa naissance dans un étang de turmeric.
Sa couleur serait donc liée à la terre et probablement, l'aspect de Viṣṇu en tant que Pītāmbara également, du fait de sa qualité de soutien de la création, lié à la durée et la stabilité.
Denis a écrit :Ha les amis cela fait chaud au coeur !
Quand j'ai ouvert ce lieu en 2005, je souhaitais qu'il devienne un lieu d'échanges sur le Yoga et ses traditions avec des gens qui témoignent d'une pratique et offre tout cela à tout ceux qui passent par là !
Merci à vous.
Peut-être serait-il bien de créer un onglet spécifique pour ces textes et votre travail, sorte de maison du syndicat :lol:
Ou alors de mettre tout cela dans Textes Traditionnels
Qu'en pensez vous ?

Pour aller dans votre sens, il y a quelques temps je suis tombé sur "The Kula Ritual" de ce bon vieux Abhinavagupta, qui serait le chapitre 29 du Tantraloka...
Il est en anglais, ecrit par John R. Dupuche, je me dis qu'il serait bien de faire un petit groupe de travail et de le traduire en français. Certe ce n'est pas un texte en sanskrit et je t'envie Kavi de pouvoir traduire un texte, même si je connais pas mal de mot et de terme je ne me sens pas capable...

Merci !!!
Oui, ce forum comble un manque dans la Toile francophone.
L'onglet Textes Traditionnels serait probablement le plus pratique en effet pour avoir accès d'un coup d'oeil à ce qui est disponible ici.

Concernant ce fameux chapitre 29, mon enseignant es tantra me disait un jour en souriant que c'était le seul chapitre qui intéressait vraiment les "occidentaux". De fait il y est question des rites employant l'alcool, de coït rituel... Je ne connais pas le travail que Dupuche a effectué sur ce sujet, m'étant jusqu'ici borné à survoler la version qu'en a donnée R. Gnoli dans sa traduction du Tantrāloka, mais il s'agit a priori d'un sujet difficile à rendre sans avoir une expérience intime du sujet. Ce serait certainement intéressant à entreprendre mais pour ma part et vu le temps dont je dispose actuellement, je pense plutôt me cantonner à des textes plus courts et moins ardus et de préférence qui n'ont pas donné lieu à des traductions en langues occidentales ou dont celles-ci ne sont pas disponibles sur la Toile.
Avatar du membre
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13540
Enregistré le : 23 juil. 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Denis » 06 avr. 2013, 11:17

Je propose de faire un sous-onglet par texte, ainsi les commentaires et autres travaux resteront bien classés, qu'en pensez vous ?
Pour le chapitre 29, je suis totalement d'accord avec toi, pour ce que j'ai pu en lire, je trouve cela bien difficile à rendre car cela n'est pas dans ma démarche et même j'ai tendance à repousser tout cela... Alors je laisse de coté... :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2019
Retraite Yoga 2019
kinaram

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kinaram » 07 avr. 2013, 01:29

" On dit qu'en Inde , il existe un livre sacré racontant l'histoire de tous les étres humains, depuis les origines jusqu'à la fin des temps. La vie de chacun d'entre nous y serait écrite en détail, de la naissance à la mort"
Les derniers détenteurs ( lecteurs) de cette connaissance sacrée, sont appélés les "Bhrigu shastri" .
Les Bhrigu shastri détiendraient une sorte de registre ou de fichier monumental, relatant l'histoire de chaque individu sur Terre ...
Ce sont des Devins, et se réfèrent à un Livre, Une prophétie ...
Le grand registre des Bhrigu Shastri .
Merci Nadir pour cette explication sur les bhrigu shashtri. Je ne connaissais pas. Cela fait sens! Toutes les traditions parlent de ce Livre dans lequel tout est écrit. Les théosophes parlaient dans leur temps des "bibliothèques akashiques". Une bibliothèque qui résiderait sur un autre "plan" et qui contiendrait toutes les sciences et sagesses de l'Univers, depuis le commencement. On en a fait toute une mythologie, et un film que j'aime beaucoup qui s'appelle "au delà de nos rêves" avec Robin Williams, met en scène cette bibliothèque "onirique". Un visuel très riche mais qui ne représente pas beaucoup la réalité de l'expérience.

Ce Livre contient la science qui permet de ressusciter les morts. Mais lorsque l'on parle de résurrection des morts dans la Tradition, il ne s'agit pas du corps de chair. Il s'agit de l'éveil de Kundalini qui rend véritablement un être "vivant" au sens de la vie éveillée et divine. Beaucoup parlent de "l'éveil" comme d'une finalité. D'un certain point de vue, c'est un commencement...

Je crois que chacun possède cette bibliothèque mystique, ce Livre, en son être profond.

Lorsque l'univers se met à parler lors du réveil de l'énergie interne, il ne parle pas pour ne rien dire comme le fait parfois le mental, il enseigne vraiment. Et par tous les moyens que l'esprit a à sa disposition. Par toutes ses références propres. Vous allez rire, mais j'ai vécu de véritables Satsang en lisant des livres pour enfants. C'est une vision peut être trop "solipsiste" mais "cela" commence à se déployer lorsque l'on prend conscience que Tout raconte notre propre histoire. Celle de notre âme qui se perd et se retrouve, et découvre toutes les géographies, toutes les dimensions de son propre domaine. Cette manière d'enseigner dépasse de loin toutes les techniques pédagogiques que les êtres humains ont construit.

Et c'est en cela que réside le mystère de l'initiation pour moi. Entre autre. C'est la véritable Parole du Guru.

On est en plein dans le sujet avec Manikarnika, car Manikarnika est la Déesse de l'écoute spirituelle. On retrouve ses "boucles d'oreille" dans le puits sacré lorsque l'on commence à entendre ce chant de l'Univers, que les pythagoriciens appelaient la "musique des sphères". C'est aussi l'un des sens de la symbolique des boucles d’oreille des nâtha yogin (outre qu'elles représentent le Soleil et la Lune, comme les yeux, dârshani : vision - que celui qui a des yeux pour voir voit, que celui qui a des oreilles pour entendre entende). A développer par la suite bien sûr, c'était juste en guise d'intro :).
Cette dernière par ces pouvoirs (fixatif ; peut-être cela mériterait-il aussi une lecture alchimique, qu'en penses-tu ?) apaise la tempête.
Oui. La tempête dont il est question est l'agitation mentale. Lorsque l'énergie psychique est en éveil et que le mental n'est pas encore stabilisé, il filtre l'information "pure" à sa manière, d'une manière duelle. Cela peut l'entrainer dans une véritable tempête et l'initiation peut être compromise car elle devient dangereuse pour le bien être du pratiquant. Alors il se peut que dans sa miséricorde, la Déesse apparaisse d'une manière tout à fait spontanée et "fige" littéralement le mental. Ca ne se passe pas comme une technique d'apaisement du mental classique, que l'on travail par la méditation. C'est une énergie qui envahit le champ de la conscience et qui fige le mental. On en est même étonné. Il y a quelque chose de véritablement surnaturel dans cette expérience. On essaye de penser, mais on n'y arrive même plus.

Enfin, c'est la manière dont je vois les choses, c'est très subjectif, peut être que çà n'a rien à voir avec Bagala. Mais mon enseignant m'a dit un jour "Bagala, c'est quand la Déesse détruit ton intelligence". Le "démon" dont la langue est tenue par la Déesse (elle a dans l'autre main une massue, et elle est prête à le frapper) se raconte toujours un tas d'histoires, et son flot de paroles n'est pas flot de sagesse, mais surenchère mentale, il en vient à perdre conscience de lui même. Il pense atteindre la Connaissance, en fait, plus il pense, plus il s'en éloigne. Bagala coupe court avec ce dialogue intérieur incessant. Il y a aussi la notion de qualité de parole. Tout ce qu'on dit résonne dans l'univers. Et si l'on parle à mal, on s'intoxique soi même. Retiens ta langue, "que ta parole soit impeccable". Tous les "sages" enseignent cela. Au sujet des tabous alimentaires, Jésus répondait à ses disciples "çà n'est pas ce qui vous ingérez qui vous rend impur, mais ce qui sort de votre bouche".

Cette "grande connaissance" doit avoir un rapport avec "dharana" dans le Yoga je pense. Bien qu'il s'agisse plus d'un "arrêt spontané" que d'une "concentration".

Il me semble que la couleur jaune a un véritable pouvoir de stabilisation mentale. La stabilité dont il est question n'est pas celle de la terre je pense, mais celle de l'esprit. Bien que çà soit peut être la même chose. La nature s'agite rarement. Et encore, on peut trouver une certaine paix dans le déchainements des éléments. Dans la tradition hindou, la couleur de la terre est de safran. La terre-nature dans le contexte de "l'apparation des Mahavidya" dans la sadhana est plutôt montrée par Bhuvaneshwari.

Image

Maa Bagalamukhi
Je propose de faire un sous-onglet par texte, ainsi les commentaires et autres travaux resteront bien classés, qu'en pensez vous ?
Ca roule. Cela dit, ces textes ont bien leur place dans l'onglet "tantrisme" hein...On est dans le vif du sujet là. Et je ne sais pas si les participants feront l'effort d'aller piocher dans la partie "textes tradi"...

Enfin. A voir.
Avatar du membre
Nadir
Messages : 454
Enregistré le : 13 juin 2008, 09:55
Localisation : Paimpol

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Nadir » 07 avr. 2013, 09:37

http://www.google.fr/search?q=bhrigu+ri ... 00&bih=752

http://translate.google.fr/translate?hl ... CH0Q7gEwCw

http://translate.google.fr/translate?hl ... YQ7gEwBThG

http://ganapati.perso.neuf.fr/dieux/etr ... aints.html

BHRIGU RISHI

Bhrigu (le craquement du feu rituel) est le nom qui est donné au feu qui, à l'intérieur des centres subtils du corps, brûle et réduit en cendres l'eau ou semence (retas)

" la semence qui atteignit ces (centres) épuisés, brûlés, surchauffés y fût grillée. Elle grésilla et devint Bhrigu (le craquement du feu) car la nature de Bhrigu est la combustion."
~ Gopatha Bhrâmana 1,1,3. ~

Shiva est appelé le " Seigneur du craquement du Feu " : Bhrigupati

Les Bhrigu-s envisagés comme un groupe de divinités dont le nom vient de 'bhrâj', briller, sont par ailleurs une race mythique d'êtres qui découvrit le feu
(Rig Veda, 10,46,2.) et le donnèrent à l'homme (Rig Veda,1,52,2, et 1,95,2.).

Bhrigu représente la Puissance-du-savoir. Il est auteur présumé de deux hymnes védiques et il est l'un des dix progéniteurs crée par Manu.



http://www.bhrigudham.org/history.html

Om Namo bhagavaté vasudeva
....
....


Hari Om tat Sat
Hari Om tat sat
hari Om tat Sat
Hari Om tat Sat
....
....
Fichiers joints
rishi-bhrigu.jpg
rishi-bhrigu.jpg (189.83 Kio) Vu 3698 fois
Celui qui pratique connait. Il devient respecté de moi. Cette connaissance impénétrable à la parole et à la pensée est à obtenir seulement par la pratique.
~ Shiva Samhita ~
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 07 avr. 2013, 13:35

Deuxième stance.

Indrādyāstridaśāḥ patanti niyataṃ bhogakṣaye ye punar
jāyante manujāstato’pi paśavaḥ kīṭāḥ pataṅgādayaḥ ǀ
ye mātarmaṇikarṇike tava jale majjanti niṣkalmaṣāḥ
sāyujye’pi kirīṭakaustubhadharā nārāyaṇāḥ syurnarāḥ ǁ


Indra et les autres dieux à sa suite se dirigent résolument vers le royaume du serpent chthonien*
alors même que renaissent, hommes, bétail, ce qui vole et rampe, et ainsi de suite.
Ô Mère Maṇikarṇika, ceux qui se lavent dans ton eau immaculée,
dans l’union même, que ces hommes soient identiques à Viṣṇu le porteur du diadème kaustubha (joyau issu du barattage de l’océan primordial).


*Ce domaine est celui du serpent bhoga. Nous connaissons ce mot surtout pour son sens de plaisir sensoriel, de jouissance, ce qui dans ce contexte ne paraît pas pertinent, encore que lié tout de même à la traduction choisie. Ce mot peut également signifier le serpent, ces enroulements ; plus précisément le Monnier-Williams nous apprend que c'est le nom d'un serpent dans le Suparṇādhyāya, un texte du védisme tardif qui raconte la légende de la mère-serpent Kadru et de la mère-oiseau Vinata ainsi que l'opposition entre Garuḍa (véhicule de Viṣṇu) et les serpents. Il est possible que ce serpent dans le contexte qui nous occupe soit le Śeṣa sur qui repose le monde. Tandis que Viṣṇu s'envole vers les cieux, les anciens dieux védiques occupent l'espace chthonien (?) On peut aussi noter que Bhogavatī désigne une rivière cachée, le Gange souterrain. On peut certainement encore approfondir - c'est le cas de le dire - ce réseau de significations.
Kinaram a écrit :Oui. La tempête dont il est question est l'agitation mentale. Lorsque l'énergie psychique est en éveil et que le mental n'est pas encore stabilisé, il filtre l'information "pure" à sa manière, d'une manière duelle. Cela peut l'entrainer dans une véritable tempête et l'initiation peut être compromise car elle devient dangereuse pour le bien être du pratiquant. Alors il se peut que dans sa miséricorde, la Déesse apparaisse d'une manière tout à fait spontanée et "fige" littéralement le mental. Ca ne se passe pas comme une technique d'apaisement du mental classique, que l'on travail par la méditation. C'est une énergie qui envahit le champ de la conscience et qui fige le mental. On en est même étonné. Il y a quelque chose de véritablement surnaturel dans cette expérience. On essaye de penser, mais on n'y arrive même plus.
Cela me rappelle d'une certaine manière ce qui m'avait été dit au sujet des ṣaṭkarmāni qui à côté de la valeur purement magique qui leur est souvent attribué sont également à entendre sur un plan plus subtil, notamment l'exemple dont tu parles.
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 08 avr. 2013, 11:38

Troisième stance

Kāśī dhanyatamā vimuktanagarī sālaṃkṛtā gaṅgayā
tatreyaṃ maṇikarṇikā sukhakarī muktirhi tatkiṃkarī ǀ
svarlokastulitaḥ sahaiva vibudhaiḥ kāśyā samaṃ brahmaṇā
kāśī kṣoṇitale sthitā gurutarā svargo laghutvaṃ gataḥ ǁ3ǁ


Kāśī, la très prospère, ville de la libération dont le Gange est l’ornement,
Où se trouve cette Maṇikarṇikā, qui procure le bonheur, qui est la servante de la délivrance.
Le monde céleste accompagné des sages a été soupesé avec Kāśī et le Brahman*
Kāśī (par son) importance fut établie sur la surface de la terre, le monde céleste s’en est allé lestement.


*Ce passage m'a laissé assez hésitant quant à la syntaxe. La racine √TUL qui implique l'idée de pesée, de balance, et le jeu dans le vers suivant sur les antonymes guru et laghu (lourd et léger) font image pour signifier que Kāśī sur terre, par son "poids", implique par contrepoids le départ des sphères célestes et des sages. Précisément, gurutarā est un comparatif signifiant que Kāśī est plus "lourde", importante.
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 08 avr. 2013, 16:01

Quatrième stance

Gaṅgātīramanuttamaṃ hi sakalaṃ tatrāpi kāśyuttamā
tasyāṃ sā maṇikarṇikottamatamā yatreśvaro muktidaḥ ǀ
devānāmapi durlabhaṃ sthalamidaṃ pāpaughanāśakṣamaṃ
pūrvopārjitapuṇyapuñjagamakaṃ puṇyairjanaiḥ prāpyate ǁ4ǁ


Tout ce qui borde le Gange est indépassable mais (le lieu de) Kāśī prééminent
est l’insurpassable Maṇikarṇikā où le Seigneur accorde la délivrance.
Ce lieu capable de détruire le flot des péchés, difficile à atteindre des dieux eux-mêmes,
Il est atteint par les vertueux témoignant de nombreux mérites accumulés auparavant.
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 12 avr. 2013, 15:29

Cinquième stance

Duḥkhāmbhodhigato hi jantunivahasteṣāṃ kathaṃ niṣkṛtiḥ
jñātvā taddhi viriñcinā viracitā vārāṇasī śarmadā ǀ
lokāḥ svargasukhāstato’pi laghavo bhogāntapātapradāḥ
Kāśī muktipurī sadā śivakarī dharmārthmokṣapradā ǁ5ǁ


Pour la multitude des créatures qui ont traversées l’océan de souffrance, quelle rédemption possible ?
Sachant certes cela, Vārāṇasī, qui octroie le bonheur a été agencée par Śiva*.
Tandis que même les mondes des béatitudes célestes n’accordent qu’une cessation temporaire de la souffrance
Kāśī, cité de la délivrance, auspicieuse, octroie éternellement dharma (ordre cosmique), artha (richesse mondaine) et mokṣa (libération)**.


* Viriñci (également Viriñca ou Virañca), qui est le plus généralement un nom de Brahmā, peut également désigner Viṣṇu ou Śiva. En l'occurrence, et bien qu'il s'agisse ici de la création d'une cité, ce qui peut relever de l'attribution de Brahmā en tant que créateur, Śiva me semblait plus indiqué, Vārāṇasī étant la ville dédiée au maître des yogin.
** bhogānta signifie la fin de l'expérience du plaisir comme de la souffrance. Toutefois, ma traduction ne rend pas compte d'une lecture parallèle.
D'un côté, Bénarès pourvoie à trois des quatre buts (ou fonction de la vie) : dharma, artha et mokṣa. Seul manque à l'appel, kāma, le plaisir sensoriel et particulièrement sexuel auquel bhoga peut également renvoyer. Anta signifie la limite, la fin mais également l'intérieur. On pourrait peut-être lire alors que les mondes célestes précipitent l'être dans un plaisir sensuel de brève durée (laghu s'oppose vraisemblablement ici au sadā du vers suivant, qui signifie "éternellement"). Ne sachant pas ce que la tradition retiendrait de ces deux possibilités - qui peuvent d'ailleurs très bien coexister - je les livre à votre appréciation personnelle.
kinaram

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kinaram » 24 avr. 2013, 14:21

Finis? :)
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 11 mai 2013, 16:49

Après une trop longue pause, en partie bien involontaire, me voici de retour avec une dernière livraison pour cette octade qui comprend cependant neuf stances (!), sans compter le colophon. Comme il arrive souvent, la louange proprement dite est contenue dans les huit premières stances, la neuvième exposant les bienfaits retirés de sa lecture.
Je dois avouer que je ne suis guère satisfait de ma traduction de certains passages. Il me semble par exemple être passé à côté de quelque chose dans la septième stance avec ce soleil qui regarde de ses mille rayons. En attendant de pouvoir peut-être y revenir avec de meilleures intuitions, je pose tout cela ici pour ne pas laisser le stotra bancal.

Sixième stance

Eko veṇudharo dharādharadharaḥ śrīvatsabhūṣādharaḥ
yo’pyekaḥ kila śaṃkaro viṣadharo gaṅgādharo mādhavaḥ ǀ
ye mātarmaṇikarṇike tava jale majjanti te mānavāḥ
rudrā vā harayo bhavanti bahavasteṣāṃ bahutvaṃ katham ǁ6ǁ


Unique est le celui qui tient la flûte de roseau (Kṛṣṇa), qui tient ce qui supporte la terre*, qui porte comme ornement une touffe de poils sur la poitrine**
Et bien qu’assurément unique soit Śaṃkara (Śiva), qui détient le poison, porte le Gange (sur sa tête), le printanier (Śiva),
Ceux qui se baignent dans ton eau, mère Maṇikarṇikā, ces hommes
deviennent autant de Śiva ou de Viṣṇu ; Merveille que la multitude de ces derniers !***


*Allusion à l’incarnation de Viṣṇu sous forme de tortue qui soutient le monde durant le barratage de la mer de lait.
**Un des signes distinctifs de Kṛṣṇa
***Je choisis de privilégier ici la valeur de l’étonnement du mot katham qui le plus souvent a un sens interrogatif (comment, d’où etc.)

Septième stance

Tvattīre maraṇaṃ tu maṅgalakaraṃ devairapi ślāghyate
śaktastaṃ manujaṃ sahasranayanairdraṣṭuṃ sadā tatparaḥ ǀ
āyāntaṃ savitā sahasrakiraṇaiḥ pratyudgato’bhūtsadā
puṇyo’sau vṛṣago’thavā garuḍagaḥ kiṃ mandiraṃ yāsyati ǁ7ǁ


Mourir sur tes rives est vanté comme étant auspicieux par les Dieux eux-mêmes.
L’éternellement dévoué capable de voir un homme avec mille yeux,
jusqu’à son arrivée (jusqu’à la fin ?), soleil qui toujours est venu à sa rencontre avec ses mille rayons,
Ce vertueux-là, Śiva ou Viṣṇu, quelle demeure (temple) sera la sienne ?


Huitième stance

Madhyāhne maṇikarṇikāsnapanajaṃ puṇyaṃ na vaktuṃ kṣamaḥ
svīyairabdaśataiścaturmukhadharo vedārthadīkṣāguruḥ ǀ
yogābhyāsabalena candraśikharastatpuṇyapāraṃgataḥ
tvattīre prakaroti suptapuruṣaṃ nārāyaṇaṃ vā śivaṃ ǁ8ǁ


Le guru qui initie au sens du Veda, celui qui possède quatre faces (Brahma), avec ses centaines d’années
ne suffirait pas à dire le mérite de celui qui est né à midi se baignant (dans tes eaux), Maṇikarṇikā.
Par la puissance de l’exercice du yoga, celui qui porte la lune au sommet de la tête (Śiva) a accompli ce mérite
Sur ta rive, il fait de l’homme assoupi (l’égal de) Viṣṇu ou Śiva. ǁ8ǁ


Neuvième stance

Kṛcchraiḥ koṭiśataiḥ svapāpanidhanaṃ yaccāśvamedhaiḥ phalaṃ
tatsarve Maṇikarṇikāsnapanaje puṇye praviṣṭaṃ bhavet ǀ
snātvā stotramidaṃ naraḥ paṭhati cetsaṃsārapāṭhonidhiṃ
tīrtvā palvalavatprayāti sadanaṃ tejomayaṃ brahmaṇaḥ ǁ9ǁ


La destruction des mauvaises actions au prix d’innombrables difficultés et le fruit issu des sacrifices du cheval*,
ces deux mérites (sont) nés du bain dans ton eau, Maṇikarṇikā ; qu’on (y) soit plongé !
S’étant baigné, l’homme lit cette louange (sotra), ayant alors traversé l’océan de l’existence (saṃsara) comme un étang, il se dirige vers la demeure du Brahman, semblable au feu.


*Fameux rituel védique qu’offraient les rois à certaines occasions.
Suit une dernière strophe qui offre la fonction traditionnelle de colophon, attestant que l’œuvre ci-dessus est due à Śaṃkara (sont inclus titres honorifiques et filiation spirituelle).
kinaram

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kinaram » 27 mai 2013, 23:37

merci Kavi pour cette traduction!
MuadDib
Messages : 2027
Enregistré le : 19 mai 2012, 16:53
Localisation : u.know.no.no
Contact :

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par MuadDib » 28 mai 2013, 01:52

aa
ॐ नमो नारायण
Morgan
Messages : 833
Enregistré le : 30 oct. 2014, 09:19

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Morgan » 01 avr. 2015, 17:55

Et la vidéo de la complète!

Morgan
Messages : 833
Enregistré le : 30 oct. 2014, 09:19

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Morgan » 02 avr. 2015, 10:05

Maa Tapasyananda!
Avatar du membre
ava:
Messages : 947
Enregistré le : 23 sept. 2013, 16:23

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par ava: » 02 avr. 2015, 20:07

Merci Morgan pour cette vidéo : chant avec le texte en français et en sanskrit. :)

Donc à écouter au moins deux fois !
(pour ma part c'est chose faite)

Merci aussi à Kavi pour la traduction et les explications. :)

D’autres explications ici aussi :
Forum: Manikarnikâ Ghât, Bénarès

Morgan a écrit :Maa Tapasyananda!
Maa Tapasyananda ?
Morgan
Messages : 833
Enregistré le : 30 oct. 2014, 09:19

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Morgan » 02 avr. 2015, 23:31

oui, "félicité du tapasya".
tapasya = génération du feu traduit par "pénitence", "austérité".
"Trouve la béatitude dans ta pénitence"
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 10 avr. 2015, 23:18

Morgan a écrit :Et la vidéo de la complète!

Vu ! :wink:
Avatar du membre
Alexandra
Site Admin
Site Admin
Messages : 2136
Enregistré le : 18 déc. 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par Alexandra » 11 avr. 2015, 13:52

Kavi :coeur:
*Je pensais a toi hier.
Merci :coeur:
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
kavi
Messages : 328
Enregistré le : 26 juil. 2005, 22:24
Localisation : sur une chaise devant un ordinateur

Re: Maṇikarṇikāṣṭakam

Message par kavi » 11 avr. 2015, 21:57

Bonjour Alassea,
J'ai parcouru quelques uns des posts que tu as laissés récemment : tu as l'air d'être dans une dynamique ascendante, cela fait plaisir à lire. Je te souhaite que cela continue...
Répondre