La survie de l'égo.

Exprimez vous sur un des thèmes présentés en faisant une réponse.
Proposez des thèmes en cliquant sur nouveau.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 14 Fév 2016, 11:40

On ne maitrise pas notre perception du monde.

C'est a cause de la perception que l'on lute inconsciemment contre le flux de la vie.
I faut se rendre compte que nous avançons en mode survie dans une réalité qui nous échappe.
Nous sommes inconscient et ignorant du fait de ce qui pilote notre réalité.
Alors viennent les questionnements, les doutes et la souffrance.

L'égo résiste.
La perception de soi même est une résistance contre le flux de la vie.
Le mode survie est une lute aveugle contre ce qui est, dans le sens de ce qui est "présent".
L'égo est une perception.
Nous remettons jamais en cause notre propre singularité dans cet univers et pourtant.
Ainsi tout le monde lute, la vie jouent des coudes pour survivre contre le temps.
Nous sommes aveugle, et aveugler par nos sens, nous pouvons toujours parler pendant des heures nous serons toujours limité et contenu en notre nature.

Faut sortir de cette logique par le silence, par le repos de l'esprit pour essayer de sentir le flux dans sa globalité plutot que de focus le bout de son nez et tomber ainsi au piège de sa nature.
Fondamentalement il n'y a pas trop de difference entre un homme qui parle et une mouche qui se frotte les pates.
Il faut sentir l'impulsion d'où émerge notre perception plutôt que de courir après notre prore ombre.

Perdre cette notion de propriété du corps pour s'unir, fusionner de haut en bas, conscient inconscient ne sont qu'un.
Notre réalité est une résistance qui commence par notre propre image.
Ne réfléchissez plus ne chercher pas de réponse, nous sommes la réponse !
Nous ne sommes pas étranger a ce qui pilote notre réalité.
Tout est "un".

Alors quand certains disent "crois en mon experience"...
je rigole parce que cela n'a aucun sens.
Personne ne fait d'expérience parce que nous sommes l'expérience.
Ce qui est piloté est le pilote mais pour le voir il fait descendre l'esprit dans le coeur, la vérité est dans le coeur et pas dans l'expérience.
Cessez de vous débattre nayez plus peur, n'appréhendez pas le monde, nous sommes lui, nous sommes lui dans les joies et les tristesses, dans les guerres et la paix.
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Avatar de l’utilisateur
Smer
Messages : 112
Enregistré le : 10 Nov 2012, 13:10

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Smer » 14 Fév 2016, 13:24

Non effectivement, on ne maîtrise pas grand-chose, on contrôle surtout, certains maîtrisent un peu plus grâce à de telle ou telle discipline (enfin j’espère).
Et on lutte effectivement contre le flux de nos émotions, affects souvent incompatibles avec les exigences du Surmoi.
L’intellectualisation est d’ailleurs un des mécanismes de défense du Moi (comme tant d’autres) pour se protéger de nos liens libidinaux et affectifs.

L’égo résiste,… accueillons ses résistances, elles ont du sens.
N’ayez plus peur,…éros et thanatos sont unis pour la vie jusqu’à la mort.

Et les mouches auront toujours 6 pattes, ce qui vaut bien 2 t à pattes.
Et nous les humains, n’en avons que 2, c’est pourquoi nous luTTons constamment pour trouver notre équilibre.
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 14 Fév 2016, 13:53

Merci Smer :) j'apprécie
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 14 Fév 2016, 15:02

L'ego est notre fonctionnement habituel dans lequel nous construisons notre propre souffrance. Le comprendre, c'est la clé d'une approche spirituelle !
Lama Denys Teundroup est un instructeur bouddhiste français et il dirige le centre d'études bouddhiques Karma Ling ( près de Grenoble). Se fondant sur le Dharma du Bouddha il nous explique les fondements de l'ego et les méthodes qui peuvent nous en libérer sans violence.
L'ego est le " moi je ", ce sentiment d'exister comme un individu indépendant avec les relations qui dérivent de cette impression.
L'expérience d'ego est de vivre toute perception par rapport à cet objet observateur-sujet.
L'ego a une appétence fondamentale : un désir d'existence et de plaisir, qui se traduit en pulsions de possession, de rejet et d'indifférence. Ce fonctionnement se manifeste ainsi par des attitudes passionnelles d'attraction, de répulsion ou d'indifférence, développées face aux personnes, aux choses, ou aux situations auxquelles l'ego est confronté : " je " veux ce qui est bon, " je " ne veux pas ce qui est mauvais, " je " ne veut pas être exposé à ce qui m'est indifférent. Ces appétits de l'ego le font s'engager dans toutes sortes de lutte pour obtenir ce qui lui est agréable et éviter ce qui lui est désagréable.
Malheureusement et paradoxalement, au lieu d'aboutir à ses fins, sa lutte lui crée des désagréments, conditionnements et souffrances ! Ce fonctionnement de l'ego est notre conditionnement habituel dans lequel nous construisons notre propre souffrance.
Qu'est-ce que l'ego ?
Fondamentalement , l'ego n'est rien qu'une impression : ce sentiment que l'on a " d'être " et " d'avoir " un ego ne repose sur rien, c'est simplement une illusion. En effet, l'ego n'est pas " quelque chose " qui aurait une existence indépendante et autonome, c'est un processus dynamique qui, dans son fonctionnement, produit le sentiment d'individualité. C'est pourquoi l'ego est dit " vide d'existence propre " : cette impression n'existe que dans la combinaison des facteurs interdépendants qui la constituent.
La conception de l'ego
Les facteurs interdépendants qui constituent l'ego sont nombreux. Au départ, l'ego est une polarité sujet-objet dans laquelle, comme dans toute polarité, les deux pôles subsistent dans la relation qui les pose l'un par rapport à l'autre. Plus précisément, cette polarité qu'est l'ego se structure dans un processus de saisie, d'appréhension des expériences. En fait, l'esprit est fondamentalement une fonction cognitive dans laquelle vient se greffer la saisie de l'ego. Cette

saisie constitutive de la polarité sujet-objet est une conception, une saisie conceptuelle. Ainsi, la conception conçoit le sujet et l'objet. Il est significatif de remarquer que " conception " exprime simultanément l'action de concevoir et celle de donner naissance. On pourrait dire : " le sujet se conçoit concevant l'objet qu'il conçoit " ! Il y a là matière à quelques paradoxes et méditations…
En tout cas, la conception est un processus qui pose le sujet et l'objet l'un par rapport à l'autre, dans la dualité sujet-objet. Cette saisie génère, au rythme de ses conceptions successives, des instants de conscience dualiste sujet-objet.
Ces instants se succèdent rapidement et font simultanément l'expérience de séries " d 'événements sujet " et " d'événements objet ". La fréquence élevée de ces événements donne l'impression d'une continuité du sujet et de continuité d'expérience, comme apparaît l'impression de mouvement continue du cinéma lorsque les images de la pellicule défilent suffisamment vite. C'est ainsi qu'apparaît l'impression de continuité du " moi-sujet " et de " ses expériences ". La " continuité-sujet ", n'ayant pas notion de la relation qui l'unit à la " continuité de ses expériences ", se vit comme indépendante.
L'impression d'ego individuel se développe, acquérant le sentiment d'être autonome et indépendant. Puis, elle s'identifie à une forme avec un nom, se dotant d'un sentiment d'identité. Le nom, ce label qui la désigne, parachève son impression d'exister et finit de réifier l'ego.
Tout ce processus constitue quelques aspects de la nature de la perception de l'ego. Décrit ainsi, cela paraît abstrait et théorique, mais c'est quelque chose qu'on découvre concrètement dans l'expérience de la méditation assise qui a ainsi un pouvoir libérateur des illusions de l'ego.

Non-violence du travail avec l'ego
Une mauvaise compréhension de la nature de l'ego peut nous faire considérer celui-ci comme un " ennemi " à détruire. Ce n'est pas la bonne attitude, d'abord parce qu'il n'y a pas à détruire quelque chose qui n'existe qu'illusoirement, mais simplement à reconnaître son illusion.
De plus, dans un tel combat, qui lutterait contre l'ego si ce n'est " moi, je " donc l'ego lui-même ? Cela reviendrait à essayer de terrasser son ombre. Plus son tente de nier l'ego ou de le combattre agressivement, plus on renforce son agitation et sa puissance. Il s'agit d'être réaliste :nier l'ego ou refuser d'avoir des passions serait illusoire.
Il ne s'agit donc pas de s'engager dans une lutte. Au lieu de résoudre les difficultés, cela les renforcerait ? mais de se réconcilier avec soi-même et d'accepter l'ego avec ses passions. Cette acceptation permet ensuite de travailler avec lui, et finalement, de le dépasser par la réalisation de sa nature.

Bien sûr, accepter l'ego et ses émotions ne signifie pas s'y complaire et abonder dans leur sens. La réconciliation avec soi-même, l'acceptation de l'ego, permet de travailler sur celui-ci. Il devient la matière première du travail non violent, non agressif, qu'est la méditation, celle-ci nous permettant de transformer nos attitudes passionnelles et finalement de les dissoudre.

Les cinq constituants de l'ego

Le Bouddha a enseigné la formation de l'ego à partir de ses cinq constituants, " skandha ", en sanscrit. On peut les expliquer comme cinq étapes. Avant la naissance de l'ego, au départ, l'esprit dans l'instant premier est le terrain fondamental de l'énergie pure non dualiste, sans connaisseur ni connu, ouvert et dégagé, sans centre, ni périphérie, comme l'espace.
La naissance de l'illusion est d'abord celle d'une différenciation : l'espace commence à être perçu, à exister comme quelque chose pour une observation qui le perçoit, une distinction naît. C'est le début de la scission sujet-objet, la naissance de la dualité. En fait, cette différenciation initiale peut se constituer par rapport à n'importe quel point de référence dans les domaines des différentes facultés sensorielles : visuelle, auditive, olfactive, gustative, tactile ou mentale. Cette référence première est appelée " forme ". C'est le premier stade de l'ego : le skandha de la forme.

Une forme visuelle est n'importe quelle représentation du domaine visuel, par exemple, l'espace indéfini mais distinct, ou un morceau d'espace délimité, un contour, une référence visible quelle qu'elle soit. Mais à ce niveau initial, c'est une expérience nue, dépouillée de concept et de tout jugement. C'est une vision toute simple et silencieuse. Une forme sonore serait une vibration avant que cette résonance ne soit reconnue, avant même que l'on ait pris par rapport à elle une position qualifiée, et avant qu'elle ait été nommée, identifiée, et qu'elle n'ait pris un sens particulier.

La seconde étape est ce qu'on appelle skandha de la sensation. Il s'agit d'une prise de position par rapport à l'expérience initiale de forme. Celle-ci est maintenant sentie comme positive, négative ou neutre. Il y a ainsi des sensations agréables, désagréables ou indifférentes. LA sensation est simplement ce positionnement, cette première impression.
La troisième étape fait intervenir l'identification. C'est-à-dire que la forme qui a été sentie est maintenant reconnue et un nom lui est donné : il y a " nomination " ou conceptualisation. La sensation prend alors un sens. C'est le skandha de la perception. A la quatrième étape, il y a une réaction devant cet objet identifié, devenu porteur d'un sens qui est suggère une action ou une réaction. Il s'instaure une relation avec cette forme sentie et identifiée. Cette relation est conditionnée par différentes tendances ou " facteurs mentaux " latents qui sont les éléments animant volonté et impulsions. C'est le skandha des formations mentales ou de la motivation.
Il y a ainsi une situation en laquelle une forme a été sentie, nommée, a acquis un sens, par rapport auquel prend place une réaction ou une action.
L'observateur, le témoin de la situation qui s'est ainsi mise en place, s'est développé et structuré dans les quatre premiers skandhas.
Sa fixation sur cette situation comme étant " son " expérience, finit de le solidifier. Il s'approprie complètement l'expérience, il en résulte un état de conscience pleinement constitué. L'ego est, et vit, dans le monde particulier qui s'est ainsi constitué et qui est devenu un état de conscience complètement organisé. C'est la cinquième étape, le skandha de la conscience.
Cette structuration de l'ego par la formation des cinq skandhas : forme, sensation, perception, motivation, et conscience, se répètent d'instant de conscience en instant de conscience.
Chacun de ses instants subsiste très brièvement puis disparaît, suivi par l'apparition d'un autre instant de conscience. A la fin de chacun de ses instants, il y a une sorte de dissolution ou de mort de l'ego et de ses constituants, et au début de chacun d'eux il y a agrégation, naissance de ceux-ci. Il y a ainsi en permanence agrégation et désagrégation de l'ego ; structuration, déstructuration et restructuration. Le phénomène se reproduit sans cesse. C'est ainsi que fonctionne l'ego. Et c'est ce processus de naissance et de mort qui constitue chaque instant de notre vie.
Lama Denys - extrait de l'ouvrage paru chez Albin Michel "Le Dharma et la vie".

(Voici matière a réflexion.Oui, le texte est long,C'est Le sujet capital.)
Merci pur avoir lancer ce sujet essentiel a toute compréhension!
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 14 Fév 2016, 16:59

Merci pascal1
J'apprécie aussi ta compagnie.

Oui Smer tu as raison de parler de contrôle, le contrôle conscient est un leurre il entraine souvent l'esprit a contre courant.
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 14 Fév 2016, 17:01

Je pense que pour laisser une possibilité à l'égo de s'envoler il faudrait mettre ce texte en concordance avec un autre texte du même auteur.

Il y a une qualité du souffle, de l’air et du vent, qui est fondamentalement omniprésente, qui anime toute l’expérience, toute la vie, qui anime aussi bien l’humain que le non humain. Mais cette intelligence animiste, primordiale, est entrée dans un processus de solidification conceptuelle, d’abstraction de plus en plus grande par rapport à la nature fondamentale. Nous sommes même allés jusqu’à identifier le progrès à l’abstraction ; ce qui a produit les techno-sciences, certes, mais aussi la dérive dont nous risquons de périr aujourd’hui dans un désastre écologique. Nous avons pollué l’atmosphère dans tous les sens. Il conviendrait de mener une réflexion sur la qualité de la vie, de l’air, de l’ambiance, de l’atmosphère.
Om
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 14 Fév 2016, 17:04

Merci Pascal !
J'ai bien aimé "Les cinq constituants de l'ego"
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Smer
Messages : 112
Enregistré le : 10 Nov 2012, 13:10

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Smer » 14 Fév 2016, 19:43

"Oui Smer tu as raison de parler de contrôle, le contrôle conscient est un leurre il entraine souvent l'esprit a contre courant."

Tom, je voulais simplement te répondre qu'il m'arrivait certains jours froids et pluvieux d'apprécier tout particulièrement le foisonnement de vie qui appairait virtuellement sous nos claviers...
Intention que je peux bien sûr partager également avec Pascal, sans oublier les douces provocations d'Harmony.
mais il y a toujours une contre partie.... il me faut réfléchir à ce contre courant.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 14 Fév 2016, 20:01

Tom a écrit :Oui Smer tu as raison de parler de contrôle, le contrôle conscient est un leurre il entraine souvent l'esprit a contre courant.
:schock:
Carrément...
Alors on jette le Yoga, la méditation, on garde quoi, la belote et encore il faut se concentrer...
Le contrôle est justement la seule chose qui peut apporter un chemin, une évolution, une transformation.
Il passe par l'apprentissage, par le tenue, l'étude, le raisonnement, la réflexion
C'est nier ce qu'est l’homme et comment il peut aller vers a lumière.
Essayez de rencontrer un véritable moine et voyez ce que c'est le véritable contrôle...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 14 Fév 2016, 20:37

L'égo controle l'égo :x ?
Le controle n'est pas au bon endroit a mon avis.
C'est être conscient de ce qui controle et de ce qui n'a aucun pouvoir sur la vie.
Il faut se rendre compte l'égo vie le controle mais il ne l'a pas.
Personne n'a dit que le yoga ne permettait pas de réaliser cela...
Méchant :(
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 14 Fév 2016, 21:34

Ce n'est que 'lorsque le bruit s'efface que l'on peut gouter au véritable silence.
J’ai observé à quel point l’identification à un « moi » qui siégerait au cœur de mon être est une source de vulnérabilité constante, et que la liberté intérieure qui naît d’un amenuisement de cette identification est une source de plénitude et de confiance sans égale.

Comprendre la nature de l’ego et son mode de fonctionnement est d’une importance vitale si l’on souhaite se libérer des causes intérieures du mal-être et de la souffrance. L’idée de se dégager de l’emprise de l’ego peut nous laisser perplexe, sans doute parce que nous touchons à ce que nous croyons être notre identité fondamentale.

Nous imaginons qu’au plus profond de nous siège une entité durable qui confère une identité et une continuité à notre personne. Cela semble si évident que nous ne jugeons pas nécessaire d’examiner plus attentivement cette intuition. Pourtant, dès que l’on analyse sérieusement la nature du « moi », l’on s’aperçoit qu’il est impossible d’identifier une entité distincte qui puisse y correspondre.
En fin de compte, il s’avère que l’ego n’est qu’un concept que nous associons au continuum d’expériences qu’est notre conscience.
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 14 Fév 2016, 21:45

Le contrôle de soi ce n'est pas qu'un retrait de la pensée en tant qu'une Vue se détachant d'un objet qui si on suit ta pensée culminerait par une grande inconscience. Est-ce-qu'il suffit de dire que la nicotine n'a aucun contrôle, aucune emprise sur ta vie pour que cela soit vrai ? 

Le bol du moine est rempli d'une nourriture beaucoup plus précieuse que celle consommer sans observance pour le commun des mortels. L'image du bol de Bouddha remontant le courant de la rivière lorsqu'il s'éveille va dans ce sens. Les uns survivent dans la ronde du samsara, les autres parviendront, peut-être, a remonter le courant jusqu'à la Source...
Om
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 14 Fév 2016, 22:41

Tout a fait d'accord avec toi Pascal1.

Lorkan tu peux arreter de penser ou penser toute la nuit, être conscient ou devenir complètement inconscient cela ne changera pas d'un iota ce qui est au coeur de maintenant.
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 14 Fév 2016, 23:21

"Seul l'adhésion du Coeur à la Réalité importe"
Om
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 14 Fév 2016, 23:25

lorkan739 a écrit :"Seul l'adhésion du Coeur à la Réalité importe"

Ouaiiiiiiiiiiis !
C'est ça que je veux voir ! :roll2:
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 14 Fév 2016, 23:36

Oui, mais pour que l'adhésion soit là, il faut que le mental se taise et que l'égo soit dépassé, alors tout cela est transcendé et la Conscience pointe.
Mais tant que la vache va où elle veut et que rien n'est sous contrôle, le mental et l’ego fonctionnent de paire pour cacher la profondeur.
Je vous renvoi à l'idée de la vache et du bouvier du Tao, au Yoga, à la prière, aux mantras, au rituels, à toute la réalité humaine qui a toujours mis sous le jouc (le mot à donner Yoga !!!) le mental et l'ego... :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 15 Fév 2016, 09:25

L'ego ...
Il existera toujours. Et quand on en dépasse un, un autre se crée.
Que ce soit l'ego tyrannique ou l'ego de celui qui donne tout.
Il a des milliers de têtes. Chaque fois qu'on en coupe une, mille autre se créent.
À moins de dévorer chaque parcelle jusqu'au noir absolu.
Hahaha !
Je n'en suis pas capable.
Alors les voies du yoga offrent une alternative. Prendre de la distance et mettre de l'espace entre nos composantes pour pouvoir les observer.
Le combat ne mène qu'au désespoir.
Il n'y a pas de combat l'ego est une caractéristique de l manifestation et son utilité est réelle pour que la manifestation continue d'exister.
Sans le sens de je, pourquoi continuerions nous à nous nourrir, à désirer, à détester ?
Ce "je" veux saisir les choses et il ressent la vie à un niveau individuel.
Le voir agir avec distance et détachement voilà la solution que j'ai choisi.
Je joue la colère, l'amour humain, la faim. Je joue mon rôle de Mere, mon rôle d'amie. Et je mets du cœur à le jouer correctement.
Car je suis tout cela.
Et encore plus, encore moins.
Quel plaisir à partir du vide de contempler la merveille de la création.
Tout cela émane du vide et retourne au vide.
De mon corps deja mort à ce monde déjà dissout.
Et dans cette expérience l'ego s'accroche, il s'accroche et ressent la tristesse de ne plus exister.
Cette folie d'avoir envie de vivre une vie de souffrance afin de ressentir la vie.
C'est un merveilleux cadeaux d'avoir un sentiment de je.
Et lorsque je est déjà mort, je renais à la vie.
Avec de la distance entre je et ma nature profonde.
Car dans cette descente du vide jusqu'à je, le cœur s'ouvre et s'active et voilà que l'amour apparaît.
C'est une pulsation infinie d'amour qui anime ce monde.
Je veux saisir cet amour. Mais en portant la concentration de je sur la sensation de saisir, je ressens la frustration puisque focalise sur un point j'oublie que je suis cet amour. Car le mental n'a d'abord pas la capacité de saisir un ensemble de chose.
Le mental devra être entraîné à moins d'être éclairé spontanément, pour saisir les choses d'une façon de plus en plus spacieuse, plus large.
Alors voilà merci, c'est tout ce que j'ai à dire.
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 15 Fév 2016, 09:42

L'amour est l'appel du vide
Mais pour regarder le vide en face, l’accepter et y rester dedans il faut avoir mis sous contrôle son corps, ses énergies, son mental, sa respiration, sinon on va juste apercevoir pendant un éclair le vide et tout sera récupéré par l'ego qui en fera des tonnes de films et de visions psychédéliques onaniques...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 15 Fév 2016, 09:49

Haha et oui :)
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 15 Fév 2016, 10:06

Tu as l'air bien sure de toi...
Oserais-je avancer un argument, car sinon, on pourrait presque penser qu'il n'y a aucune alternative, que le sujet est clôt et que nous resterons piégés dans ce 'cercle vicieux' jusqu'à la mort..
Perspective que je trouve effrayante.
Pourtant, sans aller au bout du monde, tu peux trouver des êtres qui ont déjà fait le chemin jusqu'au vrai silence intérieur et qui vivent dans cet état ou l'ego s'efface totalement devant la vérité du silence. C'est comme s'extraire d'une grotte et arriver sur un plateau majestueux pour faire face a un paysage d'une beauté mortelle et d'une lumière qui illumine tout en soi. Ce n'est plus de la théorie, mais le résultat d'un combat mené contre soi pendant des années!
La persévérance est avantageuse.
Et ils peuvent affirmer par expérience, par le combat de toute une vie, que l'égo n'est qu'une illusion entretenue par nos propres pensées.
Seuls ceux qui sont parvenus au silence intérieur, savent ce qui est réalisable et peuvent guider sur cette voie. Sache que certains ont déjà coupé toutes les têtes de l'hydre, et s'ils ont gouté un temps a la folie totale pour y parvenir, n'ont finalement rien perdu, si ce n'est l'image qu'ils avaient d'eux-mêmes. C'est à dire une pure illusion. À cet instant même, libérés de cet égo tyrannique, ils vivent enfin dans une paix profonde, sans dualité, dans un monde merveilleux et partagent l'amour avec tout ce qui vit. Ils n'ont plus de désir et voient à chaque instant que l'on crée le monde par nos propres pensées.
Voilà un grand bond pour l'humanité et de l'espoir pour ceux qui en ont besoin.
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 15 Fév 2016, 10:24

Haha n'importe quoi !
Les grands maîtres aussi ont un ego !
Et souvent meme plutot fort.
C'est essentiel.
Ça ne veut pas dire qu'ils sont sous le joug de l'ego. C'est la différence. Mettre l'ego sous le joug de la conscience.
Jouer son rôle sans etre son rôle
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 15 Fév 2016, 11:08

Denis a écrit :Je vous renvoi à l'idée de la vache et du bouvier du Tao, au Yoga, à la prière, aux mantras, au rituels, à toute la réalité humaine qui a toujours mis sous le jouc (le mot à donner Yoga !!!) le mental et l'ego...


Donc il n'existe pas de voies strictement "horizontales" ?
Om
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 15 Fév 2016, 11:12

Il faut revenir à la définition de l'ego...
Là je vous propose la vision du Samkhya...
L'ego existera jusqu'a notre dernier souffle, il est créé par le fait que "Je suis" à pris une forme dans le corps que nous avons.
L'ego se nomme Ahamkara :
Aham; I am, je suis !
Kara : La forme
Donc l'ego disparaîtra avec notre mort, et encore....
Dans notre existence, ce corps nous donne la sensation d'être au centre de notre existence, "le roi du monde", puisque par le point de vu du corps, nous sommes au centre du monde : "Il tourne autour de nous" !
Même le silence intérieur ne change pas ça, bien sur il est sublime et effectivement il est indispensable sur le chemin.
Il est évident aussi que pour arriver au silence intérieur il faut beaucoup travailler sur soi, de n'importe qu'elle manière, mais bien souvent ce travail commence sur le corps, on peu faire du sport à un bon niveau, ou des postures, cela est presque pareil. On maîtrise alors la souffrance du corps, on comprends combien il est "bon" de se faire mal et combien cela fait disparaître nos états mentaux qui nous font souffrir
Mais cela n'apporte pas le silence intérieur...
Il va falloir faire augmenter les énergies, les vibrations, les concentrations sont là pour ça et la méditation apportera cet arrêt du mental qui se poursuit bien plus loin que l'étape du Pratyahara.
Mais l'ego restera toujours là, jusqu’à ce que la "jarre" disparaisse

Donc il n'existe pas de voies strictement "horizontales" ?
Ce serait quoi une voie horizontale ?
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 15 Fév 2016, 12:08

Je prends ça pour un non ! :wink:
Om
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 15 Fév 2016, 12:19

Mais tu en penses quoi ?
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 15 Fév 2016, 13:36

Denis a écrit :L'ego existera jusqu'a notre dernier souffle


Jusqu'à notre dernier souffle la jarre est scellé sinon nous ne serions pas là...
Le Samkhya ne se préoccupe pas de ce qui se trouve au dessus du bouchon de la jarre. Il propose de vivre un état d'isolement à l'intérieur même de celle-ci. Un isolement obtenue par la certitude de ne pas être les différents agrégats constituant la matière de la jarre.

Pour peu que l'on soit accoutumé à la chose les possibilités semble infinies puisqu'il est dit dans les karika du Samkhya :
"Mulâprakrti, la racine productrice -cause substantielle primordiale de toutes les manifestations objectives et subjectives - n’est pas un produit."

Un pavé dans la marre. Non ?
Ne me demande pas pourquoi mais il semble qu'il puisse y avoir nombre de belles choses à vivre bien plus réjouissantes à faire que de se déguiser en clown au pays des bisounours...
Om
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 15 Fév 2016, 14:09

Code : Tout sélectionner

Le Samkhya ne se préoccupe pas de ce qui se trouve au dessus du bouchon de la jarre. Il propose de vivre un état d'isolement à l'intérieur même de celle-ci.
Non !
Absolument pas !!!
Il propose de s'isoler de la manifestation et de révéler ce que nous sommes, c'est à dire Purusha.
Nous ne sommes pas la jarre et nous ne sommes pas dedans, prakrti n'est que vide !!!
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 15 Fév 2016, 19:48

J'ai relu plusieurs fois Alex, avec ferme intention de saisir ton point de vue. Mais il y a comme une ébauche confuse qui m'empêche d'arriver jusqu'à toi. Jusqu'à celle qui dit ce qui est. Ne te fâche pas s'il te plait. Reconnais qu'avec mes modestes moyens, j'ai fait de mon mieux pour te suivre.
Un dernier mot, car je crois que ça aidera quelqu'un et j'espère avec l'estime que j'ai pour toi, pouvoir encore te faire rire aux éclats, car ton rire est superbe et ça m'amuse aussi vois-tu !
Dans le texte que j'ai posté au-dessus, on voit comment se construit « la forme », les éléments qui contribuent a façonner l'idée que l'on se fait de soi, qui sont : « la matière (la forme), celle que tu nommes Ahamkâra, n'est que le premier élément, puis viennent les sensations, les perceptions, la volition et la conscience ». Voilà ce qui compose l'égo. Dans « égo », il faut comprendre « l'image que l'on se fait de soi ». Enfin, c'est ce que dit le Bouddha qui s'est penché sur la question. Il demande aussi de ne pas croire ce qu'il dit, mais d'expérimenter pour savoir si c'est vrai ! C'est la partie intéressante, l’avons-nous fait ?
Qui s'intéresse à ce sujet, par le biais du bouddhisme ou de l'hindouisme, devrait reconnaitre ces 5 éléments et voir comment ils interagissent dans notre compréhension du monde.
D'autres traditions, ont des pratiques radicalement différentes, souvent fatales, et n'ont sur ce sujet, rien a envié ni a l'un ni a l'autre, parvenant a stopper le dialogue intérieur et quelques années seulement ! Incroyable non ? Notons honnêtement que ce n'est pas le cas dans le bouddhisme et l'hindouisme, ou l'on voit souvent des moines ayant atteint un âge respectable, tournant en rond dans leurs propres pensées et constructions mentales. Nous avons pour eux des pensées fraternelles et très douces.
Je pense donc qu'il faut rester mesuré et ne faut pas traiter de tels sujets à la va-vite, comme s'il s'agissait d'une tasse de café. Car il y a toujours plus que ce que l'on croit...
Il est intéressant de voir que l'égo est directement concerné dans la loi de coproduction conditionnée qui est l'enseignement innovant du bouddha dans le contexte indien de son époque. « Pratityasamutpada », est le terme qui signifie qu'un certain nombre de choses viennent ensemble, se réunissent en fonction les unes des autres. Quelque chose est produit, apparait simultanément à un concours de circonstances. L'idée est de dire qu'il n'y a pas une cause qui produit un effet, mais un ensemble de conditions produisant de multiples effets.
(Un phénomène étant ce que l'on peut appréhender par les sens physiques ou mentaux. Une idée, un concept sont aussi des phénomènes.)
Et ces phénomènes-là n'existent pas en eux-mêmes, ils sont des productions d'un ensemble de conditions.
La loi générale concerne tous les phénomènes y compris celui que l'on appelle moi. Moi je. Pour le Bouddha, ce moi n'est pas existant. C'est une idée que l'on se fait de soi-même, idée qui dépend de conditions. D'ailleurs, tout au long de notre vie nous nous considérons différemment. Entre le bébé qui n'a pas de concepts, l'enfant, l'adulte et le vieillard, l'idée que nous avons de nous change d'un instant à l'autre. Et chaque fois, ces cinq éléments principaux sont ceux sur lesquels on se fonde pour construire cette idée de moi. À chaque instant, les conditions sont présentes et influent sur l'événement. Donc, on a un phénomène différent à chaque fois, on n’a pas un phénomène qui évolue. On a des phénomènes totalement différents les uns des autres, mais le phénomène actuel n'aurait pu se produire sans le précédent.
Lorsque je dis « moi je », je projette dans mon discours ce que je crois être moi, ce n’est pas forcément moi Moi réel, c'est l'image que j'ai de moi et qui d'après le bouddha se construit à chaque instant à partir d'identification à son corps, a ses idées, a ses opinions, a ses sentiments. Et comme ces phénomènes sont impermanents, l'idée que je me fais de moi et que j'essaie de renvoyer aux autres va changer à chaque instant. Lorsque tu dis que si l'égo disparait, un autre réapparait, tu sais maintenant pourquoi...
Lorsqu'on dit le moi n'existe pas ou le soi n'existe pas, pour être précis, il faudrait dire, il existe, mais a chaque instant, et a chaque instant il est différent. Il y a un instant où je me considère comme quelqu'un d'heureux, puis se produit un événement et je vais me trouver très malheureux. Tout cela participe à l'idée que je me fais de moi et cette image est construite à chaque instant.
Et voilà la cause principale de la souffrance qui est ce décalage de la réalité du moi, et le souhait que j'ai que ce moi existe de façon indépendante des circonstances ! Donc on est toujours en déséquilibre avec cette réalité qui change constamment et le désir que j'ai que ce moi soit toujours équivalent. On n’accepte pas le changement, on refuse que les choses puissent changer. Et c'est toujours ce décalage entre la réalité et ce que je voudrais qu'elle soit qui provoque l'insatisfaction qu'on appelle Dukkha. Sans dialogue intérieur, il n'y a plus d'image de soi. Et on n’est pas malheureux, au contraire. On aurait plutôt tendance à souffrir pour les autres. Voila. Tout est soumis à cette loi, y compris le karma.
Bien sûr, tout dépend de ce que l'on cherche et nombreux sont les chemins qui mènent à Rome. Aussi, on voit que le sujet est vaste et la théorie ici, ne dépasse pas la théorie. Il faut sortir des schémas. Pour traverser la rive, il y a de nombreux moyens c'est vrai, mais tôt ou tard ne faut-il pas se jeter a l'eau au risque de se noyer ? Alors seulement on saura ce qu'il y a de l'autre côté. La connaissance s'acquiert durement ! Un homme va à la connaissance comme il va à la guerre, avec lucidité, crainte, respect et une ferme assurance.
Ce qui est sur, c'est que ceux qui sont sur cette autre rive se reconnaissent aussitôt comme égaux, et n'ont plus rien à dire ni à faire, si ce n'est tenter d'aider ceux qui veulent traverser. Faire c'est déjà défaire. Il faut utiliser toutes les connaissances de ce monde pour se libérer du joug de l'égo et la seule façon est de maitriser son esprit. Rien n'apporte un plus grand bonheur qu'un esprit bien contrôlé. Arrêter de penser cinq minutes, ce n'est pas arrêter de penser.
Pour en revenir à ces maitres dont tu parles et qui auraient un égo démesuré, lorsque je regarde le dalaï-lama, je ne vois pas un type possédant un égo démesuré et bourré de suffisance... Pareil et lisant les maitres du bouddhisme ou le bouddha Sakyamuni.
Les « maitres » ne sont-ils pas censés avoir au moins arrêté le dialogue intérieur? Lorsque c'est le cas, ils ne sont plus dans la dualité et voient que l'égo n'est rien d'autre qu'une image que l'on se fait de soi. Finalement ce que l'on voit, c'est que l'être humain se ment continuellement et ment au monde entier fièrement et sans même le savoir. Quel spectacle ! C'est un cercle vicieux difficile à distinguer, c'est vrai... Et s’il y a quelque chose de diabolique ici-bas, c'est bien ça. Lorsque tu n'es plus dans la dualité, il n'y a plus de jolis de vilains, de supérieurs ou d'inférieurs, de forts ou de faibles, tout est égal..
Voilà. Je me retire et vous laisse seuls juges.
Que l'avenir vous soit léger.
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 15 Fév 2016, 21:30

Ben la je suis d'accord avec toi.
C'est que tu ne m'as pas compris. Bien sûr que les maîtres font taire leur dialogue intérieur. Et il n'y a pas que le silence. Le silence c'est la première étape.
Il y en a d'autre pour se rencontrer de plus en plus jusqu'à n'être plus rien. Et puis en montant on voit les choses comment elles sont constituées.
Je connais pas le bouddha et je n'ai pas lu énormément. Je pratique par contre.
Je comprends parce que je pratique.
Tu confonds deux choses simplement. Trouver le soi profond, sa nature essentielle qui est shunya le vide et l'ego qui apparaît bien en dessous.
À partir du moment où tu sors du vide ton ego se reconstruit et tu en as besoin. Au plus tu rentre dans la profondeur au plus il y a de distance entre ta nature profonde et l'ego qui joue son jeu. Et c'est ça ce que tu souhaite. Ce n'est pas abbayes l'ego. C'est mettre de la distance. Ce n'est pas un combat mais la conséquence d'une pratique profonde. Tant qu'il y a un combat c'est qu'on n'est pas vraiment entrer dans le vide.
Tu me comprends mieux la ?
Je m'exprime de mon mieux mais j'avoue que jaime mieux pratiquer et faire et faire comprendre autour d'une pratique c'est plus facile que par écran interposé avec 90% de communication en moins
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 15 Fév 2016, 23:04

Super discussion merci !!!!!!!!!

« la matière (la forme), celle que tu nommes Ahamkâra, n'est que le premier élément, puis viennent les sensations, les perceptions, la volition et la conscience ».

Ahamkâra est le créateur des sens et des moyens d'action, mais aussi des perceptions et des objets à percevoir...
Il a donc une place très importante dans la manifestation.
Au dessus de lui on trouve la Buddhi, intelligence cosmique qui permet à la lumière de l'esprit de se révéler a elle même, puisque l'esprit est conscience et lumière.
Mais tant que l'individu est en vie, Ahamkâra est là et non, il n'a pas forcément un coté démesuré, tu confonds ego et egotisme, ce n'est pas la même chose.
Je me rappelle une histoire de Kyentsé Rimpotché qui avait dit des mots durs à son palefrenier. Le palefrenier était rentré chez lui, triste. Kyentsé Rimpotché se rendant de son erreur est partit le rechercher chez lui... Cela montre que même un sublime maître comme lui avait encore des colères et pouvait faire des erreurs...
Il y a peu de temps nous avons vu le Dalaï Lama très en colère contre des tibétains qu'il accuse d'être à la solde des chinois...
L'individu sera présent jusqu’à son dernier souffle !
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 16 Fév 2016, 09:14

Merci pour vos commentaires.
"la survie de l'égo"...
Vous en avez un peu parlé, j'aurais pu l'écrire
" la peur de la mort"...
Moi c'est ce que je vois dans toute cette agitation, politique ou mondial et même sur le forum on a peur de la vie et peur de la mort.
C'est étrange parce que devant la mort, juste avant de lacher son dernier souffle l'égo tien en un point, plus rien ne s'agite plus rien ne compte, on veut juste "être", le reste n'a du coup plus de sens et peut être même que le "reste" n'avait jamais eu de sens.
Alors donnons du sens a "l'être" maintenant avant de nous laisser emporter dans des histoires qui n'ont aucun...
...sens.
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 16 Fév 2016, 10:23

Ne pas confondre coup de gueule stratégique, et colère provenant d'un égo qui comme toujours, se sent menacé et peut facilement devenir nuisible. On a vu au-dessus pourquoi...
Dans le silence intérieur un coup de gueule a une intention positive, il a pour but de capter l'attention et ne contient ni menace, ni violence, ni rancune, rancœur ou sentiment d'importance, etc. Tu remarqueras aussi que ces êtres-là peuvent venir rire avec toi d'égal à égal deux secondes après comme s'il ne s'était rien passé. Non qu'ils soient inconséquents, mais parce que justement, ils n'ont pas de suffisance, d'égo, ou de sentiment d'importance. Tout est égal.
Pourquoi voir un égo là où il n'y en a pas ?
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 16 Fév 2016, 12:19

Pascal, je pense que nous pourrions ouvrir un autre post dans la continuité de "la survie de l'égo"...
Nous devrions parler de la "CULPABILITÉ" de vivre, d'être heureux ou heureuse, d'être "SOI".
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 16 Fév 2016, 14:30

Pourquoi voir un égo là où il n'y en a pas ?
parce qu'il est toujours là, sinon il n'y a plus de personne, elle est morte...
Comprends tu ?

Pascal, quand quelqu'un dit qu'il se rend compte de son erreur c'est que dans la colère il n'était pas très stratégique... :wink:
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 16 Fév 2016, 18:03

Pourquoi voir négatif lorsqu'il n'y a qu'un outil ?
La façon de s'en servir fera qu'il est bon ou mauvais.
L'ego est un outil.
Je me mets en colère contre mes enfants.
Ou je joue la colère pour mes enfants.
Quelle différence ?!
Dans la première je suis impliqué et je perd conscience dans la deuxième j'agis en conscience en jouant le rôle que je dois jouer.
L'ego jubile du contrôle.
L'ego trouvera toujours sa part.
Et c'est très bien. Faut juste en être conscient.
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 16 Fév 2016, 18:40

Ce que je cherche a savoir c'est la raison pour laquelle toi tu penches plus vers cette description du monde, celle du Samkhya donc, qui semble te convenir, plutôt que vers une autre, c'est ça que j'essaie de savoir Denis. Ton point de vue personnel m'intéresse tout simplement. Des descriptions du monde on en trouve plusieurs tu sais bien, mais qu'est-ce qui fait que toi tu préfères celle-là. Voilà mon interrogation en somme. Si tu trouves cette question indiscrète, tu n'es pas obligé de répondre.
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 16 Fév 2016, 18:51

Celle la n'est pas une croyance mais une voie d'expérimentation.
On ne te dis pas crois, on te dis essayes.
:lol:
Enfin je parle pour moi :)
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 16 Fév 2016, 21:29

Ce n'est pas ça, ce dont je parle dépasse le cadre du Samkhya. La question a été mal posée, car j'ai l'impression de déranger. En vérité je cherche un rapprochement entre deux points de vue. Alors je la pose une dernière fois de manière plus précise. Ensuite Tom pourra enfin clore son sujet.
— Il y a quelque chose d'unique dans l’expérience de se vivre en mode séparation si tout est bien observé : tout ce qui est éprouvé alors, est perçu attribué à soi est vécu sur un mode très impliqué. On ne peut pas le négliger, c’est soi.
— Mais il y a l’autre versant, très intéressant aussi à regarder c’est ce que l’on éprouve de l’autre, des autres, du monde, donc du « non-soi ». Ce que semble vivre l’autre ne nous atteint pas de la même façon que ce que l’on vit soi, pourquoi ? Simplement parce que l’on ne se l’approprie pas, du fait même de l’idée de la non-appartenance.
— En conjuguant ces deux expériences du moi et du non moi, il apparaît que la douce réalité se situe dans la combinaison subtile des deux c’est-à-dire dans l’implication sans appropriation.
À partir de là, et sans tomber dans le nihilisme ou l'éternalisme, comment faudrait-il comprendre ce paradoxe entre la vision du Samkhya, ou une autre, prônant une stabilité dans les phénomènes, et celle du Bouddhisme qui nous met en garde contre cette stabilité purement illusoire...
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 16 Fév 2016, 22:09

Euh c'est une illusion ce que perçoit l'autre. L'important c'est ce que toi tu perçoit de l'autre.
L'autre c'est toi. Il parle de toi, pour toi, à travers toi.
Il n'y a pas de séparation entre toi et l'autre.
Il n'y a que de la peau. De la peau remplie de vide. A l'intérieur même de la peau il y a du vide. L'autre est une facette de toi. Si il t'énerve c'est que tu n'as pas encore accepté cette facette. Tout ce qui est extrême est simplement un reflet intense mis en lumière pour nous faire comprendre.
Que fait la lumière à travers une loupe ? Elle brûle. Voila pourquoi le reflet de l'autre est si intense. Si on s'en sert correctement on peut allumer y grand feu en soi et bruller ce qui doit l'être. Qui décide de ce qui brûle ? Soit on établi h. Périmètre consciemment, soit la nature se chargera seule du boulot et faudra pas pleurer. Là encore la conscience est la seule voie de salut.
Je suis toi Pascal. Je suis Denis, je suis Tom, je suis Alex, Harmony ou phenixee
Tout ce qui est ailleurs est ici et ce qui n'est pas ici n'est nulle part.
Cette compréhension est aisé avec les postures de yoga. D'abord on perd sa forme. On devient ceci cela plus rien. Si on est plus rien on peut être tout.
Si on est tout On peut être quelqu'un. Si on est quelqu'un on a besoin d'un ego.
Si on a un ego on est vivant
Si on est tout est qu'on a un ego on est : un être humain :lol:
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 17 Fév 2016, 01:01

La question a été mal posée, car j'ai l'impression de déranger
Non, ne dis pas ça!
C''est tout l'inverse, parler de tout cela est un plaisir !
Merci à toi !

— En conjuguant ces deux expériences du moi et du non moi, il apparaît que la douce réalité se situe dans la combinaison subtile des deux c’est-à-dire dans l’implication sans appropriation.
Non, puisque ce "soi" et ce 'non-soi" comme tu le dis n'existe pas !
Le soi et le non-soi apparaissent du fait que Ahamkara est là, justement...
C'est lui qui crée pour les besoins de Purusha un monde intérieur (soi) et un mon extérieur (non-soi) mais cela est une illusion qui se nomme "discrimination" et si tu veux une preuve de cela, rappelle toi le moment où tu t'endort, le monde dans sa manifestation phénoménale (intérieur et extérieur) n'existe plus, mais la notion d'ego oui !
Regarde le tableau si dessous, Ahamkara se place avant le monde intérieur et extérieur et il en est le producteur, donc l'expérience du soi ou du non-soi apparaît plus bas que lui et grâce à lui.
Cela bien sur n'a rien à voir avec le "Soi" qui lui est apporté par Purusha et qui est bien plus que la sensation d'arrêter ses pensées...
tattvas.gif
tattvas.gif (49.58 Kio) Vu 3701 fois
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 17 Fév 2016, 10:00

Bon, merci, j'ai bien entendu ton explication. Il me semblait bien que ce genre de sujet devait être ta tasse de thé, et c'est heureux, ca sera plus facile avec toi, sinon c'était la galère.
je suis toujours dans cet essai modeste pour rapprocher deux points de vue,
En s'appuyant sur ce schéma et sur ce que ta réponse met en lumière,
1-"Ahamkâra » crée donc le monde du soi et du non-soi pour les besoins de Purusha. C’est d'accord. (On sera certainement amené à demander ensuite d'où vient ce curieux besoin de créer une discrimination purement illusoire.)
2-On retrouve dans cette « définition de discrimination purement illusoire », la définition même de l'égo que j'ai posté plus haut.
— Vue du Samkhya, Ahamkâra est la forme, le « moi je ». Une illusion qui se nomme discrimination.
— L'autre vision est de dire : l'égo est le “moi je”. C''est rien qu'une impression : ce sentiment que l'on a " d'être " et " d'avoir ", c'est simplement une illusion discriminante..
Que penses-tu de ce rapprochement ?
Depuis le début, c'est l'isolement, le cloisonnement des termes qui crée l'incompréhension et nous empêche d'avancer. On peut voir concrètement maintenant que nous parlons de la même chose.
Et donc me voici arriver à la question numéro1 : “d'où vient ce curieux besoin de Purusha, de créer , par l'intermédiaire de Ahamkâra, une discrimination purement illusoire”.(?)
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 17 Fév 2016, 14:09

— Vue du Samkhya, Ahamkâra est la forme, le « moi je ». Une illusion qui se nomme discrimination.
— L'autre vision est de dire : l'égo est le “moi je”. C''est rien qu'une impression : ce sentiment que l'on a " d'être " et " d'avoir ", c'est simplement une illusion discriminante..
Que penses-tu de ce rapprochement ?
Aïe je ne vois où il y a une différence...
la forme "moi je" est aussi le "moi-je"...
Assemblage d'une chose magnifique, la Consicence (Purusha) le paralytique et la manifestation (Prakrti) l'aveugle...

•:• KÂRIKÂ 21
Raisons de la manifestation de Prakrti -cause substantielle primordiale-.
La Manifestation se réalise par l’union des deux -Purusa et Prakrti- union comparable à celle du paralytique et de l’aveugle:
-en vue d’expériences de toutes sortes de Prakrti par Purusa (1),
-en vue de l’isolement -Libération- de Purusa, la Conscience Pure (2).


Il y a un élément (tattva) éternel, Purusha, hors du temps et de l'espace, immuable, c'est l'axe central, transcendant qui apporte la lumière et la conscience,
puis il y a un élément mouvant, Prakrti, véloce, qui subit le temps et l'espace, la naissance, le maintient et la dissolution, pour recréer encore et cela sans fin.
Ils se combinent pour donner naissance à l'illusion d'un individu, qui se croit séparé du reste, alors que tout en étant une partie du tout il est aussi le tout.
Mais pour que cela fonctionne, il faut que la toute puissance de conscience omniprésente se trouve limité et prenne un point de vue au lieu d'être "omni-voyant" et c'est le rôle de cette prise de forme, Ahamkara, elle focalise la conscience et maintient l'illusion
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Olivier
Messages : 1382
Enregistré le : 01 Mar 2011, 14:27

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Olivier » 17 Fév 2016, 14:51

Merci à tous pour ce magnifique échange, je me suis régalé.

J'avais récemment posé la question : "qu'est ce que notre pratique change en nous" ? Enfin à peu près en ces termes.
Denis avait répondu, manas et ahamkara, car ils contiennent les 3 gunas non équilibrés.
Alors je dirais oui l'égo survit, mais il change. Il devient de plus en plus sattvique, lumineux. Et pour reprendre une image utilisée un peu plus haut, la jarre augmente son volume.
Une personne de très égotique a un égo énorme mais sur un petit volume, à savoir sa petite personne. L'égo valide uniquement ce qui est bon pour ce qu'il considère sa personne. Mais un sage, il a aussi un égo énorme, mais sur un très grand volume, et il considère beaucoup de choses "bonnes pour lui". Son égo n'est plus attaché à sa petite personne, ou sa petite personne devient l'univers entier. Alors il dit oui à tout, il accepte.
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 17 Fév 2016, 16:25

-- Dans ce schéma et a la lumière de tes explications, il me semble bien que "Ahamkâra" ne soit qu'un artifice, un appât. Curieusement on se demande ce qu'il fait ici... Et c'est peut-être le rôle de l'appât de nous faire nous poser cette question... Sommes-nous aveugles pour mordre à cet hameçon ? Ou il y a un problème de logique ou c'est un piège. On désignerait cette place comme étant celle de la souffrance. La cause pour laquelle l'être humain aurait oublié sa véritable nature qui repose en lui, captivé par l'illusion, désirs et autres mirages. En reconstruisant sans cesse son image, il ne fait ainsi qu'alimenter son karma. C'est la chute... Ce serait donc la suite logique à voir dans ce schéma, à voir et à éviter.
— Je remarque aussi que Buddhi se trouve entre Prakriti et Ahamkâra, c'est la possibilité d'en prendre conscience. Heureusement qu'il est là, sinon c'était la nuit de l'angoisse.
Pascal1
Messages : 95
Enregistré le : 09 Nov 2015, 09:03

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Pascal1 » 17 Fév 2016, 16:55

Ne pourrait-on pas en déduire que le moi, ne doit pas être corrompu par nos pensées pour demeurer enfant divin, connaissance pure, création de Purusha et Prakriti. Ce serait là, une possibilité pour que Ahamkâra ne devienne pas, par nos pensées, la cause de notre aveuglement?
Avatar de l’utilisateur
hridaya
Messages : 1941
Enregistré le : 16 Avr 2012, 10:30
Localisation :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar hridaya » 17 Fév 2016, 17:03

Sommes-nous aveugles pour mordre à cet hameçon ?


l'hameçons c'est dieu, l’appât c'est nous....dieu cherche le désirs de lui même pour que l’appât est envie de remonter le long du fils pour voir qui péche
chevauche la monture du silence, afin de rejoindre le Guru Kabir
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 17 Fév 2016, 20:20

l'hameçons c'est dieu, l’appât c'est nous....dieu cherche le désirs de lui même pour que l’appât est envie de remonter le long du fils pour voir qui péche
je crois que c'est l'inverse...
Dieu souhaite voir sa puissance !
Alors il met en place cela pour son plaisir et bien sur, nous, piégés dans le système, on essaye de sortir du jeu, car la porte existe, il suffir de reprendre conscience de ce que nous sommes profondément, mais ce retour aux sources est la tentative de sortir du jeu du divin, de fait on se bat contre les énergies qui sont "illusions" pour nous maintenir dedans...
A voir les message d'Harmony, on comprend bien combien l’illusion est terrible !
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Lisa83
Modérateur
Modérateur
Messages : 270
Enregistré le : 16 Sep 2015, 22:12

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Lisa83 » 04 Mar 2016, 17:46

Bonjour à toutes et à tous,

Si je peux me permettre une petite parenthèse, Ma Ananda Moyi a dit " mourir c'est changer de vêtements".
(D'après ce que je comprends )L'ego fait parti de ce vêtement que l'on emprunte et qui change selon le rôle que l'on occupe dans la vie, parent, enfant, ami, employé, chef d'entreprise, ...
Le piège est de se prendre pour ce vêtement . De croire que nous sommes le vêtement.

Ce que je comprends et que je ressens de plus en plus dans mon être, c'est que le principal obstacle au chemin spirituel, c'est le mental. C'est ce besoin permanent de donner une explication rationnelle et logique à tout. D'intellectualiser en permanence. Ce mécanisme appris dès l'enfance et inhérent à notre culture, a fortiori occidentale, nous empêche de nous fondre dans le vide. Notre Ego nous contraint à vouloir tout maîtriser, contrôler alors que parfois, il suffit simplement de laisser couler, laisser aller pour connaitre ce moment d'extase si intense, si puissant que l'on peut ressentir le temps d'une seconde, la nature, telle un véritable poumon. Moment au cours duquel on pourrait entendre la respiration végétale. Et comprendre au delà de toute rationalité que l’on fait partie du Tout, que l’on est le Tout.

L'ego n'est qu'un outil qu'il faut apprendre à maîtriser. Et Dieu sait s'il est espiègle, farouche et trompeur....
D'après ce que je perçois dans la pratique, c'est que l'ego se fond, s'efface pour que l'essence même de notre être puisse rejoindre la source. D'abord des fractions secondes qui paraissent l'éternité puis.... Je ne sais pas je n'y suis pas encore! :)
Om Mâ Jay Jay Mâ
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 04 Mar 2016, 19:12

Pas totalement d'accord....
C'est ce besoin permanent de donner une explication rationnelle et logique à tout. D'intellectualiser en permanence.
Les textes nous permettent de comprendre justement la finesse de tout ça, c'est une science de l'être !
Les textes apportent une lumière qui permet d'éclairer le chemin et de nous rendre heureux, ils calment nos questions et nous permettent de voir plus loin, plus fortement
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 04 Mar 2016, 20:42

Un Rinpotché explique qu'il y avait tellement de livres dans sa grotte qu'il fut contraint de placer la statue de Bouddha à l'extérieur de celle-ci et qu'elle fut par la suite rongé par les rats...
Mon point de vue c'est que pour qu'un enseignement puisse se révéler en s'imprimant avec finesse dans un intellect c'est nécessaire qu'un dépouillement soit déjà à l'oeuvre dans l'individu. 
C'est un peu comme si tu cherchais à recevoir en un espace-temps réduit une science ultime du Maître. Pour que cela puisse prendre forme dans un intellect limité comme un jeu de miroir, le "Pim-Pam-Poum" reçu est vecteur de la chose autour de laquelle tu gravites. 
Om
Avatar de l’utilisateur
Lisa83
Modérateur
Modérateur
Messages : 270
Enregistré le : 16 Sep 2015, 22:12

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Lisa83 » 05 Mar 2016, 10:42

Ce que je veux dire par là, c'est qu'il faut de la mesure en toute chose. Il arrive un moment où on doit laisser l'intellect, le mental pour laisser œuvrer l'expérience.
Moi aussi, j'ai tendance trop souvent à intellectualiser, à aller chercher dans les livres et finalement je m'aperçois que tout se fait et se rencontre lorsque je me retrouve façe à moi-même sur le tapis ou/et même dans ma vie, dans des situations ordinaires. Là, quelque chose se produit.
Ce que je veux dire c'est que parfois, à force de chercher à l'extérieur, on finit par se perdre, par chercher quelque chose qu'on a lu alors que finalement, - car nous sommes des manifestations originales (dans les deux sens du termes) - la manifestation est autre que ce à quoi on s'attend. Et on risque de passer à côté.
Nous n'appréhendons pas tous les expériences de ma même façon. Bien-sûr, il y a des grandes lignes, et à cela que servent (je pense) les textes, les théories (de façon plus générale) et après c'est à chacun de faire son expérience.
Bien-sûr, je ne suis pas en train de réfuter le Samkhya , il est là pour nous montrer la voie, c'est notre carnet de route, notre carte qui nous permet de nous orienter, de vérifier aussi si nous ne sommes pas en train de nous égarer.
Moi aussi, je suis heureuse de lire ces merveilleux textes et cela me fait un bien fou lorsque au détour d'une ligne, je retrouve une manifestation de ce que j'ai pu voir à l'intérieur. Cela me permet de vérifier que je suis sur le "bon" chemin. À mon niveau bien-sûr car je ne suis qu'au début du chemin.
Le yoga est une tradition qui se transmet, il est important d'en connaître les rouages, de s'en imprégner si on veut le comprendre et l'intégrer. Et même si les textes nous semblent complètement hermétiques du point de vue de l'intellect, ils parlent à quelque chose de plus profond. Il me semble parfois (meme souvent, soyons honnête!) que ce dialogue (entre le texte et moi-même) se fait sur un autre plan que je serais bien incapable de décrire. Enfin, c'est mon ressenti pour l'instant. Comme si j'étais l'eau dans la tasse et que le texte était le sachet de thé.... Un jour viendra où l'un après l'autre, les voiles se dissiperont.
Pour revenir au sujet principal, ce que je voulais dire c'est que pour moi la survie de l'ego est indispensable pour œuvrer dans le monde extérieur. A l'intérieur, et sur le tapis, je ne suis pas sûre qu'il nous soit utile, c'est dans ce sens où je pensais qu'il était à mon sens, important de quitter son habit.
Une question cependant me vient à l'esprit, peut être pourriez vous y répondre ? La volonté, la persévérance sur cette voie font elles partie de l'ego ou sont elles une émanation de la Foi (indissociable du chemin)?
Merci déjà pour vos réponses riches et pour moi véritables nourritures spirituelles.
Om Mâ Jay Jay Mâ
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 05 Mar 2016, 11:22

Bonjour Lisa,

J'aime beaucoup entendre le son de ta voix !
Om
Avatar de l’utilisateur
Smer
Messages : 112
Enregistré le : 10 Nov 2012, 13:10

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Smer » 05 Mar 2016, 12:56

… Si le point central représente l'ego, le soi enveloppe à la fois le cercle et le point.
Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Soi_(psychologie)

Également :

De l’ego au grand soi
Selon Jung, le but d’une vie est de passer de l’ego, notre petite personne, au grand soi grâce au « processus d’individuation ». Il s’agit d’un cheminement intérieur par lequel nous allons tenter de devenir le plus conscient possible, afin de nous « autoengendrer » en tant qu’individu particulier, homme parmi les hommes, mais unique. Une seconde naissance, en quelque sorte. Pour Jung, l’enjeu est d’importance. Car « devenir conscient de son soi, c’est permettre à l’univers de devenir conscient de lui-même ». « En général, l’individuation devient possible après la crise de la cinquantaine, dans la deuxième moitié de la vie, la première étant accaparé par l’ego suractif. » Pour y parvenir, nous devons nous confronter avec notre ombre (cette part dont nous avons honte), avec notre persona (notre image sociale), avec notre anima et notre animus. Nous devons cesser de nous mentir et de rejeter ce qui nous dérange en nous. Nous ne réussirons jamais totalement, bien sûr, l’essentiel est d’essayer. Plus qu’un grand ménage, c’est un effort d’intégration et d’assimilation des différents aspects de notre personnalité que nous devons entreprendre. Mais, prévient Jung, nous ne sommes pas des anges : « Une vie sous le signe de l’harmonie totale », sans aspérités, serait « très ennuyeuse et déprimante ». Pire, « inhumaine ». Ce trajet initiatique peut passer par un travail sur soi, l’analyse des rêves, la méditation, la prière, la contemplation, l’écriture… Cette démarche est mystique, idéaliste, naïve même, mais la rationalité pure et dure rend-elle plus heureux ? Fournit-elle des réponses à nos questions existentielles : comment être plus heureux, surmonter la souffrance, aimer, être aimé, faire face à la maladie, le deuil, la mort ? En 1946, à un vieil ami qui lui demandait quelle attitude adopter pour achever son existence dignement, Jung répondit : « Vivre sa vie. » Vivre, c’est tout.

J’apprécie particulièrement Jung car il a été un du précurseur à jeter des passerelles entre la psychologie occidentale et l’étude du yoga et ceci il y a presque un siècle…
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 05 Mar 2016, 14:10

Merci c'est très beau ce qu'il dit !
Merci de nous faire découvrir jung !
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Smer
Messages : 112
Enregistré le : 10 Nov 2012, 13:10

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Smer » 06 Mar 2016, 10:49

« la survie de l'ego est indispensable pour œuvrer dans le monde extérieur. A l'intérieur, et sur le tapis, je ne suis pas sûre qu'il nous soit utile »…
Je viens de relire le texte de Lama Denys - extrait de l'ouvrage paru chez Albin Michel "Le Dharma et la vie". Voir message de Pascal du 14/02.
Non-violence du travail avec l'ego… Un de mes premiers proff de yoga m’avait dit d’en prendre soi, de le nourrir à satiété comme un enfant… prendre soin de son enfant intérieur en somme.

« Lorsque le développement d'un enfant est arrêté, que ses émotions — et plus particulièrement sa colère et son chagrin — sont réprimées, celui-ci arrive à l'âge adulte en portant au-dedans de lui un enfant blessé et en colère. Or, inévitablement, cet enfant contaminera son comportement de grande personne »
Ne soyons pas dupes c’est cela qui nous fait réagir face à des messages que nous percevons parfois comme des attaques personnelles.
Alors bien sûr l’adulte va reprendre le dessus, tu écris m’importe quoi, t’es un grand malade, ici on fait du yoga pour adultes pas de la psycho à 2 balles… peut être, mais la piste peut être explorée en toute humilité.

J’écris avant tout pour moi-même, c’est un dialogue intérieur que je livre à des avis éclairés par forcement pour obtenir des consentements mais pour mieux appréhender nos apparentes différences.
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3757
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: La survie de l'égo.

Messagepar lorkan739 » 06 Mar 2016, 12:55

Pascal a écrit :« l'enseignement plus que l'apprentissage est l'art d'écouter justement. Écouter pour comprendre le véritable sens d'une question, avant même de chercher à connaitre la réponse, n'est rien d'autre que le fruit de l'expérience approfondie ». Pareillement, on pourrait dire que ce ne sont pas les parents qui élèvent les enfants, mais les enfants qui révèlent les parents à eux-mêmes. Ne pas être piégé par son rôle de parent, c'est prendre conscience de nos habitudes réductrices et modifier ses comportements en conséquence. 


Que ce soit aujourd'hui ou demain qui voudrait être dans l'obligation d'avoir à retourner "vivre" chez ses parents ? Vous imaginez la dysharmonie...
C'est une question de survie en somme !

Stephen Jourdain utilise lui aussi cette image :
"Je fus l'instigateur de tout vos émerveillements, de tout vos étonnements, je suis l'unique raison pour laquelle quiconque jamais s'aima et aima. Je suis le secret qui irrigua chacun de vos secrets d'enfants. Je suis l'ange que tout enfants portent en filigrane et que vous avez tué. Je suis vous."
Om
Avatar de l’utilisateur
Harmony
Messages : 422
Enregistré le : 16 Nov 2015, 21:48

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Harmony » 06 Mar 2016, 14:09

« Lorsque le développement d'un enfant est arrêté, que ses émotions — et plus particulièrement sa colère et son chagrin — sont réprimées, celui-ci arrive à l'âge adulte en portant au-dedans de lui un enfant blessé et en colère. Or, inévitablement, cet enfant contaminera son comportement de grande personne »
Je suis assez d'accord mais l'enfance a bon dos parfois les raisons d'accumuler de la colère perdurent à juste raison bien après et les non-dits et les faux-semblants provoquent des émotions qui viennent empoisonner les autres secteurs de la vie. Bref.
Sans fausses notes.
harmony414 @orange.fr
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 07 Mar 2016, 04:28

Smer met toi réellement à pratiquer du yoga et tu verras que ce genre d'idée n'ont plus aucune réalité !
Il n'y a rien à faire évoluer dans le personnage
Il doit disparaître et jusqu'à son dernier souffle il sera ce qu'il est.
Il est juste le temple ou l'esprit doit se révéler !
Peut importe que le temple soit une petite église ou une cathédrale ou encore une cave, ce qui compte c'est ce qu'on fait dedans et avec
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
MuadDib
Messages : 1847
Enregistré le : 19 Mai 2012, 16:53
Localisation : u.know.no.no
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar MuadDib » 07 Mar 2016, 07:20

"... Soigner l'enfant ... Adulte responsable ... Psychologie"

En théorie (joli pays coincé entre les champs elyséens, shambhalla, jérusalem céleste, et tout un tas de montagnes sacrees), la psychologie efface les traces des anciens traumatismes ...

Enfin, jusqu'a ce qu'on se dotte de meilleures lunettes (yo, guy! .. avec ou sent l'accent), qui vont aller au delà des pauvres mots terra-peut-t'y-que ...
ॐ नमो नारायण
Avatar de l’utilisateur
Tom54
Messages : 1109
Enregistré le : 15 Mai 2014, 11:34

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Tom54 » 11 Mar 2016, 09:06

Harmony a écrit :« Lorsque le développement d'un enfant est arrêté, que ses émotions — et plus particulièrement sa colère et son chagrin — sont réprimées, celui-ci arrive à l'âge adulte en portant au-dedans de lui un enfant blessé et en colère. Or, inévitablement, cet enfant contaminera son comportement de grande personne ».

Tout est vrai sur la flèche du temps, tout est vu de l'esprit.
La vérité est le mortier qui selle le personnage dans ses baskets.. C'est très facile de se justifier, de s'identifier et de fuir dans le mensonge.
"La grande personne"...
Ce qui est au coeur du personnage, ce qui est au coeur de la séparation au coeur de toute chose est déjà présent et libre...
La vu de l'esprit coupe en tranche ce qui est indivisible...
Ce qui est au coeur est là maintenant c'est immensement puissant, infini, sans forme et silencieux.
C'est déjà là !
La forme est l'expression de ce vide, je suis la rencontre BOOM !!!
CONSCIENCE !!!
Maintenant l'esprit s'agite ca va dans tous les sens "on" (conscience) se voit et se perd dans sa propre image, mais comment avoir une image de l'amour sans vivre cette séparation...
Pour celui qui voudra retrouver l'amour devra s'effacer, effacer "la grande personne" ne plus justifier CE QU'IL VOIT mais vivre en CONSCIENCE ce qu'il EST.
L’évidence c'est d'aimer sans rien attendre.
Avatar de l’utilisateur
Denis
Site Admin
Site Admin
Messages : 13343
Enregistré le : 23 Juil 2004, 19:19
Localisation : Grimaud
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Denis » 11 Mar 2016, 11:12

effacer "la grande personne" ne plus justifier CE QU'IL VOIT mais vivre en CONSCIENCE ce qu'il EST.
Oui mais ce "retournement" ne semble pas possible par tout le monde, tout en sachant qu'il ne reste que la petite porte d'entrée...
Dieu nous donne ce dont il veut qu'on se serve, pour aller vers lui.
Stages Yoga 2018
Retraite Yoga 2018
Avatar de l’utilisateur
Alexandra
Modérateur
Modérateur
Messages : 2136
Enregistré le : 18 Déc 2007, 18:28
Localisation : Peyruis (04)
Contact :

Re: La survie de l'égo.

Messagepar Alexandra » 11 Mar 2016, 19:11

Je suis d'accord avec toi Tom mais jai l'impression de voir pas dans le même sens.
Pour ce que j'en conçois, le mental, les croyances constituant la réalité déjà passent à travers le filtre de l'ego, puis sont ensuite justement emprisonnés dans le mental qui crée la réalité subjective.
Ainsi après la phase j'aime, j'aime pas, le mental s'approprie la chose et crée son propre univers limitant pour protéger l'individu d'une sensation désagréable.
mais qui protège ?
Il y a à tout moment la possibilité de se libérer !!
mieux vaut traverser le désert sans eau, que cette vie sans Dieu. (Alex)
Même quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es à mes côtés. ૐ

Retourner vers « Expression sur un thème »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités