Définition du pratiquant

Vous pratiquez le Yoga, vous voulez soit poser une question relative à votre pratique soit expliquer une technique.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 Aoû 2008, 14:45
Localisation : Isère
Contact :

Définition du pratiquant

Messagepar sami » 16 Mar 2012, 23:13

Shiva-Samhitâ
traduction de Christian Tikhomiroff

Définition du pratiquant tiède

11) Ceux qui sont indolents, ignorants, malades, qui dénigrent le Maître, les avares, ceux qui ont une nature méchante, ceux qui mangent trop ou qui sont trop attachés aux femmes, ceux qui sont inconstants, timorés, de faible constitution, ceux qui ne sont pas libres, ceux qui sont cruels ou qui ont mauvais caractère ainsi que ceux qui sont fragiles sont tous des pratiquants tièdes. Ils peuvent obtenir le succès souhaité avec beaucoup d'effort en 12 ans. Leur Maître doit les diriger vers le Mantra-Yoga.

Définition du pratiquant moyen

12) Ceux qui sont indifférents aux choses du monde, qui sont impatients, qui aiment la vertu, ceux qui sont affables ou qui sont équilibrés quoiqu'ils fassent, entrent dans la catégorie des moyens. Ceux qui agissent comme cela doivent être instruits dans le Laya-Yoga - qui concerne la délivrance - par leur Maître.

Définition du pratiquant ardent

13) Ceux qui ont le mental stable, qui ont pratiqué le Laya-Yoga, qui sont libres, pleins d'énergie, qui ont un grand coeur et sont ouverts aux autres, qui sont patients, sincères, courageux, puissants, qui ne connaissent pas le doute et sont respectueux envers leur Maître, dont la pratique du Yoga est l'acte le plus important, sont considérés comme des pratiquants ardents. Ils peuvent atteindre le succès en 6 ans. Ces êtres de grande force doivent être instruits dans la voie du Hatha-Yoga.

Définition du pratiquant très ardent

14) Ceux qui sont actifs, doués d'une formidable énergie, qui aiment ce qui est agréable, qui sont courageux, qui connaissent les textes, qui sont experts dans la pratique du Yoga, qui ne sont plus dans l'illusion, qui sont calmes et pleins de jeunesse intérieure, qui ne sont plus possédés par les passions, sûrs d'eux-mêmes, sur qui l'on peut compter, habiles en toutes choses et généreux, qui protègent tous les êtres, dont l'avis est fiable, qui sont fermes, sages, qui savent être agréables, patients et bien disposés envers tout le monde, qui savent respecter ce qu'il convient de faire, qui accomplissent leur devoir sans ostentation et qui sont affables, experts dans tous les textes, qui savent rendre hommage aux dieux et aux maîtres, qui ont une santé parfaite, qui connaissent ce qu'il faut faire pour atteindre un état supérieur et qui savent pratiquer toutes les formes de Yoga. Ceux-là obtiendront le succès sans aucun doute en 3 ans et sont, de toute évidence, capables de pratiquer toutes les formes d'union.
Tout profit et tout avantage, offre-les à autrui, Toute perte et toute défaite, prends-les à ton compte.

http://www.yoga-et-meditation.com
Avatar de l’utilisateur
Odile
Messages : 2024
Enregistré le : 21 Aoû 2009, 10:50

Re: Définition du pratiquant

Messagepar Odile » 17 Mar 2012, 13:21

Et toi, dans quelle catégorie te trouves-tu ? :D :p
Ce n'est pas en regardant la lumière qu'on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité...
Avatar de l’utilisateur
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 Aoû 2008, 14:45
Localisation : Isère
Contact :

Re: Définition du pratiquant

Messagepar sami » 17 Mar 2012, 14:01

Odile a écrit :Et toi, dans quelle catégorie te trouves-tu ? :D :p
Aucune :cry:
Non, je pense vraiment que c'est juste un petit repère à ne pas prendre à la lettre - un peu comme l'astrologie. Qu'est ce que tu en penses ?

Ici, dans ce texte, il est écrit "Ceux qui ont le mental stable, qui ont pratiqué le Laya-Yoga, qui sont libres, pleins d'énergie ... Ces êtres de grande force doivent être instruits dans la voie du Hatha-Yoga."

Je tombe sur un site qui dit tout le contraire "En substance, le Laya Yoga est une méthode mystique considérée comme le stade supérieur du Hatha Yoga et comme l'une des grandes voies spirituelles."http://www.guideyoga.org/styles/laya-yoga.html

Je prends Yoga Shikha Upanishad
"1.5 : ... Les quatre pas qui mènent à cette réalisation sont les Mantra, Laya, Hatha et Raja Yogas (4). Car le grand Yoga, qui est un en son essence, a été divisé en quatre parties, nommées ainsi."

Faut vraiment faire attention à ce qui circule sur le net - le Hatha des huit membres instruits quand même jusqu'au Samadhi, ce n'est pas rien... si pour certains apparemment.
:wink:

On prend la définition du Ananda yoga http://www.guideyoga.org/ananda/ananda-yoga.html :
"L’Ananda Yoga est un style classique du Hatha Yoga qui a recours aux exercices de respiration (Pranayama) et aux postures de yoga (Asanas) pour éveiller, éprouver et commencer à maîtriser les énergies subtiles en soi, en particulier les énergies des Chakras."

On donne un autre yoga qui est en fait du Hatha - et ça veut dire quoi un style classique ? Eh bien c'est ça :
"L’Ananda Yoga est un style relativement doux, c’est une expérience intérieure qui n’est pas agressive ou aérobique. "

On se fout de qui :beurk:
Tout profit et tout avantage, offre-les à autrui, Toute perte et toute défaite, prends-les à ton compte.

http://www.yoga-et-meditation.com
Avatar de l’utilisateur
Odile
Messages : 2024
Enregistré le : 21 Aoû 2009, 10:50

Re: Définition du pratiquant

Messagepar Odile » 17 Mar 2012, 14:48

sami a écrit :Aucune :cry:
Non, je pense vraiment que c'est juste un petit repère à ne pas prendre à la lettre - un peu comme l'astrologie. Qu'est ce que tu en penses ?

Tout à fait... :D Je pense que ce texte a été écrit plus pour motiver les troupes défaillantes que pour autre chose...Ceci dit, celui qui suit au pied de la lettre développera également un sacré ego, aura plein de filles dans son lit et les tripotera pendant les cours de yoga ! :lol: :beurk:

sami a écrit :Ici, dans ce texte, il est écrit "Ceux qui ont le mental stable, qui ont pratiqué le Laya-Yoga, qui sont libres, pleins d'énergie ... Ces êtres de grande force doivent être instruits dans la voie du Hatha-Yoga."

Je tombe sur un site qui dit tout le contraire "En substance, le Laya Yoga est une méthode mystique considérée comme le stade supérieur du Hatha Yoga et comme l'une des grandes voies spirituelles."http://www.guideyoga.org/styles/laya-yoga.html

Je prends Yoga Shikha Upanishad
"1.5 : ... Les quatre pas qui mènent à cette réalisation sont les Mantra, Laya, Hatha et Raja Yogas (4). Car le grand Yoga, qui est un en son essence, a été divisé en quatre parties, nommées ainsi."

Faut vraiment faire attention à ce qui circule sur le net - le Hatha des huit membres instruits quand même jusqu'au Samadhi, ce n'est pas rien... si pour certains apparemment.
:wink:

On prend la définition du Ananda yoga http://www.guideyoga.org/ananda/ananda-yoga.html :
"L’Ananda Yoga est un style classique du Hatha Yoga qui a recours aux exercices de respiration (Pranayama) et aux postures de yoga (Asanas) pour éveiller, éprouver et commencer à maîtriser les énergies subtiles en soi, en particulier les énergies des Chakras."

On donne un autre yoga qui est en fait du Hatha - et ça veut dire quoi un style classique ? Eh bien c'est ça :
"L’Ananda Yoga est un style relativement doux, c’est une expérience intérieure qui n’est pas agressive ou aérobique. "

On se fout de qui :beurk:

C'est fou le nombre de type de yoga qui se trouvent dans ce site ! :schock: C'est un peu comme les livres, si tu en lis trop tu finis par ne plus rien comprendre et au final, tu ne sais plus rien ! :lol: Personnellement, je ne fonctionne qu'au Hatha Yoga traditionnel, et je doute qu'en pratiquant 36000 yoga, on arrive à progresser plus vite dans le Chemin...Je suis plutôt une partisane de 20 % de théorie et 80 % de pratique ! :D
Ce n'est pas en regardant la lumière qu'on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité...
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3787
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: Définition du pratiquant

Messagepar lorkan739 » 17 Mar 2012, 21:56

Plus ardente que toi je meurs. :oops:


Il y en a qui occupent une heure de yoga avec trois postures et il y en a qui enchaînent soixante postures à la demi-heure.


Il y en a qui inspirent de bas en haut et il y en a qui inspirent de haut en bas.


Il y en a qui se dopent au kapâlabhâti et il y en a qui, au bout de cinq respirations, prennent un air de héros fatigué.


Il y en a qui méditent à l’aube, d’autres le soir, certains tournés vers l’est, certains tournés vers eux-mêmes, et d’autres qui ne méditent pas du tout, et d’autres qui croient méditer.


Il y en a qui s’ennuient en méditant et il y en a qui ne savent pas qu’ils s’ennuient en méditant.


Il y en a qui beuglent des mantras, d’autres qui bricolent dans le tantra, d’autres qui dessinent des yantras, et d’autres qui confondent mantras, tantra et yantras.


Il y en a qui savent le sanskrit, d’autres qui font croire qu’ils savent le sanskrit et d’autres qui s’imaginent qu’en Inde tout le monde parle sanskrit.


Il y en a qui sont allés en Inde, je veux dire dans un ashram en Inde, et d’autres qui ont peur d’aller en Inde, des fois que l’Inde ne ressemble pas à l’Inde.


Il y a des gouroulogues, des gourouphones, des gourouphiles, des gouroulâtres, des gouroulacariâtres, des gouroumaniaques, des gourouphobes, des gouroupathes, des gouroucides, des gourouphages, et il y aurait même encore quelques gourous.



Il y en a qui ont lu les Yoga-sûtra et qui regardent de haut ceux qui n’ont pas lu les Yoga-sûtra. Il y en a qui font semblant d’avoir lu les Yoga-sûtra, d’autres qui en ont lu un résumé. Et il y en a qui les confondent avec les Kâma-sûtra.


Il y en a qui sont pour les écoles — écoles du nord, écoles du Sud, écoles du Nord-ouest, du Sud-sud-ouest, Cachemire du XIIe siècle, Bihar du XIVe, tantrisme sikh, jaïnisme de la Main gauche… — et d’autres qui sont contre les écoles (à bas les systèmes, vive la spontanéité !) et d’autres qui disent que toutes les écoles se valent, tout est dans tout n’est-ce pas, et ceux qui changent d’école tous les deux ans et ceux qui ne supportent pas qu’on change d’école.


Il y en a qui ont six chakras, dont trois ouverts, et d’autres sept, quatorze ou soixante-quatre, et tous ouverts, ou bien alternativement, et puis qui peuvent ouvrir les chakras fermés des autres, ou bien fermer leurs chakras ouverts, attention pas de fausse manœuvre. Et puis il y a les malheureux qui n’ont jamais senti en eux le moindre chakra et n’osent pas l’avouer, sauf quand ils font un rebirth.


Il y a ceux qui combinent yoga et rebirth, yoga et psychanalyse, yoga et karaté, yoga et poterie, yoga et chasse à courre.


Il y a ceux qui ne cuisinent qu’au ghee, qui mastiquent cent huit fois leurs graines hypercomplètes ou bien qui les avalent le plus vite possible, bon débarras, il y en a qui jeûnent et qui le font savoir, qui se purifient et vous le font sentir, qui craignent plus que tout de se réincarner en cochons. Et puis ceux qui mangent des côtes de bœuf en cachette et s’envoient un coup de rouge en se demandant avec une angoisse délicieuse si cela alourdira leur karma.


C’est que oui-da il y a des obsédés du karma comme il y a des fanas du mûla-bandha, des fondus de l’uddiyâna, des frappés de jâlandhara, des forcenés de la bhastrikâ, de vieux babas enragés de mudrâs, flottant dans le samsâra et dans l’odeur du gañja


Comme il y a des yoginîs fumeuses de bidis, frétilleuses de la kundalinî, expertes en nauli, friandes de samâdhi, goûteuses d’amaroli, virtuoses en sahajolî, qui se font appeler Shakti lorsqu’elles s’unissent à leur Shiva, le samedi soir après le yoga, pour faire maithuna, yab-yum et youp-la-la.


(Mais il y en a tant d’autres qui voudraient bien savoir à la fin ce que c’est que maithuna, et cela les énerve.)


Oui, et ainsi va le samsarâ, et vive Mâyâ qui n’existe pas, si l’on en croit Gaudapâda, il y a des hommes qui se prennent pour des yogis, il y a des femmes qui se prennent pour des yoginîs, il y a des souris et des hommes, des souris et des yogis, et puis,


Shiva-Pârvatî soient loués, il y a des hommes et des femmes qui ne se prennent pour rien, et que le yoga prend dans ses bras et porte doucement, tendrement, et emporte, vers là-bas, qui déjà est ici, et c’est si beau alors et c’est si simple, le yoga."


Texte de Pierre Feuga
Om
Justin
Site Admin
Site Admin
Messages : 312
Enregistré le : 17 Jan 2007, 22:49
Localisation : Genève

Re: Définition du pratiquant

Messagepar Justin » 17 Mar 2012, 23:14

Merci pour ces deux textes Sami et Lorkan739. Chacun dans leur style ceux-ci sont très instructifs. Au sujet de ce dernier, de qui est ce texte Lorkan739 ?
Avatar de l’utilisateur
lorkan739
Messages : 3787
Enregistré le : 07 Nov 2008, 12:07
Localisation : Lambesc (04)

Re: Définition du pratiquant

Messagepar lorkan739 » 18 Mar 2012, 08:29

Il appartient à Pierre Feuga.
Comme il y a des yoginîs fumeuses de bidis, frétilleuses de la kundalinî, expertes en nauli, friandes de samâdhi, goûteuses d’amaroli, virtuoses en sahajolî, qui se font appeler Shakti lorsqu’elles s’unissent à leur Shiva, le samedi soir après le yoga, pour faire maithuna, yab-yum et youp-la-la.

Il n'y va pas par quatre chemins :D

Je crois qu'à une yoginî fumeuse de bidis, frétilleuse de la kundalinî ; il préfère cent fois une bonne grosse Kali fumeuse de shilom.
Om
Avatar de l’utilisateur
sami
Messages : 1959
Enregistré le : 20 Aoû 2008, 14:45
Localisation : Isère
Contact :

Re: Définition du pratiquant

Messagepar sami » 18 Mar 2012, 09:53

Yoga Shikha Upanishad
1.3 : De même qu'une ficelle tient un oiseau captif, le mental de tous les êtres vivants est captif. Les enquêtes et les recherches intellectuelles n'affectent en rien les liens qui entravent leur mental. Aussi la seule façon d'obtenir la victoire sur ce mental est de maîtriser son souffle vital, Prana (1). Il n'est pas d'autre option pour maîtriser son souffle vital que le Yoga, et il n'est pas d'autres méthodes en dehors de celles révélées par les Siddhas (2).

1.4 : Aussi vais-je t'enseigner la pointe ultime du Yoga. Elle surplombe toutes les connaissances acquises au moyen de Jnana. Assieds-toi dans la posture du lotus (Padmasana), ou dans toute autre posture d'assise, concentre-toi en fixant ton regard à la pointe de ton nez, détends tes mains et tes pieds, puis médite sur la syllabe sacrée Om en y consacrant toute ta pensée. Celui qui médite continuellement sur Parameshavara deviendra expert en Yoga, et Parameshavara lui apparaîtra.

1.5 : Si l'on s'assied en posture de méditation et pratique continuellement, le Bindu (1) cessera de pendre vers le bas. Par l'immobilisation de l'inspiration (Puraka) et de l'expiration (Rechaka), le souffle doit être maintenu en suspens (Kumbhaka) durant un très long moment. On entendra alors divers types de sons. Le nectar (2) commencera à s'écouler depuis le chakra de la lune (3). Faim et soif cesseront. L'esprit se concentrera sur la félicité du ruissellement de nectar. Les quatre pas qui mènent à cette réalisation sont les Mantra, Laya, Hatha et Raja Yogas (4). Car le grand Yoga, qui est un en son essence, a été divisé en quatre parties, nommées ainsi.

On prend bien trop souvent à la légère les textes mais lorsque l'on s'engage dans son travail, on prend assez vite juste pour soi même le sérieux de ces révélations.
Je remercie de toute ma pensée, de tout mon coeur, de toute mon âme, en esprit les Maîtres, le Sans Nom.

Mais que recherche t-on vraiment dans le yoga ?

En réalité, ces quatre yoga sont plusieurs au début de la pratique - on commence avec l'un d'entre eux.
"Il faut bien comprendre que ces quatre types de Yoga ne sont en fait que des façons de fusionner les souffles Prana, Apana et Samana (cf. shloka 1.3)."
Alors à quoi bon chercher à les séparer pour n'en faire qu'une discipline :non: C'est ce qu'il s'est passé pour les arts-martiaux et tant d'autres discipline pieds, mains, puis pieds mains... et compte en banque bien rempli à 200000€/semaine pour certains :marteau: assez brutal le retour :)

Assis, la convergence en Bindu avec précision, constance, je commence la maitrise du souffle HamSa en aspirant le feu de Muladhara en le contractant continuellement, le souffle monte et rejoint la pointe effilée du Bindu. L'immobilisation nait par l'alliance de ces deux extrémités - mais ou va t-il mourir !

Ce travail est long, il peut prendre plusieurs heures pour celui qui veut s'absorber. C'est comme si j'appuie sur le mode "veille" de la télécommande et l'écran s'éteint.
Mais avant cela, dans la maitrise du souffle, on perçoit l'univers qui apparait et disparait, qui se dévoile et se voile, se rétracte et s'expanse - dans un jeu de, je suis là, je ne suis plus là, on y pénètre par petite désintégration du moi. C'est éblouissant tant le Bindu lumineux nous éveil le désir de s'ajuster, de centrer tout en s'ouvrant à la vue, afin que ce soit Dharana qui se concentre :bave:
Tout profit et tout avantage, offre-les à autrui, Toute perte et toute défaite, prends-les à ton compte.

http://www.yoga-et-meditation.com

Retourner vers « Pratique du Yoga (techniques) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités